Relations bilatérales

Partager

Relations politiques et dernières visites

Bien que le Grand-Duché partage largement sa culture, son histoire et sa langue avec le monde germanique, le Luxembourg est très proche de la France. Les contacts sont réguliers tant au niveau ministériel qu’à celui des Premiers ministres et du président de la République.

Les échanges bilatéraux avec le Luxembourg sont étroits et de qualité. Notre coopération transfrontalière tient une place essentielle dans les relations franco-luxembourgeoises et s’appuie sur la Commission intergouvernementale franco-luxembourgeoise pour le renforcement de la coopération transfrontalière (CIG), fondée en 2010. Elle se réunit en principe annuellement et associe tous les acteurs de la coopération transfrontalière (ministres, préfet, élus locaux notamment).

L’un de ses enjeux majeurs est l’aménagement du site Esch-Alzette-Belval de part et d’autre de la frontière : l’aménagement territorial occupe une place importante dans la stratégie intergouvernementale, qui réserve beaucoup d’attention à la mobilité et à l’amélioration des transports publics et des infrastructures routières dans le cadre de la reconversion de Belval. Les deux Etats poursuivent également d’autres projets de coopération, notamment en matière de santé, de développement économique, d’éducation et de formation, de recherche ou de tourisme.

L’organisation du séminaire intergouvernemental, à l’occasion de la visite d’Etat en France de LL.AA.RR. le Grand-Duc et de la Grande-Duchesse de Luxembourg en mars 2018, témoignait déjà du renforcement récent des relations entre nos deux pays, essentiel au regard des 105 000 travailleurs français traversant quotidiennement la frontière. Ce séminaire a permis la signature de nouveaux accords entre nos deux pays, dont le suivi est effectué par la CIG.

En octobre 2000, pour leur premier déplacement à l’étranger après leur accession au trône, le Grand-Duc Henri et son épouse ont effectué une visite d’Etat en France. Il s’est agi de la première visite d’Etat en France d’un Grand-Duc de Luxembourg depuis quarante ans.

M. Xavier Bettel effectue de fréquentes visites de travail en France depuis son investiture comme Premier Ministre.

Le Président de la République s’est rendu en visite officielle à Luxembourg le 6 mars 2015 et y a ultérieurement effectué d’autres visites.

Les ministres français et luxembourgeois des affaires étrangères se rencontrent régulièrement, à Luxembourg et à Paris.

Relations économiques

La France et le Luxembourg entretiennent des relations économiques étroites, avec d’importants flux d’investissement directs à l’étranger (IDE) réciproques. Dans le grand-Duché, la présence entrepreneuriale française est très forte, de même que la présence française dans le secteur financier et sur le marché du travail.

La France est le 3e fournisseur et le 2e client du Luxembourg, vis-à-vis duquel elle présente un excédent commercial structurel (897 millions d’euros en 2019). De même, les échanges de services (près de quatre fois supérieurs à ceux des biens) enregistrent un excédent de 2,8 milliards d’euros. La baisse du volume d’échange de biens et de l’excédent bilatéral enregistrée en 2019 s’est poursuivie en 2020, sous l’effet de la crise sanitaire et économique, qui fragilise le secteur industriel, très présent dans les échanges bilatéraux. Malgré une baisse des IDE luxembourgeois vers la France en 2019, le Grand-Duché demeure le 1er investisseur en France par pays d’origine immédiate. La France est également fortement présente au Luxembourg, notamment dans les services financiers (15 banques implantées). En outre, les travailleurs transfrontaliers français représentent près d’une quart des travailleurs au Luxembourg et plus de la moitié des 210 000 transfrontaliers employés au Luxembourg. Ainsi, malgré de faibles volumes d’échanges, le Luxembourg contribue positivement au solde commercial français.

Principalement interbranche, le commerce de biens franco-luxembourgeois est marqué par la prépondérance de biens industriels : les secteurs qui pèsent le plus dans les échanges franco-luxembourgeois sont les produits sidérurgiques de base et ferroalliage, les déchets industriels non dangereux, et les aéronefs et engins spatiaux.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Les liens culturels sont régis par un accord de 1954. De nombreuses infrastructures culturelles sont présentes au Grand-Duché (Institut culturel Pierre Werner, Musée d’art moderne, Philharmonie). L’institut culturel européen (franco-germano-luxembourgeois) Pierre Werner, inauguré en 2003, consacre l’essentiel de ses activités de recherche et de réflexion aux thèmes européens.

Fin 2020, la région Grand Est et le ministère de la culture luxembourgeois ont signé une convention de coopération culturelle transfrontalière.

L’action en faveur du luxembourgeois comme langue d’intégration et de cohésion sociale est un enjeu politique et le luxembourgeois est la langue principale d’enseignement au niveau primaire. Cependant, un accord de coalition de décembre 2018 prévoit des dispositions favorables à l’enseignement du français. Un accord de partenariat concernant la formation des enseignants entre le ministère luxembourgeois de l’Education et l’Ecole supérieure du professorat et de l’éducation de Lorraine a été conclu en mai 2015. Une section francophone dans un établissement scolaire public à Differdange, fonctionnant sur le modèle des écoles européennes, a également été fondée. Une convention du 16 juillet 2012 entre nos ministères de l’Education nationale et de la Formation professionnelle a créé une classe préparatoire aux grandes écoles, filière économique au lycée d’Echternach. Enfin, le Grand-Duché a largement contribué à la construction du nouveau groupe scolaire Vauban (ouverture en septembre 2017 pour le collège et en février 2018 pour le lycée).

L’Université du Luxembourg et l’Université de Lorraine coopèrent sur la base de divers accords, notamment dans le cadre de l’Université de la Grande Région (domaines de l’efficience énergétique, de la sécurité informatique, de la physique des matériaux, de la biologie systémique et du droit européen). Un accord existe également entre l’agence nationale de la recherche (FR) et le fonds national de la recherche (LU) pour une meilleure mise en relation des chercheurs français et luxembourgeois, particulièrement dans les domaines de recherche prioritaires communs.

La coopération scientifique et universitaire est renforcée par le Protocole additionnel, signé lors du séminaire intergouvernemental franco-luxembourgeois en mars 2018, qui vise à poursuivre et développer la coopération existante et étendre les partenariats dans le domaine médical (coopération hospitalo-universitaire).

Autres types de coopération

Compte tenu de la proximité de la centrale française de Cattenom avec le Grand-Duché, notre coopération en matière de sécurité et de sûreté nucléaire est très étroite et s’effectue par le biais des réunions de la commission mixte sur la sécurité nucléaire, créée en 1994, et l’association d’experts luxembourgeois et allemands aux examens de sécurité opérés dans la centrale.

Dans le domaine de la sécurité, un accord bilatéral franco-luxembourgeois de coopération policière et douanière a été signé le 15 octobre 2001 à Luxembourg, instaurant un droit de poursuite et portant création d’un « centre commun » de police et de douane à Luxembourg, fusionné par la suite avec le bureau de coopération policière belgo-germano-luxembourgeoise pour créer une structure quadripartite originale. Une convention de coopération douanière franco-luxembourgeoise relative aux contrôles conjoints au poste frontière à Dudelange-Zoufftgen Autoroute a également été signée le 26 janvier 2016 à Luxembourg.

Mise à jour : 04.02.22

Informations complémentaires