Présentation du Cameroun

Données générales

Présentation du pays

CAMEROUN {JPEG}

Nom officiel : République du Cameroun / Republic of Cameroon.
Nature du régime : République
Chef de l’Etat : M. Paul Biya, Président de la République
Chef du gouvernement : M. Philémon Yang, Premier Ministre

Données géographiques

Superficie : 475 442 km²
Capitale : Yaoundé
Villes principales : Douala, Yaoundé, Bafoussam, Garoua, Maroua.
Langue(s) officielle(s) : français, anglais
Monnaie : Franc CFA (1€ = 655,96 XAF)
Fête nationale : 20 mai

Données démographiques

Population : 23,3 millions d’habitants (Banque mondiale, 2015)
Croissance démographique : 2,5 % (BM, 2015)
Espérance de vie : 55 ans (BM, 2014)
Religion(s) : Christianisme (35-40%), Islam (15-20%), animisme (45%)
Indice de développement humain : 153e rang sur 188 (PNUD, 2016).

Données économiques

PIB nominal : 29,198 Mds USD courants (BM, 2015).
PIB par habitant : 1263 $ (DG Trésor, 2018 ,).

Taux de croissance du PIB en 2017 : 3,2 % (DG Trésor , 2018).
Taux d’inflation : 0,9 en 2016% (FMI, 2018 ).
Exportations de la France vers le Cameroun en 2017 : 537 M€ (DG Trésor, 2018).
Importations de la France en provenance du Cameroun en 2017 : 476 M€ (DG Trésor, 2018 ).
Fiche pays de la Direction générale du Trésor :
http://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/cameroun

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://cm.ambafrance.org/
Consulat général : Douala.
Section consulaire : Yaoundé.
Communauté française au Cameroun : 6433 personnes immatriculées (2016).
Communauté camerounaise en France (personnes disposant d’un titre de séjour) : 51 625 (2016).

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), parti du Président Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, a largement remporté toutes les dernières élections. Il a obtenu 148 des 180 sièges à l’assemblée nationale aux législatives de 2013 et 63 des 70 sièges de sénateurs en 2018 (les 30 autres sont nommés par le chef de l’Etat). Le Président du Sénat (Marcel Niat Njifenji) serait appelé à assurer l’intérim du chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir.

M. Philémon Yang a succédé à M. Ephraïm Inoni à la tête du gouvernement en 2009. Remanié une première fois le en 2011, le gouvernement Yang a été réaménagé en 2015, puis de nouveau le 2 mars 2018.

A l’issue de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018, le président sortant Paul Biya a été réélu avec 71,28% des suffrages exprimés. Maurice Kamto est arrivé en deuxième position avec 14,23% des voix, tandis que Cabral Libii et Joshua Osih ont recueilli respectivement 6,28% et 3,35% des suffrages.

Les élections législatives et municipales se tiendront en 2019.

Depuis novembre 2016, les régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun connaissent des mouvements de contestation, sur fond de revendication d’indépendance, qui ont pris une tournure de plus en plus violente. Les principaux leaders séparatistes sont en prison. Plus d’une centaine de membres des forces de l’ordre camerounaises et plusieurs centaines de civils auraient été tués depuis fin 2017.

Situation économique

L’économie camerounaise est la plus diversifiée de la région. Les activités agricoles et forestières, qui représentent 22,2 % du PIB (2014) s’appuient à la fois sur les cultures de rente (cacao, café, banane, palmier à huile, canne à sucre, hévéa) et vivrières (banane plantain, maïs, manioc…).

Le secteur secondaire représente 30,1 % du PIB. Les hydrocarbures restent un élément important de l’économie. L’industrie couvre des secteurs variés (boissons, sucrerie, huilerie, savonnerie, minoterie, aluminium, ciment, métallurgie, première transformation du bois). Le secteur des services (47,8 % du PIB) est dominé par les transports (en particulier les ports), le commerce, la téléphonie mobile et les services financiers.

Malgré cette diversification, l’essentiel des exportations (80%) repose sur des produits non transformés. Les flux d’échanges avec les pays de la zone CEMAC ne représentent qu’une faible part des échanges commerciaux, et le Cameroun réalise à lui seul 70% des échanges agricoles intracommunautaires de la CEMAC. Les principaux partenaires commerciaux du Cameroun sont l’UE, le Nigéria et la Chine.

La croissance économique du Cameroun est passée de 2 % environ en 2009 à 5,9 % en 2015, 4,8 % en 2016, et 3,2 % en 2017. Depuis 2010, la moyenne de l’inflation est restée inférieure à 3 %. La dette publique camerounaise est passée de 9,7 % du PIB en 2008 à 38,2 % du PIB à fin 2017. Souhaitant mettre le Cameroun sur la voie de l’émergence à l’horizon 2035, les autorités ont lancé un programme de grands projets structurants qui visent à dynamiser l’économie.

Politique étrangère

Par sa situation géographique, le Cameroun est la porte d’entrée naturelle de l’Afrique centrale, désenclavant la République centrafricaine et le Tchad.

Les attaques menées depuis 2013 par le groupe terroriste nigérian Boko Haram ont conduit les autorités camerounaises à renforcer le dispositif militaire dans le nord du pays. Membre de la Commission du bassin du lac Tchad, le Cameroun a participé au Sommet de Paris pour la sécurité au Nigéria de mai 2014. L’action des forces armées camerounaises, ainsi que la mise en place en 2016 d’une force multinationale mixte par les pays de la région (Nigéria, Tchad, Cameroun, Niger, Bénin), ont contribué à réduire la pression exercée par Boko Haram, mais la menace demeure active. Le Cameroun accueille environ 90 000 réfugiés nigérians sur son territoire.

Un différend territorial a opposé le Cameroun et le Nigéria sur le statut de la presqu’île de Bakassi. Réglé par un arrêt de la Cour internationale de Justice du 10 octobre 2002, il a fait l’objet d’un accord de mise en œuvre en 2006 (accord de Greentree) et Abuja a rétrocédé la dernière partie de la presqu’île en 2008. Le président Biya s’est rendu en visite bilatérale à Abuja en mai 2016.

Le Cameroun a pris part à la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (MICOPAX) puis à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) avec 850 hommes. Ce bataillon a été intégré en 2014 dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en RCA (MINUSCA). Pays frontalier de la RCA dont il est l’unique voie de communication commerciale avec l’extérieur via le port de Douala, le Cameroun accueille environ 275 000 réfugiés centrafricains.

Le Cameroun a accueilli, en juin 2013, le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, de la CEEAC et de la Commission du golfe de Guinée sur la sûreté et la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée. Au cours de ce sommet, une architecture régionale de lutte contre la piraterie a été adoptée, coiffée par le centre interrégional de coordination (CIC), inauguré à Yaoundé en 2014.

Membre de l’Organisation de la conférence islamique depuis 1975, Yaoundé a rejoint l’Organisation internationale de la Francophonie en 1991 et le Commonwealth en 1995.

Mise à jour : 02.11.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE