Suisse

Partager
Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (21/11/2020)

Le 11 mars, l’Organisation mondiale de la Santé a qualifié de « pandémie » l’épidémie de coronavirus Covid-19 (liste des pays concernés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies).

Une recrudescence du nombre de cas dans l’espace européen (États membres de l’Union européenne ainsi qu’Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Royaume-Uni, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse) étant observable, il convient de rester vigilant et avant tout déplacement de se tenir informé sur l’évolution de la pandémie. L’engagement et la responsabilité de chacun contribuent à une amélioration de la situation sanitaire en France et en Europe. Continuer à limiter les déplacements non essentiels est donc nécessaire pour ralentir la progression de l’épidémie. A leur arrivée en France, en provenance d’une des régions où l’épidémie circule le plus activement, les personnes âgées de 11 ans ou plus sont fortement invitées à réaliser un test virologique (par exemple PCR), à s’isoler le temps d’obtenir les résultats de ce test, à prolonger l’isolement en cas de résultat positif et consulter un médecin.

En Suisse, le nombre de nouveaux cas et d’hospitalisations augmente très fortement.

• Conditions d’entrée sur le territoire

Il n’y a pas d’obligation de présenter un certificat médical attestant de sa bonne santé ou un test sérologique négatif à l’entrée en Suisse.

A compter du 23 novembre 2020 uniquement les voyageurs en provenance du territoire d’outre-mer Polynésie française, sont tenus d’observer une quarantaine de 10 jours dès leur arrivée en Suisse. Plus d’informations sous « mesures restrictives ».

Le 15 juin, les restrictions d’entrée ont été levées à toutes les frontières terrestres et aériennes de la Suisse pour les ressortissants des États membres de l’Union européenne (UE), de l’Association européenne de libre-échange (AELE) et du Royaume-Uni.

Sont également autorisées à entrer en Suisse les personnes qui :

  1. détiennent la nationalité suisse ;
  2. bénéficient d’un document de voyage, par exemple un passeport ou une carte d’identité, et :
    o d’un titre de séjour, notamment un permis de séjour suisse en cours de validité (permis L, B, C ou Ci) ;
    o d’un permis de frontalier (permis G ; seulement à des fins professionnelles) ;
    o d’une carte de légitimation du Département Fédéral des Affaires Etrangères ;
    o d’un visa D délivré par la Suisse ;
    o d’un visa C délivré par la Suisse à partir du 16 mars 2020 au titre de l’une des exceptions prévues ou en vue de l’exercice d’une activité lucrative de courte durée ;
    o d’une assurance d’autorisation délivrée par une autorité cantonale compétente en matière de migration ou une autorisation d’entrée assortie d’un visa délivré par la Suisse (un contrat de travail n’est pas suffisant pour franchir la frontière suisse ; les titulaires d’une assurance d’autorisation de séjour peuvent entrer en Suisse au plus tôt trois jours avant le début de validité de ce document).
  3. disposent d’un titre de voyage pour réfugié ou apatride délivré par la Suisse ou d’un passeport pour étrangers délivré par la Suisse accompagné d’une autorisation de séjour ou d’établissement en cours de validité ou d’un permis F en cours de validité ;
  4. bénéficient de la libre circulation des personnes ; un visa Schengen C, un visa D en cours de validité ou un titre de séjour Schengen en cours de validité suffit lorsque l’intéressé est soumis à l’obligation du visa ;
  5. effectuent un transport commercial de marchandises et disposent d’un bulletin de livraison de marchandises ;
  6. dans certains cas : sont en transit en Suisse avec l’intention et la possibilité de se rendre directement dans un autre pays ; voir la question « Est-il encore possible de transiter par la Suisse ? » dans la rubrique Sortie de Suisse et transit par la Suisse ;
  7. se trouvent en situation d’absolue nécessité : il appartient à l’autorité compétente en matière de contrôle à la frontière d’apprécier si l’absolue nécessité est avérée ;
  8. sont d’une grande importance en tant que spécialiste dans le domaine de la santé et disposent d’une attestation d’annonce ou d’une assurance d’autorisation ou encore d’une autorisation d’entrée assortie d’un visa délivré par la Suisse.

Voir le site du Secrétariat d’Etat aux Migrations pour toute question.

• Mesures restrictives :

Les voyageurs en provenance des zones à risque définies par l’Office fédéral de la santé publique OFSP , y compris les enfants, doivent observer une période de quarantaine de 10 jours.

