Présentation du Bénin

Partager

Présentation du pays

BÉNIN {JPEG}

Données générales

Nom officiel : République du Bénin
Nature du régime : République
Chef de l’État et du gouvernement : Patrice Talon (élu le 20 mars 2016)   

Données géographiques

Superficie : 112 622 km²
Capitale officielle : Porto-Novo
Villes principales : Cotonou, Djougou, Parakou, Abomey
Langue officielle : français
Langue(s) courante(s) : français, fon, yoruba
Monnaie : Franc CFA
Fête nationale : 1er août (proclamation de l’indépendance en 1960)

Données démographiques

Population (2019) : 11,7 millions
Densité (2017) : 102 habitants/km²
Taux de croissance démographique (2017) : 2,75 % par an
Espérance de vie (2017) : 61,2 ans
Taux d’alphabétisation des adultes (2012) : 32,9 %
Religion(s) : vaudou, christianisme, islam, autres
Indice de développement humain (2018) : 163e sur 189 pays

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Le scrutin de mars 2016 a été très ouvert, avec un nombre record de candidats (36). La campagne a été marquée par la candidature de plusieurs hommes d’affaires de premier plan (Patrice Talon, Sébastien Ajavon et Lionel Zinsou). L’élection s’est déroulée dans un climat paisible avec un fort taux de participation (66 % des inscrits au second tour), les nombreux observateurs n’ont relevé aucun incident majeur. En dépit de leur inimitié passée, le président sortant, Boni Yayi, et son successeur, Patrice Talon, se sont transmis le pouvoir sans encombre.

Le 16 décembre 2016, le président Talon a présenté le Programme d’actions du gouvernement (PAG) qui s’articule autour de 45 projets phares pour un montant de 9 030 Mds FCFA soit 13,8 Mds EUR. L’objectif de son plan d’action est de créer 500 000 emplois en cinq ans.

Lors des élections législatives du 28 avril 2019, à la suite de la révision et la mise en œuvre controversées du code électoral et de la charte des partis politique, seules les listes proposées par les deux partis issus des blocs de la majorité présidentielle, l’Union progressiste (UP) et le Bloc républicain (BR), ont été validées pour participer au scrutin. L’opposition a appelé à ne pas y prendre part et à manifester contre le gouvernement du président Talon. Ces élections ont été marquées par un faible taux de participation, de 27 % selon la Cour constitutionnelle, et des violences ayant provoqué des morts. La France a regretté, le 3 mai 2019, que le débat politique national n’ait pas pu aboutir à l’organisation d’un scrutin inclusif et compétitif. Elle a déploré les violences et appelé les acteurs politiques à la retenue et à mettre en œuvre un dialogue apaisé et constructif.

Les élections municipales du 17 mai 2020, avec un taux officiel de participation de 49 %, ont davantage mobilisé les Béninois et se sont déroulées dans le calme. Néanmoins, l’ensemble du spectre politique béninois n’était pas représenté, un seul parti appartenant à l’opposition ¬– le parti des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) – ayant participé au scrutin. Les partis de la majorité ont remporté 85 % des sièges des conseils communaux et municipaux. 70 des 77 maires sont affiliés à la majorité.

Politique étrangère

Malgré un poids économique modeste au sein de l’UEMOA et de la CEDEAO, le Bénin exerce une diplomatie dont la compétence est reconnue et est actif dans les organisations internationales. Son réseau diplomatique est en cours de rationalisation et prévoit la fermeture de nombreuses ambassades.

Le Bénin participe à 6 des 14 opérations de maintien de la paix des Nations unies en cours (ce qui représente au total 469 hommes), principalement au Mali au sein de la MINUSMA (414 hommes). Le pays s’est retiré de la MONUSCO courant 2018, au sein de laquelle il avait un contingent de 450 hommes. Le Bénin est également engagé dans les opérations de maintien de la paix menées par l’UA et de la CEDEAO : il est notamment impliqué dans la lutte contre Boko Haram (participation à la Force multinationale mixte et aux sommets sur la sécurité du bassin du lac Tchad).

