Présentation de la République de Corée

Présentation

Données générales

COREE DU SUD

La Corée du Sud est un partenaire majeur de la France en Asie. Les intérêts communs entre nos deux pays sont croissants. Les échanges dans les enceintes internationales, notamment dans le cadre du G20, sur les enjeux globaux et les grandes questions internationales, ainsi que sur le dossier nord-coréen, sont marqués par de larges convergences de vues. Les visites d’Etat des Présidents français et coréen, en novembre 2015 à Séoul, et en juin 2016 à Paris, ont donné une forte impulsion au dialogue politique entre nos deux pays. Les Présidents français et coréen se sont entretenus lors du Sommet G20 de Hambourg en juillet 2017. Les années France-Corée 2015-2016 ont également contribué, dans le contexte du 130e anniversaire des relations diplomatiques franco-coréennes, à renforcer la richesse de nos échanges.

Site Internet de l’Ambassade de France en Corée : http://www.ambafrance-kr.org

Présentation du pays

Nom officiel : République de Corée
Nature du régime : Démocratie parlementaire (système monocaméral)
Chef de l’Etat : M. MOON Jae-in
Premier ministre nommé : M. LEE Nak-yeon

Données géographiques

Superficie : 99.618 km² (hors zone démilitarisée)
Capitale : Séoul
Villes principales : Busan, Incheon, Daegu, Daejeon, Gwangju.
Langue officielle : coréen
Monnaie : won
Fête nationale : 3 octobre (fondation de l’empire Joseon, en 2333 av. J-C)

Données démographiques

Population : 50,6M (2015, source Banque mondiale) (dont 13,1% de plus de 65 ans)
Densité : 519,4 hab/ km² (2016, source ONU)
Croissance démographique : 0, 382% (2015, source Banque mondiale)
Espérance de vie : 82,15 (2015, source Banque mondiale)
Taux d’alphabétisation : 97,9% (2015)
Religions : sans religion (57%), bouddhisme (15,5 %), protestantisme (19,7 %), catholicisme (7,9 %), confucianisme, chamanisme, islam (Bureau national des Statistiques, 2015)
Indice de développement humain (IDH) : 0,898 (2014, source PNUD)

Données économiques

PIB (2016) : 1411 Mds USD (source FMI)
PIB (2016) : 1411 Mds USD (source FMI)
PIB par habitant (2016) : 27 539 USD (sourceFMI)
Taux de croissance (2016) : 2,7% (2,6% en 2015)
Taux de chômage (au sens du BIT) (2016) : 3,7%
Taux d’inflation (2016) : 0,97 %
Balance commerciale (2016) : 94 Mds USD
Principaux clients en 2015 (source : Korea International Trade Association) : Chine (137 Mds USD, 25 %), ASEAN (75 Mds USD), Etats-Unis (70 Mds USD), Union européenne (48 Mds USD), Hong Kong (30 Mds USD), Viet Nam (18 Mds USD), Japon (26 Mds USD).
Principaux fournisseurs en 2015 (source : Korea International Trade Association) : Chine (90 Mds USD, 17%), Union européenne (57 Mds USD), Japon (46 Mds USD), ASEAN (45 Mds USD), USA (45 Mds USD), Allemagne (21 Mds USD), Arabie saoudite (20 Mds USD).

Part des principaux secteurs d’activité dans le PIB (2015, source Bank of Korea) :

  • agriculture : 2,4 %
  • industrie : 38,2 %
  • services : 59 %

Exportations de la France vers la Corée du Sud (2016) : 3,9 Mds EUR
Importations françaises depuis la Corée du Sud (2016) : 3,3 Mds EUR
Solde positif en 2016 : 0,6 Mds € (source Douanes Françaises)

Présence française

Consulat de France : section consulaire de l’ambassade de France à Séoul
Communauté française en Corée du Sud en 2017 : 3175 inscrits au registre des Français établis hors de France (soit une communauté française estimée à environ 4500-5000 personnes)
Communauté coréenne en France en 2014 : environ 15 000 personnes (source MOFA)

Eléments d’actualité

Politique intérieure

M. MOON Jae-in, candidat du parti démocrate (Minjoo), a été élu président de la République le 9 mai 2017, à la suite de la crise politique ayant abouti à la destitution de la Présidente PARK Geun-hye en mars 2017. Il dispose d’une majorité relative à l’Assemblée (40% des sièges). Son programme accorde la priorité à la réduction des inégalités socio-économiques (hausse des salaires et minima sociaux), et la création de 1,3 M emplois, dont 800.000 dans le secteur public, notamment pour les jeunes. Il envisage une révision de la Constitution, afin de limiter les pouvoirs du Chef de l’Etat, et des mesures pour moraliser la vie publique (collusions public-privé).

