Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

La relation bilatérale a connu une nouvelle étape avec la visite historique du président de la République française, Emmanuel Macron, au Ghana en novembre 2017 (première visite d’un chef d’Etat français), venu illustrer la vision renouvelée des relations entre la France et ses partenaires africains. Le discours du président français a reçu un écho favorable auprès du Président ghanéen, francophone et francophile, promoteur d’un développement plus responsable, non tributaire de l’aide internationale, et d’un renforcement de la francophonie au Ghana.

Le Président ghanéen Nana Akufo-Addo, s’est ensuite rendu en France juillet 2019 & les deux chefs d’Etat ont convenu d’approfondir la coopération entre la France et le Ghana en matière de sécurité et de défense, et ce, plus particulièrement dans la lutte anti-terroriste. Le Président ghanéen s’est aussi engagé à soutenir l’ancrage du Ghana dans son espace francophone et renforcer le statut de la langue française dans son pays.

Depuis 2013 se tient une fois par an un dialogue politique bilatéral au niveau des secrétaires généraux des deux ministères des Affaires étrangères.

Présence française

Communauté française au Ghana : 1 226 personnes. Communauté ghanéenne en France : 25 000 personnes (pas de distinction faite entre résidents Ghanéens et binationaux Franco-ghanéens). Consulat de France : section consulaire à Accra.

Visites

Principales visites récentes de personnalités françaises au Ghana :

  • Août 2015 : Déplacement de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie
  • Octobre 2016 : Visite de Manuel Valls, Premier ministre
  • Janvier 2017 : Déplacement de Jean-Marie le Guen, secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, à l’occasion de l’investiture du président Akufo-Addo
  • Avril 2017 : Visite de Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances
  • Décembre 2017 : Visite d’Emmanuel Macron, président de la République

Principales visites récentes de personnalités ghanéennes en France :

  • Octobre 2005 : Visite officielle du président Kufuor
  • Décembre 2015 : Participation du président Mahama à la session d’ouverture de la COP21
  • Septembre 2016 : Entretien à Paris du président Mahama avec le président Hollande
  • Juillet 2019 : Visite de Nana Akufo-Addo, président de la République
Ambassadeur de France au Ghana : Anne-Sophie Avé
twitter @annesophieave


Ambassadeur du Ghana en France : Anna Bossman

Relations économiques

Commerce : Le déficit commercial avec le Ghana atteint -198,0 M€ en 2019, les exportations françaises en destination du Ghana s’élèvent à 233,3 M € en 2019 contre 431,3 M€ d’importations depuis le Ghana vers la France. Le déficit commercial a diminué de 16,5% sur un an grâce à la hausse des exportations de 19,7 M € et à la baisse des importations de 19,4 M €. Le déficit commercial avec le Ghana était de -237,1 M€ en 2018. En 2019, le Ghana est le 5ème marché des pays non-francophones d’Afrique subsaharienne pour la France en valeur, après l’Afrique du Sud, l’Ethiopie, le Nigeria et l’Angola mais devant le Kenya. En Afrique subsaharienne, le Ghana est la 14ème destination des exportations françaises. Nos ventes de biens représentent 2,4% du total des importations ghanéennes, contre 6,5% en 2011. La répartition des échanges est très concentrée. Les biens d’équipement, les produits des industries agroalimentaires et les produits chimiques et parfums continuent de générer plus de 75% de nos livraisons au Ghana. Les hydrocarbures, les produits agricoles et les produits agroalimentaires représentent respectivement 39%, 35% et 26% de nos importations en 2019. Parmi les contrats importants signés ces deux dernières années par des entreprises françaises au Ghana, peuvent être cités la modernisation du système électoral par Thalès (40 M€). Siemens va construire une sous-station électrique à Kasoa grâce à son usine de Grenoble, dans le cadre de l’aide américaine au secteur de l’électricité (40 M€).