Il convient de vérifier la liste en vigueur avant votre entrée sur le territoire : avez-vous séjourné dans un des États ou une des zones définis pendant les 10 derniers jours avant d’entrer en Suisse ? Si oui, vous êtes tenus par la loi de vous placer en quarantaine et de déclarer votre arrivée aux autorités cantonales.

A compter du 23 novembre 2020, cette liste comprend uniquement le territoire d’outre-mer Polynésie française.

Un test négatif ne permet pas de lever une quarantaine obligatoire et ne réduit pas non plus sa durée.

Visites ou séjours touristiques en Suisse
Si vous souhaitez entrer en Suisse pour des motifs privés (visite familiale ou voyage de tourisme par exemple), en provenance d’une région classée rouge par l’OFSP, vous pourrez entrer en Suisse mais vous devrez vous soumettre à une quarantaine obligatoire de 10 jours. Voici les consignes à respecter.

Vous devrez déclarer votre arrivée dans les deux jours aux autorités cantonales compétentes.

Exceptions à la quarantaine

Transit en Suisse
Les personnes en transit ne sont pas dans l’obligation de se soumettre à une quarantaine :

  • si elles ont séjourné dans un État ou une zone présentant un risque élevé d’infection pendant moins de 24 heures en tant que passager en transit ;
  • si elles n’entrent en Suisse que pour la traverser, avec l’intention et la possibilité de continuer directement leur voyage vers un autre pays.

Le transit en Suisse est autorisé s’il n’excède pas 24h. Munissez-vous des justificatifs prouvant votre destination finale.

Sont exemptées de la quarantaine les personnes :

  • qui entrent en Suisse pour des motifs professionnels ou médicaux impérieux sans possibilité d’ajournement.
  • qui reviennent en Suisse après avoir séjourné dans un État ou une zone présentant un risque élevé d’infection pour des motifs professionnels ou médicaux impérieux sans possibilité d’ajournement.

Il existe d’autres exceptions à la quarantaine, prévues à l’ Ordonnance COVID-19 mesures dans le domaine du transport international de voyageurs qui ne nécessitent pas d’autorisation par les autorités cantonales mais doivent être justifiables. Elles concernent par exemple les voyages d’affaires, les exposants d’un congrès ou festival, ou les intervenants dans des manifestations sportives ou culturelles.

Dérogations
Dans des cas fondés, les autorités cantonales compétentes peuvent autoriser d’autres dérogations à la quarantaine obligatoire ou accorder des allégements. Voir la Liste des médecins cantonaux

Dans tous les cas, il est indispensable de vous munir de justificatifs concernant vos motifs et lieux de voyage.

Plus d’informations sur le site de l’OFSP.

• Demandes et procédures

Le 6 juillet 2020, les restrictions en matière d’admission liées au coronavirus ont été intégralement levées pour les ressortissants d’États tiers qui souhaitent accomplir un séjour avec activité lucrative, ainsi que pour ceux qui souhaitent séjourner plus de 90 jours sans activité lucrative (retraités, séjour pour traitement médical…). Les cantons traitent à nouveau ce type de demandes dans le cadre des dispositions ordinaires du droit des étrangers.

Les écoliers étrangers et les étudiants en provenance d’États tiers peuvent être admis pour des formations et des formations continues d’une durée supérieure à 90 jours si les conditions ordinaires requises sont remplies.

L’octroi de visas C reste suspendu.

Plus d’informations sur les conditions d’entrée en Suisse sur le site du Secrétariat d’Etat aux migrations : https://www.sem.admin.ch/sem/fr/home/aktuell/aktuell/faq-einreiseverweigerung.html

• Mesures de protection

Face à l’augmentation du nombre de cas, le Conseil fédéral suisse a pris de nouvelles mesures, qui peuvent être intensifiées par des mesures locales décidées par chaque canton.

Depuis le 29 octobre 2020, les décisions suivantes s’appliquent sur tout le territoire suisse :

  1. Masque : à partir de 12 ans, le port du masque facial est obligatoire dans les espaces clos et extérieurs des installations et des établissements, tels que les magasins, les zoos, les théâtres, les lieux de concert et d’événements, les restaurants, les bars (sauf à table) et les marchés.

En plein air, le masque facial est obligatoire dans les zones animées des centres urbains ou des villages dans lesquelles des piétons circulent. Il doit également être porté dès que la concentration de personnes présentes dans l’espace public ne permet pas de respecter les distances requises (p. ex. rues, places et parcs très fréquentés).

Pour les voyageurs, le port du masque est obligatoire sur les quais, dans les gares, les aéroports et autres zones d’accès aux transports publics.

  1. Les événements réunissant plus de 10 personnes ne sont plus autorisés y compris dans l’espace privé.
  2. Les activités sportives et culturelles non professionnelles de plus de 15 personnes sont interdites.
  3. Les manifestations de plus de 50 personnes ne sont plus autorisées.
  4. Les événements réunissant plus de 10 personnes ne sont plus autorisés y compris dans l’espace privé.
  5. Les activités sportives et culturelles non professionnelles de plus de 15 personnes sont interdites.
  6. Les manifestations de plus de 50 personnes ne sont plus autorisées.

Mesures propres aux cantons et communes : rassemblements, fermeture de certaines activités

Chaque canton suisse prend les mesures de protection supplémentaires qui s’adaptent et s’appliquent au niveau local.

Les règles peuvent donc varier d’une ville à l’autre : nous vous recommandons de consulter les sites officiels de chaque canton pour bien comprendre votre situation.

  • Le canton de Genève par exemple impose entre le 02 novembre 2020 (19h) et le 29 novembre 2020 un semi-confinement : les magasins autres qu’alimentaires ou de première nécessité sont fermés et les rassemblements publics ou privés sont limités à 5 personnes. Il n’y a pas de couvre-feu ni de limitation de déplacements.
  • Dans le canton du Jura, les réunions, rassemblements publics ou privés sont aussi limités à 5 personnes. Les restaurants, bars, infrastructures d’accès public tels que les musées, bibliothèques, cinémas, salles de concert, théâtres, les centres de sports, piscines, patinoires, fitness resteront fermés entre le 02 et le 15 novembre.

Plus d’informations sur le site de l’ambassade de France en Suisse.

Un numéro pour les voyageurs à destination de la Suisse est ouvert :
+41 58 464 44 88 (7/7, 6–23 h)

Plus d’informations et recommandations sur la fiche Coronavirus et sur la page Risques sanitaires / Coronavirus.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (03/11/2020)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Sécurité

RISQUES ENCOURUS ET RECOMMANDATIONS

• Délinquance
Les visiteurs doivent rester attentifs à l’existence d’une petite délinquance (vols) dans les gares, les aéroports et les transports publics des grandes agglomérations.

D’une manière générale, l’attention des visiteurs peut aussi être appelée sur le respect nécessaire de la réglementation et des usages locaux (code de la route).

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

En Suisse, les frais d’intervention et de mission des services de secours d’urgence (équivalent du SAMU, secours en montagne, etc.) qui ne sont pas couverts en tout ou partie par les caisses maladie ou les contrats d’assurance accident sont à la charge des personnes secourues. Ces frais peuvent être élevés (plusieurs milliers d’euros). Il est donc conseillé de prendre une assurance accident et rapatriement et de vérifier les risques couverts par la police d’assurance.

Le risque terroriste existe en Suisse comme ailleurs en Europe. Ce risque est pris en compte par les autorités suisses. Une simple attitude de vigilance générale est recommandée dans les lieux publics, notamment aux heures de grande affluence.

ACTIVITÉS SPORTIVES A RISQUES


Les accidents de montagne se produisent régulièrement. L’exercice d’activités en milieu alpin nécessite la plus grande prudence.

Entrée / Séjour

FORMALITÉS D’ENTRÉE

Pour entrer sur le territoire suisse, les ressortissants français doivent être munis d’une carte nationale d’identité ou d’un passeport en cours de validité ou périmé depuis moins de 5 ans. La présentation du passeport est indispensable en cas d’escale aéroportuaire pour une destination finale située hors de l’espace Schengen.

Les cartes nationales d’identité (CNI) délivrées à des personnes majeures entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 sont encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso. Toutefois, aucune modification matérielle de la carte plastifiée n’en atteste. Les autorités suisses ont officiellement accepté cette prolongation. Mais afin d’éviter tout désagrément, il est recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport valide.
Si vous voyagez uniquement avec votre carte nationale d’identité, vous pouvez télécharger et imprimer la notice multilingue expliquant ces nouvelles règles.

• Escale dans les aéroports
Les ressortissants français doivent présenter, avant l’embarquement vers une destination finale située hors de l’espace Schengen, un passeport dont la validité doit être, selon le pays de destination, supérieure de 3 ou 6 mois à la date de retour prévue.
Pour les vols à l’intérieur de l’espace Schengen, la présentation de la carte nationale d’identité suffit.

• Séjour de plus de trois mois
Les ressortissants français qui souhaitent effectuer un séjour de plus de trois mois en Suisse doivent, avant l’entrée en Suisse, prendre l’attache de l’Office cantonal de migration dans lequel ils envisagent de s’établir pour demander un permis de séjour (réglementation Schengen).

• Entrée sur le territoire pour les mineurs
Les mineurs qui voyagent avec leurs parents doivent être munis d’une pièce d’identité individuelle (passeport ou carte nationale d’identité).
S’ils voyagent seuls, les mineurs doivent avoir un passeport individuel ou une carte nationale d’identité en cours de validité. Ces documents doivent être accompagnés d’une autorisation de sortie du territoire signée par un titulaire de l’autorité parentale.

RÉGLEMENTATION DOUANIÈRE

Pour connaître la réglementation et les franchises douanières en Suisse pour l’importation d’un véhicule, de marchandises (à usage privé ou commercial) ou pour le transport de votre animal, nous vous invitons à consulter le site Internet de l’Administration fédérale des douanes.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Elles ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

AVANT LE DÉPART

• Frais d’hospitalisation et dépenses de santé
Afin de pouvoir bénéficier d’une prise en charge par la Sécurité sociale, les Français de passage doivent être munis d’une carte européenne d’assurance maladie, à demander à leur caisse locale au moins 15 jours avant le départ. Pour plus d’informations, consultez le site de l’Assurance maladie.

En Suisse, les frais d’intervention et de mission des services de secours d’urgence (équivalent du SAMU ou des secours en montagne) qui ne sont pas couverts en tout ou partie par les caisses maladie ou les contrats d’assurance accident sont à la charge des personnes secourues. Ces frais peuvent être élevés (plusieurs milliers d’euros).
Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place.

• Recommandations pour votre santé
Consultez si besoin votre médecin traitant pour faire une évaluation de votre état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations.

Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emportez que les médicaments nécessaires. Pour plus d’informations, consultez la fiche "Informations pratiques".

• Vaccinations
Il est conseillé de mettre à jour les vaccinations habituelles : diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) ainsi que rubéole, oreillons, et plus particulièrement la rougeole (ROR).

La vaccination préventive contre les hépatites A et B peut être conseillée, de même que la vaccination contre la fièvre typhoïde, ou le méningocoque, selon la durée et les conditions du séjour.

Selon les lieux fréquentés et la durée du séjour, la vaccination préventive contre l’encéphalite à tiques d’Europe centrale pourra être conseillée (séjour en zone rurale ou forestière).
Il est conseillé de prendre l’avis de son médecin traitant ou d’un centre de conseils aux voyageurs.

RISQUES SANITAIRES

• Présentes jusqu’à 2 000 m d’altitude en Suisse, les tiques sont surtout actives entre mars et novembre. Elles sont à l’origine de deux principales maladies infectieuses :

- Maladie de Lyme
La maladie de Lyme est transmise lors d’une piqûre de tique infectée par une bactérie. Toutes les tiques ne sont pas infectées et l’infection est souvent sans symptôme. Cependant, elle peut provoquer une maladie parfois invalidante. Plus d’informations : http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/maladie-de-lyme.

- Encéphalite à tiques
L’encéphalite à tiques est une maladie virale transmise notamment par une piqûre de tique. Les symptômes associent de la fièvre à des troubles digestifs et des signes méningés (maux de tête, raideur de nuque). Des troubles neurologiques divers peuvent également apparaître. La vaccination peut vous être conseillée par votre médecin. Elle est fortement recommandée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), en particulier pour tout déplacement en zone forestière. Plus d’informations sur : https://www.pasteur-lille.fr/sante/je-voyage/encephalite-a-tiques/?gclid=EAIaIQobChMI_-eu94n36AIVxMjeCh2_vA6nEAAYASAAEgJvmfD_BwE

• Prévention contre les piqûres de tiques
La prévention contre les autres infections transmises par les tiques inclut la couverture vestimentaire, l’application de répulsifs cutanés sur les parties découvertes et la recherche de la présence de tiques sur le corps. Plus d’information sur http://www.ameli-sante.fr/morsures-de-tiques/la-conduite-a-tenir-en-cas-de-morsure-de-tique.html.

• Infection par le virus VIH – MST
Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

QUELQUES RÈGLES SIMPLES
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux-roues).

Préservez-vous des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson.
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

TRANSPORT

Une vignette de 40 CHF (soit, selon les variations du taux de change, entre 35 et 40 €) est obligatoire pour circuler sur les autoroutes suisses. Elle est disponible aux postes frontières, bureaux de poste, commissariats. Il est possible de la payer en euros, avec les cartes de crédit ou de débit les plus courantes. La monnaie est rendue en francs suisses.

Il est aussi possible d’acheter la vignette à l’étranger : dans les pays de la zone euro (en France, Automobile Club du Mont-Blanc ; Automobile Club Association).

Il est impératif d’utiliser des pneus neige dès que le temps l’exige.

En cas d’accident, il convient de prévenir la police (Tél. : 117).

L’assurance automobile est obligatoire. Il vaut mieux contracter une police d’assurance de qualité, compte tenu du coût élevé des réparations des véhicules.

La vitesse est limitée à 120 km/h sur autoroute, 80 km/h sur les routes principales et 50 km/h dans les localités. Les contrôles radar sont fréquents et rigoureux. Le retrait de permis est d’usage lorsque le dépassement est supérieur à 25 km/h (30 km/h sur autoroute).

Les amendes sont par ailleurs élevées (par exemple 120 CHF pour un stationnement sur un passage piétons, 60 CHF pour un défaut de port de ceinture de sécurité).

Les voitures et les motocycles doivent circuler, de jour comme de nuit, avec les phares allumés. Font exception les cyclomoteurs, les véhicules électriques et les cycles, ainsi que les véhicules mis en circulation avant 1970. Le non-respect de cette obligation est puni d’une amende de 40 CHF.

En ce qui concerne les caravanes et camping-cars, il est conseillé de stationner sur les terrains de camping ou les endroits prévus à cet effet. Le poids remorquable admissible de ces véhicules doit être inscrit sur le permis de circulation.

La vitesse maximale autorisée avec caravane ou remorque sur tout le réseau, autoroutes comprises, est de :

  • 80 km/h (jusqu’à une tonne),
  • 60 km/h (plus d’une tonne).

Il est préférable d’éviter les cols alpins et d’emprunter les routes ouvertes aux véhicules de 2,5m de large (largeur maximale autorisée).

Les routes interdites aux caravanes et aux remorques légères sont les suivantes : cols du Klausen, du Nufeenen, du Schelten et du Weissenstein, accès au Burgenstock, Diemtigtal. Dans certaines vallées du Valais, le poids des caravanes est limité à 1,5 tonne.

Réseau ferroviaire
Bien développé dans tout le pays, il permet de se rendre sur l’ensemble du territoire dans d’excellentes conditions de sécurité et de ponctualité.

LÉGISLATION LOCALE

Le taux d’alcoolémie maximum admis au volant est de 0,25mg/l.

Le trafic de stupéfiants est sévèrement réprimé.

En cas de perte ou de vol de certains documents, les autorités suisses le signalent au niveau national et international. Ainsi, les documents retrouvés ne peuvent être réutilisés, sous peine de sérieux désagréments.

Voyages d’affaires

VISA D’AFFAIRES

La Suisse appartenant à l’espace Schengen, les ressortissants français ou d’un État membre de l’Union européenne, quel que soit l’objet de leur visite, ne sont pas soumis à l’obligation de visa pour les séjours de moins de 3 mois.

Ils sont admis sur le territoire suisse sur présentation d’une carte nationale d’identité ou d’un passeport en cours de validité pour la durée du séjour.

Pour plus d’informations, consultez la rubrique Entrée/Séjour de la présente fiche.

DONNES ECONOMIQUES

Consulter la fiche repères économiques Suisse.

Contacts utiles
  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique de Berne
Adresse : Schosshaldenstrasse 46
CH-3006 Berne
Suisse
Tél. : +41 31 380 17 15
Courriel : berne chez dgtresor.gouv.fr

  • Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Business France - Suisse
Pfingstweidstrasse 60
CH-8005 Zurich
Suisse
Tél. : +41 442791551
Courriel : zurich chez businessfrance.fr

Fabrice LELOUVIER (Directeur Pays)

  • Conseillers du commerce extérieur de la France

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils endossent une mission de conseil des pouvoirs publics, de parrainage des entreprises, de formation des jeunes aux métiers de l’international et de promotion de la France.

Président de section : Stéphane SCHNEIDER - +41 58 800 4428 (société Bouygues E&S FM Suisse SA)

Site internet : Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France.

  • Chambres de commerce et d’industrie

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) françaises à l’international sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32 000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre de commerce et d’industrie France Suisse (CFSCI)
Adresse : 5, Route de Chêne - Case Postale 6298 CH - 1211 GENEVE 6
Tél. : +41 22 849 05 70
Courriel : info chez cfsci.ch
Site Internet : www.ccifs.ch

  • Atout France

http://atout-france.fr/notre-reseau/suisse

  • Sopexa

http://www.sopexa.com/fr/agence/deutschland

  • FMI

Site Internet :

La Suisse et le FMI