Italie

Partager
Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière Minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (25/09/2020)

Le 11 mars, l’Organisation mondiale de la santé a qualifié de « pandémie » l’épidémie de coronavirus Covid-19 (liste des pays concernés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies).

Une recrudescence du nombre de cas dans une ou plusieurs régions d’un pays de l’espace européen (États membres de l’Union européenne ainsi qu’Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Royaume-Uni, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse) étant observable, il convient de rester vigilant et avant tout déplacement de se tenir informé sur l’évolution de la pandémie, notamment en consultant la carte établie par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Recommandations sanitaires

Les voyageurs qui souhaitent suivre l’évolution de la situation sanitaire en Italie peuvent consulter le site du ministère italien de la santé qui met régulièrement à jour ses données (carte, infographie, etc.).
Le pays continue d’appliquer des mesures sanitaires afin de limiter la propagation du coronavirus (distanciation sociale, port du masque, gel hydro-alcoolique dans les commerces, prise de température, etc.). Les mesures telles que le port du masque peuvent varier selon les régions ; il est donc recommandé de toujours s’en munir par précaution.
Depuis le 16 août, le port du masque est obligatoire de 18 heures à 6 heures du matin sur tout le territoire national même à l’extérieur, dans les espaces et lieux ouverts au public (places, rues, promenades de front de mer) où la formation de groupes est rendue possible.
Les mesures applicables et les foires aux questions sur la vie quotidienne et les déplacements sont également détaillées sur le site du ministère italien des Affaires étrangères.

Déplacements et voyages

Tous les voyageurs doivent remplir ce formulaire avant d’entrer sur le territoire italien.
Les règles sur les déplacements varient en fonction du pays de provenance ou de résidence dans les 14 jours qui précèdent le voyage en Italie (et non de la nationalité du voyageur). Un questionnaire interactif permet de connaitre les mesures applicables à chaque situation (italien/anglais).

Si vous arrivez de France, tout dépend de votre région de provenance :

Vous arrivez de : Auvergne-Rhône-Alpes, Corse, Hauts de France, Ile de France, Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur

A compter du 22 septembre, les voyageurs (y compris mineurs) qui, au cours des 14 derniers jours, ont séjourné ou simplement transité par ces régions françaises doivent :
• se signaler dès l’arrivée à l’autorité sanitaire régionale (consultez la liste des ASL par région avec leur numéros de téléphone) ;
• présenter le résultat négatif d’un test moléculaire (PCR) ou antigénique de moins de 72h, ou se soumettre à un test sur place en arrivant en Italie.
La compagnie aérienne ne peut donc pas refuser l’embarquement au motif que les voyageurs n’ont pas fait le test en France puisque il est possible de faire le test en Italie.

Où réaliser le test sur place ?
• soit le jour de l’arrivée : un test antigénique avec résultat immédiat (aéroports de Rome, Milan, Palerme et Catane) ou un test PCR avec résultat communiqué dans un délai pouvant aller jusqu’à 72h (aéroports de Naples, Venise, Bologne, Cagliari, Pérouse, Pescara et certains ports)
• soit dans les 48h après l’arrivée : le voyageur sera tenu de contacter l’agence de santé locale de leur région (liste par région) pour réaliser le test dans les 48h suivant l’entrée en Italie
Le test est gratuit et se fait sans ordonnance. Pour la conduite à tenir en attendant le résultat du test, il faut suivre les conseils de l’ASL.

Que se passe-t-il si le test est positif ?
Si le test réalisé en Italie est positif, le voyageur sera placé en isolement (dans un logement à ses frais) et ne pourra repartir d’Italie qu’à l’issue de la quarantaine et à la condition de deux tests négatifs et consécutifs réalisés à 24 heures d’intervalle (en cas de test positif, la quarantaine est prolongée). Il est donc préférable de réaliser votre test avant d’arriver en Italie pour éviter tout désagrément.