L’accord de partenariat entre les États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l’Union européenne a été signé à Cotonou le 23 juin 2000.

Situation économique

PIB (2019) : 8432 Mds XOF soit 12,85 Mds EUR (FMI)
PIB par habitant (2019) : 1250 USD par habitant (Banque mondiale)
Taux de croissance (2019) : 6,9 % (FMI)
Taux d’inflation (2019) : -0,9 % (FMI)
Principaux clients : Bangladesh (26,9 %), Inde (14,2 %), Vietnam (10,4 %), Union européenne (6,5 %) (2019, Institut de statistiques du Bénin)
Principaux fournisseurs : Union européenne (22 %), Inde (13,6 %), Chine (11 %), Togo (11 %) (2019, Institut de statistiques du Bénin)
Part des secteurs d’activités dans le PIB : 28,1 % pour le secteur primaire, 14,6 % pour le secteur secondaire, 48,8 % pour le secteur tertiaire

Le Bénin a connu une croissance soutenue en 2019 (+ 6,9 %) qui devrait se poursuivre en 2020 à un rythme plus lent (+2,2 %), selon le FMI. En 2020, le Bénin se trouve confronté à deux chocs exogènes, celui de la crise avec le Nigéria qui perdure et celui de la crise sanitaire mondiale. Le Bénin peut toutefois compter – comme en 2019 – sur la progression continue de la production cotonnière (620 000 tonnes de coton graine en 2018-2019 et 700 000 tonnes attendues en 2019-2020), sur la poursuite des chantiers d’infrastructures (voieries urbaines, réseaux électriques, eau potable) dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’actions du gouvernement – PAG – et, ultérieurement, sur le démarrage de la construction de l’oléoduc Niger-Bénin par la CNPC.

L’inflation devrait rester modérée en 2020 (+1 %), largement en deçà des 3 %, qui constituent le plafond retenu dans les critères de convergence de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine).

Le budget 2020 du Bénin présentait en loi de finances initiale un déficit de 161,4 Mds XOF (1,8 % du PIB) pour un niveau de dépenses de 1 469,2 Mds XOF (2,23 Mds EUR) et des recettes incluant les dons de 1 307,8 Mds XOF. La crise sanitaire qui pourrait conduire – sous toutes réserves – à des dépenses additionnelles de l’ordre de 60 Mds XOF et à des revenus en baisse de 90 Mds XOF, devrait se traduire en fin d’exercice par un creusement du déficit aux alentours de 3,5 % du PIB. Le service de la dette est prévu à 633 Mds XOF dont 162,3 Mds XOF pour les intérêts et 471,5 Mds XOF pour le remboursement du principal.

Le Bénin a signé le 7 avril 2017 un programme avec le FMI pour la période 2017-2019, appuyé par une facilité élargie de crédit (FEC) assortie d’un financement de 111,42 M DTS (133,6 M EUR, 90 % de la quote-part du pays). L’objectif du programme est le maintien des équilibres macroéconomiques en insistant sur la mobilisation des ressources domestiques, la réduction du déficit public sous la barre des 3 % du PIB, la compatibilité de l’endettement public avec la viabilité de la dette. Les performances du Bénin ont été saluées tout au long de l’exécution du programme et la sixième et dernière revue du programme, qui s’est achevée le 21 avril 2020, acte l’atteinte de tous les objectifs quantitatifs et repères structurels. Le conseil d’administration du FMI a par ailleurs validé une augmentation du niveau d’accès du Bénin dans le cadre de sa facilité élargie de crédit, afin d’aider ce pays à faire face à l’impact de la crise sanitaire. Le dernier versement, initialement prévu à 15,918 M DTS a ainsi été porté à 91,93 M DTS soit une augmentation de 76,01 M DTS (61,4 % de la quote-part), environ 95 M EUR.

Dans le cadre du Programme d’actions du gouvernement, le Bénin a entrepris des réformes juridiques et administratives afin d’améliorer le climat des affaires. Le Bénin occupe la 149e place du classement Doing business 2020 (153e en 2019).

Mise à jour : 26.07.2020

Informations complémentaires