Relations bilatérales

Relations politiques

La relation bilatérale est dense et rythmée par de nombreuses rencontres de haut niveau. Elle s’est intensifiée depuis l’accession au pouvoir d’Alpha Condé.

Visites

  • Visite de Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, à Conakry les 11 et 12 novembre 2016 ;
  • Visite de Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, à Conakry le 5 mars 2017 dans le cadre de l’Initiative africaine sur les énergies renouvelables.
  • Visite d’État du Président Condé à Paris du 10 au 12 avril 2017 ;
  • Visite de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, à Conakry les 14 et 15 juin 2017.
  • Entretien du Président de la République avec Alpha Condé à l’Élysée le 22 novembre 2017.
  • Visite de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, à Conakry le 2 octobre 2018.
  • Visite de Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur les 18 et 19 juin 2019.

Relations économiques

Les exportations françaises vers la Guinée restent stables en 2018 (170 M€, - 0,76% en un an), soutenues notamment par les ventes de médicaments (12 % des exportations), des équipements mécaniques, du matériel électrique, électronique et informatique (30 %), et des produits des industries agroalimentaires (17 %). Quant aux importations de la France, elles se sont contractées en 2018 (75,9 M€, - 15,48 %) et concernent essentiellement les métaux précieux (43 %) et les autres minerais métalliques (45 %). Ces évolutions croisées se sont traduites par une consolidation de l’excédent commercial bilatéral en faveur de la France. Celui-ci atteint 94,2 M€ en 2018, contre 81,5 M€ en 2017.

Des perspectives prometteuses s’offrent à nos entreprises (plus de 80 d’entre elles sont présentes en Guinée), en raison d’un climat plus favorable (fin de l’épidémie d’Ebola, retour de la croissance, apaisement du climat politique…).

Bolloré, Air France, Orange, Société Générale, BNP Paribas, Total, Bureau Veritas et Castel consolident leur place de leader dans leur secteur respectif. Véolia renforce sa présence et pourrait se positionner sur les marchés à venir dans les domaines de l’assainissement, de l’eau et de la gestion des déchets. La jeune société AMR (Alliance minière responsable), détentrice d’un permis d’exploitation de mine de bauxite dans la région de Boké, a marqué le retour d’investisseurs français dans le secteur minier.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La Guinée est un pays pauvre prioritaire de notre aide au développement. L’essentiel des financements proviennent d’un contrat de désendettement et de développement (C2D, conversion de dette) de 171 M€, qui cible prioritairement les secteurs de l’agriculture et du développement rural, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, l’enseignement pré-universitaire et le développement local.

La France a été un des acteurs majeurs de la lutte contre l’épidémie de maladie à virus Ebola en Guinée. Dans la phase d’urgence, sa contribution s’est chiffrée à 158 M€ entre 2014 et 2015. Plus de 150 M€ sont consacrés à la phase de relèvement.

La gouvernance, la promotion de la langue et de la culture françaises, le soutien à l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, sont les autres priorités de notre action.

Autres types de coopération

La coopération en matière de sécurité et de défense mobilise 9 coopérants. La France appuie la restructuration des institutions guinéennes de sécurité et de défense. Ces efforts ont abouti à des résultats visibles et importants, comme la participation de la Guinée à la MINUSMA.

Notre coopération judiciaire, dont la mise en œuvre vise essentiellement la réforme du secteur de la justice, s’appuie sur la mise à disposition d’un expert technique français auprès du ministre de la Justice guinéen.

Mise à jour : 05.06.19

Informations complémentaires