Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

La coopération entre la France et le Bénin est encadrée par l’Accord général de 1975 et les accords particuliers ratifiés la même année. Ces derniers ont un vaste champ d’application, de la coopération culturelle à la coopération militaire. Pour remplacer le Cadre général de partenariat France-Bénin (CPG) 2018-2021, l’Ambassade de France à Cotonou a élaboré, en étroite coopération avec la société civile et les autorités béninoises, une « stratégie-pays », comme prévu par la loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales. Cette stratégie se base sur les priorités du PAG II et poursuit trois objectifs principaux : (i) appuyer le renforcement de la démocratie, de l’État de droit et de la bonne gouvernance ; (ii) accompagner le développement humain et la transformation structurelle de certains secteurs clefs de l’économie ; (iii) contribuer à accroître durablement le bien-être social des populations.

L’Union européenne a alloué 372 millions EUR au Bénin dans le cadre du 11e fonds européen de développement (2014-2020). Cette enveloppe était dédiée aux secteurs de la gouvernance (184 millions EUR), du développement du secteur agricole (80 millions EUR), de l’accès à l’énergie (80 millions EUR) et de l’appui à la société civile (18 millions EUR). Le 17 septembre 2018 s’est tenue la 5e session du Dialogue politique au titre de l’article 8 de l’Accord de Cotonou entre l’Union européenne et le Bénin, dont le bilan positif a été souligné. Les montants alloués au Bénin par le nouvel instrument européen pour le développement, le NDICI, ne sont pas encore connus.

La relation entre l’Union européenne et le Bénin s’est néanmoins détériorée après la tenue des élections législatives : le chef de la délégation de l’Union européenne à Cotonou a été prié de quitter le territoire béninois. Quelques mois plus tard, l’Union européenne a retiré son agrément à l’ambassadeur béninois auprès de l’UE. Depuis cet épisode, les relations entre l’UE et le Bénin se sont améliorées et une nouvelle ambassadrice, Mme Sylvia Hartleif, a été nommée à Cotonou.

Présence française

Site internet de l’ambassade : http://www.ambafrance-bj.org
Institut Français : Cotonou et antenne de Parakou (https://if-benin.com)
Communauté française : 3 900 enregistrés. Le nombre des non-inscrits est estimé à 1 100.

Visites

Le Président Talon, qui avait effectué une visite officielle en France en avril 2016, s’est à nouveau rendu en France en mars 2018. A l’occasion de cette visite, le Président de la République et son homologue béninois ont défini les cinq priorités de la relation bilatérale : coopération en matière de santé, lutte contre le dérèglement climatique et développement de la ville durable, tourisme, formation et éducation et coopération patrimoniale.

Le ministre de la culture M. Franck Riester, a été reçu au Bénin les 15 et 16 décembre 2019 et a notamment évoqué la question de la restitution des biens culturels, avec le Président Talon et son homologue M. Jean-Michel Abimbola. Ce dernier s’est rendu à Paris en retour, accompagné par le ministre des affaires étrangères et de la coopération, M. Aurélien Agbénonci le 21 février 2020.

Le Président Talon s’est rendu en France en novembre 2021 dans le cadre d’une visite officielle dédiée à la restitution des 26 objets des palais d’Abomey. L’accord intergouvernemental actant la restitution a été signé à l’Elysée, par les Ministres de la Culture français et béninois, en présence des deux Présidents.

Relations économiques

Les échanges commerciaux franco-béninois se caractérisent par un très faible niveau d’importations françaises (2,4 millions EUR en 2018 et 2,1 millions EUR en 2019), centrées autour de quelques produits agricoles (fruits tropicaux,..) et agroalimentaires (jus de fruits,..). Les exportations françaises à destinations du Bénin se sont élevées à 162,8 millions EUR en 2019, en baisse de 26,9 % par rapport aux résultats de l’exercice précédent (222,7 millions EUR). Le bon chiffre de 2018 était dû à la livraison exceptionnelle de turbines électriques pour la centrale de Maria Gléta 2 (32 millions EUR). Le résultat 2019 souffre également de la baisse continue de nos ventes de volailles congelées destinées à la réexportation vers le Nigéria (14,7 millions EUR contre 21,6 millions EUR un an plus tôt), baisse qui devrait s’accélérer en 2020. Nos exportations traditionnelles de médicaments, premier poste d’exportations vers le Bénin, se sont stabilisées à 34,8 millions EUR.

