Russie

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Coupe du monde de football 2018 (14 juin-15 juillet)

La Russie accueille la coupe du monde de football 2018 du 14 juin au 15 juillet 2018.

Les voyageurs sont invités à respecter les consignes émises par les autorités russes ainsi que les règles de prudence d’usage qui sont détaillées dans la « trousse d’urgence du supporter » élaborée par le Consulat général de France à Moscou.

Du 25 mai au 25 juillet, les Français logeant dans les villes-hôtes de la coupe du monde doivent être enregistrés dans les 72h auprès des instances locales du ministère de l’Intérieur de la Fédération de Russie ou auprès du Centre plurifonctionnel des services publics et municipaux (МФЦ). Cette formalité est accomplie par les hôtels et les propriétaires louant un logement. Les voyageurs restant moins de 72h dans l’une de ces villes ne sont pas concernés. Plus d’informations sur https://ru.ambafrance.org/A-l-attention-des-supporters.

Les Français munis d’une « Fan ID » peuvent entrer en Russie sans visa à compter du 4 juin. Cette facilité d’accès au territoire russe est valable jusqu’au 25 juillet minuit. Les détenteurs de la « Fan ID » devront avoir quitté le territoire russe au plus tard à cette date. Plus d’informations sur http://ambassade-de-russie.fr/index.php/fr/fifa-2018-russie/useful-information.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Risque industriel

De nombreuses villes industrielles en Russie présentent un risque majeur pour les populations qui y vivent. La ville de Dzerjinsk (située dans l’oblast de Nijni Novgorod) est la capitale de l’industrie chimique. La ville et ses environs sont considérés comme l’une des zones les plus polluées au monde. La situation de l’oblast de Moscou et, plus particulièrement, la banlieue est et sud-est de la capitale, est jugée préoccupante en raison des rejets industriels qui polluent la nappe phréatique.

En cas d’accident industriel, il est essentiel de suivre rigoureusement les instructions diffusées par le ministère des Situations d’urgence ou EMERCOM (en anglais) : http://en.mchs.ru/.

Risque terroriste

La Russie n’est pas épargnée par la menace terroriste et a récemment subi plusieurs attaques ou tentatives d’attaques terroristes.

Dans ce contexte, il est conseillé de maintenir une vigilance accrue dans les lieux publics et les transports en commun, notamment à l’égard de personnes au comportement suspect ou d’éventuels bagages abandonnés.

Délinquance

La situation générale sécuritaire en Russie varie d’une région à l’autre. Le nombre de décès suite à des crimes ou délits demeure élevé.

La délinquance de droit commun (pickpockets, agressions) est fréquente dans les lieux touristiques.

Cybercriminalité

Le nombre de cyber-attaques enregistrées en Russie a été multiplié par six en quatre ans. Le chantage en ligne, les blocages informatiques et l’espionnage via Internet sont de plus en plus répandus. Le voyageur internaute est invité à la plus grande prudence lors de connexions à des réseaux publics et à la plus grande vigilance s’agissant des messages reçus durant le séjour.

Risques naturels

Inondations, tempêtes, incendies, glissements de terrain, séismes sont autant de menaces à prendre en considération lors d’un séjour en Russie, en fonction de la destination.

Il convient, avant tout déplacement en Russie, de consulter les pages du site Conseils aux Voyageurs consacrées aux risques naturels.

Risque lié aux transports

Les accidents de la route constituent aujourd’hui le principal risque en Russie. Grâce aux campagnes menées par les autorités, la sécurité des transports s’est améliorée à Moscou, notamment pour les piétons, mais il convient de rester prudent.

L’accès à des régions reculées ou mal desservies doit être planifié avec soin : la circulation automobile hors des axes récents peut être difficile en raison de la détérioration des chaussées et des risques climatiques. En cas d’accidents corporels et de blessures, le temps d’attente de l’assistance médicale peut être long.

Hooliganisme

Les hooligans russes s’entraînent dans des salles de sport et forment des commandos qui s’affrontent à l’occasion de bagarres planifiées à l’avance dans les bois pour éviter de subir la répression policière. Des groupes très dangereux sont susceptibles d’agir violemment à l’occasion de certains matchs de clubs du championnat russe, visant particulièrement les étrangers et les personnes LGBT.

Autour des stades, la présence policière massive lors des rencontres à haut risque vise à éviter les affrontements. Il convient cependant d’être particulièrement vigilant aux mouvements de foule qui peuvent survenir lors de telles rencontres.

Zones de vigilance

Régions déconseillées sauf raison impérative (orange)

En raison de la prévalence de pratiques religieuses plus rigoristes, de l’apparition de foyers urbains de radicalisation islamiste et de l’existence de mouvements terroristes, la situation sécuritaire demeure instable dans certaines républiques du Caucase. Les déplacements au Daguestan, en Tchétchénie, en Ingouchie, en Kabardino-Balkarie et en Ossétie du Nord sont déconseillés sauf raison impérative.

Les déplacements dans ces régions ne nécessitent plus d’autorisation spéciale de la part des autorités russes, excepté pour les zones où des opérations antiterroristes sont en cours. Ces opérations sont temporaires, mobiles et dépendent de la situation sécuritaire locale. Les voyageurs sont donc invités à se renseigner sur la situation locale avant tout déplacement.

Région en vigilance renforcée (jaune)

Malgré une baisse de la violence dans la république des Karatchaïs-Tcherkesses (Caucase), cette république reste en vigilance renforcée en raison de la persistance de l’instabilité dans le Caucase et de la proximité avec la république de Kabardino-Balkarie (déconseillée sauf raison impérative). Il convient de rester vigilant.

Autres zones de vigilance

Les terrains militaires et les zones frontalières sont sensibles et soumis à des restrictions d’accès.

Dans le contexte de la crise ukrainienne, la zone frontalière avec l’Ukraine est étroitement contrôlée par les gardes-frontières du FSB (Service fédéral de sécurité). Il est recommandé de ne pas se déplacer à proximité. Les autorités ukrainiennes interdisent l’accès à leur pays par la section de la frontière ukraino-russe actuellement sous contrôle des séparatistes.

La situation particulière de la Crimée fait l’objet de recommandations particulières consultables sur la fiche « Conseils aux Voyageurs » - Ukraine.

Par ailleurs, les frontières terrestres de la Fédération de Russie avec la Biélorussie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie sont fermées aux étrangers.

Recommandations générales

Il est recommandé de :

  • éviter de se déplacer avec des objets de valeur et d’importantes sommes d’argent ;
  • être vigilant à son verre dans les bars et discothèques (risque d’intoxication ou de perte de conscience pouvant donner lieu à des vols et des agressions sexuelles) ;
  • faire une photocopie à conserver sur soi de son passeport et de son visa et laisser les originaux en lieu sûr ;
  • se tenir à l’écart des manifestations.
Activités sportives à risque

Conduite automobile sur lacs gelés

La conduite automobile sur les lacs gelés en hiver est une pratique dangereuse qui requiert impérativement d’être accompagné d’un guide professionnel et d’un chauffeur expérimenté. Chaque année se produisent des accidents mortels. Les accidents sont plus nombreux à partir de mars, lorsque la température remonte. Il en est de même du trekking sur les lacs gelés qui nécessite un équipement et une préparation comparables à ce qui est nécessaire pour un trekking sur glacier.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

• Visa

Les ressortissants français doivent être munis d’un visa pour transiter par la Fédération de Russie ou pour y séjourner. Les demandes de visa doivent être présentées aux autorités consulaires russes du pays de résidence.
Pour en savoir plus : http://ambassade-de-russie.fr/index.php/fr/informations-consulaires/visas.

• Passeport

Un passeport en cours de validité est nécessaire pour se rendre en Russie.
En cas de vol (ou de perte) de passeport et de documents d’identité, il convient de faire une déclaration au poste de police le plus proche. La déclaration de vol est nécessaire à la délivrance par les autorités consulaires françaises d’un laissez-passer sur présentation d’une photo d’identité, d’une photocopie d’une pièce d’identité et de l’équivalent de 55€ en roubles.

• Entrée en Russie

Tous les étrangers qui arrivent en Russie doivent obligatoirement remplir une carte de migration. Ce document, visé par les gardes-frontières, certifie le passage légal de la frontière russe. En cas de détérioration ou de perte de la carte, il est nécessaire d’en faire la déclaration sous trois jours auprès d’une représentation locale du ministère de l’Intérieur (MVD) pour en obtenir gratuitement un duplicata. La carte migratoire est rendue aux gardes-frontières à la sortie du territoire russe.

• Entrée en Russie en provenance de Biélorussie

Il est interdit aux voyageurs de nationalité non-russe et non-biélorusse de franchir la frontière terrestre entre la République de Biélorussie et la Fédération de Russie, que ce soit par la route ou en train. Les contrevenants s’exposent à des poursuites. Le franchissement de la frontière est possible en avion.

• Conditions de séjour

A son arrivée sur le lieu de séjour, le ressortissant étranger présente à son établissement d’accueil (hôtel, propriétaire de logement, …) son passeport et sa carte de migration en vue de procéder à l’enregistrement de migration. Lorsque le voyageur est hébergé dans un hôtel, c’est l’administration de l’hôtel qui notifie son arrivée aux autorités russes. L’établissement d’accueil remet au ressortissant étranger la partie détachable de la notification. La possession par un ressortissant étranger de la partie détachable de la notification visée par les autorités russes atteste de son enregistrement des migrations.

• Conditions de sortie

Pour quitter la Fédération de Russie, il faut être muni d’un visa en cours de validité. En cas de dépassement du temps de séjour autorisé ou d’absence d’enregistrement auprès des autorités russes, le voyageur n’est pas autorisé à quitter le territoire tant que sa situation n’est pas régularisée (prolongation de visa - paiement d’une amende). Cette formalité peut prendre plusieurs heures. Si les motifs invoqués ne sont pas considérés comme légitimes, une mesure d’expulsion peut être prise, accompagnée d’une interdiction du territoire d’une durée maximum de 5 ans.
Le voyageur est invité à respecter rigoureusement la durée du séjour qui lui a été accordé par les services consulaires russes.

• Conditions de transit

Les voyageurs français se rendant dans les différentes Républiques de la Communauté des États Indépendants (pays du Caucase et Asie centrale) et transitant par la Fédération de Russie doivent obligatoirement être détenteurs d’un visa de transit russe. Le visa du pays de destination n’est pas valable pour transiter par la Russie. En cas de retour en France via la Russie, un visa deux entrées ou à entrées multiples est nécessaire.

• Contrôles

La police est autorisée à vérifier à tout moment l’identité d’une personne. Le voyageur doit toujours être en possession d’une copie de son passeport et de son visa en cours de validité. A défaut, le voyageur peut être placé en garde à vue pour une durée maximum de 3 heures afin d’établir son identité. En cas de contrôle, le policier doit alors décliner son identité, son rang et le motif de l’interpellation. Toute résistance peut se traduire par un allongement de la garde à vue. En tant que ressortissant étranger, le voyageur dispose du droit de demander un interprète, un avocat, ainsi qu’un appel à un proche. Il peut demander à ce que son consulat soit informé.
Il peut également refuser de signer un document s’il ne le comprend pas.
Pour en savoir plus sur la loi fédérale sur la police (en anglais) : https://en.mvd.ru/doc/On_Police.

Règlementation douanière

À l’entrée et à la sortie du territoire russe, les voyageurs peuvent disposer d’une certaine quantité de marchandises destinées à leur consommation personnelle sans avoir à payer de droits de douane et de taxes. Ces marchandises sont dites admises en franchise de droits et taxes.

Les quantités de marchandises admises en franchise sont limitées :

  • par voyageur : les franchises changent selon que le voyageur est mineur ou majeur ;
  • par voyage : les franchises ne sont pas forcément les mêmes selon le mode de voyage (bateau, train, avion, voie terrestre) ;
  • en valeur globale par personne, en quantité et en poids.

Si les quantités transportées dépassent les franchises autorisées ou si les marchandises sont soumises à déclaration, le passager empruntera le corridor rouge à l’entrée ou à la sortie du territoire russe. Dans les autres cas, le passager choisira le corridor vert, qui l’expose potentiellement à un contrôle douanier.

Les franchises douanières à l’entrée et à la sortie du territoire russe sont définies :

  • en valeur globale par voyageur et quel que soit l’âge du voyageur :
  • en poids par voyageur (maximum de 50 kg) ;
  • en quantité par voyageur (les mineurs n’ont pas droit aux alcools et tabacs) et en nombre d’unités (le nombre d’exemplaires d’un même produit permet à la douane d’apprécier si ces marchandises sont destinées ou non à la consommation personnelle ou à la revente).

Sommes d’argent, titres ou valeurs

Les franchises douanières en termes de devises à l’entrée et à la sortie du territoire russe sont les suivantes :

  • utilisant un mode de transport aérien : maximum 10 000 euros ;
  • utilisant tout autre mode de transport (terrestre, fluvial ou ferroviaire) : maximum 1 500 USD.

À l’entrée et à la sortie du territoire russe, les sommes d’argent, titres ou valeurs inférieures à 10 000 USD (ou leur équivalent dans une autre monnaie) par personne et quel que soit le mode de transport ne sont pas soumis à déclaration.

Au-delà, la déclaration en douane est obligatoire à l’entrée et à la sortie.

Types de valeurs :

  • les billets de banque et les pièces de monnaie ;
  • les chèques au porteur ; les chèques de voyage ;
  • les chèques dont le tireur n’est pas le bénéficiaire ;
  • les effets de commerce non domiciliés ;
  • les lettres de crédit non domiciliées ;
  • les mandats ;
  • les valeurs mobilières, les bons de capitalisation et autres titres de créances négociables au porteur ou endossables ;
  • les lingots d’or et les pièces d’or ayant une valeur de cotation sur les marchés financiers.

Tabacs

Cigarettes : 200 unités (1 cigarette = 1 unité)
Cigarillos ou cigares : 25 unités (idem)
Tabac à fumer : 250 grammes

Boissons alcoolisées

3 litres d’alcool dans une limite légale de 5 litres : le 4ème et le 5ème litre seront taxés à hauteur de 10€ par litre. Au-delà, le particulier est en infraction.
Au-delà des franchises légales, les marchandises sont taxées forfaitairement à hauteur de 30% de leur valeur et peuvent faire l’objet d’une saisie assortie d’une amende fiscale.

Denrées alimentaires

L’importation de denrées alimentaires en Russie est limitée à 5kg par passager et à la condition qu’elles soient conservées dans l’emballage d’origine, notamment pour les produits d’origine animale.

Caviar d’esturgeon

L’esturgeon fait partie des espèces protégées par la Convention de Washington (CITES) et soumis à une règlementation stricte.

La règlementation européenne est beaucoup plus stricte que la règlementation russe et limite à 125 grammes la quantité de caviar susceptible d’être ramenée de Russie ou de tout autre pays dans l’Union européenne.

Si cette quantité est dépassée il faudra impérativement présenter à la douane un permis CITES d’exportation et d’importation. A défaut, les marchandises seront saisies et le passager se verra infliger une forte amende.

Médicaments

Dès lors qu’ils sont importés en Russie à des fins personnelles, les médicaments sont autorisés à l’entrée et à la sortie du territoire russe, à l’exception des médicaments dont le principe actif est répertorié comme substance narcotique, toxique ou psychotrope ou leurs précurseurs. C’est le cas de tous les médicaments à base d’opiacés, tels que la codéine ou les anxiolytiques. Pour ces médicaments, une ordonnance ou une attestation médicale certifiée par un notaire et sa traduction russe certifiée conforme sont impératives. En outre, il est obligatoire de déposer une déclaration en douane. Les quantités de médicaments transportées devront correspondre aux besoins personnels pour la durée du séjour et uniquement à des fins médicinales.

Biens culturels et instruments de musique

Tout article susceptible d’être considéré comme ancien par les services douaniers (icônes, samovars, tapis, instruments de musique, affiches soviétiques et autres antiquités) doit être accompagné, pour l’entrée et la sortie du territoire russe, d’un certificat indiquant que l’objet n’a pas de valeur historique. Ces certificats sont obtenus auprès du ministère de la Culture en France et en Russie (site en anglais). L’exportation d’objets antérieurs à 1945 est illégale et sévèrement réprimée.

Les instruments de musique et partitions postérieurs à 1945 doivent être accompagnés de l’original d’une facture ou d’une expertise attestant de son ancienneté et de sa valeur. Pour une valeur au-delà des franchises autorisées, l’instrument doit être déclaré à l’entrée et à la sortie du territoire russe sous peine de saisie assortie d’une forte amende.
Pour en savoir plus : https://ru.ambafrance.org/Le-service-de-l-Attache-douanier-a-Moscou.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre les rappels de vaccins).

Avant le départ

• Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’Ambassade ou les Consulats généraux de France sur place.

• Recommandations pour votre santé

Consulter si besoin son médecin traitant pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations.

En raison de l’ampleur prise par la contrefaçon de médicaments en Russie, il est recommandé aux voyageurs d’emporter avec eux les médicaments achetés en France et appropriés à leur état ou à leur traitement.

Constituer une pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires. Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos pratiques.

En cas de maladie ou d’hospitalisation, l’orientation vers une structure hospitalière adaptée doit se faire prioritairement en contactant l’assurance « voyage rapatriement » contractée pour l’obtention de tout visa pour la Russie.

Les principales assurances « voyage rapatriement » possèdent un réseau de référents dans toute la Russie et disposent d’un système de prise en charge dispensant le voyageur d’avancer les frais (à condition de remplir les critères de prise en charge).

A Moscou et Saint-Pétersbourg, il existe plusieurs hôpitaux « internationaux » où le voyageur peut être accueilli en anglais et parfois en français.

En cas de situation particulière, l’Ambassade dispose d’un médecin conseil français qui peut être contacté via le service consulaire.

• Vaccinations

Il est conseillé de mettre à jour les vaccinations habituelles : diphtérie-tétanos-poliomyélite en incluant rubéole, oreillons et plus particulièrement la rougeole. Dans tous les cas, prendre l’avis de son médecin traitant ou d’un centre de conseils aux voyageurs.

La vaccination préventive contre les hépatites A et B peut être conseillée, de même que la vaccination contre la fièvre typhoïde, ou le méningocoque, selon la durée et les conditions du séjour.

Selon les lieux fréquentés et la durée du séjour, la vaccination préventive contre l’encéphalite à tiques d’Europe centrale pourra être conseillée (séjour en zone rurale ou forestière).

La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Enfin, pour des séjours en Sibérie (bordure sud-est du pays), une vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire. Outre la vaccination, cette maladie virale étant transmise par les piqûres de moustiques, il est nécessaire de recourir à des mesures de protection (vêtements longs, répulsifs, moustiquaires…) contre les moustiques.

Risques sanitaires

Encéphalite à tiques

Le retour des températures estivales favorise l’apparition dans les forêts russes, et plus particulièrement sibériennes, de tiques porteuses d’arbovirus (régions de Rostovskaya, sud-est et sud-ouest du pays). L’encéphalite à tiques est une maladie virale transmise par la piqûre de tiques. Les symptômes associent de la fièvre avec des troubles digestifs, et des signes méningés (maux de tête, raideur de nuque).
Plus d’informations sur : http://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/documents//encephalite_tiques_27-4-06.pdf.

Prévention contre les piqûres de tiques

Lors d’un déplacement en Sibérie ou en Russie centrale, la prévention contre les infections transmises par les tiques inclut la couverture vestimentaire, l’application de répulsifs cutanés sur les parties découvertes et la recherche de la présence de tiques sur le corps.
Plus d’informations sur : http://www.ameli-sante.fr/morsures-de-tiques/la-conduite-a-tenir-en-cas-de-morsure-de-tique.html.

Rage

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par la salive ou la morsure d’un animal atteint du virus (chien, renard, chauve-souris, …). La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable.
Plus d’informations : http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/rage.

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Virus du Nil

La "fièvre du Nil" peut toucher certaines régions de la Russie (Volgograd, Rostov sur le Don et Voronej). Cette maladie transmise par les moustiques se manifeste par des symptômes grippaux ou des méningites pouvant même entraîner des décès chez des personnes vulnérables (personnes âgées, enfants en bas âge, etc.). La propagation de ce virus a surtout lieu dans les zones humides et marécageuses ou à proximité des rivières. La seule prévention se fait par le port de vêtements amples et l’utilisation de produits anti-moustiques.

Risques particuliers

Il est conseillé d’éviter de se baigner dans les lacs et les étangs en raison des risques de leptospirose (régions de Novossibirsk et Ekaterinbourg).

Par ailleurs, quelques cas de paludisme autochtone sont décrits. Durant son séjour et pendant les deux mois qui suivent le retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à sa sécurité routière (ceinture de sécurité en voiture, le casque à deux-roues).

Se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson.
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ; éviter d’acheter des bouteilles dans les petites échoppes.
  • Etre vigilant sur les dates de péremption des produits alimentaires, sur la qualité des vodkas et autres alcools de fabrication artisanale vendus en kiosque.

Pour de plus amples renseignements, consulter les sites Internet suivants :

Infos utiles

Transport

• Réseau routier

Les contrôles de la police de la route (D.P.S.) sont extrêmement fréquents même en l’absence d’infraction caractérisée. Les secours routiers, dépannage mécanique et surtout l’aide médicale sont parfois lents à venir sur les lieux d’un accident s’il se produit dans une zone reculée. La présence de la police est indispensable pour établir un constat et il convient de ne pas déplacer son véhicule en cas d’accrochage, même mineur, sous peine d’amende. L’établissement du constat par la police peut prendre plusieurs heures.

Le permis de conduire français est reconnu sur le territoire de la Fédération de Russie pour un séjour de courte durée. Toutefois, afin d’éviter toute difficulté, il est vivement recommandé d’obtenir un permis de conduire international avant son séjour en Russie, qui pourra être présenté avec le permis national en cas de contrôle. En cas de séjour prolongé en Russie, il convient d’obtenir un permis de conduire russe auprès du GIBDD (Inspection générale de la route : https://www.gosuslugi.ru/10056, site en russe).

L’utilisation de "taxis sauvages" est vivement déconseillée à toute heure, notamment lorsque d’autres passagers sont déjà à bord.

• Réseau ferroviaire

La Russie possède une des plus grandes infrastructures ferroviaires au monde. Le réseau est parfois saturé, le matériel roulant obsolète et l’infrastructure logistique insuffisante.

• Transport aérien

Une attention particulière doit être portée au choix de la compagnie aérienne, en évitant dans la mesure du possible celles qui n’opèrent pas dans l’Union européenne. Cette condition est seule susceptible de garantir que les procédures internationales d’entretien des aéronefs sont scrupuleusement respectées.

Il est possible de consulter la liste des compagnies aériennes interdites d’exploitation dans l’espace européen.

• Transport maritime et fluvial

Ce réseau occupe aujourd’hui une place très modeste sur le marché russe des transports. Outre la saisonnalité de la navigation (en raison des conditions climatiques, principalement), le réseau fluvial souffre de nombreux goulots d’étranglements ainsi que d’un vieillissement des infrastructures et des navires.

Il est recommandé aux voyageurs envisageant d’effectuer une croisière touristique de vérifier auprès de leurs voyagistes que le moyen de transport qu’ils emprunteront présente toutes les garanties de sécurité nécessaires.

Législation locale

• Alcool

La législation relative à la vente et la consommation d’alcool s’est durcie ces dernières années. En Russie, la vente d’alcool est généralement interdite entre 23h et 8h avec des exceptions plus restrictives dans quelques régions : Moscou de 21h à 8h, Saint-Pétersbourg de 22h à 11h, Kazan, Samara et Kaliningrad de 22h à 10h. La vente d’alcool est totalement interdite lors des fêtes et manifestations importantes.
Il faut être âgé de plus de 18 ans pour acheter des boissons alcoolisées.

Les trafics d’alcool contrefait ont récemment augmenté. Plusieurs personnes sont décédées suite à la consommation de « Boyaryshnik » (alcool de substitution). Il convient d’être particulièrement vigilant sur l’origine des alcools proposés.

La consommation d’alcool dans la rue est interdite.

• Alcool au volant

Le taux d’alcoolémie autorisé au volant est fixé à zéro. En cas de contrôle, la tolérance ou bienveillance à l’égard d’un ressortissant étranger est nulle.

• Tabac

La vente de tabac à des mineurs de moins de 18 ans est interdite en Russie. Il est interdit de fumer dans les écoles, les universités, les centres culturels et sportifs et les hôpitaux, ainsi que dans les aéroports, les gares et les stations de métro. Ces mesures sont très respectées par la population.

• Stupéfiants

Les autorités russes appliquent la tolérance zéro, y compris pour les consommateurs. Il n’y a pas de « drogue douce » en Russie. La police peut contraindre toute personne suspecte à subir des tests visant à déterminer si elle se trouve sous l’effet de stupéfiants.

Le code pénal de la Fédération de Russie prévoit les peines suivantes :

  • Pour les détenteurs de stupéfiants : peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 3 ans, susceptible de s’accroître jusqu’à 15 ans en cas de cause d’aggravation (par exemple préméditation, récidive ou quantité de stupéfiants très importante).
  • L’usage simple est sanctionné d’une arrestation administrative de 15 jours et/ou d’une amende.
  • Pour les revendeurs : peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 8 ans, susceptible de s’accroître jusqu’à la prison à perpétuité en cas de cause d’aggravation (par exemple préméditation, groupe organisé, vente à un mineur, récidive ou quantité de stupéfiants très importante).
  • L’incitation à la consommation de stupéfiants : peine de 3 à 10 ans d’emprisonnement, voire 10 à 15 ans si cet acte est commis sur un mineur ou entraîne la mort de la victime.

Des réseaux criminels peuvent avoir recours à des touristes ou des hommes d’affaires pour faire passer de la drogue et/ou des billets de banque (dans le cas de blanchiment d’argent).

• Contrefaçons

Les contrefaçons sont très présentes en Russie. Si les produits le plus souvent contrefaits sont ceux de la catégorie « luxe », d’autres présentent plus de risques pour la santé publique tels que l’alcool et les médicaments. Les mesures administratives prises en Russie pour contrer la production de produits contrefaits peinent à endiguer leur diffusion, qui s’appuie largement sur l’Internet. Il appartient au consommateur de faire preuve de la plus grande vigilance sur l’origine des produits qu’il acquiert.

En Russie, la vente ou l’importation de produits médicaux contrefaits, de même que la contrefaçon des emballages ou des notices sont de la responsabilité pénale des individus. Les auteurs sont passibles de 3 à 12 ans de prison (selon la présence ou non de causes d’aggravation) et d’une amende pouvant aller jusqu’à 5 millions de roubles (soit plus de 70 000€).

L’entrée en France ou la simple détention de produits de contrefaçon est un délit passible d’une amende et d’une peine de prison.

• LGBT

La loi russe « sur l’interdiction de la promotion des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs » prévoit, en cas d’infraction, une amende pouvant aller jusqu’à un million de roubles (environ 14 000€) pour les personnes morales et, pour les personnes physiques étrangères, 100 000 roubles (environ 1 500€) d’amendes et 15 jours de détention avant expulsion.

• Liberté religieuse

La Constitution stipule que l’État russe est non confessionnel et garantit la liberté religieuse. Elle précise que chaque personne est libre de professer la religion de son choix, à condition que cela ne perturbe pas l’ordre public.
La Russie est composée majoritairement d’orthodoxes (61%), de musulmans (12%), et plus marginalement de juifs (1%) et de catholiques (1%).
Le patriarcat orthodoxe conteste le prosélytisme des autres mouvements religieux. La Cour suprême a déclaré illégale l’organisation centrale des Témoins de Jéhovah. Les Témoins de Jéhovah qui continueraient de manifester leur foi en Russie en dépit de cette interdiction s’exposent à des poursuites judiciaires et encourent jusqu’à 12 ans de prison.

Us et coutumes

• Xénophobie

En recul depuis quelques années, les agressions violentes et xénophobes sont plus systématiquement et plus sévèrement réprimées par les autorités russes, notamment à Moscou. Toutefois, les personnes identifiées comme non européennes peuvent être victimes de comportements racistes ou xénophobes.

• LGBT

Les crimes contre les personnes LGBT ont doublé en cinq ans.
En Tchétchénie, les personnes LGBT sont victimes de persécutions.

L’homosexualité n’est pas illégale en Russie. Le voyageur LGBT est néanmoins invité à la plus grande prudence durant son séjour en raison du manque de tolérance sociale.

Divers

Modes de paiement

Les principales cartes de crédit sont acceptées. Les chèques de voyage ne sont pas reconnus en Russie.

Les euros et les dollars sont aisément convertibles dans les bureaux de change (très nombreux). Il est préférable de se munir de petites coupures neuves d’euros ou de dollars US.

Les chèques bancaires ne sont pas utilisés en Russie.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Le visa d’affaires n’est pas un visa de travail. Il n’autorise pas à exercer une activité professionnelle sur le territoire de la Fédération de Russie.

• Cadre juridique

La délivrance des visas d’affaires aux ressortissants de l’Union européenne est encadrée par l’accord de facilitation signé le 25 mai 2006 entre l’Union européenne et la Fédération de Russie. Ce texte permet, sous certaines conditions, la délivrance de visas à entrées multiples, d’une validité pouvant aller jusqu’à 5 ans, pour des séjours de 90 jours maximum.

Pour accéder au texte :
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX:22007A0517%2801%29.

• Dossier à constituer

Il est impératif de consulter le site Internet de l’Ambassade de Russie en France : http://ambassade-de-russie.fr/index.php/fr/informations-consulaires/visas.

Le passeport doit être en cours de validité et expirer a minima 6 mois après la date d’expiration du visa. Il doit également comporter au moins 2 pages juxtaposées vierges, réservées au visa et aux tampons d’entrée et de sortie.
Le formulaire de demande de visa est complété en ligne par le demandeur sur le site du Département consulaire du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie..

A l’appui de la demande, une invitation doit être présentée, ainsi qu’une attestation de police d’assurance médicale, valable sur le territoire de la Fédération de Russie et couvrant la durée de validité du visa.

• Dépôt de la demande

Le dépôt des demandes de visa se fait sur rendez-vous :
http://paris.kdmid.ru/queue-fr/.

Le demandeur doit se présenter en personne. Il est également possible de déposer la demande directement auprès des services consulaires russes, après avoir pris rendez-vous auprès du prestataire de service. Pour en connaître les conditions, consulter les sites Internet de l’Ambassade de Russie ou des Consulats généraux de Russie à Marseille ou Strasbourg.

• Délai d’obtention

Le délai de délivrance varie de 4 à10 jours ouvrés. Le tarif appliqué est de 35€. Pour une instruction en moins de 4 jours, le tarif est augmenté de 35€.

• Politique de délivrance

Les autorités russes mènent une politique graduée de délivrance des visas. Le premier visa délivré est en général valable pour une seule ou deux entrées, pour un séjour de courte durée. Selon les termes de l’accord de facilitation de 2006, le premier renouvellement, s’il intervient dans l’année qui suit cette première délivrance, peut aboutir à la délivrance d’un visa à entrées multiples valable pour une année, sous réserve que le visa délivré précédemment ait été correctement utilisé. Ensuite, le renouvellement de ce premier visa à entrées multiples peut se traduire par la délivrance d’un visa à entrées multiples d’une validité allant de 2 à 5 ans.

• Le séjour en Russie

Un ressortissant étranger qui réside ou séjourne à titre temporaire en Fédération de Russie doit suivre la procédure d’enregistrement de migration. Cette formalité doit être effectuée auprès du bureau local du ministère de l’Intérieur (MVD) dans un délai de 7 jours ouvrables à compter de la date d’arrivée sur le lieu de séjour. Il en est de même à l’occasion de chaque changement de lieu de résidence ou de séjour. L’enregistrement est de la responsabilité de la partie invitante.

Pour en savoir plus, consulter les pages en français du site du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie consacrées à ce dispositif.

Il est important de noter qu’en cas de dépassement du séjour autorisé, le contrevenant s’expose à une interdiction d’entrer sur le territoire de la Fédération de Russie de 5 ans, sanction que les autorités russes n’hésitent pas à mettre en œuvre.

Réseaux de communication

Les cartes SIM sont en vente libre. Toutefois, il faut éviter les vendeurs à la sauvette et se rendre dans des bureaux dédiés (MTC, TELE2, etc.). La présentation d’une pièce d’identité est obligatoire.

Le réseau 4G est de très bonne qualité pour la téléphonie et pour l’accès au web. Préférez une SIM avec un accès Internet illimité, son prix est très raisonnable. Il convient de noter que de nombreuses zones non couvertes existent en dehors des grandes villes et que des frais de roaming onéreux peuvent s’appliquer lorsqu’on change de région.

Les Wifi sont largement ouverts et gratuits, à Moscou notamment, dans les métros, trains, parcs, hôtels, etc. Toutefois, comme dans tout pays, les informations présentes sur vos équipements numériques sont précieuses et peuvent être interceptées par un pirate utilisant ce même réseau. Il est recommandé d’utiliser les Wifi publics avec parcimonie et de repasser en mode avion ou en 4G lorsque possible.

La loi russe interdit l’utilisation de tout moyen d’anonymisation (ex : VPN) permettant d’accéder aux sites bloqués par les autorités. La grande majorité des sites occidentaux sont accessibles dans le pays. Les tentatives d’accès au darkweb sont à prohiber.

Il reste hautement déconseillé de se déplacer avec des informations professionnelles ou confidentielles à l’étranger. Si l’on constate que les VPN ne sont pas bloqués en Russie, il est important de savoir que tout dispositif de protection numérique ou moyen de chiffrement peut faire l’objet d’interception.

Applications utiles à installer avant le départ* : Yandex Maps (Google Maps est parfois faux), Yandex Metro, Yandex Taxi, Aeroexpress (train de desserte des aéroports de Moscou), Google Traduction (langues russe et française à télécharger sur le téléphone avant le départ), WhatsApp et Conseils aux Voyageurs. Le Consulat de France pourra être amené à diffuser des informations par ce biais en cas d’alerte.

(*) L’Administration n’est aucunement habilitée à conseiller un site web plus qu’un autre, mais il est utile d’indiquer au voyageur que Google Maps n’est pas parfaitement à jour.

Données économiques

La Direction des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques Russie.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique régional de Moscou - Russie
Adresse : 45, Bolchaïa Yakimanka, 115 127 Moscou - Russie
Tél. : +7 495 937 24 28
Télécopie : +7 495 937 24 01
Courriel : moscou chez dgtresor.gouv.fr

  • Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Business France - Russie
Bolchaïa lakimanka 45 - 119049 Moscou, Russie
Tél. : +7 495 9372413
Courriel : moscou chez businessfrance.fr

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : David LASFARGUE - dlasfargue chez jeantet.org

Annuaire pour la Russie.

  • CCI

Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) Françaises à l’International sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32 000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre de commerce et d’industrie franco-russe (CCIFR)
Adresse : 10 Milioutinski per. bât.1, 101000 Moscou
Tél. : +7 495 721 38 28
Courriel : info chez ccifr.ru
Site Internet : www.ccifr.ru

  • Atout France

http://atout-france.fr/notre-reseau/russie

  • Sopexa

http://www.sopexa.com/fr/agence/russia

  • Attaché douanier

Tél. : +7 495 937 24 84
Courriel : moscou.douane chez dgtresor.gouv.fr

  • FMI

Bureau du représentant résident du FMI en Russie.

La Russie et le FMI.

PLAN DU SITE