Investissements : Près de 70 entreprises françaises sont actuellement implantées au Ghana pour un stock d’investissement de 1,3 Md EUR, soit la 7ème destination des IDE français sur le continent et 4ème au sein de la CEDEAO. Le plus grand investissement français dans le pays est réalisé par Bolloré, en partenariat avec Maersk, sur l’extension du port maritime de Tema. Il représente un montant total de 1,5 Md USD dont un peu plus de 300 M EUR pour le groupe français. Mais notre présence économique reste en deçà des potentialités économiques du pays à moyen et long terme. Un regain d’intérêt des entreprises françaises a toutefois pu être observé depuis 2017 (lancement d’une ligne directe Paris-Accra par Air France, ouverture de 2 magasins Decathlon, projets d’énergie bas carbone par Engie, développement de l’activité de la Société Générale au Ghana et participation de Lafarge Holcim à la construction d’une cimenterie locale).

Coopération culturelle, scientifique et technique

Le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’ambassade de France au Ghana coordonne la mise en œuvre des actions et des programmes de coopération bilatérale entre la France et le Ghana dans trois axes de la priorité 2 du plan d’action de l’ambassade « Accompagner la modernisation de la société ghanéenne et renforcer la francophonie » :

  • élargir le champ des partenariats à la société civile, aux ONG en particulier, et aux collectivités territoriales, en mettant l’accent sur l’implication de la jeunesse = mener à bien la seconde partie du FSP « redevabilité » et développer des projets dans les domaines de la gouvernance / décentralisation, des droits de l’homme, de la santé, du genre, de l’environnement / changement climatique (notamment postCoP21), etc.
  • s’appuyer sur la participation du Ghana à la francophonie, progresser sur l’enseignement du français = mise en œuvre du FSP « Soutien aux initiatives de formation en français langue étrangère » et soutien à la signature d’un pacte linguistique entre le Ghana et l’OIF ;
  • développer les échanges dans les domaines de la coopération universitaire et de la recherche = augmenter la mobilité étudiante et le nombre de partenariats entre universités et instituts de recherches ghanéens et français.

Le SCAC d’Accra pour remplir sa mission s’appuie sur :

  • L’Institut Français du Ghana dans les secteurs de l’enseignement supérieur, de la recherche et des échanges scientifiques, du débat d’idées et de la promotion des savoirs, de l’enseignement, des industries culturelles et des échanges artistiques ;
  • Le réseau des Alliances Françaises (à Accra, Kumasi, Cape Coast, Takoradi et Tema) dans les secteurs de l’enseignement du français et de la culture ;
  • Les experts de l’assistance technique française et du volontariat international détachés auprès des institutions ghanéennes (MLGRD) et sur les campus universitaires ;
  • Le Lycée Français Jacques Prévert d’Accra
  • L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD Bénin) dans les domaines de la santé et de l’environnement

Autres types de coopérations

Coopération en matière de sécurité : Notre coopération militaire avec le Ghana est principalement axée sur la formation. Elle passe par la participation française au Centre International de Formation au Maintien de la Paix « Kofi Annan » (KAIPTC), l’enseignement du français en milieu militaire, l’envoi d’officiers ghanéens en stage en France ou dans les Ecoles nationales à vocation régionale (ENVR). Un officier de liaison occupe un poste de directeur de stage auprès du KAIPTC, où il contribue notamment à l’apprentissage du français par les troupes ghanéennes. Il est en charge de l’organisation de stages annuels au profit d’officiers supérieurs ouest-africains, et des relations avec les autres centres de formation au maintien de la paix de la CEDEAO. En liaison avec l’attaché de défense, non résident en poste à Lomé (Togo), il est l’interlocuteur des Forces armées ghanéennes et propose et coordonne les actions de coopération militaire et de défense.

Dans le cadre du G7++ des amis du Golfe de Guinée, forum international visant à appuyer la mise en œuvre du processus de Yaoundé et ainsi à améliorer la sécurité maritime dans la zone, le Ghana a accepté d’assurer la co-présidence de cette instance avec la France pour l’année 2019.

Notre coopération policière porte sur des missions d’expertise et de formation, notamment sur la lutte anti-terroriste (coopération lancée avec succès en 2016) et la lutte contre le trafic de stupéfiants et la criminalité organisée.

Mis à jour : 02.11.20

Informations complémentaires