Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

Les relations politiques avec la Colombie, traditionnellement bonnes, se sont considérablement densifiées sous le mandat de l’ex-président Juan Manuel Santos (2010-2018). Ce dernier s’était rendu à deux reprises à Paris, en janvier 2011, quelques mois après sa première investiture, et en visite officielle en janvier 2015 et en juin 2017, lors de son second mandat. La rencontre entre les présidents Hollande et Santos avait alors donné lieu à l’annonce de l’Année France-Colombie pour 2017. Le président François Hollande avait effectué, en janvier 2017, une visite officielle en Colombie, première visite présidentielle depuis celle de François Mitterrand en 1989.

Cette dynamique s’est poursuivie sous l’actuelle administration colombienne, dès son arrivée au pouvoir. La rencontre entre le président de la République Emmanuel Macron et son homologue colombien Iván Duque en marge de l’Assemblée générale des Nations-Unies, en septembre 2018, a permis d’instaurer une continuité du dialogue. Depuis, le président Iván Duque s’est rendu à trois reprises à Paris (2018, 2019, 2021). Fin 2021, les échanges de haut niveau se sont intensifiés, avec les visites en France de la vice-présidente et ministre des Relations extérieures Marta Lucia Ramire en octobre, et du président Ivan Duque en novembre. Le ministre délégué au Commerce extérieur et à l’Attractivité, Franck Riester, s’est pour sa part rendu en Colombie les 6 et 7 décembre 2021.

Présence française

Communauté française en Colombie : 6 400 inscrits au registre des Français (10/2020).
Communauté colombienne en France : 14 000 inscrits au Consulat de Colombie à Paris (estimation : 50 à 60.000 Colombiens en France)

Visites

Le président Iván Duque s’est rendu à Paris du 11 au 13 novembre 2018 pour participer au Forum pour la paix. Il a de nouveau effectué une visite de travail en France du 19 au 21 juin 2019, au cours de laquelle il s’est entretenu avec le président de la République, le ministre de la Transition écologique et solidaire et le ministre de la Défense, entre autres. Le ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, M. Blanquer, s’est rendu en Colombie en septembre 2019.

En mai 2021, des consultations bilatérales (Paris, format virtuel) se sont tenues au niveau de la secrétaire générale adjointe du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du vice-ministre des Relations bilatérales colombien. Enfin, la vice-présidente et ministre des Relations extérieures Marta Lucia Ramirez s’est rendue à Paris en avril puis du 4 au 6 octobre 2021 ; elle s’est notamment entretenue avec le Premier ministre et la ministre des Armées. Le président Duque a effectué une visite à Paris le 3 novembre avec une délégation de ministres, il s’est entretenu avec le président de la République. Le ministre délégué au Commerce extérieur et à l’Attractivité, Franck Riester, s’est pour sa part rendu en Colombie les 6 et 7 décembre 2021, il s’est entretenu avec le Président Ivan Duque, la ministre du Commerce Mme Lombana Villalba et le ministre de l’Energie et des Mines, M. Mesa Puyo.

Relations économiques

La relation économique bilatérale avec la Colombie est ancienne (notre chambre de commerce bilatérale, la plus ancienne de Colombie, a fêté ses 100 ans en 2017) et dense. La France est très présente en Colombie où elle est, avec environ 230 filiales françaises et plus de 150 000 emplois directs, le premier employeur étranger. Le Comité stratégique franco-colombien, institué en janvier 2015, réunit les principaux acteurs de la relation économique bilatérale (du côté français, Véolia, Alstom, Sanofi, POMA, Airbus, Casino…) afin de la stimuler.

Les échanges commerciaux entre la France et la Colombie ont connu des évolutions contrastées au cours des dix dernières années. Jusqu’en 2013, nos échanges enregistraient une progression très sensible, passant de 915 MEUR en 2008 à 1,59 Md en 2013. Cette progression s’effectuait principalement au bénéfice de nos exportations, en particulier grâce aux livraisons aéronautiques. L’année 2020 a marqué un net coup d’arrêt, nos ventes vers la Colombie ayant reculé de 34,4 % sur un an à 463 MEUR, suite à la chute des ventes françaises d’aéronefs et engins spatiaux, ainsi que de matériels de transport (secteur automobile). En 2020 la France est le 6ème fournisseur du pays (devant l’Espagne et derrière l’Allemagne), avec une part de marché de 2,2% soit 0,1 point de pourcentage de moins que l’an dernier.

