Présentation de Maurice

Partager

Présentation du pays

MAURICE {JPEG}

Données générales

Nom officiel : République de Maurice
Nature du régime : parlementaire
Président de la République (depuis le 2 décembre 2019) : M. Prithvirajsing ROOPUN
Chef du gouvernement (et de l’exécutif) : M. Pravind JUGNAUTH

Données géographiques

Superficie : 1 865 km² et 1,1 million de km2 de zone économique exclusive (ZEE)
Capitale : Port Louis
Villes principales : Quatre Bornes, Curepipe, Rose-Hill
Langues officielles : anglais, français
Langues courantes : créole, anglais, français
Monnaie : la roupie mauricienne (1 € = 40,45 MUR, le 21 novembre 2019)
Fête nationale : 12 mars (jour de l’indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni en 1968)

Données démographiques

Population (en 2018) : 1,27 million d’habitants (Banque mondiale)
Densité (en 2018) : 623 habitants/km² (Banque mondiale)
Croissance démographique (en 2018) : 0,1 % (Banque mondiale)
Espérance de vie à la naissance (en 2017) : 75 ans (Banque mondiale)
Taux d’alphabétisation (total adultes) en 2018 : 91 % (Banque mondiale)
Religions : hindouisme (48,5 %), christianisme (32,7 %), islam (17,3 %), bouddhisme/taoïsme (1 %).
Indice de développement humain (IDH) : 65e rang mondial sur 188 pays (PNUD, 2018)

Données économiques

PIB (en 2018) : 14,22 Mds $ (Banque mondiale)
RNB par habitant (en 2018) : 12 050 $ (Banque mondiale)
Croissance (en 2018) : 3,8 % (Banque mondiale)
Chômage en 2018 : 6,9 % (Banque mondiale)
Inflation (en 2018) : 1,7 % (Banque mondiale)
Solde commercial (en 2018) : -1,9 Mds €
Principaux clients (en 2018) : France (14 %), Royaume-Uni (12 %), États-Unis (11,3 %), Afrique du Sud (11 %)
Principaux fournisseurs (en 2018) : Inde (18,3 %), Chine (16,5 %), Afrique du Sud (9,2 %), France (8,2 %)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • agriculture : 3 %
  • industrie : 18 %
  • services : 79 %

Exportations de la France vers Maurice (en 2018) : 404,9 M €.
Importations françaises depuis Maurice (en 2018) : 264,7 M €.

http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/maurice

Présence française

Site internet de l’ambassade :
Section consulaire : Port Louis
Communauté française à Maurice : 11 567 Français inscrits au registre au 31 octobre 2019, dont 49,7 % de binationaux. 420 000 touristes français à Maurice en 2017 (sur près de 1,3 million de voyageurs à l’arrivée).
Communauté mauricienne en France : 16 229 Mauriciens (hors mineurs) : chiffres MININT

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Le Premier ministre Pravind Jugnauth, arrivé à la tête du gouvernement mauricien en janvier 2017 à la suite de la démission du Premier ministre précédent, son père Sir Anerood Jugnauth, vient d’être reconduit dans ses fonctions après la victoire de sa coalition aux élections législatives du 7 novembre 2019. Le Premier ministre, qui avait obtenu son poste en 2017 en tant que chef du parti majoritaire à l’Assemblée nationale, le Mouvement socialiste militant (MSM), conformément à la Constitution mauricienne, assoit désormais sa légitimité par les urnes après sa victoire écrasante du 7 novembre. La coalition qu’il dirige, l’Alliance morisien, comprenant le MSM et le Muvment Liberator (ML) d’Ivan Collendavelloo, a remporté la majorité absolue des sièges (42 sur 70 avec 37 % des voix) à l’Assemblée nationale. L’Alliance nationale rassemblant le parti du dirigeant historique et ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, le Parti travailliste (PTr) et le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) de Xavier-Luc Duval n’obtient que 17 sièges (avec 33,5 % des voix) tandis que le Mouvement militant mauricien (MMM) de Paul Bérenger, engagé seul en campagne, n’en dispose que de 9 (avec 22 % des voix). L’Organisation du peuple de Rodrigues, parti régionaliste, soutien du Premier ministre Jugnauth, compte enfin deux députés. Navin Ramgoolam n’a pas été réélu et le numéro deux du PTr, Arvin Boolell, a été désigné chef de l’opposition au Parlement.

Les élections se sont déroulées dans le calme et ont été marquées par une participation importante (76,84 %, en légère hausse par rapport aux élections précédentes de 2014 – 74,11 %). Malgré quelques incidents ponctuels liés à des problèmes d’inscription sur des listes électorales, le bon déroulement de ces élections confirme le caractère démocratique et la stabilité de la République de Maurice.

