Présentation de l’Italie

Partager

Présentation du pays

ITALIE {JPEG}

Données générales

Nom officiel : République italienne
Nature du régime : démocratie parlementaire
Chef de l’Etat : Président de la République, M. Sergio Mattarella (élu le 31 janvier 2015, réélu le 29 janvier 2022)
Chef du gouvernement : Président du Conseil, M. Mario Draghi (depuis le 13 février 2021)

Données géographiques

Superficie : 310 226 km2
Capitale : Rome (2 770 226 habitants)
Villes principales : Milan (1 374 582 habitants), Naples (922 094 habitants), Turin (858 205 habitants), Palerme (637 885 habitants), Gênes (566 410 habitants)
Langue officielle : italien
Monnaie : euro
Fête nationale : 2 juin (fête de la République, depuis 1946)
L’Italie englobe les enclaves de la République de Saint-Marin (61 km²) et de l’Etat du Vatican (0,44 km²)

Données démographiques

Population (ISTAT, au 1er janvier 2021) : 59 236 213.
Taux de croissance démographique (ISTAT, au 1er janvier 2021) : -0,7 % par rapport à l’année précédente
Espérance de vie (ONU, 2019) : hommes 79,9 / femmes 84,9
Taux d’alphabétisation (ONU, 2019) : 99%
Religion(s) : Chrétiens (80%, essentiellement catholiques), musulmans (1,5%), athées et agnostiques (<20%)
Indice de développement humain (ONU, 2019) : 29ème rang mondial

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Le gouvernement de Mario Draghi est entré en fonction le 13 février 2021. L’arrivée au pouvoir de Mario Draghi a clos la crise politique qui avait éclaté après la démission de plusieurs ministres affiliés au parti Italia Viva, sous le gouvernement Conte II, formé d’une coalition majoritairement composée du Parti démocrate et du Mouvement Cinq Etoiles. Après l’échec du vote de confiance du 19 janvier 2021, où le gouvernement de Giuseppe Conte n’avait obtenu qu’une majorité relative au Sénat, et face à l’impasse dans laquelle se trouvaient les négociations politiques, le président de la République Sergio Mattarella a pris la décision de confier à Mario Draghi, ancien président de la Banque centrale européenne, la mission de former un gouvernement d’union nationale.

Mario Draghi s’est présenté les 17 et 18 février devant les chambres parlementaires où il a obtenu une large confiance après avoir exposé ses priorités et la ligne résolument pro-européenne de son action. L’ensemble des partis se sont prononcés en faveur du nouveau gouvernement, hormis Fratelli d’Italia et certains parlementaires affiliés au Mouvement 5 Etoiles. La Ligue et Forza Italia ont rejoint la coalition gouvernementale et des ministres affiliés à leurs partis ont été nommés au sein du nouvel exécutif aux côtés de personnalités du Parti démocrate et du Mouvement 5 Étoiles.

Les élections présidentielles qui se sont tenues du 24 au 29 janvier 2022 ont abouti à la reconduction du président sortant Sergio Mattarella, après 8 tours de scrutins. Le président de la République italienne, garant des institutions et incarnant l’unité nationale, est élu au suffrage indirect par un collège de 1 007 grands électeurs composé des parlementaires et de conseillers régionaux. Par ailleurs, la législature actuelle arrivera à son terme, sauf en cas d’élections anticipées, au printemps 2023.

Politique étrangère

Membre fondateur de l’Union européenne et de l’OTAN, l’Italie inscrit son action extérieure dans le cadre de ces deux organisations. L’Italie concentre l’essentiel de ses moyens diplomatiques dans son environnement régional, avec un intérêt particulier pour le bassin méditerranéen élargi et plus récemment le Sahel où l’Italie a rejoint la force Takuba en 2021. Le Liban, l’Irak, le Kosovo et la Libye sont les principaux pays dans lesquels les forces armées italiennes sont déployées.

L’Italie est depuis plusieurs années un des pays les plus exposés aux flux migratoires, en baisse globale toutefois depuis l’été 2017 malgré la hausse observée depuis 2020. Rome est attachée au renforcement de la coopération européenne dans la gestion des migrations en Méditerranée dans le cadre d’une approche globale avec les pays d’origine et de transit.