De plus, l’ambassade de France en Italie tient à jour une foire aux questions les plus fréquentes sur son site internet.

Vous arrivez d’une autre région française
Les voyageurs en provenance d’une autre région peuvent entrer librement en Italie (y compris pour du tourisme), ne sont pas soumis à une quarantaine et ne doivent pas présenter de test Covid. En revanche, s’ils ont pris l’avion, le train ou ont transité par des régions françaises en zone rouge, ils seront soumis à l’obligation de test.
Ex : je réside dans une zone blanche, mais je prends l’avion depuis une zone rouge => je dois faire le test.

Catégories particulières et exceptions :

Les sites institutionnels italiens listent les catégories de voyageurs qui sont exemptés du test, sur la base des exceptions déjà prévues par le DPCM du 7 aout 2020, art. 6 :
o séjour ne dépassant pas 120 heures pour des besoins prouvés de travail, de santé ou d’urgence absolue ;
o transit, par des moyens privés, sur le territoire italien pour une période n’excédant pas 36 heures ;
o personnel sanitaire entrant en Italie pour l’exercice des qualifications professionnelles de santé ;
o travailleurs frontaliers entrant et sortant du territoire national pour des raisons de travail avérées et pour le retour consécutif à leur résidence, leur logement ou leur séjour ;
o personnel des entreprises et des institutions ayant leur siège social ou secondaire en Italie pour les déplacements à l’étranger pour des exigences de travail avérées ne dépassant pas 120 heures ;
o fonctionnaires et agents, quelle que soit leur dénomination, de l’Union européenne ou des organisations internationales, les agents diplomatiques, le personnel administratif et technique des missions diplomatiques, les fonctionnaires et employés consulaires, le personnel militaire et le personnel de police d’État dans l’exercice de leurs fonctions ;
o élèves et étudiants suivant un programme d’études dans un État autre que leur État de résidence, d’habitation ou de séjour, dans lequel ils retournent chaque jour ou au moins une fois par semaine.
o l’équipage des moyens de transport.

Mesures variables selon régions italiennes

Sardaigne :
Toute personne se rendant en Sardaigne doit obligatoirement s’enregistrer en ligne sur Sardegna Sicura (formulaire en ligne). Cet enregistrement peut s’effectuer au plus tôt un mois avant la date d’entrée prévue mais le formulaire santé doit être obligatoirement complété dans les 48 heures avant cette date.

Sicile :
Toute personne se rendant en Sicile doit obligatoirement s’enregistrer en ligne sur https://siciliasicura.costruiresalute.it (accessible uniquement depuis un téléphone).

Pouilles :
Toute personne se rendant dans la région des Pouilles doit obligatoirement s’enregistrer en ligne sur https://www.sanita.puglia.it/web/pugliasalute/autosegnalazione-coronavirus

Campanie et Naples :
Depuis le 12 août, tous les citoyens résidant dans la région de Campanie qui reviennent de vacances de l’étranger ou de Sardaigne, avec des itinéraires directs ou par des escales ou des arrêts intermédiaires sur le territoire national, doivent se présenter dans les 24 heures suivant leur retour au service compétent de prévention de l’agence de santé locale afin d’effectuer un test sérologique. Pour la conduite à tenir en attendant le résultat du test, il faut suivre les conseils de l’ASL. Pour plus de renseignements :http://www.regione.campania.it

République de Saint-Marin :
Les voyageurs en provenance d’un pays de l’Union européenne*, de l’espace Schengen, du Royaume-Uni, de l’Irlande du Nord, d’Andorre, de Monaco, du Vatican peuvent circuler librement à Saint-Marin (y compris pour du tourisme) ;
*Exception : les voyageurs en provenance des pays suivants : France, Bulgarie, Croatie, Grèce, Malte, Roumanie et Espagne doivent présenter un test moléculaire ou antigénique dont le résultat est négatif et se signaler auprès du Département des Affaires Etrangères de Saint-Marin : http://www.esteri.sm/on-line/home.html

Que faire en cas d’apparition de symptômes ?
Il convient de contacter :
• soit les médecins francophones connus des consulats français en Italie : Milan, Romeou Naples ;
• soit les services sanitaires régionaux dont la liste est consultable sur le site du ministère italien de la Santé ;
• soit le 112 ou le 118, en cas de difficultés respiratoires ou en cas de malaise.
Ne pas aller aux urgences ni dans un cabinet médical, mais s’isoler strictement à domicile en attendant que les secours interviennent.

