Pays-Bas

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (02/08/2022)

S’agissant des conditions d’entrée, de séjour et de sortie du territoire national, il convient de consulter l’Alerte Covid ainsi que le site du ministère de l’Intérieur.

Entrée sur le territoire néerlandais

Les Pays-Bas ont mis en place trois catégories de pays, selon le risque sanitaire. Il convient de consulter la classification des pays et territoires sur le site du gouvernement néerlandais.

Les ressortissants français n’ont pas à présenter de test ou preuve de vaccination pour entrer aux Pays-Bas.

a) La France métropolitaine est classée comme un territoire « situé dans l’UE/l’espace Schengen/le Royaume des Pays-Bas et assimilé »

  • Les voyageurs ne sont soumis à aucune condition liée à la COVID-19.

b) La Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française sont classées comme des territoires « situés en dehors de l’UE/de l’espace Schengen/du Royaume des Pays-Bas et assimilé ».

  • Les voyageurs doivent être exemptés de l’interdiction d’entrée dans l’UE, donc rentrer dans une des catégories d’exception mentionnées sur le site du gouvernement néerlandais.

Pour plus d’informations, consulter le site du Consulat général de France à Amsterdam et le site du gouvernement néerlandais .

Depuis le 23 mars 2022, l’obligation de présenter une preuve de non-contagion à la Covid-19 est uniquement pertinente pour les voyageurs en provenance d’un pays concerné par l’interdiction d’entrée sur le territoire de l’Union européenne. Les voyageurs peuvent être exemptés dans certains cas, mentionnés sur le site du gouvernement néerlandais.

Ces voyageurs doivent présenter :

  • soit une preuve de vaccination complète (la preuve de vaccination est seulement valable si 28 jours après l’unique injection du vaccin Janssen ou si 14 jours depuis la deuxième injection ou l’unique dose de vaccin pour les personnes ayant déjà contracté la Covid). La preuve de vaccination n’est plus valable si son détenteur a 18 ans ou plus et n’a pas reçu de dose de rappel depuis 270 jours (9 mois) après la dernière ou la seule dose administrée dans le cadre du schéma vaccinal initial ; les mineurs sont exemptés de la production de la preuve de vaccination s’ils accompagnent un parent ou un tuteur qui en dispose ;
  • soit une preuve de rétablissement de la Covid-19 (valable 11 jours après avoir été testé positif à un test PCR et maximum 180 jours et uniquement pour les ressortissants d’un Etat membre de l’Union européenne).

Pour la partie caribéenne du Royaume des Pays-Bas (Saint Martin, Aruba, Curaçao)

Les voyages depuis la France vers la partie caribéenne des Pays-Bas (Saint Martin, Aruba, Curaçao) sont soumis aux mêmes règles que les voyages depuis la France métropolitaine vers un pays extérieur à l’Union européenne, ces territoires ne faisant pas partie de l’Union européenne. Il convient de consulter le site du ministère de l’Intérieur.

a. Les voyages depuis les Pays-Bas (partie européenne) vers Saint Martin imposent la fourniture :

  • d’une déclaration sur l’honneur (quel que soit l’âge du voyageur) ;
  • soit de la preuve de vaccination attestant d’un schéma vaccinal complet ; soit, pour les voyageurs de 5 ans ou plus qui ne disposent pas d’un schéma vaccinal complet, du résultat négatif d’un test PCR ou antigénique effectué moins de 24 heures avant le départ ou d’une preuve de rétablissement sous la forme du résultat positif d’un test PCR effectué moins de 9 mois avant le départ  ;
  • d’une assurance couvrant la Covid-19 (pas obligatoire pour les voyageurs de nationalité française résidant en France).

Pour les voyages depuis les Pays-Bas européens vers Sint Maarten, le certificat Covid numérique de l’UE ne constitue pas une preuve valable du résultat négatif d’un test Covid. Le résultat négatif doit être produit sur papier.

Le site du gouvernement de Sint Maarten fournit des précisions en anglais sur les mesures en vigueur sur le territoire de Sint Maarten.

b. Les voyages depuis les Pays-Bas (partie européenne) vers Aruba imposent la fourniture :

  • d’une déclaration sur l’honneur sur l’état de santé du voyageur à compléter sous 72 heures avant l’arrivée à Aruba (quel que soit l’âge du voyageur) ;
  • du formulaire de consentement du voyageur, autorisant le gouvernement d’Aruba à prendre certaines décisions dans le cadre de la Covid-19 (« consent to Aruba Government Mandates ») à remplir entre 3 jours et 4 heures avant le départ pour Aruba.