Rome promeut la perspective européenne des États de la région des Balkans occidentaux, notamment pour la Serbie et l’Albanie avec lesquels elle entretient des relations denses. L’Italie a reconnu le Kosovo le 21 février 2008. Dans le cadre du processus de Berlin lancé en 2014, elle a accueilli le 12 juillet 2017 à Trieste la conférence sur les Balkans occidentaux, après celle de Paris en 2016.
Engagée en faveur de la sécurité en Europe, l’Italie, qui a assuré la présidence de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en 2018, a souhaité mettre un accent particulier sur la dimension méditerranéenne de cette organisation. Elle a soutenu les efforts conduits par la France et l’Allemagne (« format Normandie ») dans le cadre de la crise russo-ukrainienne et les mesures de sanctions décidées par l’Union européenne depuis l’invasion russe de l’Ukraine le 24 janvier 2022.

L’Italie est un des États européens les plus engagés en faveur du climat (elle a accueilli la pré-COP26 en 2021) et de l’environnement (membre du groupe des amis du pacte mondial pour l’environnement).

L’Italie a assuré en 2021 la présidence du G20 et en a organisé le sommet les 30 et 31 octobre 2021, aboutissant à l’appropriation par cette enceinte de l’objectif de limiter le réchauffement climatique mondial à 1.5°C et à l’objectif affiché d’atteindre la neutralité carbone avant le milieu du siècle. Ce sommet a également permis aux dirigeants du G20 de se mettre d’accord sur la mise en place d’un système fiscal international prévoyant un taux d’imposition minimal mondial des sociétés à 15% d’ici 2023.

L’Italie préside le Conseil de l’Europe depuis le 17 novembre 2021 et jusqu’au 20 mai 2022. Elle articule sa présidence autour de trois axes : renouveler l’engagement envers les principes et valeurs communs des Etats membres ; renforcer l’autonomisation des femmes et les droits des enfants et des adolescents ; construire un avenir centré sur les personnes.

Situation économique

PIB (ISTAT, décembre 2020) : 1 573 milliards €
Taux de croissance (ISTAT, décembre 2020) : -8,8% (+0,8% en 2018)
Taux de chômage (ISTAT, décembre 2020) : 9%, dont 29,7% chez les 15-24 ans
Taux d’inflation (FMI, projection 2021) : 1,7%
Déficit public (en % du PIB) (ISTAT, 2020) : 10,8 %
Dette publique (en % du PIB) (ISTAT, 2020) : 158%
Solde commercial (ISTAT, 2019, hors avitaillements) : +56 milliards d’euros (en hausse)
Principaux clients (ISTAT, 2019) : 1° Allemagne (12,2%) - 2° France (10,5%) - 3° Etats-Unis (9,6%) - 4° Suisse (5,5%) - 5° Royaume-Uni (5,2%) - 6° Espagne (5%)
Principaux fournisseurs (ISTAT, 2019) : 1° Allemagne (16,5%) - 2° France (8,7%) - 3° Chine (7,6%) – 4° Pays-Bas (5,4%) – 5° Espagne (5,1%) – 6° Belgique (4,6%)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • agriculture : 2 %
  • construction : 5%
  • industrie : 21 %
  • services : 77 %

Exportations de biens français vers l’Italie (Douanes, 2020) : 32,2 Mds€
Importations françaises de biens italiens (Douanes, 2020) : 38,9 Mds€
Solde commercial bilatéral (Douanes, 2019) : -6,7 Mds€

La crise de la covid-19 a fortement affecté l’économie italienne dont le PIB a reculé de près de 9 % en 2020. Depuis 2016, le différentiel avec la zone euro s’est accru du fait de la stagnation de la productivité, du retard du sud du pays et du vieillissement démographique. La dette publique s’est accrue à 158% du PIB. Le secteur bancaire, fragilisé par une faible rentabilité et une forte exposition souveraine, doit poursuivre sa consolidation. Son principal atout est son industrie exportatrice. La phase de reprise partielle en 2021, compliquée par la persistance de l’épidémie, a permis à l’Italie d’enregistrer un rebond de +6% (chiffre provisoire). La reprise devrait s’appuyer sur la mise en œuvre du plan national de relance et de résilience, adossé à des réformes structurelles. 

Mise à jour : 22.03.22

Informations complémentaires