Roumanie

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (06/08/2021)

Du fait de la circulation du virus de la COVID-19 et de ses variants qui demeure active (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), toute entrée en France et toute sortie de notre territoire est encadrée. Dès lors, il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs pour d’une part, vérifier si le déplacement à destination ou en provenance du pays envisagé est soumis au régime des motifs impérieux, d’autre part, respecter les mesures sanitaires mises en place à l’entrée sur le territoire français.

Conditions d’entrée en Roumanie

Du 1er au 7 août 2021 (inclus), la France est placée par les autorités roumaines en "zone jaune". Dans ce cadre, les voyageurs arrivant de France doivent présenter à l’embarquement ainsi qu’à leur arrivée dans le pays :

  • soit une preuve de vaccination complète depuis au moins 10 jours. Attention, la Roumanie ne reconnaît que les schémas vaccinaux suivants : deux doses de Pfizer, Moderna, Astra-Zeneca, ou une dose de Johnson & Johnson. Les personnes ayant reçu une seule dose de vaccin Pfizer, Moderna ou Astra-Zeneca parce qu’elles avaient précédemment été infectées par la COVID-19, bien que reconnues comme pleinement vaccinées en France, ne le sont pas en Roumanie. Leur attestation de vaccination risque donc de n’être pas reconnue ;
  • soit un test PCR négatif, effectué moins de 72 heures avant l’embarquement (en cas de voyage en avion, train, autobus) ou 72 heures avant l’entrée dans le pays (en cas de voyage en voiture). Les tests antigéniques rapides ne sont pas accepté ;
  • soit un test PCR positif, effectué entre 14 et 180 jours avant l’entrée en Roumanie. Les tests antigéniques rapides et les preuves de présence d’anticorps ne sont pas acceptés.

La Roumanie exempte de l’obligation de présenter l’un de ces documents quelques catégories de voyageurs :

  • Les voyageurs en transit (séjour en Roumanie inférieur à 24 heures) ;
  • Les enfants de 6 ans et moins ;
  • Les étudiants se rendant en Roumanie pour des examens, des formalités d’inscription ou d’autres démarches nécessaires à leurs études (sur présentation de documents justificatifs).

A compter du 8 août 2021, la France sera placée en zone rouge, avec des restrictions renforcées. Pour les voyageurs de 16 ans et plus séjournant plus de 3 jours en Roumanie, un test PCR négatif ne sera pas suffisant pour être dispensé de quarantaine. Seuls en seront exemptés :

  • les personnes présentant une preuve de vaccination finalisée depuis au moins 10 jours (voir paragraphe précédent sur les schémas vaccinaux) ;
  • les personnes présentant un test PCR positif, effectué entre 14 et 180 jours avant l’entrée en Roumanie ;
  • les voyageurs en transit (séjour en Roumanie inférieur à 24 heures) ;
  • les personnes séjournant entre 24 et 72 heures en Roumanie et présentant un test PCR négatif, effectué moins de 72 heures avant l’embarquement ou l’entrée dans le pays ;
  • les enfants de 7 à 15 ans et les délégations sportives (quelle que soit la durée de séjour) présentant un test PCR négatif, effectué moins de 72 heures avant l’embarquement ou l’entrée dans le pays ;
  • les enfants de 6 ans et moins, sans besoin de présenter un test négatif ;
  • les étudiants se rendant en Roumanie pour des examens, des formalités d’inscription ou d’autres démarches nécessaires à leurs études (sans besoin de présenter un test négatif mais avec des documents justificatifs).

Ces attestations de vaccination et de test PCR doivent dans la mesure du possible être présentées sous la forme standardisée du Certificat COVID numérique UE. A défaut, des attestations non standardisées provenant de laboratoires ou de centres de vaccination français peuvent être acceptées si elles incluent une version anglaise.

Pour les voyageurs non exemptés, une quarantaine est imposée sur le lieu de séjour roumain, pour une durée de 10 à 14 jours, et sous contrôle régulier de la police. Toute sortie du domicile est interdite. Une violation de la quarantaine entraîne une amende et un placement en quarantaine institutionnalisée aux frais du contrevenant. Des autorisations temporaires de sortie peuvent toutefois être accordées par la direction de la Santé publique locale, sur demande justifiée, pour certains motifs : événements familiaux (naissance, mariage, décès), traitements médicaux, rendez-vous de vaccination, changement de pièces d’identité, départ de Roumanie.

L’ensemble de ces règles s’applique également à tous les voyageurs qui ont séjourné, au cours des 14 jours précédant leur entrée en Roumanie, dans un des territoires des zones jaune et rouge figurant sur le site de l’institut national de santé publique roumaine (liste en roumain, mise à jour régulièrement, cliquer sur le premier lien qui apparaît).

Par ailleurs, à l’aéroport de départ ou à l’arrivée en Roumanie, les voyageurs peuvent se voir demander de remplir une fiche de déclaration qui comprend un engagement à se placer en quarantaine. Cependant, cet engagement ne s’appliquera pas aux voyageurs appartenant à une catégorie exemptée ou disposant des documents exigés à l’entrée en Roumanie.

Le classement actuel de la France dépend du taux d’incidence et de la présence de variants sur son sol. Une mise à jour a lieu chaque fin de semaine. Les personnes qui prévoient un séjour en Roumanie sont donc invitées à consulter régulièrement la page Facebook de l’ambassade de France à Bucarest, ainsi que la rubrique Dernière minute de cette fiche des Conseils aux voyageurs, afin de connaître les règles applicables à l’approche de leur voyage.

Certains postes frontières roumains sont fermés pour concentrer les ressources sur les principaux points de passage. D’autres ne sont ouverts pour les voyageurs qu’entre 07h00 et 01h00.

L’entrée en Roumanie est possible pour les citoyens de pays situés hors de l’Espace européen (Union européenne, Norvège, Suisse, Islande, Saint-Marin, Liechtenstein, Vatican), même s’ils ne disposent pas d’un titre de résidence en Roumanie ou d’un motif impérieux de voyage. Dans ce cas de figure, une quarantaine de 14 jours sera imposée si le voyageur est en provenance d’un pays non-européen, même si celui-ci est situé en zone verte ou jaune. Les personnes pleinement vaccinées depuis plus de 10 jours, infectées par le coronavirus entre 14 et 180 jours avant leur arrivée, les personnes en séjour de 24 à 72 heures ainsi que les enfants de 7 à 15 ans munis d’un test PCR négatif de moins de 72 heures, les enfants de 6 ans et moins et les voyageurs en transit de moins de 24 heures (même sans test PCR) et les étudiants venant en Roumanie pour des examens ou des formalités de début et de fin d’études sont exemptées de quarantaine, quelle que soit leur nationalité.

Mesures sanitaires en Roumanie

Le pays se trouve en état d’alerte. Des mesures sanitaires sont en vigueur :

  • Le port d’un masque couvrant le nez et la bouche est obligatoire dans tous les espaces fermés qui accueillent du public (à l’exception des cafés et restaurants pendant les repas), ainsi que dans quelques lieux extérieurs très fréquentés : marchés, gares et arrêts de bus, sortie des écoles, spectacles en plein air ; cette obligation est valable dès l’âge de 5 ans ;
  • Les cinémas et théâtres sont soumis à des restrictions de capacité de 70% ;
  • Les spectacles en plein air (films, concerts, festivals) accueillant plus de 75000 personnes ainsi que les clubs et les discothèques sont réservés aux personnes pleinement vaccinées depuis au moins 10 jours ;
  • Les spectacles en plein air (films, concerts, festivals) accueillant entre 1000 et 75000 personnes, ainsi que les compétitions sportives en salle ou en plein air (jusqu’à 75% des capacités des stades) sont réservés aux personnes munies d’un des documents suivants : certificat de vaccination pleinement effectuée depuis 10 jours, ou test négatif (soit PCR datant de moins de 72 heures, soit antigénique datant de moins de 24 heures), ou preuve d’infection guérie entre 14 et 180 jours avant l’événement ;
  • Les regroupements et manifestations sont limités. Les soirées et fêtes privées ne sont possibles qu’avec un maximum de 150 participants à l’intérieur ou 200 à l’air libre (sauf si tous les participants sont pleinement vaccinés).

Compte tenu de l’évolution de l’épidémie dans le pays, où le coronavirus circule activement, certains États peuvent adopter des mesures diverses concernant toute personne en provenance de Roumanie. Il convient donc, pour les personnes se rendant à l’étranger depuis la Roumanie, de vérifier les mesures en vigueur dans le pays de destination ou de transit.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Risque sismique

La Roumanie est située dans une zone d’activité sismique. Des tremblements de terre peuvent survenir et les plus fortes secousses peuvent causer d’importants dégâts. La plupart des décès causés par un tremblement de terre résultent de l’effondrement des immeubles, des ponts ou d’autres structures. Les secousses peuvent également provoquer la chute d’objets, ce qui constitue le principal risque de blessures.

Pour plus d’informations, consulter le site internet de l’ambassade de France en Roumanie, ainsi que la fiche Séismes.

Délinquance

Bien que la délinquance de droit commun reste faible, quelques cas d’agressions dans les rues, la nuit, ont été rapportés à Bucarest, Cluj et Iasi.

Zones de vigilance

L’ensemble du pays est en vigilance normale.

Recommandations générales

Il est recommandé de :

  • Ne pas changer d’argent dans la rue ;
  • Éviter certains quartiers de Bucarest la nuit (notamment les abords de la gare du Nord) ;
  • Faire attention aux vols (les pickpockets opèrent dans les lieux publics, restaurants, transports en commun, et parfois dans les lieux de culte) ;
  • Circuler avec des photocopies des papiers d’identité et de laisser les originaux, autant que faire se peut, dans les coffres des hôtels ou tout autre lieu sûr ;
  • Tenir son sac devant soi et d’éviter les sacs à dos ou en bandoulière.

Activités sportives à risque

Les montagnes roumaines abritent une population importante d’ours (estimée à 6 000). Des touristes sont régulièrement blessés, parfois mortellement. La plus grande prudence est donc recommandée, en particulier en présence d’oursons : il convient d’éviter les cris et les mouvements brusques, de ne pas tenter de s’approcher de l’animal ni de chercher à le nourrir, et de lui laisser suffisamment d’espace pour s’enfuir. Si une habitation ou un véhicule se trouvent à proximité, y entrer avec précaution.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée et de séjour

Entrée en Roumanie

La Roumanie étant membre de l’Union européenne, les ressortissants français peuvent y entrer munis d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité en cours de validité.

Les cartes nationales d’identité délivrées à des personnes majeures entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 sont encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso. Cette prolongation ne s’applique pas aux cartes délivrées aux mineurs. Aucune modification matérielle de la carte plastifiée n’atteste de cette prolongation.

En conséquence, de façon à éviter tout désagrément pendant votre voyage, il vous est recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport valide plutôt qu’une CNIS portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité.

En cas de voyage uniquement avec une carte nationale d’identité, télécharger et imprimer la notice multilingue (PDF - 81,4 Ko) expliquant ces nouvelles règles.

Attention ! Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, certaines restrictions temporaires s’appliquent, il convient de consulter l’onglet « Dernière minute ».

Séjour en Roumanie

Pour un séjour de plus de 90 jours, les ressortissants de l’Union européenne et les membres de leur famille ont l’obligation de se faire enregistrer auprès de l’autorité pour les étrangers. Les documents délivrés sont :

  • Un certificat d’enregistrement pour les ressortissants de l’UE ;
  • Une carte de résidence pour les membres de famille qui ne seraient pas ressortissants de l’UE.

Pour de plus amples renseignements, il est conseillé de s’adresser à l’ambassade de Roumanie en France, au Consulat général de Roumanie à Strasbourg, ou au Consulat général de Roumanie à Marseille (cf. onglet « Représentations diplomatiques et consulaires en France » ci-contre).

Règlementation douanière

Taxe routière

La « roviniete », taxe perçue dans le cadre de l’utilisation des routes publiques, concerne tous les véhicules circulant en Roumanie, ceux immatriculés dans un pays tiers comme ceux conduits par des touristes. Le conducteur est dans l’obligation de s’acquitter de cette taxe :

  • Soit à l’entrée sur le territoire roumain pour les véhicules arrivant de l’étranger (postes frontières, administration nationale des routes) ;
  • Soit dans les bureaux de poste ou les stations essence (Mol, Petrom, Rompetrol) ;
  • Pour une durée variable (un jour, une semaine, un mois, six mois ou un an) ;
  • Pour un montant qui varie en fonction de la catégorie du véhicule, de sa masse totale et de la norme en matière de pollution (euro 1, euro 2) ;
  • En lei ou en euros.

La « roviniete » doit être conservée à bord du véhicule pendant tout le séjour. À défaut de pouvoir la présenter aux autorités, le conducteur d’un véhicule immatriculé à l’étranger peut se voir infliger une amende à la sortie du territoire roumain, dont le montant peut atteindre 2 000 €, en fonction de la catégorie du véhicule.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Ces indications ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre les rappels de vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevés à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place.

Afin de pouvoir bénéficier d’une prise en charge par la Sécurité sociale, les Français de passage doivent impérativement être munis d’une carte européenne d’assurance maladie, à demander à leur caisse locale au moins 15 jours avant le départ.

Pour plus d’informations, consulter le site de l’Assurance Maladie en ligne.

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement votre dentiste avant votre départ.

Constituer une pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons).

Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

Il est conseillé de mettre à jour les vaccinations habituelles : diphtérie-tétanos-poliomyélite, ainsi que rubéole, oreillons, et plus particulièrement la rougeole (chez les enfants de moins d’un an et les femmes enceintes notamment.

Plus d’informations sur le site Vaccination info service.

La vaccination préventive contre les hépatites A et B peut être conseillée, de même que la vaccination contre la fièvre typhoïde ou le méningocoque, selon la durée et les conditions du séjour. Selon les lieux fréquentés et la durée du séjour, la vaccination préventive contre l’encéphalite à tique d’Europe centrale pourra être conseillée (séjour en zone rurale ou forestière). Dans tous les cas, prendre l’avis de son médecin traitant ou d’un centre de conseils aux voyageurs.

Risques sanitaires

Rage

Même si le phénomène tend à se résorber, certaines villes, y compris Bucarest, peuvent compter des chiens errants, parfois porteurs de la rage. La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par la salive ou la morsure d’un animal atteint du virus (chien, renard, chauve-souris, etc.). La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable.

Plus d’informations sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Encéphalite à tiques

L’encéphalite à tiques est une maladie virale transmise notamment par la piqûre de tiques. Les symptômes associent de la fièvre, des troubles digestifs et des signes méningés (maux de tête, raideur de nuque). Des troubles neurologiques divers peuvent être associés.

Plus d’informations sur le site du ministère de l’Agriculture et de la Pêche (PDF - 126 Ko).

Prévention contre les piqûres de tiques

La prévention contre les infections transmises par les tiques inclut la couverture vestimentaire et l’application de répulsifs cutanés sur les parties découvertes. Il est de plus impératif, après toute promenade en milieu rural et particulièrement en forêt dans les régions infestées, de rechercher la présence éventuelle de tiques sur le corps afin de les ôter très rapidement.

Plus d’information sur le site de l’Assurance maladie.

Grippe aviaire

La Roumanie étant un lieu de passage d’oiseaux migrateurs, les mesures suivantes sont recommandées :

  • Éviter tout contact avec les oiseaux et les volailles vivantes ou mortes non cuites, et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage ;
  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou des solutions de lavage hydro-alcooliques ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier pour la viande et les œufs.

En cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, consulter rapidement un médecin. En cas de symptômes compatibles, notamment fièvre, toux ou courbatures, consulter également un médecin.

Fièvre du Nil

La transmission par les moustiques de la « fièvre du Nil » est localement possible. La prévention repose notamment sur l’utilisation de produits anti-moustiques.

Plus d’informations sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux-roues) ;
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments, et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits.

Infos utiles

Transport

Infrastructure routière

L’état du réseau est inégal. Les routes du sud (Olténie) et du nord (Moldavie) sont souvent encombrées de charrettes à cheval non éclairées, de cyclistes au comportement imprévisible et de véhicules à l’éclairage déficient.

Il est donc recommandé de ne pas rouler la nuit sur le réseau secondaire où le code de la route est peu respecté et la signalisation rudimentaire.

La vitesse est limitée à 50 km/h en agglomération et 80 km/h sur les routes. La police routière effectue de nombreux contrôles radars.

Il convient de veiller aux conditions de validité de son assurance.

En cas de dépassement de la vitesse autorisée, le permis de conduire est fréquemment retenu, en complément de l’amende. Dans l’hypothèse d’un taux d’alcoolémie positif, le permis de conduire est immédiatement confisqué. Les permis de conduire délivrés par les autres États membres de l’Union européenne sont valables en Roumanie.

Dans le cadre d’un séjour de plus de 90 jours, la législation roumaine prévoit l’échange du permis de conduire national contre un permis de conduire roumain. Une convention bilatérale existe entre la France et la Roumanie : cet échange se fait sans nouvel examen.

Les véhicules doivent être immatriculés en Roumanie dans un délai de 90 jours à compter de la date d’entrée sur le territoire.

Réseau ferroviaire

Le réseau est de bonne qualité mais de confort variable. Il est conseillé d’être attentif à ses effets personnels dans les trains.

Transport aérien

Lignes internationales : il y a 5 liaisons directes quotidiennes entre la France et la Roumanie (aéroport Bucarest-Otopeni), par les compagnies Air France et Tarom. Par ailleurs, les compagnies à bas coût Blue Air et Wizz Air assurent également régulièrement des liaisons directes.

Lignes intérieures : les lignes sont exploitées par la compagnie Tarom au départ de l’aéroport d’Otopeni, avec une flotte d’ATR. Certaines liaisons aériennes ne sont pas exploitées en hiver. Les conditions météorologiques hivernales peuvent entraîner des retards ou des annulations de vols.

Législation locale

Stupéfiants

La possession, la consommation ou le trafic de produits stupéfiants sont interdits en Roumanie. Plusieurs ressortissants français ont récemment été interpellés, certains dès leur arrivée à l’aéroport, en possession de drogues douces, et ont été incarcérés. Les peines encourues pour ce type de délits peuvent aller jusqu’à plusieurs années de prison ferme.

Prostitution

Le racolage sur la voie publique est interdit, sous peine de contravention. En outre, la loi sanctionne la transmission consciente d’une maladie vénérienne, l’acte étant considéré comme une atteinte à la santé publique. Les peines prévues s’échelonnent de un à cinq ans de prison (transmission d’une maladie vénérienne) et de cinq à quinze ans (transmission du virus du sida).

Armes

Le port, la détention ou l’exportation non autorisés d’armes constituent un délit.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Pour un séjour de moins de 3 mois, les voyageurs d’affaires français ne sont pas soumis à l’obligation de visa. Ils doivent être en possession d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité dont la validité couvre toute la durée du séjour.

Pour plus d’informations, consultez la rubrique Entrée / Séjour.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Roumanie.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Bureau de Bucarest – Roumanie
Adresse : Str. Biserica Amzei, nr. 13-15 Secteur 1 - 010392 Bucarest, Roumanie
Tél. : +40 21 303 10 00
Télécopie : +40 21 303 10 90
Courriel : bucarest chez dgtresor.gouv.fr

Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Business France - Roumanie
Office Building Arion Green - 24,Rue Italiana, Secteur 2 - 020976 Bucarest - Roumanie
Tél : +40 21 305 67 80
Courriel : bucarest chez businessfrance.fr

CCEF

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Site internet : Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France

CCI

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) françaises à l’international sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32 000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture française en Roumanie (CCIFER)
Ethos House, Calea Floreasca, 240B, et. 3, Bucarest
Tél : +40 21 317 12 84
Courriel : ccifer chez ccifer.ro
Site internet

Atout France

Site Internet

Attaché douanier

En résidence en Serbie
Tel : +381 11 302 36 90
Courriel : belgrade.douane chez dgtresor.gouv.fr