Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

La France ne partage pas avec le Ghana la même histoire qui la lie aux pays francophones d’Afrique de l’Ouest. Néanmoins, le modèle démocratique ghanéen, la situation géographique du Ghana, entouré de pays francophones, le potentiel offert par son économie ont conduit à un développement des relations entre la France et le Ghana, particulièrement perceptible depuis quelques années.

Présence française

1 038 ressortissants sont inscrits sur le registre des Français établis hors de France.

Visites

Le Président de la République française s’est rendu au Ghana en novembre 2017, dans le cadre de sa première tournée en Afrique. Il s’agissait de la première visite d’un président français au Ghana. Ce déplacement est intervenu durant l’année du 60e anniversaire de l’indépendance du pays et des relations diplomatiques bilatérales. Son caractère historique a été souligné avec solennité par le président Akufo-Addo dans son discours au pied de l’Arche de l’Indépendance. Par ailleurs, cette visite, dans un pays anglophone, a permis de concrétiser un souhait formulé dans le discours de Ouagadougou, tenu quelques jours plus tôt : celui de s’émanciper des catégories, en l’occurrence linguistiques, souvent utilisées dans les rapports avec l’Afrique.

Le président Nana Akufo-Addo s’est ensuite rendu en France, en juillet 2019. Au cours de cette visite, le président ghanéen a assisté au Forum économique France-Ghana Addo, s’est entretenu avec le président du Sénat, M. Gérard Larcher, puis avec le Président de la République, au Palais de l’Élysée. Le président Akufo-Addo s’est également déplacé à Marseille où il a visité le port, ainsi que l’incubateur de start-ups « The camp ». Un accord de promotion des investissements a été signé à cette occasion. Cette visite a permis de signer plusieurs accords de coopération, portant sur : la promotion des investissements, l’échange de volontaires, l’allocation de bourses pour les étudiants ghanéens étudiant en France, et l’enseignement du Français au Ghana.

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu à Accra du 6 au 8 janvier 2021, pour assister à la cérémonie d’investiture du président Akufo-Addo. À cette occasion, il a également inauguré l’ambassade de France, en présence du président ghanéen, avec lequel il s’est entretenu en aparté.

Relations économiques

Le Ghana est le 5e marché des pays non-francophones d’Afrique subsaharienne pour la France et la 14e destination des exportations françaises en Afrique subsaharienne (+2 places en 2018). Les ventes de biens français représentent 2,4 % du total des importations ghanéennes, contre 6,5 % en 2011. La répartition des échanges est très concentrée. Les biens d’équipement, les produits des industries agroalimentaires et les produits chimiques et parfums continuent de générer plus de 75 % des livraisons françaises au Ghana. Les hydrocarbures, les produits agricoles et les produits agroalimentaires représentent respectivement 39 %, 35 % et 26 % de nos importations en 2019.

Près de 70 entreprises françaises sont actuellement implantées au Ghana pour un stock d’investissement de 1,3 milliard EUR, soit la 7e destination des IDE français sur le continent et 4e au sein de la CEDEAO. Le plus grand investissement français dans le pays est opéré par Bolloré, en partenariat avec Maersk, sur le projet d’extension du port maritime de Tema. Mais la présence économique française reste en deçà des potentialités économiques du pays à moyen et long terme. La stratégie d’investissement des entreprises françaises au Ghana s’inscrit dans la durée. Elle témoigne de leur confiance dans l’avenir du pays. Elles contribuent par ailleurs à la diversification de l’économie locale tout en pratiquant une politique de responsabilité sociale (formation, lutte contre la déforestation, insertion des populations rurales, logement social…) au service du développement du pays.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La France consacre l’essentiel de ses moyens de coopération au Ghana à l’enseignement supérieur et à la recherche. En 2020, 471 ghanéens étaient inscrits dans l’enseignement supérieur français (le double par rapport à 2017).

Un accord de partenariat avec le Scholarships Secretariat, organisme en charge du financement et de la gestion des bourses d’études au Ghana, a été signé à l’occasion de la visite du président Akufo-Addo en juillet 2019. Cet accord vise à encourager le gouvernement ghanéen à financer des bourses d’étude en France et à mettre en place des séjours d’immersion linguistique pour les étudiants des Colleges of Education, conformément à la volonté politique de faire du français la seconde langue au Ghana.

Dans le cadre du programme FSPI-ADESFA « Appui au développement de l’enseignement supérieur français en Afrique », le MEAE finance deux projets au Ghana pour la période 2019-2021 : l’un en Sciences économiques et politiques avec Sciences Po Paris et l’autre en Sciences de l’ingénieur avec ParisTech.
Enfin, l’ambassade de France organise depuis 2013 les « Rencontres universitaires France-Ghana », qui ont depuis abouti à la signature d’une dizaine de partenariats interuniversitaires entre les principales universités ghanéennes et de nombreux établissements français.

Notre coopération scientifique se structure autour des activités de l’IRD qui dispose de deux chercheurs en poste dans le pays et qui poursuit deux programmes de recherche à l’Université du Ghana en santé (paludisme) et en entomologie ; du CIRAD qui développera en 2021 au Ghana et en Côte d’Ivoire un projet sur la filière cacao (projet DESIRA). En outre, le MEAE finance depuis 2020 le « Projet d’appui à l’enseignement supérieur et à la recherche pour le patrimoine et le tourisme (SANKOFA) » via le Fonds de solidarité pour les projets innovants. Ce projet, mené en partenariat avec les établissements Paul Bocuse et l’École de Savignac, vise à accompagner les autorités et professionnels ghanéens en matière de préservation du patrimoine, de formations au patrimoine et au tourisme culturel durable.

Le Lycée français Jacques Prévert d’Accra (LFA) est le seul établissement homologué au Ghana, conventionné avec l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). Il scolarise 648 élèves, dont 27 % de français, 27 % de ghanéens et 46 % d’élèves de nationalité tiers. L’objectif pour 2025 est la scolarisation de 900 élèves.

Mise à jour : août 2021

Informations complémentaires