Relations bilatérales

Les relations franco-bangladaises se sont développées depuis la visite du Président Mitterrand en 1990 et la proposition française d’un programme d’aménagements pour la prévention des crues. La Première ministre Sheikh Hasina s’était rendue en France en 1999.
Des visites régulières de haut niveau ont maintenu le dialogue politique. Le ministre des affaires étrangères du Bangladesh s’est déplacé en France en juin 2015 et en octobre 2016, visites au cours desquelles il s’est notamment entretenu avec son homologue français. Ce dernier s’est rendu en septembre 2015 au Bangladesh avec son homologue allemand afin de préparer la COP 21 et d’inaugurer la première ambassade franco-allemande co-localisée dans le monde. Sheikh Hasina s’est rendue en France en décembre 2017 à l’occasion du One Planet Summit et s’est entretenue avec le Président de la République.

En 2017, les échanges entre la France et le Bangladesh se sont élevés à 2,4 Mds € et sont largement déficitaires pour la France (- 2,2 Mds €). Le marché bangladais offre des opportunités à travers le vaste programme de modernisation des infrastructures du pays (énergie, transports, eau/assainissement, communications). L’environnement des affaires est difficile : le Bangladesh a été classé au 177ème rang sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2017 de la Banque Mondiale.

Notre politique de coopération avec le Bangladesh s’inscrit dans le cadre de l’accord de coopération culturelle de 1987. Elle s’appuie notamment sur les deux Alliances françaises de Chittagong et de Dacca qui travaillent en partenariat avec le Goethe-Institut. Notre politique d’influence a pour priorité le rayonnement de la culture, l’attractivité et le développement de la coopération scientifique et technique dans les domaines de l’économie bleue et du changement climatique. L’Agence française de Développement (AFD) intervient depuis 2012 au Bangladesh dans le cadre d’un mandat de promotion d’une « croissance verte et solidaire ». L’AFD est active dans les infrastructures de développement urbain, les énergies vertes et l’amélioration des standards de sécurité et des performances environnementales et sociales dans le secteur textile. Ses engagements cumulés se montent à 367 M€.

Mise à jour : 15.07.19

Informations complémentaires