Présentation de la Dominique

Partager

Présentation du pays

DOMINIQUE {JPEG}

Données générales

Nom officiel : Commonwealth de la Dominique
Nature du régime : République
Chef de l’Etat : M. Charles Savarin (depuis le 1er octobre 2013).
Chef du Gouvernement : M. Roosevelt Skerrit, Premier ministre

Données géographiques

Superficie : 750 km²
Capitale : Roseau
Villes principales : Marigot, Portsmouth
Langue (s) officielle (s) : anglais
Langue (s) courante (s) : anglais, créole français
Monnaie : Dollar des caraïbes de l’est ou EC $ (Eastern Caribbean dollar), lié au dollar américain au taux fixe de 1 US $ = 2,70 EC $ depuis 1976 ; 1 EC $ = 0,341 € au 1er mai 2020 (taux de chancellerie)
Fête nationale : 3 novembre (fête de l’Indépendance, 1978)

Données démographiques

Population (Banque mondiale 2018) : 71 625 habitants
Densité (Banque mondiale 2018) : 96 habitants par km²
Croissance démographique (Banque mondiale 2018) : 0,2 %
Espérance de vie (CIA WFB 2017) : 77,2 ans
Taux d’alphabétisation (PNUD 2018) : 88 %
Religion(s) : catholiques, protestants, rastafariens
Indice de développement humain (PNUD 2019) : 0,724 soit 98e rang mondial sur 189

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Parti majoritaire : le Dominica Labour Party (DLP) domine la vie politique depuis près de quinze ans. Le Premier ministre, Roosevelt Skerrit, a été reconduit pour un quatrième mandat le 8 décembre 2019, son parti le DLP remportant 18 des 21 sièges de l’Assemblée sur fond de contestation pré et post électorale.

Autres partis représentés : Le parti d’opposition (United Workers Party, UWP) a obtenu six sièges, soit trois de moins que lors de la précédente législature.

Politique étrangère

Le pays, membre de l’Organisation des Etats de la Caraïbe orientale (OECO), de la Communauté caraïbe (CARICOM), de l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) et de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA), participe également à l’Organisation des Etats américains (OEA), au Commonwealth et à l’Organisation intergouvernementale de la Francophonie (OIF). La Dominique est membre du mouvement des non-alignés. Le secrétaire général de la CARICOM, l’ambassadeur Irwin LAROCQUE, est un haut fonctionnaire dominiquais. La secrétaire générale du Commonwealth, Patricia SCOTLAND, est également d’origine dominiquaise.

Comme d’autres pays de l’OECO, la Dominique a rompu en 2004 les liens diplomatiques avec Taïwan afin de se tourner vers la Chine continentale. Le gouvernement dominiquais entretient de bonnes relations avec Cuba, ainsi qu’avec le Venezuela (il a adhéré le 29 juin 2005 au programme PetroCaribe).

S’agissant de l’Union européenne, la Dominique bénéficie du Fonds européen de développement (FED). Sur le 10e FED (2008-2013), la Dominique a bénéficié d’une enveloppe bilatérale de 7,5 M €. La dotation du 11e FED (2014-2020) s’élève à 4 M € pour la Dominique.

Situation économique

PIB (FMI 2019) : 0,59 Mds US $
RNB par habitant (BM 2018) : 7090 US $
Croissance (FMI 2019) : 9,4 %
Chômage (au sens du BIT 2012) : 14 %
Inflation (FMI 2019) : 1,8 %
Solde budgétaire (CIA WFB 2017) : -5,9 %
Balance commerciale en % du PIB (BM 2018) : -22,2 %
Principaux clients (CIA WFB 2017) : Arabie saoudite (42,6 %), Trinité et Tobago (9,3 %), Jamaïque (8,1 %), Saint Kitts et Nevis (7,1 %), Guyana (6,7 %)
Principaux fournisseurs (CIA WFB 2017) : Etats-Unis (61,3 %), Trinité et Tobago (9,8 %)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (Banque mondiale 2017) :

  • agriculture : 23,3 %
  • industrie : 12,6 %
  • services : 65,1%

Exportations de la France vers la Dominique (en 2018 - DGT) : 5,4 M €
Importations françaises depuis la Dominique (en 2018 - DGT) : 1,3 M €

Pour aller plus loin :

La récession mondiale a touché de plein fouet l’économie dominiquaise : diminution des flux touristiques (déjà limités par l’absence de perspectives balnéaires sur cette île au relief très escarpé), diminution des investissements directs étrangers et des fonds envoyés par les Dominiquais établis à l’étranger. Le niveau de la dette reste élevé. L’île connaît un déficit commercial structurel important et les déficits externes ne sont que partiellement compensés par les recettes touristiques (30 % du PIB) et les transferts des travailleurs émigrés (7 % du PIB).

Outre une importante activité de services, la Dominique est aussi un centre financier offshore, avec environ 12 800 sociétés enregistrées localement. Elle a figuré sur la liste noire du GAFIC de 2000 à 2002, puis sur la liste « grise » des juridictions non-coopératives établie par l’OCDE en avril 2009. La signature de 12 accords bilatéraux d’échange d’informations fiscales (TIEA) lui a permis de passer en liste blanche de l’OCDE en mai 2010. Un accord d’échange de renseignements en matière fiscale a été signé avec la France le 24 décembre 2010 et ratifié depuis par les deux pays.

Le 12 mars 2019, la Dominique a été placée en « liste noire » européenne des juridictions fiscales non coopératives pour ne pas avoir engagé un dialogue avec l’Union européenne ou ne pas avoir remédié à ses manquements en matière de bonne gouvernance fiscale. Elle en a toutefois été retirée le 14 juin 2019.
La destruction à 95 % de l’ile en 2017 par l’ouragan Maria a posé un problème économique et social majeur au pays, mais l’aide financière de la Chine et les revenus tirés du programme « citoyenneté par l’investissement » (CDIP) lui ont permis, en partie se reconstruire.

Mise à jour : 15.06.20

Informations complémentaires