Plus d’informations sur la fiche Coronavirus et sur la page Risques sanitaires/Coronavirus ainsi que sur la plateforme « Re-open EU » de la Commission européenne.

Sécurité

RISQUES ENCOURUS ET RECOMMANDATIONS ASSOCIEES
Délinquance

Les vols à la tire sont fréquents dans les grandes agglomérations. Il convient donc d’être particulièrement vigilant dans les quartiers touristiques, sites historiques ou transports en commun (trains couchette ou autobus urbains notamment).

Dans les gares, les aéroports, ainsi que dans tous les lieux touristiques, il est conseillé de surveiller constamment ses bagages, sacs et effets personnels. La subtilisation du bagage ou sac laissé à terre, en le dissimulant dans un bagage à fond vide, est un mode opératoire courant.

Les aires de stationnement et les routes à proximité du littoral sont des zones particulièrement exposées. Les propriétaires de camping-cars doivent y être tout spécialement vigilants.

Les délinquants peuvent être à pied ou plus fréquemment à vélomoteur.

Des cas d’escroqueries au pneu crevé ont été signalés aux abords des grandes villes : une personne signale au conducteur une crevaison (parfois intentionnellement provoquée) et lui propose son aide pour changer le pneu, pendant qu’un tiers vole discrètement les effets personnels à l’intérieur du véhicule en stationnement.

Les précautions à prendre :

  • Fermer les portières et les vitres de son véhicule, même lorsque l’on circule en ville ; ne rien laisser de visible dans un véhicule en stationnement  ; pour les voitures en général et les camping-cars en particulier, privilégier les espaces gardés pour les stationnements temporaires ou de longue durée.
  • Ne pas porter sur soi de fortes sommes en liquide ; circuler si possible avec des photocopies des documents d’identité ; à la plage, privilégier les "lidos" (même s’ils sont payants) qui permettent d’éviter les plages "libres", non surveillées (plage comme baignade).
  • En cas de vol de papiers et préalablement à toute démarche auprès des autorités consulaires, il est nécessaire de déposer plainte auprès des services de police locaux (Carabinieri ou Polizia di Stato).

Par ailleurs, certaines manifestations peuvent impliquer des groupes violents. Il est conseillé par conséquent aux ressortissants français de se tenir éloignés des cortèges.

Risques naturels
  • Le risque sismique
    Le risque sismique est élevé dans de très nombreuses régions, l’ensemble du pays étant soumis à des mouvements tectoniques. Plusieurs tremblements de terre de forte magnitude (6 sur l’échelle de Richter) ont touché le pays ces dernières années. Des informations actualisées sur les événements sismiques en cours peuvent être trouvées sur http://terremoti.ingv.it/it/.

En cas de séisme, il convient de se conformer aux instructions des autorités locales. (Protection civile : site Internet : http://www.protezionecivile.gov.it/ , compte Twitter : @DPCgov ; centre de contact joignable depuis l’Italie et en italien : 800 840 840).

Plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme

  • Le risque volcanique
    Les risques d’éruptions volcaniques dans le sud de l’Italie (Vésuve, Champs Phlégréens), en Sicile (Etna) et aux îles Eoliennes (Stromboli) sont surveillés par les autorités locales compétentes.

L’Etna et le Stromboli connaissent un regain d’activité et il est conseillé de ne pas s’approcher des volcans. Des informations actualisées peuvent être consultées sur http://www.ct.ingv.it/it/.

En cas d’éruption, il convient de se conformer aux instructions d’évacuation des autorités locales (Protection civile : site Internet : http://www.protezionecivile.gov.it/ , compte Twitter : @DPCgov ; centre de contact joignable depuis l’Italie et en italien : 800 840 840).

  • Les marées hautes vénitiennes
    Le phénomène des marées hautes (acqua alta), qui intervient durant certaines périodes de l’année et provoque l’inondation de la zone urbaine de la lagune de Venise, peut rendre difficiles les déplacements par les rues et les espaces ouverts de la ville. A cet égard, avant de vous rendre à Venise, il est conseillé de consulter le calendrier des marées disponible sur le site de la ville lagunaire.
  • La montagne
    Des accidents réguliers, parfois mortels, rappellent que la montagne, notamment au printemps, est un milieu particulièrement dangereux et réservé à des personnes expérimentées. Il faut signaler ses déplacements, prendre des informations météo auprès des services locaux et respecter les consignes de sécurité.
  • Les feux de forêt
    L’Italie, comme la France, est sujette à d’importants feux de forêts, qui doivent inciter campeurs et randonneurs à faire preuve de vigilance.
Le risque terroriste

Comme les autres pays européens, l’Italie est exposée au risque terroriste.

Se renseigner en cas de crise en Italie et connaître les consignes.

Ambassade de France en Italie et consulats généraux :
https://it.ambafrance.org/
• Facebook : https://www.facebook.com/FranceenItalie/
• Twitter : @FranceenItalie

Autorités italiennes (protection civile) :
http://www.protezionecivile.gov.it/
• Compte Twitter : @DPCgov
• Centre de contact joignable depuis l’Italie et en italien : 800 840 840

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES


• Chaleur

Durant l’été, le sud de l’Italie connaît des températures très élevées, dont doivent tenir compte les personnes âgées et les familles avec de jeunes enfants, surtout lorsqu’elles circulent en automobile, et également lors de certaines excursions (promenades autour du Vésuve et de l’Etna notamment) ou visites de sites archéologiques.

• Documents d’identité

Il est vivement recommandé de circuler avec le strict minimum : ne pas transporter ses documents d’identité et moyens de paiement dans un seul sac, circuler si possible avec des photocopies des documents d’identité et titres de voyage (en laissant les originaux en lieu sûr, par exemple dans le coffre-fort de l’hôtel), ne pas porter sur soi de fortes sommes en liquide, ni de bijou ou de montre de prix.

Il est fortement conseillé d’avoir à disposition le numéro de téléphone de sa compagnie d’assurance, du correspondant de sa banque et du standard permettant de faire opposition à tout moment sur sa carte bleue.

• Modes de paiement

Les distributeurs de billets sont répandus, et le paiement en liquide est le mode le plus courant en Italie.

L’acceptation de la carte bancaire s’est généralisée mais de nombreux commerçants la refusent encore, notamment dans le sud du pays.

Entrée / Séjour

FORMALITES D’ENTREE

Pour un séjour de trois mois maximum, les ressortissants français doivent être en possession d’une pièce d’identité (carte nationale d’identité ou passeport, à l’exclusion de tout autre document) en cours de validité.

Extension de la validité des CNI

Les cartes nationales d’identité françaises (CNI) délivrées à des personnes majeures entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 sont encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso, mais aucune modification matérielle de la carte plastifiée n’atteste de cette prorogation.
Les autorités italiennes ont accepté officiellement cette prorogation. Toutefois, de façon à éviter tout désagrément pendant votre voyage, il vous est fortement recommandé de préférer l’utilisation d’un passeport valide à celle d’une CNI portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité.
Si vous voyagez uniquement avec votre CNI, vous pouvez télécharger et imprimer la notice multilingue expliquant ces nouvelles règles.

• Sortie des mineurs

Pour les mineurs résidant en France : les autorités françaises exigent qu’un enfant mineur qui vit en France et voyage à l’étranger sans être accompagné par l’un de ses parents soit muni d’une autorisation de sortie du territoire (AST). En revanche, les autorités italiennes n’exigent pas cette autorisation pour ressortir du territoire.
Pour les mineurs résidant en Italie : un enfant français qui vit habituellement en Italie et qui séjourne en France, n’a pas besoin de fournir une attestation de sortie du territoire lorsqu’il quitte l’Italie ou la France. En revanche, il doit présenter une carte d’identité ou un passeport valide, où figure son adresse à l’étranger. La seule présentation de son livret de famille ne suffit pas.

REGLEMENTATION DOUANIERE

Animaux de compagnie

Tout chien ou chat voyageant dans l’Union européenne doit être identifié (puce et/ou tatouage), vacciné valablement contre la rage et être accompagné d’un passeport européen fourni et rempli par un vétérinaire avant d’être transporté depuis la France vers l’Italie ou depuis l’Italie vers la France.

Pour plus d’informations, réglementation sur les animaux de compagnie.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

AVANT LE DÉPART

• Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevés à l’étranger, il est vivement conseillé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place.

Afin de pouvoir bénéficier d’une prise en charge par la Sécurité sociale, les Français de passage doivent impérativement être munis d’une carte européenne d’assurance maladie, à demander à leur caisse locale au moins 15 jours avant le départ.

Pour plus d’informations, consultez le site de l’Assurance Maladie en ligne.

En cas d’urgence médicale, si le patient est en mesure de se déplacer par ses propres moyens, il peut se rendre au service d’urgence le plus proche (pronto soccorso). Les numéros de téléphone des gardes médicales de nuit, de fin de semaine et de jours fériés sont mentionnés quotidiennement dans les journaux locaux, et peuvent être communiqués par les services de police.

• Recommandations pour votre santé

Consultez si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccination international, pour faire une évaluation de votre état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations. Consultez éventuellement votre dentiste avant votre départ.

Durant l’été, le sud de l’Italie connaît des températures très élevées dont doivent tenir compte les personnes âgées et les familles avec de jeunes enfants, surtout lorsqu’elles circulent en automobile, et également lors de certaines excursions (promenades sur le Vésuve et l’Etna notamment) ou visites de fouilles archéologiques.

Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emportez que les médicaments nécessaires ; ne consommez jamais des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consultez la fiche Informations pratiques

• Vaccinations

  • La situation sanitaire globale de l’Italie est équivalente à celle de la France. Ainsi aucun vaccin particulier n’est-il obligatoire.
  • La vaccination préventive contre les hépatites A et B peut être conseillée, de même que la vaccination contre la fièvre typhoïde, ou le méningocoque, selon la durée et les conditions du séjour. Il est conseillé de prendre l’avis de son médecin traitant ou d’un centre de conseils aux voyageurs.
RISQUES SANITAIRES

Chikungunya - Dengue

La transmission du Chikungunya ou de la Dengue est localement possible. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques.

Plus d’informations sur la fiche Infos pratiques.

Fièvre du Nil

La transmission par les moustiques de la "fièvre du Nil" est localement possible. La prévention repose notamment sur l’utilisation de produits anti-moustiques.

Plus d’informations sur https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/fievre-du-nil-occidental-ou-infection-par-le-virus-west-nile.

Rage

Plusieurs cas de rage chez des animaux ont été rapportés ces dernières années dans plusieurs régions (dont Frioul-Vénétie julienne, Vénétie, province autonome de Trente), y compris chez quelques animaux domestiques (chats, chevaux).

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par le chien, le renard ou la chauve-souris atteints du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse.

La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable. Plus d’informations sur la fiche Infos pratiques.

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Pneumonie

Quelques cas de pneumonie bactérienne subsistent à Brescia (Lombardie), en dépit de la fin de l’épidémie en octobre 2018. Les personnes souffrant de maladies respiratoires, les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées sont invitées à respecter les consignes des autorités locales (notamment en ce qui concerne l’utilisation de l’eau courante).

QUELQUES RÈGLES SIMPLES
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux-roues).

Se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments, et surtout à leur bonne cuisson.
  • Eviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :
Institut Pasteur
Santé publique France
Organisation mondiale de la santé

Infos utiles

TRANSPORT
• Transport routier

Le réseau routier est bon dans son ensemble. Cependant, l’étroitesse des voies et les méandres sur certaines autoroutes (Vintimille-La Spezia, Salerne-Reggio de Calabre) peuvent les rendre dangereuses en cas de vitesse excessive. Les routes secondaires, dont l’entretien n’est pas parfaitement assuré, peuvent réserver des surprises.

Les automobilistes doivent également être très vigilants sur l’autoroute entre Menton et Vintimille en raison de la présence fréquente, en particulier la nuit, de piétons sur la chaussée.

La densité du trafic peut également constituer un facteur de risque dans certaines grandes agglomérations.

• Pour tous les véhicules deux-roues : obligation de circulation avec feux de croisement allumés en toutes circonstances et, quelle que soit la motorisation, de porter un casque et de détenir un permis de conduire.

• Pour tous les véhicules automobiles : obligation de circulation en feux de croisement de nuit comme de jour sur les autoroutes et voies rapides.

• Les ceintures de sécurité et les sièges pour enfants sont obligatoires.

• Sur les ronds-points, faire preuve d’une grande vigilance, les véhicules venant de la droite se considérant prioritaires malgré la nouvelle réglementation.

• Pour les automobilistes, l’utilisation d’un téléphone mobile n’est autorisée que s’il est équipé d’un dispositif "mains libres".

• Les services chargés du contrôle routier sont autorisés à utiliser des appareils de détection des excès de vitesse ou de dépassements interdits (radars, photographies, vidéos), à condition que des panneaux de signalement en avertissent au préalable les usagers.

• Le taux maximum d’alcoolémie autorisé est de 0,5 g d’alcool par litre de sang.

• Les limitations de vitesse sont semblables à celles en vigueur en France : 130 km/h sur autoroute (110 km/h en cas de pluie), 90 km/h sur route et 50 km/h en agglomération.

• Le port d’une veste réfléchissante est obligatoire sur le réseau lors de réparations.

• La « carte verte » (assurance internationale) est obligatoire.

• L’impossibilité de payer une amende en cas d’infraction peut entraîner le retrait immédiat du permis de conduire

• Une nouvelle réglementation concernant les plaques d’immatriculation italiennes a été adoptée, prenant effet le 1er janvier 2019. Dorénavant, une personne résidant en Italie depuis plus de 60 jours et roulant dans un véhicule immatriculé à l’étranger fera l’objet, lors d’un contrôle sur la voie publique, d’une confiscation du véhicule, avec retrait des plaques. Cette disposition ne concerne pas les Français de passage dans le pays.

• Restrictions et conditions particulières de circulation

Zones à trafic limité dans les centres historiques

Avant de circuler dans la plupart des centres historiques, il faut toujours vérifier s’il existe une Zone à trafic limité (ZTL – Zona a traffico limitato), zone dont l’accès n’est autorisé que pour les riverains, mais interdit aux véhicules extérieurs.

Les accès aux centre-villes sont contrôlés par des bornes électroniques (« varco attivo ») qui permettent de relever les plaques minéralogiques des véhicules entrés sans permis et d’adresser aux contrevenants une amende pouvant être très élevée.

Ces restrictions s’appliquent aux véhicules de location.

Pensez donc à poser la question aux loueurs, à interroger votre hôtel et à lui communiquer en amont les coordonnées de votre véhicule s’il est situé dans une ZTL et à prendre les dispositions nécessaires pour le parking de votre véhicule.

Restrictions en cas de pollution

Des restrictions pour lutter contre les pics de pollution peuvent également être appliquées.

A Rome par exemple, un système de circulation de plaques alternées peut être mis en place à l’intérieur du GRA (Grande Raccordo Anulare – périphérique) en fonction du taux de pollution mesuré (la « fascia verde ») ; sauf pour les véhicules « Euro 5 » qui continuent de circuler librement.

Autres restrictions d’accès

Durant la période estivale, les véhicules des non-résidents ne sont pas admis sur les îles au large de Naples (Capri, Ischia, Procida).

Les camping-cars et caravanes ne sont pas autorisés à circuler sur la route longeant la côte amalfitaine, qui est étroite et très fréquentée en haute saison.

Stationnement des véhicules transportant des personnes en situation de handicap ou à mobilité réduite

Si vous êtes titulaire d’une carte « mobilité et inclusion » française (qui, depuis le 1er janvier 2017, remplace progressivement les cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement), vous pouvez stationner en Italie sur les places spécifiques clairement indiquées. En revanche, cette carte ne permet pas de stationner gratuitement sur d’autres types de stationnement.
Cette carte ne permet pas d’entrer dans une ZTL sans autorisation préalable de la mairie. La plupart des villes italiennes pourvues d’une ZTL peuvent accorder cette autorisation provisoire de circulation aux titulaires de cette carte qui le sollicitent avant leur voyage.
Pour plus de précisions, il est recommandé de consulter les sites internet des villes situées sur votre parcours ainsi que la page 15 du guide de l’ACI (Automobile club Italia).

• Réseau ferroviaire

Il peut arriver que les horaires ne soient pas respectés mais les trains rapides à supplément (Freccia Rossa, Argento et Bianca) sont généralement ponctuels.

• Réseau maritime

Grâce à un réseau maritime étoffé, l’accès aux îles (Sicile, Sardaigne, îles de la baie de Naples, îles éoliennes), à la Grèce et l’Afrique du Nord est aisé.

Pendant l’été, l’attente aux embarcadères des bacs transportant des véhicules peut être très longue. Compte tenu de la chaleur qui règne en cette saison, les familles avec de jeunes enfants doivent rester prudentes et se prémunir contre les risques de déshydratation.

LEGISLATION LOCALE

A Rome, les baignades dans les fontaines publiques sont strictement interdites et sévèrement sanctionnées (les amendes peuvent aller de 80 à 1 500 €). Pour se rafraîchir, utiliser plutôt les fontaines d’eau potable (dits « Nasoni  », gros nez), très nombreuses : voir carte.

Dans les débits de boissons, la consommation d’alcool est autorisée à partir de l’âge de 18 ans.

Le trafic et la détention de stupéfiants (y compris de drogues dites "douces") sont interdits par la loi, et dans tous les cas sévèrement réprimés. La détention est le plus souvent assimilée au trafic, les sanctions maximales encourues vont jusqu’à 20 ans de prison et les amendes peuvent atteindre 25 000 €.

Toutefois, depuis la loi n. 242 du 2 décembre 2016 et la circulaire d’application du 25 mai 2018, la culture, le commerce et la consommation de cannabis « léger » (taux de THC inférieur ou égal à 0,2%, avec une tolérance allant jusqu’à 0,6%) sont autorisés. Des magasins proposant du cannabis « léger » ou des produits dérivés ont ainsi ouvert dans certaines villes.

La vente de produits de contrefaçon est particulièrement développée et visible dans les principales villes touristiques italiennes (Rome, Florence, Venise et Naples notamment). Dans ces villes, de faux articles de mode ou de luxe (sacs à main en particulier, mais aussi lunettes de soleil, stylos, montres et autres produits contrefaits ou piratés) sont très fréquemment exposés dans la rue, et directement proposés aux touristes, parfois avec insistance. La loi italienne punit très sévèrement l’achat de produits de contrefaçon : outre la confiscation systématique du produit, un acheteur risque jusqu’à 10 000 € d’amende. En France, un consommateur peut faire l’objet d’un contrôle douanier aux frontières mais aussi sur le sol français, et la loi prévoit, pour simple détention d’un faux, jusqu’à 300 000 € d’amende et 3 ans d’emprisonnement.

Les services douaniers français et italiens ont récemment renforcé leurs contrôles et opérations conjoints dans la zone frontalière.

• Dépôt d’une plainte en Italie

La plainte (« querela ») est la déclaration par laquelle la victime d’une infraction ou son représentant légal exprime le souhait que le mis en cause soit puni.
Il est recommandé à tout ressortissant français victime d’une infraction sur le territoire italien de déposer systématiquement plainte auprès des autorités locales de police (Commissariat / Carabinieri), sans attendre le retour en France, afin d’éviter d’être frappé par la déchéance du terme légal octroyé, obstacle à toutes poursuites judiciaires futures.

Pour les infractions suivantes, le délai pour déposer une plainte est de trois mois  :

  • atteintes aux personnes : injure, diffamation, menaces, violences volontaires ayant entraîné une incapacité inférieure ou égale à vingt jours, soustraction de mineur ou d’une personne incapable, blessures involontaires même aggravées, etc.
  • atteintes aux biens : violation de domicile, violation du secret professionnel, scientifique ou industriel, vol, usurpation, dégradations, escroquerie, abus de confiance, faux en écriture privé, etc.

Pour les délits d’agressions sexuelles, même aggravés, y compris sur mineur de moins de quinze ans, le délai pour déposer plainte est de six mois.

US ET COUTUMES

Pour la visite des lieux de culte, une tenue correcte est vivement conseillée, au risque de ne pas pouvoir faire la visite.

DIVERS

Pour les retraits et paiements en liquide, les consignes habituelles de prudence s’appliquent. Il est conseillé d’effectuer des retraits réguliers dans des banques de centre-ville, afin de ne pas porter sur soi une trop grande valeur en espèces.

Voyages d’affaires

VISA D’AFFAIRES

Les ressortissants de l’Union européenne ne sont pas soumis au visa.

Pour un séjour de trois mois maximum, les ressortissants français doivent être en possession d’une pièce d’identité (carte nationale d’identité ou passeport, à l’exclusion de tout autre document) en cours de validité.

Pour plus d’informations, consultez la rubrique Entrée/séjour de la présente fiche.

Numéro fiscal

Pour travailler en Italie, un numéro fiscal (codice fiscale), délivré par le Bureau des Impôts directs, sur présentation d’un document d’identité, est obligatoire ; en outre, les démarches nécessaires doivent être effectuées auprès de la mairie pour obtenir la résidence (residenza).

Données économiques

Consulter la fiche Repères économiques Italie.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique régional de Rome
Adresse : Piazza Farnese, 48
00186 Rome - Italie
Tél. : +39 6 68 19 15 01
Courriel : rome chez dgtresor.gouv.fr

  • Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Business France - Italie
Business France Export
Ambasciata di Francia
Corso Magenta, 63
I-20123 MILANO
Italy
Tél. : +39 02 48 54 71
Courriel : milan chez businessfrance.fr

David HUBERT-DELISLE (Directeur Pays) - Tél. : +39 02 655 91 41

  • CCEF

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Marcel PATRIGNANI - Tél. : +00 39 06 4522 4200 (société Altran Italie Spa)

Site internet : Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France.

  • CCI

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) françaises à l’international sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32 000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre française de commerce et d’industrie en Italie (CFCII)
Via Papa Leone XIII, 10 - 20145 Milan (Italie)
Tél. : +39 02 72 53 71
Fax : +39 02 86 55 93
Courriel : info chez chambre.it
Site internet : http://www.chambre.it/

  • Atout France

http://atout-france.fr/notre-reseau/italie

  • Sopexa

http://www.sopexa.com/fr/italie

  • FMI

Sites internet :

L’Italie et le FMI.