Mauritanie

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Sécurité

Il convient de tenir compte de la menace terroriste régionale dans les pays d’Afrique de l’ouest, y compris en Mauritanie. Une vigilance accrue est nécessaire.

RISQUES ENCOURUS ET RECOMMANDATIONS ASSOCIEES

Terrorisme

Les intérêts et les ressortissants français ont été visés à plusieurs reprises par AQMI jusqu’en 2012 (attentats, enlèvements).

La situation au Sahel et en particulier au Mali voisin (activités des groupes terroristes, trafics transfrontaliers, interventions des forces armées) expose le territoire mauritanien à des risques d’infiltration de groupes hostiles. AQMI continue de menacer les intérêts et les ressortissants français dans tout le Sahel, y compris en Mauritanie.

Il est formellement déconseillé de se rendre en zone rouge et il convient de respecter les recommandations générales ci-dessous. L’accès au Mali par la route depuis la Mauritanie doit se faire exclusivement via le territoire sénégalais.

Sécurité routière

L’état des routes et des véhicules, la divagation d’animaux, les comportements au volant, le recouvrement du bitume par le sable provoquent de nombreux accidents graves. Une vigilance particulière est requise dans l’ensemble du pays. Il est dangereux de circuler de nuit.

Délinquance

Dans la ville de Nouakchott, le niveau de délinquance observé est relativement faible en comparaison avec des villes de taille équivalente dans le monde.

Plusieurs cas de cambriolages ont cependant été signalés et il est recommandé aux personnes résidant dans des maisons individuelles de recourir à des services de gardiennage.

Des agressions envers des femmes ont eu lieu sur les plages les plus proches de la capitale et la nuit en ville. Il est recommandé aux femmes de ne pas se rendre seules sur ces plages, ni se déplacer seules la nuit dans la capitale.

Activités sportives aériennes

Des accidents graves se sont produits lors de vols en montgolfière. Les conditions météorologiques extrêmes du Sahara (vents de sable, variations thermiques fortes et soudaines, relief accidenté) et les moyens techniques limités (guidage, atterrissage et assistance) requièrent une organisation et une préparation méticuleuses. Pour tout survol du territoire ou toute escale, il convient impérativement de se rapprocher de l’ASECNA (tél : +222 45 25 38 38 - +222 45 25 28 47) afin de s’assurer de la réglementation relative à la sûreté des déplacements dans l’espace aérien du pays.

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

Avant le départ, il est recommandé de s’inscrire sur le service Ariane afin de recevoir des consignes de sécurité et pouvoir être contacté si la situation dans le pays le justifie.

Sur place, il est essentiel, en toutes circonstances, de se conformer aux injonctions et recommandations des forces de sécurité mauritaniennes. Lors des contrôles routiers, il convient de déclarer avec soin l’identité des voyageurs, les contacts téléphoniques, le numéro d’immatriculation, l’itinéraire programmé précis, itinéraire qu’il est recommandé ensuite ne pas changer.

Déplacements dans le désert

Les déplacements dans le désert requièrent une préparation et du matériel adaptés. Il convient de recourir à des guides expérimentés.
Au-delà des routes goudronnées, il est conseillé de se déplacer en convoi de deux véhicules au moins, d’en vérifier l’état au préalable, de prévoir une réserve d’eau, de vivres et de carburant, d’avoir informé ses proches de sa destination. Les moyens de communication par satellite (téléphone de type Thuraya) peuvent être d’un grand secours.
La participation à des rallyes ou toute autre activité organisée n’exonère pas de tenir compte des zones déconseillées.

ZONES DE VIGILANCE

• Zones formellement déconseillées (zone rouge)

Compte-tenu de la situation sécuritaire dégradée au Mali voisin, il est formellement déconseillé de s’approcher des frontières de ce pays.

Il est formellement déconseillé de se rendre dans les zones situées :

  • au nord de la ville de Zouérate ;
  • à l’est d’une ligne Ghallaouia – Akhrejit ;
  • au nord-est d’une ligne Zouérate – Ghallaouia ;
  • au sud-est d’une ligne Akhrejit – Kankossa ;
  • dans la bande frontalière avec le Mali.

Dans la partie nord-est du pays, aux confins des frontières malienne, algérienne et avec le Sahara occidental, l’existence d’activités illicites (passage à travers le territoire mauritanien de trafiquants armés, orpaillage illégal), ainsi que le risque d’infiltration de groupes terroristes, ont amené les autorités mauritaniennes à déclarer une « zone militaire ». Ce territoire est délimité à l’est et au nord par les frontières, à l’ouest par le 10ème méridien et au sud par la latitude 18°40’. Selon les termes du ministère mauritanien de la défense, « tout individu circulant ou transitant dans cette partie du territoire national serait traité comme cible militaire ». Une autorisation expresse de l’état-major ou du gouverneur de la région est requise pour y accéder (voir l’onglet « Entrée/séjour »).

