Iran

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Situation sécuritaire régionale (recommandation émise le 07/01/2020 et toujours valable à ce jour) (14/05/2021)

Pour rappel, l’ensemble du territoire iranien est placé en rouge sur la carte des conseils aux voyageurs (cf. onglet "sécurité"). Il est donc formellement déconseillé aux ressortissants français de se rendre en Iran, notamment en raison des pratiques d’arrestation et de détention arbitraires de la part des services de sécurité et de renseignements iraniens. Les risques sont aggravés par la recrudescence des tensions régionales. Les Français qui ne seraient pas en mesure de quitter le pays temporairement sont invités à faire preuve de la plus grande vigilance et à prendre les précautions indispensables pour assurer leur sécurité. Il leur est notamment fortement conseillé de limiter leurs déplacements à l’intérieur du pays, d’éviter les rassemblements et de se faire connaître auprès de l’ambassade de France à Téhéran.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Affrontements au Haut-Karabagh et incidents à la frontière iranienne avec l’Arménie et l’Azerbaïdjan (23/11/2020)

Les affrontements qui sont survenus dans le Haut-Karabagh et les districts environnants ont conduit l’Iran à renforcer sa présence militaire à sa frontière. Dans ces conditions, les régions iraniennes frontalières de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan demeurent formellement déconseillées, notamment le nord des provinces d’Ardabil et de l’Azerbaïdjan oriental.

Infection pulmonaire – Coronavirus / Covid-19 (02/05/2021)

Une stricte limitation des déplacements s’impose pour ralentir la progression de l’épidémie dans le monde, du fait de la circulation très active du virus de Covid-19 et de ses variants (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies). Dès lors, tout déplacement international - depuis l’étranger vers la France et de France vers l’étranger - est strictement encadré jusqu’à nouvel ordre. Il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte Covid-19 des conseils aux voyageurs.

Les statistiques officielles montrent une reprise de l’épidémie depuis le début du mois de février, et une nette accélération depuis début avril (récemment, le nombre de contaminations quotidiennes a atteint des niveaux jamais observés depuis le début de la crise). Le virus, y compris le variant britannique, circulent donc actuellement activement sur le territoire iranien.

Le port du masque sur tout le territoire lors des rassemblements ou dans les endroits clos accueillant du public est obligatoire. À Téhéran et dans sa proche banlieue (Grand-Téhéran), il est de plus obligatoire dans tout l’espace public. Une amende de 500 000 rials sera imposée à toute personne qui ne porte pas le masque et une amende de 2 000 000 de rials sera également imposée à toute personne déclarée positive et ne respectant pas l’obligation de quatorzaine.

D’une façon générale, les autorités locales appellent à respecter strictement les mesures de distanciation physique et les protocoles d’hygiène, à éviter les rassemblements et les déplacements non indispensables.

Le territoire iranien est classé selon quatre couleurs (bleu, jaune, orange, rouge) permettant d’apprécier la virulence de l’épidémie. À chaque couleur correspond un jeu de mesures d’intensité croissante (fermeture de commerce, restrictions aux déplacements,…) permettant de lutter contre l’épidémie. Pour rappel, la classification et les mesures mises en œuvre sont évolutives. A la date du 14 avril 2021, la quasi-totalité du territoire iranien est placée en zone rouge ou orange.

Téhéran est actuellement classé en « rouge ». Cela veut dire, en particulier, que tous les commerces non essentiels sont fermés et que les déplacements sont soumis à des restrictions. En effet, dans les villes « rouges », les véhicules disposant de plaques d’immatriculation locales ne peuvent pas sortir de la ville. Réciproquement, les véhicules ne disposant pas de la plaque d’immatriculation de la localité ne peuvent pas entrer dans une ville classée en rouge. Par ailleurs, la circulation des véhicules individuels reste interdite entre 21h et 4h du matin.

