Présentation du Bénin

Partager

Présentation du pays

BÉNIN {JPEG}

Données générales

Nom officiel : République du Bénin
Nature du régime : République
Chef de l’État et du gouvernement : Patrice Talon

Données géographiques

Nombre d’habitants : 12,5 millions (FNUAP, 2021)
Nombre d’enfants par femme : 4,6 (2021)
Croissance de la population : 2,7 % par an (2021)
Taux d’urbanisation : 44 %
Densité : 87 habitants / km²
Espérance de vie à la naissance : 62 ans
Part des moins de 14 ans dans la population : 42 %
Part des plus de 65 ans : 4,5 %
Taux d’alphabétisation des plus de 15 ans : 40-45 %
Taux d’alphabétisation des 15-24 ans : 64,5 %
Proportion des Béninois dotés d’un acte de naissance (2013) : 65 %

Données démographiques

Superficie : 112 622 km²
Capitale officielle : Porto-Novo
Villes principales : Cotonou, Djougou, Parakou, Abomey
Langue officielle : français
Langue(s) courante(s) : français, fon, yoruba
Monnaie : Franc CFA
Fête nationale : 1er août (proclamation de l’indépendance en 1960)

Éléments d’actualité

Politique intérieure

En 1990, le Bénin a été le premier pays à entrer dans la phase de transition démocratique qui a ensuite parcouru l’Afrique francophone. La Conférence nationale souveraine (ou Conférence des forces vives de la Nation), qui se tient en février 1990 à Cotonou et rassemble 493 délégués de l’opposition et du pouvoir, met fin au régime marxiste-léniniste dirigé par Mathieu Kérékou. Elle confie à une commission de juristes le soin de rédiger une nouvelle Constitution, adoptée par référendum en décembre 1990, qui instaure le multipartisme et limite les pouvoirs du Président de la République.

Cette transition ouvre la voie à une période d’alternance politique. En 1991, Nicéphone Soglo remporte le scrutin présidentiel contre Mathieu Kérékou avec 68 % des voix. Ce dernier l’emporte néanmoins en 1996. Les Béninois le réélisent, avant qu’il ne cède la place, en 2006, au Président Boni Yayi. Thomas Boni Yayi dirige le pays jusqu’en 2016.

Le scrutin présidentiel de mars 2016, qui s’est déroulé dans le calme avec un fort taux de participation (66 % au second tour), a départagé 33 candidats. Seuls deux d’entre eux, Patrice Talon et Lionel Zinsou, ont accédé au second tour. Patrice Talon a bénéficié du soutien de Sébastien Ajavon, arrivé troisième au premier tour, et a remporté l’élection avec 65,67 % des voix. En dépit de leur inimitié passée, le président sortant et son successeur se sont transmis le pouvoir sans encombre.

Le 16 décembre 2016, le président Talon a présenté le Programme d’action du gouvernement (PAG) qui s’articule autour de 45 projets phares pour un montant de 9 030 milliards FCFA soit 13,8 milliards EUR. L’objectif de son plan d’action est de créer 500 000 emplois en cinq ans, de mettre en valeur le potentiel culturel et touristique du Bénin, de développer les infrastructures, d’améliorer l’accès à l’eau et à l’énergie, et d’attirer les investisseurs étrangers. Sur le plan politique, le Président Talon a réformé la Charte des partis politiques et le code électoral. La révision constitutionnelle de novembre 2019 a été particulièrement controversée.

Lors des élections législatives du 28 avril 2019 seules les listes proposées par les deux partis de la majorité présidentielle, l’Union progressiste (UP) et le Bloc républicain (BR), ont pu participer au scrutin. L’opposition a donc appelé à boycotter les élections, qui ont été marquées par un faible taux de participation (27 % selon la Cour constitutionnelle) et des violences ayant provoqué des morts. La France et l’Union européenne ont regretté, le 3 mai 2019, que le débat politique national n’ait pas pu aboutir à l’organisation d’un scrutin inclusif et compétitif.

Les élections municipales du 17 mai 2020, avec un taux officiel de participation de 49 %, ont davantage mobilisé les Béninois et se sont déroulées dans le calme. Néanmoins, l’ensemble du spectre politique béninois n’était pas représenté. Les partis de la majorité ont remporté 85 % des sièges des conseils communaux et municipaux.

Le Président Talon, candidat à sa réélection, a remporté le scrutin présidentiel du 11 avril 2021 avec 86,3 % des voix, face à Alassane Soumanou et Corentin Kohoué. Des violences, qui auraient fait plusieurs morts, ont eu lieu avant le scrutin. Le résultat de l’élection a été confirmé de manière définitive par la Cour constitutionnelle le 21 avril.

L’investiture du Président Talon s’est déroulée à Porto-Novo le dimanche 23 mai. La liste du nouveau gouvernement a été rendue publique deux jours plus tard. Parmi les 23 ministres nommés, 21 participaient au gouvernement précédent.

Politique étrangère

Malgré un poids économique modeste au sein de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) et de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), le Bénin est actif dans les organisations internationales. Son réseau diplomatique a été rationalisé le 1er août 2020. Le Bénin ne compte plus que 11 ambassades dans le monde, auxquelles il faut ajouter la représentation permanente auprès des Nations unies.

Le Bénin participe à 6 des 14 opérations de maintien de la paix des Nations unies en cours (ce qui représent 469 hommes), principalement au Mali au sein de la MINUSMA (414 hommes). Le pays s’est retiré de la MONUSCO courant 2018, au sein de laquelle il avait un contingent de 450 hommes.

L’accord de partenariat entre les États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l’Union européenne a été signé à Cotonou le 23 juin 2000.

Situation économique

PIB (2020) : 15,2 milliards de dollars (FMI)
PIB par habitant (2019) : 1250 USD par habitant (Banque mondiale)
Taux de croissance : 6,9 % en 2019 ; 2 % en 2020 ; 5 % en 2021 (prévisions FMI)
Taux d’inflation : -0,9 % en 2019 ; 2,5 % en 2020 (3 % en novembre 2020)
Principaux clients : Bangladesh (26,9 %), Inde (14,2 %), Vietnam (10,4 %), Union européenne (6,5 %) (2019, Institut de statistiques du Bénin)
Principaux fournisseurs : Union européenne (22 %), Inde (13,6 %), Chine (11 %), Togo (11 %) (2019, Institut de statistiques du Bénin)
Principales exportations (janvier 2021) : coton (65 %), fruits à coque (6 %), huiles de pétrole (3,5 %)
Principales importations (janvier 2021) : riz (17 %), huiles de pétrole (16 %), poissons congelés (4,5 %)
Part des secteurs d’activités dans le PIB : 28,1 % pour le secteur primaire, 14,6 % pour le secteur secondaire, 48,8 % pour le secteur tertiaire

Depuis le début des années 2000, la croissance économique béninoise a connu plusieurs phases d’expansion rapide (jusqu’à 7 % du PIB par an), suivies d’épisodes de croissance lente (moins de 2 %). Depuis 2015, le Bénin se trouvait dans une phase de croissance soutenue, le taux de croissance atteignant 6,9 % du PIB en 2019. La pandémie de Covid-19 a porté un coup d’arrêt à la croissance, qui devrait néanmoins accélérer en 2021.

En 2020, le Bénin a été confronté à deux chocs exogènes : la chute des échanges commerciaux avec le Nigéria, provoquée par la fermeture de la frontière (depuis août 2019) et la crise sanitaire mondiale. Le Bénin a pu toutefois compter – comme en 2019 – sur la progression continue de la production cotonnière (620 000 tonnes de coton graine en 2018-2019 et 700 000 tonnes attendues en 2019-2020), sur la poursuite des chantiers d’infrastructures (voieries urbaines, réseaux électriques, eau potable) dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’actions du gouvernement et, ultérieurement, sur le démarrage de la construction de l’oléoduc Niger-Bénin par la China National Petroleum Corporation (CNPC). La réouverture de la frontière avec le Nigéria, effective depuis le 1er janvier 2021, doit permettre au Bénin de reprendre les échanges commerciaux avec son voisin.

Le Bénin a signé, le 7 avril 2017, un programme avec le FMI pour la période 2017-2019, appuyé par une facilité élargie de crédit (FEC) assortie d’un financement de 111,42 millions de droits de tirage spéciaux (DTS), (133,6 millions EUR, 90 % de la quote-part du pays). L’objectif du programme est le maintien des équilibres macroéconomiques en insistant sur la mobilisation des ressources domestiques, la réduction du déficit public sous la barre des 3 % du PIB, la compatibilité de l’endettement public avec la viabilité de la dette. Les performances du Bénin ont été saluées tout au long de l’exécution du programme qui s’est achevée le 21 avril 2020. Le conseil d’administration du FMI a par ailleurs validé une augmentation du niveau d’accès du Bénin dans le cadre de sa facilité élargie de crédit, afin d’aider ce pays à faire face à l’impact de la crise sanitaire. Un nouveau programme triennal entre le Bénin et le FMI est en cours de négociation.

Dans le cadre du Programme d’actions du gouvernement, le Bénin a entrepris des réformes juridiques et administratives afin d’améliorer le climat des affaires. Le Bénin occupe la 149e place du classement Doing business 2020 (153e en 2019).

Mise à jour : 07.06.21

Informations complémentaires