Sur proposition du Premier ministre Pravind Kumar Jugnauth, l’Assemblée nationale mauricienne a procédé, le 2 décembre, à l’élection de M. Prithvirajsing Roopun au poste de Président de la République de Maurice et de M. Marie Cyril Eddy Boissézon au poste de vice-Président. M. Prithvirajsing Roopun était ministre de la culture dans le gouvernement sortant. Il succède à M. Paramasivum Pillay Vyapoory, qui était Président de la République par intérim depuis mars 2018, après la démission de la Présidence de la République de Mme Ameenah Gurib-Fakim. La présidence et la vice-présidence de la République de Maurice sont des fonctions essentiellement protocolaires, le pouvoir exécutif étant détenu par le Premier ministre.

Situation économique

Classée par la Banque mondiale parmi la catégorie des « pays à revenus intermédiaires, de la tranche supérieure » (PRITS), Maurice a connu une croissance de 3,8 % du PIB en 2018. L’économie mauricienne (14 Md $ de PIB en 2018), prospère et relativement diversifiée, fait toutefois face à un ralentissement depuis la crise de 2008. Les secteurs de la canne à sucre, du textile et du tourisme, qui ont fait la prospérité du pays, connaissent une décroissance progressive, dégradant la situation économique. La stratégie 2030 de Maurice fixe l’objectif pour le pays de rejoindre la catégorie des pays développés.

Le programme de Pravind Jugnauth était centré sur le social (hausse des pensions de retraite par exemple), le renforcement du secteur public (création de 10 000 emplois publics), la lutte contre la drogue, la tolérance zéro contre la fraude et la corruption et la fin du plastique en 2030. Le succès de la stratégie 2030 dépendra en grande partie des décisions du nouveau gouvernement en matière de relance de l’économie (en matière d’économie du savoir, de montée des compétences, la montée en gamme et de régulation des services fiscaux, d’effectivité de l’économie bleue). À ce jour, Maurice dispose d’un climat des affaires attractif pour les investisseurs : 1er rang en Afrique (20e dans le monde), selon le rapport Doing Business 2019 de la Banque mondiale, qui mesure la réglementation des affaires et son application effective dans 190 économies. Le total des actifs du système financier est quatre fois supérieur au PIB, et les actifs du secteur bancaire représentent plus de trois fois le PIB (12,4 milliards USD en 2018). Cependant, l’attractivité fiscale de Maurice, telle que dévoilée dans les Mauritius Leaks le 23 juillet 2019, pénalise les revenus fiscaux de certains pays africains en développement.

Politique étrangère

Maurice abrite le siège de la Commission de l’océan Indien (COI), dont elle a assuré la présidence entre mars 2017 et septembre 2018. Maurice accueille également le secrétariat général de l’IORA (Indian Ocean Rim Association - Association des pays riverains de l’océan Indien). Elle est présente au sein de plusieurs organisations régionales et africaines : Union africaine, SADC (Southern African Development Community - la Communauté de développement d’Afrique australe), COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa - le Marché commun de l’Afrique orientale et australe). Maurice est membre de l’Association des îles Vanilles, de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et du Commonwealth.

Très faible émettrice de gaz à effet de serre, Maurice est active au sein du lobby des petits États insulaires en développement (PEID) et fait partie de l’Alliance des petits États insulaires en développement (Alliance of Small Island States - AOSIS).

Pour des raisons communautaires, historiques et géographiques, Maurice entretient une relation privilégiée avec l’Inde. Depuis les années 2000, l’Inde et les autres émergents (Chine, Afrique du Sud) sont devenus beaucoup plus présents dans les échanges économiques. Maurice a conservé une relation très forte avec l’Europe (France, Royaume-Uni, institutions européennes), destination de la moitié des exportations mauriciennes.

Des relations importantes sont entretenues à divers degrés avec les pays d’Afrique et de l’océan Indien. La relation bilatérale avec le Royaume-Uni est marquée par le différend de souveraineté sur l’archipel des Chagos (55 îles dont la plus grande, Diego Garcia, est louée par le Royaume-Uni à l’armée américaine). Le 25 février 2019, la CIJ a rendu un avis consultatif dans lequel elle conclut que le processus de décolonisation de Maurice n’a pas été validement mené à bien lorsque le pays a accédé à l’indépendance, en 1968. Le Royaume-Uni est tenu de mettre fin rapidement à son administration de l’archipel des Chagos. Le 22 mai 2019, une résolution non contraignante demandant la mise en œuvre de cet avis a été adoptée à l’Assemblée générale des Nations unies.

Mise à jour : 22.01.20

Informations complémentaires