• Zones déconseillées sauf raison impérative (zone orange)

La zone frontalière de Nouadhibou jusqu’à Zouérate est déconseillée sauf raison impérative. Il convient de ne pas quitter la piste sur cet itinéraire.

Il est déconseillé sauf raison impérative de se rendre :

  • au nord d’une ligne Choum – Aghouedir ;
  • à l’est d’une ligne Aghouedir – Tichit ;
  • au sud-est d’une ligne Tichit – Kaedi. Cette zone inclut les wilayas de l’Assaba, du Gorgol, et du Guidimaka.

Franchissement du PK55 : sur la piste traversant le no man’s land séparant le Sahara occidental de la Mauritanie, la circulation dans les deux sens est libre depuis le 1er janvier 2000, sous réserve d’accomplir les formalités de passage (de 8h à 18h) : les autorités mauritaniennes délivrent des visas au niveau de la frontière. Les abords de cette piste sont minés, il est impératif de ne pas s’en écarter.

• Zones de vigilance renforcée (zone jaune)

Le reste du territoire est en vigilance renforcée.

Une conduite prudente est indispensable. Les déplacements de nuit sont dangereux. Les régions qui ne sont pas desservies par des routes goudronnées, comme le site touristique du Banc d’Arguin, justifient un déplacement à deux véhicules et le recours à des guides expérimentés.

Entrée / Séjour

FORMALITÉS D’ENTRÉE

L’entrée sur le territoire mauritanien se fait par les 45 points de passage autorisés par le gouvernement. Il convient de respecter cette règle et d’éviter le franchissement sauvage de la frontière. De plus, l’accès à la zone militaire du nord-est du pays (cf. zones formellement déconseillées) est soumis à l’autorisation expresse de l’état-major ou du gouverneur de la région.

• Visa

Un visa biométrique est obligatoire pour les Français se rendant en Mauritanie. Tout détenteur d’un passeport valide au moins 6 mois à compter de la date d’entrée sur le territoire peut demander ce visa biométrique auprès de certaines représentations diplomatiques mauritaniennes à l’étranger. Il est toutefois recommandé de solliciter le visa biométrique à l’arrivée :

  • dans les aéroports internationaux de Nouakchott, Nouadhibou ou Atar ; ce dernier n’étant ouvert que durant la période touristique de septembre à avril ;
  • aux postes frontaliers du PK55 Nouadhibou (frontière du Sahara occidental), de Rosso et de Diama (frontière du Sénégal) ;
  • à l’aéroport de Nouadhibou pour les plaisanciers ayant rejoint Nouadhibou par la voie maritime.

Le poste frontière de Gogui est en zone rouge : il est formellement déconseillé de l’emprunter.

Le visa délivré à l’arrivée par l’Agence nationale du registre des populations et des titres sécurisés (ANRPTS) coûte 55 euros ; il est valable pour 30 jours et une seule entrée.

En cas de non-respect des obligations d’entrée ou de sortie du territoire et de l’interdiction du franchissement de la frontière par les autorités mauritaniennes, l’ambassade ne pourra pas intervenir.

• Dans le nord-est du pays, la zone à l’est du 10ème méridien et au nord de la latitude 18°40’ a été placée sous le contrôle de l’armée. L’accès est soumis à une autorisation expresse de l’état-major de l’armée.
• Les personnes résidant en Mauritanie (séjour de plus de trois mois) et munies d’une carte de séjour en cours de validité sont dispensées de visa pour leurs allées et venues, à condition que leur séjour hors de Mauritanie ne dépasse pas six mois.
• L’importation et la sortie de devises étrangères sont légalement soumises à déclaration, ce qui nécessite la conservation des factures de change et d’achat.
• Toute entrée d’un véhicule est dorénavant soumise à la présentation d’un carnet de passage en douane. Ce document doit porter les logos de la Fédération internationale de l’automobile (F.I.A.) et de l’Alliance internationale du tourisme (A.I.T.), ainsi que les signatures et cachets de l’un de ces deux organismes. A défaut de ce titre, le dépôt d’une caution garantissant les droits et taxes réglementaires en cas de vente ou de cession du véhicule sera exigé par le bureau des douanes. Cette caution sera restituée au moment de la sortie effective du véhicule du territoire. Toute cession de véhicule est soumise à l’acquittement de droits de douane. Le quitus correspondant doit être présenté à la sortie de Mauritanie.

Sans avoir levé cette réglementation, dans la pratique, les autorités mauritaniennes autorisent l’entrée des véhicules sur leur territoire national, après les avoir inscrits sur les passeports des propriétaires. Ces véhicules, ou, en cas de cession, les quitus correspondants, devront être présentés à la sortie du territoire (pour les instructions concernant les convois humanitaires ou les transports de matériel se reporter à la fiche "Maroc"). En cas d’abandon du véhicule, il faut obligatoirement faire une déclaration au poste de police ou de gendarmerie le plus proche et garder un double de cette déclaration.

SORTIE DU TERRITOIRE

Il n’est pas perçu de taxe de sortie du territoire. Cependant, en cas de non-respect de la durée du séjour, une régularisation sera nécessaire pour être autorisé à quitter le pays.

Le franchissement de la zone tampon (no man’s land de 4 kilomètres) située entre la frontière mauritanienne (PK55 Nouadhibou) et le poste frontalier marocain peut être difficile voire impossible du fait de mouvements de contestation. Les véhicules s’y trouvent alors immobilisés pour une durée indéterminée. Dans une telle situation et jusqu’à la levée du blocage, il convient de ne pas s’engager sur cette voie routière.

Les sorties du territoire par les postes frontaliers ne sont plus possibles après 18h voire 17h. En raison des possibilités d’embouteillage aux frontières, il convient donc de se présenter suffisamment tôt pour ne pas être contraint d’attendre l’ouverture du poste le lendemain matin.

RÉGLEMENTATION DOUANIÈRE

Les voyageurs entrant en Mauritanie s’abstiendront de transporter toute boisson alcoolisée dans leurs bagages. Le constat de la possession de la moindre quantité d’alcool, de cannabis ou autre produit illicite lors d’un passage frontalier ou d’un contrôle sur le territoire induit une garde-à-vue et la présentation devant un juge, avec un fort risque de condamnation à des peines de prison, des amendes et à la confiscation de biens personnels.

L’introduction d’alimentation à base de porc est interdite. En cas de contrôle, celle-ci sera saisie par les services douaniers.

Les autorités mauritaniennes autorisent l’entrée des véhicules sur leur territoire national, après les avoir inscrits sur les passeports des propriétaires. Ces véhicules, ou, en cas de cession, les quitus correspondants, devront être présentés à la sortie du territoire. En cas d’abandon du véhicule, il faut obligatoirement faire une déclaration au poste de police ou de gendarmerie le plus proche et garder un double de cette déclaration

Les autorités locales peuvent imposer, aux voyageurs transportant du matériel transitant par la Mauritanie, la mise en place d’une escorte payante depuis l’entrée jusque la sortie du territoire.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

AVANT LE DÉPART

• Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place.

• Recommandations pour votre santé

Consultez si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccination international pour faire une évaluation de votre état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations. Consultez éventuellement votre dentiste avant votre départ.

Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emportez que les médicaments nécessaires ; ne consommez jamais des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consultez la fiche Infos Pratiques http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques/

• Vaccinations
• Le vaccin contre la fièvre jaune n’est plus obligatoire pour les passagers provenant de zones d’endémie amarile. Au vu de l’existence d’une circulation active du virus amaril et de la présence de vecteurs capables d’activer une transmission, il est très fortement recommandé d’être à jour de la vaccination contre la fièvre jaune pour un séjour en Mauritanie, en particulier pour les voyageurs qui se rendent au sud du Sahara.
• La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant Rubéole Oreillons et Rougeole chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
• En fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
• Il est préférable d’être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135.
• La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

RISQUES SANITAIRES

Il existe à Nouakchott quelques pharmacies de qualité mais la disponibilité des médicaments est globalement irrégulière dans le pays.

Plusieurs hôpitaux généraux publics, cliniques privées et cabinets médicaux existent à Nouakchott. Le service d’ambulances est très peu développé. De façon générale, les structures privées sont mieux organisées et équipées et peuvent répondre à la demande de prise en charge d’une urgence, qu’elle soit médicale ou chirurgicale. Une fois l’urgence stabilisée, il est préférable d’envisager une évacuation sanitaire pour prise en charge à l’étranger.

• Maladies transmises par les moustiques

Paludisme
Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Sa prévalence est forte dans la vallée du fleuve Sénégal. Des cas peuvent être signalés à Nouakchott, principalement pendant ou après la saison des pluies (août à novembre). Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques (fortement recommandé cf. ci-après) et le traitement médicamenteux. Pour le traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.
Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Chikungunya - Dengue
La transmission du chikungunya ou de la dengue est possible en Mauritanie. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Fièvre jaune
La fièvre jaune est causée par un virus transmis par un moustique. Les symptômes sont variables, allant du syndrome pseudo grippal à la forme mortelle ; le traitement est alors symptomatique. Il n’existe pas de médicament préventif qui protège contre la fièvre jaune. La prévention repose essentiellement sur la prévention des piqures d’insectes et sur la vaccination, par ailleurs fortement recommandée.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :
• Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
• Utiliser des produits répulsifs cutanés : http://social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-microbiologiques-physiques-et-chimiques/especes-nuisibles-et-parasites/repulsifs-moustiques ;
• Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
• Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

La fièvre de la vallée du Rift
Cette maladie du bétail, périodiquement signalée en Mauritanie, peut être transmise à l’homme par contact direct avec le sang ou le lait de l’animal contaminé ou par une piqûre de moustique. Il est recommandé d’éviter tout contact avec des produits crus d’origine animale, de veiller à une cuisson suffisante des aliments (en particulier du lait) et de se protéger soigneusement des piqûres de moustiques, de jour comme de nuit. Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie.

Rage
Des cas de rage sont régulièrement rapportés au Sénégal et en Mauritanie. La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par un chien, renard ou chauve-souris atteints du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée.
Il est donc recommandé de ne pas caresser les animaux, voire ne pas s’en approcher. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation et évaluation médicale préalable.

Méningite
Il est vivement recommandé de consulter un médecin préalablement à un voyage, pour faire une évaluation sur la nécessité de vaccination contre le méningocoque (A,C,Y,W). Pour plus d’informations, consultez le lien https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/meningite-infections-invasives-a-meningocoques

Choléra
Le choléra est endémique dans certaines régions de la Mauritanie. Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (fruits de mer, par exemple) ou souillés (fruits et légumes), ou d’eau contaminée. Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. ci-après hygiène alimentaire).

Fièvre typhoïde
La fièvre typhoïde est une maladie digestive bactérienne endémique en Mauritanie, liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. La prévention repose sur la vaccination qui est fortement recommandée et sur les précautions liées à l’hygiène alimentaire (cf. ci-après hygiène alimentaire).

Infection par le virus HIV – MST
Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

MESURES D’HYGIÈNE ALIMENTAIRE

Préservez-vous des contaminations digestives ou de contact :
• Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
• Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
• Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
• Peler les fruits ou légumes ou bien les laver (à l’eau saine) ;
• Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
• Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
• Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli ;
• Éviter les contacts avec des personnes malades ;
• Respecter les règles d’hygiène de base et nettoyer avec attention les cuisines, salles de bain et WC

QUELQUES RÈGLES SIMPLES

• Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire) ;
• Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
• Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
• Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
• Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux roues) ;
• Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :
• Institut Pasteur
• Santé Publique France
• Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

Transport

Infrastructure routière

Consulter le paragraphe "Sécurité de la circulation en zone saharienne" de la rubrique Sécurité.

Accidents

La souscription d’une assurance est obligatoire à l’entrée en Mauritanie. En cas d’accident, il est recommandé de :
• signaler l’accident par les feux de détresse et un triangle ;
• prévenir la police au 17, les pompiers au 18, et les gendarmes au 119, en précisant le lieu et la nature de l’accident, le nombre approximatif de victimes et le type de dégâts matériels ;
• contacter la section consulaire de l’ambassade dans les meilleurs délais ;
• s’assurer que le représentant de la compagnie d’assurance est présent.

En Mauritanie, il n’existe pas de constats à l’amiable. En cas d’accident impliquant des dégâts matériels, il convient de ne pas déplacer les véhicules : les forces de l’ordre viendront sur place procéder à tous les relevés et constats.

En cas d’accident impliquant des blessés, les conducteurs peuvent être sollicités pour acquitter, à l’établissement de soins, des frais médicaux liés à cet accident le temps d’établir les responsabilités. Ils pourront, suivant les circonstances, se faire rembourser par leur assurance mauritanienne.

S’il y a blessure ou mort d’homme, les responsables présumés peuvent faire l’objet d’une garde à vue jusqu’à la détermination des responsabilités par la justice.

Location de véhicule

La location d’un véhicule se fait normalement avec un chauffeur. En cas de panne, d’incident ou d’accident, celui-ci et la compagnie de location sont entièrement responsables. La pratique veut qu’en cas de location sans chauffeur, cette responsabilité rejaillisse sur le locataire.

Réseau ferroviaire

Le train de la compagnie minière nationale SNIM qui transporte le minerai de Zouerate à Nouâdhibou, accepte à son bord les voitures et, bien qu’il ne soit pas du tout adapté à cet égard, les passagers.

Législation locale

Il est conseillé de conserver un document d’identité sur soi en permanence.

Journalistes

Des journalistes étrangers (reporters, photographes, caméramans…) ont été arrêtés par la police, voire expulsés, pour avoir effectué des reportages sans autorisation préalable. Les démarches suivantes sont recommandées avant le départ :

  • Pour obtenir une accréditation temporaire, les journalistes doivent en faire la demande auprès de l’ambassade de Mauritanie à Paris. Cette demande comprend une lettre adressée au Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, présentant un descriptif très précis de la mission à effectuer (dates, composition de l’équipe, sujets, lieux, matériel emporté…), une copie de la carte de presse et une copie des passeports et visas. Après étude de la demande, une réponse sous la forme d’un accord de principe est délivrée et facilite les démarches pour l’obtention du visa.
  • Pour les demandes d’autorisation de tournage, la démarche est identique. Toutefois, à l’arrivée à Nouakchott, pour obtenir une autorisation de tournage signée du Ministre de la communication, l’équipe de tournage doit remplir certaines formalités dans les services techniques du Ministère de la Communication (prévoir le règlement de droits).

Consommation d’alcool et de stupéfiants

La loi mauritanienne réprime sévèrement non seulement le trafic de stupéfiants mais également leur consommation.

Au sens de la loi mauritanienne, l’alcool et le cannabis, notamment, entrent dans la catégorie des stupéfiants, au même titre que les drogues dites « dures ». Les ressortissants français qui seraient pris en possession de telles substances s’exposeraient à des poursuites judiciaires (précédées de périodes de garde à vue et de détention provisoire).

Par conséquent, les Français séjournant ou transitant en Mauritanie s’abstiendront impérativement de tout transport et de toute consommation de stupéfiants au sens de la loi mauritanienne (y compris l’alcool).

Photographies

Les photos de bâtiments publics, militaires ou religieux, des aéroports et des ports ainsi que d’agents publics exposent leurs auteurs à des poursuites.

Us et coutumes

Climat

La période d’avril à octobre est particulièrement chaude. La température s’élève parfois au-delà de 40 degrés.

Devise

Les cartes bancaires et les chèques ne sont pas acceptés chez les commerçants. Il convient de prévoir des espèces, plus faciles à changer que des travellers. Un distributeur automatique de billets, réputé sécurisé, est disponible dans les locaux de la Société générale de Nouakchott.

La monnaie locale est l’ouguiya. Entre le 1er janvier 2018 et le 1er juillet 2018 deux devises sont en circulation ; le MRO (ancienne ouguiya) et le MRU (nouvelle ouguiya).

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Il n’y a pas de disposition particulière liée à l’accueil des voyageurs d’affaires.

Les visas délivrés aux points d’entrées aéroportuaire ou routiers sont systématiquement et sans discernement de 30 jours, une seule entrée, pour un tarif s’élevant à 55 €. Pour toute demande de prolongation de séjour, il convient de s’adresser à l’Agence Nationale du Registre de la Population et des Titres sécurisés (ANRPTS), bureau de Tevragh Zeina à Nouakchott.

La seule possibilité d’obtention d’un visa d’une durée plus importante est de s’adresser à l’ambassade de Mauritanie à Paris.

Pour plus d’informations, consulter la rubrique Entrée/Séjour.

Données économiques

La Direction des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques Mauritanie.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Bureau de Nouakchott
Adresse : Service économique, Quartier des ambassades
BP 231 Nouakchott, Mauritanie
Tél. : +222 45 25 34 30
Courriel : nouakchott chez dgtresor.gouv.fr

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Pierre-Jean BARBET : +222 36 31 12 16

Site internet : Comité national des Conseillers du commerce extérieur de la France

  • AFD

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Agence de Nouatchott
Rue Mamadou Konaté prolongée
BP 5211 Nouakchott, Mauritanie
Tél. : +222 4 525 25 25 / +222 4 525 23 09
Télécopie : +222 4 525 49 10
Adresse électronique : afdnouakchott chez afd.fr

  • BAD

La Mauritanie est membre de la Banque africaine de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : https://www.afdb.org/fr/.

La page de la Mauritanie est consultable à l’adresse : www.afdb.org/fr/countries/north-africa/mauritania/.

  • FMI

Bureau du représentant résident du FMI en Mauritanie.

La Mauritanie et le FMI.

PLAN DU SITE