Bhoutan

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Risques naturels

Le Bhoutan est situé dans une zone d’activité sismique.

Pour plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, consulter la fiche "Risque naturels".

Criminalité

Il y a relativement peu de criminalité et de délinquance au Bhoutan. Il convient néanmoins de faire attention aux pickpockets.

Zones de vigilance

Les ressortissants français voyageant ou séjournant au Bhoutan sont invités à se tenir informés de l’évolution de la situation dans la région, notamment dans l’hypothèse d’un transit par l’Inde ou le Népal.

Transit depuis l’Inde

Dans le sud-est du Bhoutan, les districts de Pemagatshel et de Samdrupjongkhar, frontaliers de l’État indien de l’Assam, sont accessibles, mais le transit vers Guwahati depuis l’Assam nécessite une permission spéciale obtenue par le tour-opérateur qui se charge d’organiser le voyage.

Avant tout transit vers le Bhoutan depuis les États du nord-est de l’Inde, il est recommandé de consulter la fiche de "Conseils aux voyageurs" de l’Inde. Ces États connaissent des périodes d’instabilité susceptibles d’affecter les déplacements.

Aucun transit n’est possible depuis la Chine.

La frontière avec la Chine étant fermée et faisant l’objet d’un différend frontalier, il est recommandé de ne pas s’en approcher.

Recommandations générales

Toutes les activités (trekking notamment) doivent être organisées par un tour-opérateur agréé au Bhoutan.

Il convient d’être particulièrement prudent quant aux effets de l’altitude sur l’organisme, qui peuvent entraîner la mort compte tenu de la faiblesse des capacités locales de transport médical d’urgence (se reporter à la rubrique "Santé" pour plus de précisions).

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Le passeport doit être valable 6 mois à compter de la date d’entrée au Bhoutan.

Les ressortissants français doivent être munis d’un visa pour entrer au Bhoutan. Le Département du tourisme bhoutanais ne délivre pas de visa directement. La demande doit être faite au moins 15 jours avant le départ, par l’intermédiaire d’un des nombreux tour-opérateurs agréés au Bhoutan ou de leur représentant à l’étranger, qui s’occupera de l’ensemble des formalités, y compris le visa et le billet d’avion par Druk Air (compagnie aérienne nationale du Bhoutan) ou par Bhutan Airlines (compagnie privée).

Les tour-opérateurs bhoutanais sont regroupés au sein d’une association : ABTO (courriel : abto chez druknet.bt ou info chez abto.org.bt). Pour plus d’informations, voir le site du Département du tourisme bhoutanais (Tourism Council of Bhutan TCB, en anglais) : www.tourism.gov.bt. La liste des agences de voyages autorisées est disponible sur : http://www.tourism.gov.bt/directory/tour-operator.

Les formalités de visa ne seront accomplies par le Département du tourisme bhoutanais qu’après réception du dossier complet demandé par le tour-opérateur et du montant total correspondant à la formule touristique retenue. Les autorités d’immigration délivreront le visa pour 15 jours à l’arrivée dans le pays, moyennant le paiement de 20 USD à l’aéroport de Paro (unique aéroport international du Bhoutan). Deux photographies d’identité sont nécessaires à cette formalité. Il pourra être prolongé sur place pour une durée maximum de deux semaines supplémentaires.

Autorisations spéciales

En cas de passage de la frontière entre l’Inde et le Bhoutan, le visa indien est obligatoire et doit être demandé avant le départ auprès d’une représentation diplomatique indienne. En outre, le visa permettant d’entrer en Inde ne suffit pas pour accéder à certains États indiens du nord-est, pour lesquels une autorisation spéciale est exigée (voir fiche "Conseils aux voyageurs" Inde).

Si vous prévoyez également de quitter le Bhoutan par l’Inde, vous devez demander un visa à deux entrées pour l’Inde avant votre départ.
L’ambassade d’Inde à Thimphou ne délivre pas de visas pour les touristes.

Règlementation douanière

Le Bhoutan exige, de la part des touristes, un montant minimum de dépenses quotidiennes. Le séjour coûte par jour et par personne au minimum 200 US$ en saison basse (mois de janvier, février, juin, juillet, août, décembre) et 250 US$ en saison haute (mois de mars, avril, mai, septembre, octobre, novembre). Ces dépenses incluent le logement en hôtel 3 étoiles, les repas, le guide, le chauffeur, l’entrée dans certains sites, les taxes locales et la redevance touristique.

Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de l’Office du tourisme bhoutanais (Tourism Council of Bhutan), dont les coordonnées sont les suivantes :
Adresse : P.O. Box 126 - Thimphu, Bhutan
Tél. : +975 2 323 251 ou +975 2 323 252
Télécopie : +975 2 323 695
Courrier électronique : info chez tourism.gov.bt

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

Avant le départ

• Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (dont chirurgie et hospitalisation) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France en Inde ou le consulat général de France à Calcutta.

La ville de Thimphou dispose d’un hôpital doté d’un service des urgences d’assez bonne qualité, et d’un hélicoptère dont l’utilisation est très difficile la nuit et subordonnée le jour aux conditions météorologiques.

Le Bhoutan dispose de faibles capacités locales de transport médical d’urgence. Le réseau routier bhoutanais est peu développé, avec des possibilités d’encombrement dû au relief ou à la météo. A l’exception de l’axe Paro – Thimphu qui est en très bon état, la vitesse est d’environ 30 km/h sur les autres axes.

Il est donc recommandé de faire preuve de prudence en cas d’activité sportive à risque à l’extérieur de Thimphou (comme le trekking), de disposer d’un kit de premiers secours et de demander au guide de prévoir un médecin ou un infirmier pouvant être contacté en cas de besoin.

Recommandations pour votre santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et être conseillé, notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche "Infos pratiques".

• Vaccinations

La vaccination contre la fièvre jaune est exigée pour les voyageurs en provenance de pays où elle est endémique.

Aucune autre vaccination n’est obligatoire mais les vaccinations suivantes sont recommandées :

  • Rage (le Bhoutan compte de nombreux chiens errants).
  • Encéphalite japonaise pour des séjours en zone rurale.
  • La mise à jour de la diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP), en incluant rubéole, oreillons et rougeole chez l’enfant.
  • Vaccination antituberculeuse.
  • Fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B.

Il convient de demander conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales avant le départ.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme
La transmission du paludisme est possible toute l’année dans la zone Sud (districts de Chukha, Dagana, Pemagatshel, Samdrup Jonkhar, Samtse, Sarpang et Zhemgang) et reste saisonnière pendant les mois pluvieux d’été dans des foyers situés dans le reste du pays.

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. ci-après).

Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, pour une durée variable selon le produit utilisé.

En cas de fièvre durant votre séjour et pendant les deux mois qui suivent votre retour un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Pour plus d’informations, consulter la fiche pratique maladies transmises par les moustiques.

Chikungunya - Dengue

La transmission du chikungunya ou de la dengue est possible. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Encéphalite japonaise

Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Dans le cadre d’un voyage touristique, la vaccination contre l’encéphalite japonaise n’est pas recommandée systématiquement pour tous les voyageurs qui se rendent en Asie ou en Océanie. Il semble que les mesures physiques contre les moustiques (vêtements longs, répulsifs, moustiquaires…) soient une arme efficace.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

Risques liés à l’altitude

La capitale du pays, Thimphou, et l’aéroport de Paro sont situés à 2 400 m d’altitude. Le mal des montagnes peut se manifester par des troubles respiratoires (essoufflement) et/ou neurologiques (maux de tête, nausées, vomissements, troubles du sommeil) pouvant survenir en altitude. Ces manifestations peuvent s’aggraver et conduire au décès, en particulier compte-tenu des difficultés d’évacuation médicale depuis la campagne. La prévention repose notamment sur une ascension progressive et une adaptation à l’altitude les premiers jours. Les excursions et randonnées en altitude doivent faire l’objet d’un avis médical spécialisé avant le départ.

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège auto pour les enfants).

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits. Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine).
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant).
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Pour de plus amples renseignements, consulter les sites Internet suivants :

Infos utiles

Transport

Transport aérien

Il n’existe pas de vol direct entre la France et le Bhoutan. Le Bhoutan est accessible par liaison aérienne depuis l’Inde, le Bangladesh, le Népal, Singapour et la Thaïlande.

Il n’existe que quelques vols intérieurs au Bhoutan pour Bjakar (district de Bumthang) et Trashigang, au départ de Paro. Toutefois, les conditions climatiques couplées à l’important relief rendent les liaisons aériennes difficiles et aléatoires.

Druk Air, la compagnie aérienne nationale du Bhoutan, et Bhutan Airlines, compagnie privée, desservent le pays.

Transports routiers et ferroviaires

La frontière avec la Chine étant fermée, l’entrée par la route n’est possible que par l’Inde (cf. partie sur la sécurité et les autorisations spéciales).

Les infrastructures de transport au Bhoutan sont limitées, bien que le gouvernement s’efforce de désenclaver les zones les plus isolées en améliorant le réseau routier. Les routes sont très sinueuses, d’assez mauvaise qualité et la conduite se fait à gauche. Il est donc recommandé d’avoir recours à un chauffeur sur place, ce qui peut éviter bien des désagréments. Il est fortement déconseillé de vous déplacer la nuit, même avec un chauffeur.

Il n’existe pas de réseau ferroviaire dans le pays.

Législation locale

Stupéfiants

La possession de stupéfiants est interdite. Il est également illégal d’acheter et de vendre des produits comportant du tabac. L’importation de tabac est soumise à une taxe de 200%. Il est très difficile de se procurer du tabac sur place.

Photographies

Il n’est pas possible de photographier l’intérieur des temples, monastères ou bâtiments officiels. Il est néanmoins possible de les visiter à condition d’être accompagné par un guide habilité.

Importations

L’importation ou l’exportation d’armes, de munitions, d’explosifs, de drogue et de produits dérivés d’espèces animales protégées ainsi que de plantes sont formellement interdites.
L’importation de plantes, de semences et de viande est soumise à quarantaine. L’exportation d’objets locaux classés comme antiquités est interdite.

Us et coutumes

Le port d’une tenue vestimentaire couvrante est recommandé dans tout le pays et particulièrement dans les temples, monastères et bâtiments officiels.

Divers

Le visiteur est logé dans les hôtels ou maisons d’hôtes approuvés par le gouvernement. Il devra acquitter auprès de son tour-opérateur, avant son arrivée dans le pays, un montant minimum de 200 USD par jour en basse saison et 250 USD par jour en haute saison (couvrant les frais d’hébergement, les repas, le transport à l’intérieur du pays, un chauffeur et un guide durant le séjour), majoré de 40 USD s’il voyage seul et 30 USD s’il voyage en groupe de 2 à 4 personnes.

Il est parfois impossible d’appeler ou d’être appelé depuis ou sur un téléphone portable d’opérateur français. Mieux vaut acheter une carte SIM sur place, si votre téléphone portable est déverrouillé. Le réseau 3G est très étendu et permet de recevoir ses courriels ou d’utiliser une application de messagerie instantanée.

Les liaisons Internet fonctionnent bien et sont disponibles dans toutes les villes.

Devises

La monnaie du Bhoutan, le ngultrum (Nu), est convertible avec la roupie indienne, qui a elle-même cours légal au Bhoutan (la parité étant fixe, un ngultrum vaut une roupie). En 2018, un euro équivalait environ à 79 Nu. La plupart des monnaies étrangères peuvent être échangées dans les banques. Le paiement par carte de crédit est accepté seulement dans de rares magasins de la capitale (artisanat, bijoux), mais pas dans les hôtels, dans les villes de province, ni par la compagnie aérienne ou les tour-opérateurs. Il n’est pas possible de retirer des espèces avec une carte bancaire. Il convient donc de se munir d’euros ou de roupies indiennes en espèces. Les billets de 500 euros et les travellers chèques ne sont pas acceptés.

Voyages d’affaires

Données économiques

La Direction des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques Bhoutan.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Le Bhoutan relève du Service économique régional de l’Inde :

Service économique régional de New Delhi – INDE
Adresse : 2/50E Shantipath, Chanakyapuri , New Delhi – 110 021, INDE
Tél. : +91 11 43 19 63 00
Télécopie : +91 11 43 19 63 09
Courriel : newdelhi chez dgtresor.gouv.fr

  • BAD

Le Bhoutan est membre de la Banque asiatique de développement (BAD), dont le site Internet est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/.

La page du Bhoutan est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/countries/bhutan/main.

  • FMI

Le Bhoutan et le FMI.

PLAN DU SITE