Antarctique

À la Une

Environnement - Échec des projets de création d’aires marines protégées dans les mers australes lors de la 37e réunion de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (6 novembre 2018)

La France regrette que la 37e réunion de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR), qui s’est tenue du 22 octobre au 2 novembre à Hobart en Australie, se soit conclue par un échec pour les projets de création d’aires marines protégées dans les mers australes visant à protéger la biodiversité et les écosystèmes et à renforcer la résilience de la faune et de la flore marines face aux effets du réchauffement climatique.
Le projet soutenu par la France, (…)

Lire la suite ...

Présente dans les îles subantarctiques depuis 1739 et en Antarctique depuis 1840, la France s’est investie dans ces régions de manière croissante depuis le début du 20e siècle.

Membre originaire du Traité sur l’Antarctique de 1959 et de la Convention pour la conservation de la faune et de la flore marine de l’Antarctique de 1980, elle est aujourd’hui une partie active des enceintes internationales créées par ces textes pour encadrer les activités conduites dans la région.

La présence française en Antarctique atteint chaque année près de 2 300 ressortissants, qui y conduisent des activités scientifiques, logistiques et économiques – pêche et tourisme surtout – significatives. La France possède plusieurs territoires d’outre-mer en zone subantarctique (îles Kerguelen, Crozet, Amsterdam et Saint Paul) et revendique depuis 1840 la Terre Adélie – dans le respect du Traité sur l’Antarctique depuis son adoption en 1959.

Mise à jour : 17.02.16

PLAN DU SITE