Situation économique

11e puissance économique mondiale (PIB de 1411 Mds USD en 2016), 6e exportateur et 9e importateur mondial, la Corée du Sud est un pôle majeur d’innovation en Asie et un pays membre du G20. Elle est l’une des économies les plus ouvertes du monde (taux d’ouverture proche de 90%).

La croissance du PIB coréen a été de 2,8% en 2016 (contre 2,6% en 2015). Le commerce extérieur s’est contracté en 2016 avec une baisse des exportations (483 Mds USD contre 527 Mds USD en 2015) et des importations (389 Mds USD contre 437 Mds USD en 2015), soit 94 Mds USD d’excédent (90 Mds USD en 2015

La nouvelle administration souhaite mener une politique de relance par la hausse du pouvoir d’achat des ménages et de création d’emplois publics ; sur le plan social, elle entend lutter contre le travail précaire et le chômage des jeunes (de l’ordre de 9%), et augmenter le minimum vieillesse. En matière énergétique, le Président MOON a annoncé la sortie progressive du nucléaire à l’horizon 2040, la fermeture de centrales à charbon et le développement des énergies renouvelables. Dans la continuité des précédents gouvernements, il fait du soutien à la recherche et à l’innovation une priorité.

Politique étrangère

La Corée du Sud entend jouer un rôle accru sur la scène internationale. Elle fait partie des 15 premiers contributeurs des Nations unies. Membre de l’OMC, du G20, du Conseil des droits de l’Homme, et membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies en 2013-2014, elle est aussi membre du Comité d’aide au développement de l’OCDE depuis 2010. Elle a rejoint l’Organisation internationale de la Francophonie en qualité d’Etat observateur en novembre 2016. Elle accueillera les Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang en 2018.

L’alliance militaire avec les Etats-Unis conclue en 1953 demeure le pilier de la politique étrangère coréenne. Le Président MOON Jae-in a rencontré à Washington le 30 juin 2017 le Président TRUMP, qui a réaffirmé son engagement aux côtés de la Corée du Sud. . 28 500 soldats américains sont stationnés en Corée du Sud.

Les relations avec la Chine sont marquées par des liens économiques étroits, renforcées par l’accord de libre-échange signé en juin 2015. La Chine est le 1er partenaire commercial de la Corée et la Corée le 1er fournisseur de la Chine. Le déploiement du système anti-missile américain (THAAD) dans le sud de la Corée est toutefois considéré par Pékin comme une atteinte à ses intérêts stratégiques et un obstacle à la recherche d’une solution sur le dossier nord-coréen.

Avec le Japon, le dernier sommet bilatéral entre chefs d’Etat et de gouvernement depuis 3 ans a eu lieu le 2 novembre 2015. Les échanges économiques, culturels et humains sont denses. Les questions mémorielles (colonisation japonaise en Corée entre 1910-1945) continuent de peser sur les relations politiques entre Séoul et Tokyo. Le Président MOON Jae-in a remis en cause l’accord trouvé en 2015 par sa prédécesseure avec le Japon sur le dédommagement des « femmes de réconfort » en échange de l’abandon des réclamations sud-coréennes. Les deux pays sont convenus en 2016 d’accroitre leur concertation sur la crise nucléaire nord-coréenne y compris leurs échanges d’informations militaires en matière de sécurité dans le contexte nord-coréen.

La Chine, la Corée et le Japon ont tenu en novembre 2015 à Séoul leur premier sommet trilatéral depuis 2012. La déclaration commune prévoit la tenue régulière de sommet et la poursuite de la coopération en matière de paix et de sécurité régionales, de sûreté nucléaire, de développement durable, d’environnement, d’énergie et d’éducation. Les ministres des Affaires étrangères des trois pays se sont rencontrés le 24 août 2016 à Tokyo pour un échange de vues sur le renforcement de leur coopération et les enjeux régionaux et globaux.

Un bureau dédié du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme des Nations Unies, centré sur la situation des droits de l’Homme en Corée du Nord, a ouvert à Séoul en juin 2015.

Relations intercoréennes

Lors de sa campagne, le Président MOON Jae-in s’était engagé à rechercher une double approche avec la Corée du Nord : dénucléarisation et dialogue lorsque les conditions seront réunies. Cette main tendue à la Corée du Nord n’a pas rencontré d’échos à Pyongyang. La Corée du Sud a fermement condamné chaque tir de missile nord-coréen depuis mai 2017 ainsi que l’essai nucléaire du 3 septembre. Elle a par ailleurs décidé une aide humanitaire de 8M$ en faveur de son voisin du Nord.

L’aide publique au développement de la Corée augmente (1,9 Md USD) se diversifie géographiquement (vers l’Afrique). La Corée s’implique également de façon croissante dans les OMP et participe à la lutte contre la piraterie (EUNAVFOR ATALANTA

Mise à jour : 17.10.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE