Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

La France bénéficie d’un capital de sympathie ancien (appel à la solidarité internationale d’André Malraux pendant la guerre d’indépendance de 1971, aide publique au développement) et d’un agenda multilatéral commun (climat et autres biens publics mondiaux, réforme de l’ONU). Les relations bilatérales ont été marquées par la visite du Président Mitterrand en 1990, avec la mise en œuvre d’un programme d’aménagements des fleuves pour la prévention des crues et, en 1991, l’annulation de la créance française à l’égard du Bangladesh (pour un équivalent de 140M€ actuels).

Présence française

200 Français résident au Bangladesh et 12 000 Bangladais en France.
Les deux pays entretiennent chacun une ambassades mais aucun consulat de plein exercice.

Visites

Des visites régulières de haut niveau ont maintenu le dialogue politique. Le ministre des affaires étrangères du Bangladesh s’est entretenu avec son homologue à l’occasion de ses déplacements en France en juin 2015 et en octobre 2016. En octobre 2019, à la tête d’une mission commerciale bangladaise, il a été reçu par le Secrétaire d’Etat en charge du commerce extérieur. Le ministre français des affaires étrangères s’est rendu en septembre 2015 au Bangladesh avec son homologue allemand afin de préparer la COP 21 et d’inaugurer la première ambassade franco-allemande co-localisée dans le monde. La Première ministre, Sheikh Hasina, s’est rendue en France en 1999 et en décembre 2017 à l’occasion du One Planet Summit : à cette occasion, elle s’est entretenue avec le Président de la République. La ministre française des armées, Florence Parly, a été reçue par la Première ministre bangladaise lors de sa vite à Dacca, le 9 mars 2020.

Ambassadeur de France : Jean-Marin SCHUH (depuis le 8.8.2019)


Ambassadeur du Bangladesh : Kazi Imtiaz HOSSAIN (depuis le 18.12.2017)

Relations économiques

En 2019, le commerce bilatéral entre la France et le Bangladesh s’est élevé à 3,24 Mds € (+10% par rapport à 2018), un niveau record depuis dix ans. La France a accusé un déficit commercial bilatéral de -2,71 Mds€, qui a triplé depuis 10 ans. Les exportations françaises ont représenté 263 M€ (-21% par rapport à 2018). Les importations de biens bangladais en France ont atteint 2,98 Mds€ (+14%). Elles sont dominées à 98% par le secteur « textiles, habillement, cuir et chaussures ». Les exportations françaises se concentrent dans les domaines des biens d’équipements (34%), des matériels de transport (15%), des produits agro-alimentaires (15%), des produits chimiques, parfums et cosmétiques (13%) et des produits pharmaceutiques (11%).

Davantage que les marchés de la grande consommation et du luxe, les entreprises françaises trouvent des opportunités dans le vaste programme de modernisation des infrastructures du Bangladesh (filières énergie, transports, eau/assainissement et communications).

La présence industrielle française au Bangladesh s’illustre dans quatre investissements principaux : Lafarge-Holcim (cimenterie), Total Gaz (distribution de GPL), Danone (co-entreprise sociale dans l’agro-alimentaire) et L’Oréal (produits cosmétiques). Des centrales d’achats opèrent dans le secteur de la grande distribution textile (Décathlon, Auchan, Carrefour, etc.) Des entreprises de services (CMA-CGM, Bolloré, Geodis, Bureau Veritas, etc.) et des groupes industriels (Suez, Veolia, Schneider, etc.) ont ouvert des filiales pour soutenir le développement de leurs activités.

L’environnement des affaires demeure difficile (procédures administratives longues et coûteuses, environnement juridique opaque et imprévisible) : le Bangladesh a été classé au 168ème rang sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2020 de la Banque Mondiale.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Basée sur l’accord de coopération culturelle de 1987, la politique d’influence française au Bangladesh a pour priorité le rayonnement de la culture, l’attractivité et le développement de la coopération scientifique et technique dans les domaines de l’économie bleue et du changement climatique. Au plan culturel (coopération avec des galeries d’art, projet de musée d’art moderne, école française conventionnée par l’AEFE), l’ambassade s’appuie sur les deux Alliances françaises de Dacca et de Chittagong, chacune équipée d’un bureau Campus France pour la promotion de notre système universitaire. La coopération scientifique et technique s’appuie sur l’attribution de bourses d’études, de financements de stages et l’appui aux missions d’experts dans différents domaines (santé, océanographie, sismologie, hydrographie, archéologie et spatial).
https://bd.ambafrance.org/-Accueil-Francais-
https://www.afdhaka.org/
https://www.afchittagong.org/

Mise à jour : 18.02.21

Informations complémentaires