L’arrivée en Iran par voie aérienne, terrestre et maritime est encadrée par différentes dispositions :

  • les voyageurs doivent remplir, avant leur arrivée en Iran, un formulaire de déclaration et d’engagement, qui doit être remis aux agents iraniens à l’arrivée ;
  • tous les passagers âgés de plus de 2 ans arrivant en Iran, doivent avoir fait l’objet d’un test PCR dans les 96 heures précédant le vol, et remettre les résultats négatifs du test (en anglais) aux représentants du ministère de la Santé présents à l’arrivée ;
  • en plus de ce test, les autorités iraniennes peuvent soumettre tous les voyageurs provenant d’Europe (y compris par le biais d’une escale) à un nouveau test PCR à l’arrivée. Ce test est à la charge des voyageurs (35 euros). Ensuite, les voyageurs peuvent être invités à se placer en quarantaine à leur domicile pour une durée et des modalités qui seront déterminées par les autorités sanitaires. Voir les conditions sur le site Internet de l’ambassade de France en Iran ;
  • le port du masque est obligatoire dans l’avion et à l’aéroport ;
  • la délivrance de visas touristiques pour l’Iran est suspendue jusqu’à nouvel ordre.

Les autorités iraniennes interdisent l’entrée sur le sol iranien de toute personne ayant séjourné en France plus de 4h au cours des deux semaines précédant leur voyage à destination de l’Iran. Conséquence de cette mesure :

  • les vols à destination et en provenance de France sont suspendus jusqu’à nouvel ordre depuis le 17 avril. L’unique compagnie qui assurait des liaisons directes entre Téhéran et Paris les a donc arrêtées pour le moment.
  • Les compagnies assurant des liaisons indirectes annulent les réservations entre la France et l’Iran, ou refusent à l’aéroport aux passagers de s’enregistrer et d’embarquer.

Pour rappel, l’intégralité du territoire iranien est formellement déconseillé (rouge sur la carte des Conseils aux voyageurs).

En cas de symptômes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires), il convient de consulter sans délai un médecin, et de ne pas se rendre dans un hôpital. Il est possible de consulter une liste de services médicaux, et de médecins francophones.

Sur place et en cas de difficultés, l’ambassade de France en Iran est joignable aux coordonnées suivantes : + 98 21 64 09 40 00.
Il est conseillé de consulter régulièrement les points de situation disponibles sur le site Internet de l’ambassade de France en Iran.

Sécurité

En raison d’une situation sécuritaire régionale extrêmement volatile, il est formellement déconseillé aux ressortissants français de se rendre en Iran. Les ressortissants français qui ne seraient pas en mesure de quitter le pays temporairement sont invités à faire preuve de la plus grande vigilance et à prendre les précautions indispensables pour assurer leur sécurité. Il leur est notamment fortement conseillé de limiter leurs déplacements à l’intérieur du pays, d’éviter les rassemblements et de se faire connaître auprès de l’Ambassade et du Consulat de France à Téhéran.

Risques et recommandations associées

Risques naturels

Le pays est dans une région de forte activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, consulter la fiche Séismes.
Si un tremblement de terre se produisait, il est recommandé aux ressortissants français de prendre immédiatement contact avec leur famille ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’extérieur, avec l’ambassade de France.

Terrorisme

Dans un contexte régional troublé, les attentats du 7 juin 2017 ont démontré l’existence d’un risque de nature terroriste en Iran. Les autorités iraniennes ont revu à la hausse leur évaluation du risque terroriste depuis la fin 2015 et communiqué de manière régulière depuis sur des opérations de démantèlement de cellules terroristes (zones frontalières et capitale). Les recommandations générales de vigilance s’agissant des rassemblements aux abords desquels les visiteurs peuvent se trouver amenés à circuler doivent dans ce contexte faire l’objet d’une attention particulière.

