Présentation de l’Albanie

Données générales

ALBANIE {JPEG}

Nom officiel : République d’Albanie
Nature du régime : république parlementaire
Chef de l’Etat : M. Ilir Meta (en fonctions depuis juillet 2017)
Premier ministre : M. Edi Rama (en fonctions depuis septembre 2013, réélu en 2017).

Données géographiques

Superficie : 28 748 km2
Capitale : Tirana
Villes principales : Durrës, Fier, Vlora, Elbasan, Shkodra, Korçë
Langue officielle : albanais
Monnaie : le lek (1 € = 121.60 lek)
Fête nationale : 28 novembre

Données démographiques

Population (2016) : 2 880 000 h
Densité : 100,1 hab/km
Croissance démographique (2016) : -0,2% (Banque mondiale, 2016)
Espérance de vie (2016) : 78 ans
Taux d’alphabétisation (2016) : 98%
Religion (s) : musulmane (environ 65 %), orthodoxe (environ 20 %), catholique (environ 13 %)
Indice de développement humain (2018) : 0,785 selon le PNUD (68ème rang mondial)

Données économiques
PIB (2018) : 12,7 Mds €
PIB par habitant (2017) : 4 482 EUR
Croissance (2018) : 3,8 %
Chômage (2018) : 12,3%
Inflation (2018) : + 2 %
Solde budgétaire (2018) : - 1,5%
Balance commerciale (2018) : -20,4% du PIB
Principaux clients (2018) : Italie, Kosovo, Espagne
Principaux fournisseurs (2018) : Italie, Turquie, Chine
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2017) :

  • agriculture : 21,76 %
  • industrie : 12,83%
  • services : 60,13 %
    Exportations de la France vers l’Albanie (2018) : 62 EUR
    Importations françaises depuis l‘Albanie(2018) : 88 M EUR

https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/Pays/albanie
https://lekiosque.finances.gouv.fr/site_fr/A129/data_brutes.asp?id=P10AL_Z1200_C1002

(Sources disponibles : DGTPE, FMI, Banque mondiale, Eurostat, OCDE, BIT, PNUD - Rapport mondial sur le développement humain)

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://al.ambafrance.org
Communauté française : 187 inscrits au registre des Français établis hors de France
Communauté albanaise en France : environ 4 000 en 2011

Éléments d’actualité

Politique intérieure

La situation politique en Albanie, relativement stable sur le plan intérieur, s’est tendue depuis le 16 février 2019, date d’une première manifestation organisée par l’opposition devant la Primature. Par la suite, la plupart des députés d’opposition ont, le 21 février, renoncé à leurs mandats, et les manifestations se sont poursuivies. L’opposition réclame le départ du Premier ministre Edi Rama. Les élections municipales ont eu lieu le 30 juin 2019, dans un contexte tendu : d’une part, elles sont été boycottées par les principaux partis d’opposition (Parti démocratique – PD, et Mouvement socialiste pour l’intégration – LSI), d’autre part, le président de la République a pris deux décrets, contestés par la majorité, pour, dans un premier temps (8 juin), reporter sine die la tenue de ces élections, puis, à trois jours du scrutin (27 juin), pour reporter les élections au 13 octobre prochain.

Situation économique

Sur le plan économique, la croissance poursuit une dynamique positive entamée en 2015 avec un taux de croissance de 3,8 % en 2018 malgré la persistance de déséquilibres extérieurs et d’un chômage élevé. Les efforts de consolidation budgétaire ont permis de corriger la courbe de la dette publique. De premières réformes structurelles ont été réalisées (énergie, retraites, réforme territoriale). Les transferts de la diaspora alimentent l’économie albanaise (plus d’un million d’Albanais seraient installés à l’étranger).

Politique étrangère

L’Albanie entretient des relations privilégiées avec l’Union européenne, les Etats-Unis et l’OTAN. L’Albanie s’efforce, en outre, d’entretenir des relations de bon voisinage avec l’ensemble des pays de la région. Elle participe à l’ensemble des initiatives de coopération régionale. Elle a obtenu en 2014 le statut officiel de pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne. L’ouverture des négociations d’adhésion du pays à l’UE constitue une priorité pour le gouvernement albanais. L’Albanie est membre de la plupart des grandes organisations internationales (ONU, Conseil de l’Europe, OSCE, OIF, FMI). Elle se prépare à présider l’OSCE en 2020 et elle est candidate à un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’ONU pour les années 2022/2023.

Mise à jour : 17.07.19

Informations complémentaires

PLAN DU SITE