Une quarantaine d’entreprises françaises sont implantées au Bénin. Concentrées dans l’agroalimentaire, la logistique, le BTP et la banque, elles emploient directement environ 8000 collaborateurs.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La coopération française dispose d’un vaste champ d’intervention au Bénin. La France est le deuxième bailleur bilatéral du Bénin, derrière les Etats-Unis. Le montant de l’aide publique au développement en faveur du Bénin s’élevait à 63,58 M€ en 2018. Les engagements de l’AFD depuis 2010 ont atteint 530M€ en 2021, dont 130M en subventions. Les principaux domaines d’intervention de l’agence sont le secteur énergétique (175M) et le développement urbain (146M). L’AFD est de plus en plus sollicitée par la partie béninoise pour intervenir en matière de formation professionnelle. Elle a ainsi lancé un projet pilote consacré à l’enseignement agricole dans l’Alibori (nord-est), en 2021. Le service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’ambassade mène un projet FSPI (fonds de solidarité pour les projets innovant) consacré au patrimoine et aux métiers du patrimoine (« des sites et des musées pour le développement du territoire ») et devrait lancer en 2022 un projet consacré au développement du sport féminin. L’IRD, avec sa représentation régionale, et le CIRAD, animent la coopération scientifique. La coopération décentralisée se décline en 30 accords de partenariat entre collectivités locale françaises et béninoises.

La restitution des 26 œuvres emportées lors de la conquête du royaume du Dahomey a été le projet phare de la coopération culturelle avec le Bénin au cours des dernières années. Conformément à la loi du 24 décembre 2020, les œuvres ont été restituées au Bénin le 9 novembre 2021, par un accord intergouvernemental. Cet accord a été signé à Paris par les deux Ministres de la Culture, en présence des Pprésidents français et béninois. Les œuvres ont été exposées à la Présidence béninoise (Palais de la Marina) à partir du 18 février, dans le cadre d’une exposition mixte (associant les œuvres d’Abomey et pièces contemporaines), inaugurée en présence de la mMinistre de la Culture, Mme Bachelot-Narquin. Elles prendront ensuite le chemin de Ouidah, où elles seront exposées au fort portugais. L’AFD appuie par ailleurs le projet béninois de construction du Musée de l’épopée des amazones et des rois du Dahomey (MEARD) sur le site des palais royaux d’Abomey, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La construction du musée pourra débuter lorsque le Conseil du patrimoine mondial de l’UNESCO aura validé le projet. Ce musée devra in fine accueillir les œuvres restituées.

Au Bénin, la France poursuit également ses actions en faveur de la diversité culturelle, de la francophonie et de la création artistique. L’Institut français du Bénin (IFB) est un établissement de référence en matière culturelle et d’enseignement du français. L’espace Campus France, hébergé par l’IFB, traite les demandes de mobilité vers la France soumises par les étudiants béninois. La France délivre environ 1000 visas de long séjour à des étudiants béninois par an. L’Etablissement d’enseignement français (EFE) Montaigne, sous tutelle de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), accueille plus de 1000 élèves, ressortissants français, internationaux ou citoyens béninois. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères est représenté par deux autres de ses opérateurs, le CIRAD (recherche agronomique) et l’Institut de recherche pour le développement (IRD), dont l’un des principaux axes de recherche au Bénin est la santé. L’action des opérateurs est pilotée par le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade, qui anime également plusieurs projets financés par le fonds de solidarité pour les projets innovants (FSPI) du MEAE.

Autres types de coopérations

La coopération de sécurité et de défense française est active au Bénin. Les Eléments français du Sénégal (EFS) dispensent ainsi des formations, notamment en matière de lutte contre le terrorisme. Des coopérants français sont également présents au Centre de formation de référence dans le domaine du déminage (CPADD), une école nationale à vocation régionale (ENVR)

Mise à jour : 21.07.22

Informations complémentaires