Relations bilatérales

  • Ambassadeur de France en Colombie : M. Gautier MIGNOT (juin 2017)
  • Ambassadeur de Colombie en France : Mme Viviane MORALES HOYOS (octobre 2018)

Relations politiques

La visite du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian en Colombie (26-28 juillet 2018) puis la rencontre entre le président Emmanuel Macron et son homologue colombien Iván Duque en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, le 25 septembre 2018, ont permis d’instaurer une continuité avec la nouvelle équipe gouvernementale colombienne. Le président Iván Duque s’est par ailleurs rendu à Paris du 11 au 13 novembre 2018, notamment pour participer au Forum de Paris sur la paix.

Depuis plusieurs années, les relations avec la Colombie se sont densifiées. L’ex-président Santos s’était rendu à deux reprises à Paris, en janvier 2011, quelques mois après sa première investiture, et en visite officielle en janvier 2015, lors de son second mandat. La rencontre entre les présidents Hollande et Santos avait alors donné lieu à l’annonce de l’année France-Colombie pour 2017 et au lancement du comité stratégique franco-colombien, composé d’éminentes personnalités françaises et colombiennes de différents horizons (entreprises, culture, universitaires, société civile). Dans le prolongement de la visite officielle du président Santos à Paris, le Premier ministre Manuel Valls s’était rendu à Bogotá le 25 juin 2015, visite au cours de laquelle avaient été signés dix-sept accords bilatéraux (convention fiscale, prêt « Climat » de 275 M € de l’Agence française de développement (AFD), accords universitaires – dont la création d’un Observatoire international de sortie de la violence -, coopération décentralisée, accord vacances-travail, etc.).

Le 26 septembre 2016, le secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, M. André Vallini, a représenté la France à Carthagène lors de la cérémonie de signature officielle de l’accord de paix. Le ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Jean-Marc Ayrault, s’est rendu à Bogotá et à Medellín en décembre 2016 pour le lancement de l’année France-Colombie en 2017. Le président François Hollande a effectué, du 22 au 24 janvier 2017, une visite officielle en Colombie, première visite présidentielle depuis celle de François Mitterrand en 1989. Le président Santos a ensuite été reçu par le président Macron en visite officielle en France du 21 au 23 juin 2017 à l’occasion du lancement de la saison colombienne en France pour le second semestre 2017.

Relations économiques

La relation économique bilatérale avec la Colombie est ancienne (notre chambre de commerce bilatérale, la plus ancienne de Colombie, a fêté ses 100 ans en 2017) et dense (environ 230 entreprises françaises implantées). La France est très présente en Colombie où elle est, avec plus de 120 000 emplois directs, le premier employeur étranger.

Le Comité stratégique franco-colombien, institué en janvier 2015, réunit les principaux acteurs de la relation économique bilatérale (du côté français, Véolia, Alstom, Sanofi, POMA, Airbus, Casino) afin de la stimuler.

La Colombie représente notre 5e débouché sur le continent en 2017. Les échanges commerciaux entre la France et la Colombie connaissent des évolutions très contrastées sur la période depuis 10 ans. De 2007 à 2013, nos exportations ont quasiment doublé (1,05 Md € en 2013) et les échanges ont progressé de 73,8 % (1,59 Mds € en 2013). Depuis 2014, nos exportations diminuent, conduisant à une réduction de notre solde commercial (de 522 M € en 2013 à 4,6 M € seulement en 2017). Cela s’explique par le fait que notre solde commercial a reposé pour beaucoup sur les livraisons aéronautiques effectuées par Airbus à la compagnie Avianca (cent A320 Neo acquis en juin 2015). La livraison des appareils a largement contribué à la hausse des exportations françaises, mais la décision d’Avianca de différer la livraison d’un grand nombre d’appareils dans un contexte de forte dépréciation du peso a conduit à la forte baisse de nos exportations. La tendance semble repartir à la hausse au premier semestre 2018, par la livraison d’un A321 Neo par Airbus.

Nos exportations hors aéronautique sont en recul de 5,7 % à 519 M €, dans un contexte de très forte contraction des importations colombiennes (- 17 %). On notera toutefois que cette situation globale masque des évolutions sectorielles différenciées : l’agro-alimentaire enregistre ainsi une progression conséquente (+ 20,3 % à 27,7 M €), de même que les produits agricoles, dans des volumes qui restent toutefois symboliques (+ 161,1 % à 6,6 M €).
De façon schématique, notre solde bilatéral correspond à l’addition d’un fort déficit dans le domaine des produits agricoles et agroalimentaires (- 85 M €, ce qui laisse de fortes marges de progrès s’agissant d’une grande puissance agro-alimentaire comme la nôtre) et d’un déficit plus « normal » dans le domaine des hydrocarbures (- 166 M €), ces deux soldes étant contrebalancés par l’excédent des biens d’équipements.

Aide au développement

La Colombie est l’un des premiers partenaires de la France dans sa politique de développement et le premier pays du continent américain bénéficiaire de l’aide publique au développement française.

L’Agence française de développement inscrit ses activités en Colombie depuis fin 2009 dans le cadre d’un mandat dessiné pour un pays émergent : l’appui à une « croissance verte et solidaire ». L’agence AFD de Bogotá s’est dotée d’une stratégie d’intervention 2014-2018 qui décline trois objectifs thématiques : i) favoriser la convergence et le développement durable des territoires, ii) promouvoir les politiques d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, et iii) accompagner les politiques de cohésion sociale y compris de réduction des inégalités. Cette stratégie précise également deux objectifs transversaux que sont la contribution à la diplomatie économique et aux engagements de la France sur le climat. Parmi les prêts de l’AFD, un premier financement de 300 M $ a été signé en juin 2015 lors de la visite du Premier ministre français en Colombie. Le total cumulé des prêts de l’AFD en faveur de la Colombie, depuis 2009, atteint 2 Md $ d’engagements, dont 400 M $ dans des opérations contribuant directement au « post-conflit ». Ces prêts concernent principalement le développement rural, la gouvernance foncière et le cadastre.

La France complète sa participation via le budget de l’Union européenne au Fonds fiduciaire européen pour la Colombie de 125 millions d’euros (inauguré en décembre 2016) par une contribution bilatérale directe de 3 millions d’euros. Elle a versé en 2018 une contribution exceptionnelle de 500 000 $ au HCR, dédiés à la prise en charge des réfugiés et migrants vénézuéliens en Colombie.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Le déroulement de l’année France-Colombie en 2017 a marqué un temps très fort du partenariat bilatéral, d’autant qu’il s’agissait du premier évènement de la sorte organisé avec un pays hispanophone et le second avec un pays latino-américain, après le Brésil.

La Colombie entretient avec la France des relations anciennes et très vivantes dans le domaine de la recherche et de la mobilité étudiante. La France est ainsi le 3e pays de destination des étudiants colombiens après les États-Unis et l’Espagne avec près de 4 000 inscrits dans les institutions d’enseignement supérieur en 2015-2016. La Colombie est aussi le deuxième pays d’accueil des étudiants latino-américains en France, derrière le Brésil. De nombreuses conventions universitaires et la signature en 2011 d’une convention de reconnaissance mutuelle des diplômes et des périodes d’études favorisent la mobilité étudiante et les rapprochements dans le domaine de la recherche scientifique, secteur en forte croissance, avec la création de l’association COLIFRI qui réunit aujourd’hui plusieurs centaines de scientifiques français et colombiens. Avec plus de 24 000 élèves en 2015 et un réseau de 12 établissements, l’Alliance française de Colombie occupe une des premières places mondiales. Dans le domaine culturel, la Colombie est régulièrement à l’honneur de plusieurs festivals cinématographiques consacrés à l’Amérique latine, à Biarritz, à Nantes et à Amiens.

Sur le plan institutionnel, notre coopération technique en matière de lutte contre le trafic de drogue est importante, notamment au travers du ministère de l’Intérieur et du CIFAD (Centre interministériel de formation anti-drogue).

Dans le cadre du processus de paix, à partir de 2012, la France a appuyé au moyen de subventions du CDCS plusieurs projets dans les domaines de la mémoire historique, la réincorporation des ex-combattants, le développement rural des régions affectées par le conflit, la justice transitionnelle et le déminage humanitaire.

Un prix franco-allemand des droits de l’homme « Antonio Nariño », créé en 2010, est remis chaque année à des militants et ONG œuvrant pour la défense des droits de l’homme.

Le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) développe une coopération en matière d’écotourisme, d’artisanat et de mise en place de crédits carbone.

Mise à jour : 10.04.19

Informations complémentaires