En sens inverse, les exportations de Colombie vers la France avaient progressé de 33% en 2017 à la faveur de l’application de l’accord de libre-échange UE-Colombie. Elles se sont stabilisées en 2018 à 490 MEUR (-2%) et avaient entamé un recul en 2019. En 2020, nos achats en provenance de Colombie ont reculé de 7,6 % à 332 MEUR (diminution des achats de houille). Notre solde commercial à l’égard de la Colombie reste positif à 131,4 MEUR, mais se trouve cependant divisé par 2,7 par rapport à son niveau de 2019 (347,3 MEUR).

Parmi les domaines récents de coopération, se distinguent les énergies renouvelables, avec la création d’un « Club vert » qui réunit les entreprises françaises et colombiennes du secteur, et la signature d’une déclaration d’intention sur l’hydrogène décarboné en décembre 2021, lors de la visite à Bogota du ministre délégué au Commerce extérieur et à l’Attractivité, Franck Riester. Un expert technique international français devrait être déployé en Colombie pour favoriser la coopération dans le secteur de l’hydrogène décarboné. Enfin, le secteur de la santé est également prometteur.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Le déroulement de l’Année France –Colombie en 2017 a marqué un temps très fort du partenariat bilatéral, d’autant qu’il s’agissait du premier évènement de la sorte organisé avec un pays hispanophone et le second avec un pays latino-américain, après le Brésil.

La Colombie entretient avec la France des relations anciennes et très vivantes dans le domaine de la recherche et de la mobilité étudiante. La France est ainsi le 3e pays de destination des étudiants colombiens après les Etats-Unis et l’Espagne. La Colombie est aussi le deuxième pays d’Amérique latine pourvoyeur d’étudiants en France, derrière le Brésil. De nombreuses conventions universitaires et la signature en 2011 d’une convention de reconnaissance mutuelle des diplômes et des périodes d’études favorisent la mobilité étudiante et les rapprochements dans le domaine de la recherche scientifique, secteur en forte croissance, avec la création de l’association COLIFRI qui réunit aujourd’hui plusieurs centaines de scientifiques français et colombiens. Dans le domaine culturel, la Colombie est régulièrement à l’honneur de plusieurs festivals cinématographiques consacrés à l’Amérique latine, à Biarritz, à Nantes et à Amiens. Lors de sa visite en Colombie en septembre 2019, le ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse a signé avec son homologue colombienne une feuille de route pour renforcer la coopération éducative et l’enseignement du français.

Depuis quelques années, la France et la Colombie ont également renforcé leur coopération en matière de développement durable ; un accord de coopération a été signé à Paris en juin 2019 par les ministres de l’environnement pour poursuivre dans ce domaine. Depuis septembre 2019, la Colombie est un partenaire dans la mise en place d’une Alliance pour la préservation des Forêts tropicales, coalition de pays montée à l’initiative de la France qui s’engage pour des actions coordonnées en matière de protection et gestion des grandes forêts humides. Enfin, le FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial) développe une coopération en matière d’écotourisme, d’artisanat et de mise en place de crédits carbone.

Autres types de coopération

L’Agence française de développement inscrit ses activités en Colombie depuis fin 2009 dans le cadre d’un mandat d’appui à une « croissance verte et solidaire ». L’agence AFD de Bogota s’est dotée d’une stratégie d’intervention qui comporte trois objectifs thématiques : i) favoriser la convergence et le développement durable des territoires, ii) promouvoir les politiques d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, et iii) accompagner les politiques de cohésion sociale y compris de réduction des inégalités. Cette stratégie a deux objectifs transversaux que sont la contribution à la diplomatie économique et aux engagements de la France sur le climat. Le total cumulé des prêts de l’AFD en faveur de la Colombie, depuis 2009, atteint 2,7 Md$ d’engagements, dont 400 M$ dans des opérations contribuant directement au « post-conflit ». Ces prêts concernent principalement le développement rural, la gouvernance foncière et le cadastre.

La France complète sa participation à la mise en œuvre du processus de paix par une contribution bilatérale directe de 3 millions d’euros au Fonds fiduciaire européen pour la Colombie de l’Union européenne (127 millions d’euros), des dons du Centre de crise et de soutien (1,2 M d’euros) et le financement de projets de micro-ONGs (300 000 euros en 2019-2020).

Enfin en 2020, 4 millions d’euros ont été versés pour la réponse humanitaire à la crise dans la région ; en 2021, ce montant s’élève à plus de 5 millions d’euros.

Mise à jour : 02.03.22

Informations complémentaires