Le site du gouvernement d’Aruba fournit des précisions en anglais sur les mesures en vigueur sur le territoire d’Aruba.

c. Les voyages depuis les Pays-Bas (partie européenne) vers Curaçao imposent la fourniture :

  • d’une « carte de localisation des passagers pour la santé publique » ;
  • d’une carte d’immigration.

Le site du gouvernement de Curaçao fournit des précisions en anglais sur les mesures en vigueur sur le territoire de Curaçao.

Mesures et recommandations

Depuis le 23 mars 2022, l’obligation de porter un masque est limitée aux déplacements en avions, dans les zones des aéroports situées derrière les contrôles de sécurité et dans les hôpitaux.

Consulter le site du Consulat général de France à Amsterdam et le site du gouvernement néerlandais pour toutes les informations sur les mesures et recommandations valables à l’intérieur des Pays-Bas.

FAQ du gouvernement néerlandais à l’attention des touristes.

Il convient de s’informer sur l’évolution de la situation sanitaire et les consignes des autorités locales, notamment sur le site de l’institut national pour la santé publique et l’environnement avant d’envisager un déplacement dans le pays, notamment en consultant le site du consulat général de France à Amsterdam.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat

Pour rappel, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Terrorisme

Le risque d’attentat est pris en compte par les autorités néerlandaises. Une attitude générale de prudence est à recommander dans les lieux publics, notamment aux heures de grande affluence.

Délinquance

Les Pays-Bas sont considérés comme relativement sûrs, néanmoins certains actes de délinquance (vols à main armée, vols à la tire, vols dans les véhicules) ont été recensés à Amsterdam dans le secteur touristique (dont le « quartier rouge », à proximité de la gare). Il convient d’être vigilant dans le secteur de Bijlmermeer à Amsterdam, et dans les quartiers au sud de Feijenoord à Rotterdam. Des vols peuvent également survenir lors de transits à l’aéroport de Schiphol et dans les trains entre Rotterdam, La Haye et Amsterdam. Une attention particulière est recommandée à bord du Thalys.

Phénomènes liés à la drogue

Il convient d’être vigilant à l’encontre des rabatteurs qui invitent les étrangers à les suivre pour leur vendre des produits stupéfiants. Ils sont très actifs dans les gares, les quartiers touristiques, mais aussi sur les autoroutes du sud du pays (Hollande du Sud, dans la région de Rotterdam, Brabant, à Roosendaal ou Breda ; Zélande, à Terneuzen ; Limbourg, près de Maastricht), où leur conduite agressive provoque parfois des accidents graves. Le fait d’accepter de suivre un rabatteur est toujours risqué : agressions possibles, interpellation par la police néerlandaise, et risques de condamnation à des peines d’emprisonnement si le touriste a été trouvé en possession de produits stupéfiants.

Il est rappelé que la possession et la vente de drogues dures sont illégales aux Pays-Bas. Les vendeurs de rue, qui ciblent particulièrement les touristes, peuvent chercher à escroquer les acheteurs (farine, sucre, cachous, herbes, etc.), leur vendre des drogues de mauvaise qualité, mais aussi des produits hautement toxiques, voire mortels. La transaction peut également être l’occasion d’intimidations ou de vols.

Il convient également d’être vigilant à l’égard des risques de « spiking », ce qui consiste à droguer une personne (majoritairement une femme) à son insu en plaçant une substance qui altère son jugement dans sa boisson.

Zones de vigilance

L’ensemble du territoire est en vigilance normale (en vert).

Recommandations générales

Il est recommandé d’éviter de se déplacer avec des objets de valeur et d’importantes sommes d’argent.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Les Pays-Bas étant membre de l’Union européenne, les ressortissants français peuvent y entrer librement munis d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité en cours de validité.

Les cartes nationales d’identité (CNI) françaises délivrées entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 à des personnes majeures sont encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso, même si aucune modification matérielle de la carte plastifiée n’en atteste. Les CNI délivrées aux personnes mineures conservent, elles, une validité limitée à 10 ans, quelle que soit la date de délivrance.

En conséquence, de façon à éviter tout désagrément pendant le voyage, il est recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport ou d’une CNI valides à celle d’une CNI portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité.

En cas de contrôle par les autorités néerlandaises pendant le séjour (contrôle de police de routine, interpellation), une CNI portant une date de fin de validité dépassée ne sera pas acceptée et le fait de ne pas avoir, sur soi, une pièce d’identité en cours de validité est passible d’une amende.

En cas de voyage uniquement avec une carte nationale d’identité, télécharger et imprimer la notice multilingue (PDF - 81,9 Ko) expliquant ces nouvelles règles. Cette notice n’est cependant pas acceptée de manière systématique. La détention d’un passeport reste donc recommandée.

Voyageurs en transit à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol

Les voyageurs au départ ou en transit à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol doivent être en possession de documents de voyage en cours de validité et autorisant l’entrée dans les pays de destination : carte nationale d’identité ou passeport, voire visa et/ou document complémentaire, selon le cas. À défaut, les compagnies aériennes n’autorisent pas les voyageurs à embarquer. Aucune exception n’est tolérée, pour quelque motif que ce soit. Il convient de se renseigner auprès de la représentation diplomatique ou consulaire du pays de destination.

Territoires néerlandais d’outre-mer

Le passeport est obligatoire pour l’accès aux îles néerlandaises de Curaçao, Sint Maarten, Aruba (États du Royaume des Pays-Bas), Bonaire, Saba et Saint-Eustache (communes à statut particulier), qui ne relèvent pas de l’espace Schengen.

Les ressortissants français qui se rendent à Saint-Martin par la voie aérienne doivent également être munis d’un passeport, l’aéroport international Princess Juliana qui dessert la collectivité d’outre-mer française étant situé côté néerlandais (Sint Maarten).

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Elles ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages avant le départ (ceci suffisamment longtemps à l’avance pour permettre les rappels de vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France à La Haye ou le consulat général de France à Amsterdam.

Afin de pouvoir bénéficier d’une prise en charge par la Sécurité sociale des soins reçus aux Pays-Bas, les Français de passage doivent impérativement être munis d’une carte européenne d’assurance maladie, à demander à leur caisse locale au moins 15 jours avant le départ.

Pour plus d’informations, consulter le site de l’Assurance maladie en ligne.

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccination international, pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations.
Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer une pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons).

Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

Il est conseillé de mettre à jour les vaccinations habituelles : diphtérie-tétanos-poliomyélite, ainsi que rubéole, oreillons et rougeole (chez les enfants de moins d’un an et les femmes enceintes notamment ; plus d’informations sur Vaccination info service.

La vaccination préventive contre les hépatites A et B peut être conseillée.

Spécificités pour les territoires néerlandais d’outre-mer

Vaccinations

Il est conseillé de mettre à jour les vaccinations habituelles : diphtérie-tétanos-poliomyélite, ainsi que rubéole, oreillons, et plus particulièrement la rougeole. En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être également recommandées.

Risques sanitaires (territoires néerlandais d’outre-mer)

Maladies transmises par les moustiques

Chikungunya - Dengue

La transmission par l’intermédiaire de moustiques infectés du Chikungunya (à Saint-Martin -Sint Maarten-, Curaçao et Aruba) ou de la dengue est possible. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe. La prévention individuelle repose essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques. En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Plus d’informations :

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 78.3 ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 1.21 Mo) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.).
Zika

En 2015 et 2016, Aruba, Bonaire, Curaçao et Sint Maarten ont été touchés par le virus Zika. Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques ; des cas de transmission par voie sexuelle sont également rapportés. Les symptômes de la maladie sont généralement modérés et analogues à ceux observés pour la dengue ou le chikungunya. Toutefois, la survenue de complications graves (microcéphalies chez des nouveau-nés ; complications neurologiques) est attestée. Même si la situation est maîtrisée depuis 2019, il reste recommandé à tous de respecter les mesures de prévention des piqûres de moustiques, de consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France, et de consulter avant le départ les informations suivantes, notamment pour les femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse :

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs. Ils imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (voir ci-dessous : Quelques règles simples).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples (territoires néerlandais d’outre-mer)

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ;
  • ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège-auto pour les enfants).

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas et le passage aux toilettes ;
  • veiller à la qualité des aliments, et surtout à leur bonne cuisson ;
  • éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  • peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • ne boire que de l’eau ou boissons encapsulées, ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou, à défaut, produit désinfectant).

Infos utiles

Transport

Infrastructure routière

Le réseau autoroutier est dense, gratuit et bien entretenu, mais souvent saturé (nombreux camions, encombrements fréquents sur les grands axes).

Assurance

L’assurance des véhicules est obligatoire. En cas d’accident grave, il convient de prévenir la police afin qu’un constat soit établi. Il est recommandé de se munir de la carte verte justificative.

En cas d’accident entre deux véhicules sur la voie publique, il est recommandé aux conducteurs, après avoir signalé l’accident par la pose du triangle réglementaire, de rester sur les lieux de l’accident et de ne pas déplacer les véhicules. En effet, la police néerlandaise a coutume de se déplacer sur les lieux de l’accident, pour limiter les conflits éventuels entre les parties concernées ou leurs assureurs respectifs : les parties concernées et les témoins éventuels sont interrogés sur place, les circonstances exactes de l’accident sont dûment consignées par cette autorité qui est compétente pour déterminer les responsabilités de chaque conducteur.

Permis de conduire

Le permis de conduire français est accepté.

Limitations de vitesses et règles de priorité

La vitesse est limitée à 15, 30 ou 50 km/h dans les zones urbaines (villes), selon les panneaux de signalisation et 80 km/h dans les zones périurbaines. La vitesse sur les autoroutes est limitée à 100 km/h entre 6h00 et 19h00 et à 120 ou 130 km/h (selon les panneaux de signalisation) entre 19h00 et 6h00.

Les cyclistes s’estiment toujours prioritaires, même lorsqu’ils circulent à contresens. Devant l’importance du risque d’accident représenté par la circulation des personnes à bicyclette dans les villes, les automobilistes sont invités à redoubler de vigilance avant d’effectuer toute manœuvre vers la droite ou toute manœuvre de stationnement. Bien regarder à droite et à gauche avant de s’engager sur les voies, à pied, en voiture ou à bicyclette.

Stationnement

Avant de décider de se déplacer en voiture, le voyageur doit savoir qu’il est difficile et très cher de stationner dans le centre des grandes villes touristiques. Les règles de contraventions correspondantes sont appliquées avec une grande rigueur.

De nombreuses places sont réservées à des véhicules de particuliers, handicapés, résidents, avec un panneau le signalant (« vergunning houders ») : le numéro d’immatriculation du véhicule autorisé est d’ailleurs souvent inscrit sur ce même panneau.

Il est ainsi recommandé d’utiliser des parkings privés ou les transports publics. À l’approche des villes, des parcs de stationnement sont proposés à proximité directe des autoroutes et des gares, permettant de rejoindre aisément le centre-ville en transport collectif. Cette solution appelée « transferium » ou « Parking P+R » (« Park and Ride ») est clairement signalée sur les autoroutes ou en périphérie des grandes villes.

Réseau ferroviaire

Le réseau est bon mais sa densité fait que les trains sont assez lents, et sujets à de fréquents retards. Ceci est compensé par une haute fréquence des dessertes entre tous les points du pays.

Transport aérien

Il n’y a pas de lignes intérieures. Il existe des dessertes vers plusieurs territoires néerlandais d’outre-mer, à savoir Saint-Martin (aéroport international sur la partie néerlandaise de l’île à compétence partagée), Curaçao et Aruba.

Législation locale

Alcool au volant

La législation sur l’alcool au volant est plus sévère qu’en France : aucune tolérance n’est admise pour les jeunes conducteurs notamment.

En cas d’infraction aux règles de la circulation, il est fréquent que la police exige le paiement immédiat des amendes. Le fait de ne pas disposer de liquide ne permet pas d’échapper à cette règle car la police escorte alors les contrevenants jusqu’à un distributeur bancaire afin qu’ils effectuent un retrait. Cette pratique est très commune aux Pays-Bas.

Téléphone au volant

L’usage d’un téléphone mobile au volant est interdit, sauf si le véhicule est à l’arrêt, moteur éteint et clé hors contact, ou si le véhicule est équipé d’un dispositif mains libres.

Stupéfiants

L’usage de stupéfiants est interdit.

La consommation de cannabis (maximum 5 g) est cependant tolérée dans les « coffee shops ». La possession de moins de 5 g de cannabis pour usage personnel ne fait pas l’objet de poursuites. Jusqu’à 30 g de cannabis, le contrevenant risque une condamnation pouvant aller jusqu’à un mois d’emprisonnement et/ou une amende pouvant aller jusqu’à 4 500 €. Au-delà de 30 g, la détention ou le transport de cannabis peut être puni de 2 ans d’emprisonnement et/ou d’une amende pouvant aller jusqu’à 22 500 €. Les peines sont plus sévères en cas d’importation, de transport à des fins commerciales (4 ans d’emprisonnement et/ou 90 000 € d’amende).

Le trafic de stupéfiants est sévèrement réprimé par la police néerlandaise, en accord avec la police française (sanctions sévères : arrestation, expulsion). Ne pas négliger les risques de vol ou d’agression de la part des dealers. À noter que le taux de THC (principe actif du cannabis) est assez élevé et qu’il engendre des effets nettement plus sensibles, pouvant déboucher sur des problèmes psychiatriques, y compris chez des personnes sans antécédent à cet égard.

La politique de tolérance en vigueur aux Pays-Bas est relative. Tout n’est pas permis. Le voyageur doit savoir que les drogues de synthèse sont classées dans la catégorie des drogues dites « dures », au même titre que l’héroïne et la cocaïne.

La possession de 0,5 g de drogues dites « dures » et/ou d’un seul comprimé de drogue de synthèse fait l’objet d’une saisie. Ceci constitue un délit. Les pénalités prononcées vont jusqu’à 4 ans et/ou 45 000 € d’amende pour une détention pour usage personnel, à 8 ans et/ou 90 000 € d’amende pour le trafic, et à 12 ans d’emprisonnement et/ou 90 000 € d’amende pour l’importation et l’exportation.

Il est rappelé que l’exportation de cannabis est répréhensible, même en petite quantité. Des contrôles fréquents sont effectués par les autorités néerlandaises ou françaises, dans les trains et surtout sur les autoroutes.

Les mineurs sont interdits dans les « coffee shops ». Ces derniers ont l’interdiction de vendre de l’héroïne, de la cocaïne et de l’ecstasy, quelle que soit la quantité.

Produits interdits

Interdiction de porter des couteaux (lames de plus de 28 cm) ainsi que des bombes lacrymogènes.

Divers

L’usage de la carte de crédit de type Visa ou Mastercard est assez répandu dans les grandes villes. Cependant, de très nombreux magasins (y compris des chaînes de supermarchés) n’acceptent que les espèces et les cartes de paiement à débit immédiat, de type Maestro ou VPay, même si la carte Visa ou Mastercard est à débit immédiat et non à débit différé. Afin d’éviter tout désagrément, il est recommandé d’être en possession d’argent liquide. Les pièces de 1 et de 2 centimes sont rarement acceptées dans les commerces néerlandais. Les sommes à payer sont souvent arrondies.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Les ressortissants de l’Union européenne ne sont pas soumis au visa.

Pour un séjour de moins de quatre mois, une carte nationale d’identité ou un passeport en cours de validité suffisent. Il est cependant préférable de privilégier la possession d’un passeport, document plus largement utilisé au quotidien aux Pays-Bas.

Pour un séjour de plus de quatre mois et/ou pour exercer une activité salariée, les ressortissants européens pourront prouver leur droit au séjour sur présentation de leur numéro BSN (burgerservicenummer, à demander auprès de la mairie) et d’une carte nationale d’identité ou d’un passeport en cours de validité.

Territoires néerlandais d’outre-mer

Le passeport est obligatoire pour l’accès aux îles néerlandaises de Curaçao, Sint Maarten, Aruba (Etats du Royaume des Pays-Bas), Bonaire, Saba et Saint-Eustache (communes à statut particulier), qui ne relèvent pas de l’espace Schengen.

Les ressortissants français qui se rendent à Saint-Martin par la voie aérienne doivent également être munis d’un passeport, l’aéroport international Princess Juliana, qui dessert la collectivité d’outre-mer française étant situé côté néerlandais (Sint Maarten).

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Pays-Bas.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Bureau de La Haye
Adresse : Anna Paulownastraat 76 - 2518 BJ Den Haag – Pays-Bas
Tél. : +31 70 35 666 60

Courriel : lahaye chez dgtresor.gouv.fr

Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Business France - Pays-Bas
DE Boelelaan 7
1083 HJ Amsterdam, Pays-Bas
Tél. : +31 20 794 19 60
Courriel : amsterdam chez businessfrance.fr

CCEF

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 500 membres dans plus de 150 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Site internet : Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France

CCI

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) françaises à l’international sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de près de 33 000 entreprises françaises et étrangères dans 96 pays.

Chambre française de commerce et d’industrie aux Pays-Bas (CFCIPB)
Hogehilweg 16
NL-1101 CD Amsterdam, Pays-Bas
Tél. : +31 20 562 82 00
Courriel : cfci chez cfci.nl
Site internet

Atout France

Site internet

Sopexa

Site internet

Attaché douanier

Courriel : la-haye.dgddi chez douane.finances.gouv.fr

FMI

Les Pays-Bas et le FMI