Risque routier

Si l’état général des routes est bon, malgré quelques déformations et dégradations de chaussée non signalées, la circulation est dangereuse en raison des comportements peu disciplinés des conducteurs, des motocyclistes et des piétons, du mauvais entretien et de la surcharge fréquente des véhicules, de la signalisation incertaine et de la faiblesse des secours d’urgence. Aussi convient-il de conduire avec prudence et d’éviter, autant que possible, de rouler la nuit hors des villes. Les cartes routières contiennent parfois de sérieuses erreurs ou approximations, tout particulièrement en matière de routes non asphaltées.

Recommandations générales

  • Les autorités iraniennes ne reconnaissent pas la double nationalité. Les binationaux franco-iraniens qui entreraient en Iran avec leur passeport iranien ne seront donc pas en mesure de solliciter la protection consulaire. Il est par ailleurs rappelé que les binationaux de plus de 17 ans qui ne seraient pas à jour de leur service militaire iranien s’exposent à des difficultés lors d’un séjour en Iran.
  • Il est rappelé aux voyageurs qui souhaitent se rendre en Afghanistan, au Pakistan ou en Irak depuis l’Iran que les déplacements dans ces pays sont formellement déconseillés. Le risque en matière de sécurité, et notamment d’enlèvement, y est très important. Les informations diffusées sur les réseaux sociaux ou via le bouche-à-oreille par d’autres voyageurs, faisant état de déplacements sans encombres ou de l’hospitalité des populations locales, ne sont ni fiables, ni représentatives de la réalité des risques.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Visas

En raison de la crise sanitaire, la délivrance de visas touristiques pour l’Iran a été suspendue en août 2020 et jusqu’à nouvel ordre.

Il est fortement recommandé d’entamer les formalités d’obtention du visa plusieurs semaines à l’avance auprès de l’ambassade d’Iran à Paris. La délivrance du visa peut être très tardive.

Les services consulaires iraniens prennent les empreintes digitales de tous les ressortissants français qui sollicitent un visa pour l’Iran. Cette nouvelle procédure nécessite la présence effective des ressortissants lors du dépôt de leur demande de visa.

La durée de validité des visas de tourisme ou d’affaires ne dépasse pas un mois. Il est recommandé de vérifier la durée accordée au moment de la délivrance car elle est souvent inférieure à la durée demandée ; ne pas confondre à cette occasion la date limite à laquelle le visa autorise à entrer en Iran (qui peut être plusieurs mois après la délivrance du visa) et la durée de séjour autorisée en Iran (qui est plus brève).

Bien noter que la police aux frontières empêche le contrevenant de quitter le territoire iranien si le temps de séjour autorisé est dépassé. Il est alors soumis à une contravention proportionnelle au dépassement du temps de séjour.

Il est impératif de bien conserver dans son passeport la fiche d’entrée remplie au moment du franchissement de la frontière, celle-ci étant demandée au moment de la sortie du territoire.

Les autorités iraniennes permettent aux ressortissants de certains pays, dont la France, d’obtenir un visa à leur arrivée dans certains des aéroports du pays. Cette disposition concerne des visas de court séjour (30 jours, 75 €) pour des déplacements privés. Elle nécessite un pré-enregistrement en ligne et l’impression du justificatif de cet enregistrement, pour présentation à l’arrivée. Toutefois, pour éviter tout désagrément, il est préférable de demander son visa au préalable à l’ambassade d’Iran.

Ce type de visa n’est pas compatible avec un passeport diplomatique ou de service : il est ainsi impératif de présenter un passeport ordinaire, sous peine de s’exposer à être refoulé par les services de l’immigration.

Règlementation douanière

Il est interdit d’importer de l’alcool en Iran.
Il est également interdit d’exporter sans autorisation des antiquités ou des tapis anciens. Pour tous les achats de valeur, demander une facture, ce qui permet, au retour en France, de pouvoir justifier, si nécessaire, le coût de l’objet auprès des douanes françaises.

Pour toute information complémentaire, prendre l’attache de l’ambassade d’Iran à Paris.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Ces indications ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place.
En cas de problème médical sérieux en Iran, contacter l’ambassade de France qui alertera le médecin ou l’établissement hospitalier approprié. La police transporte parfois les blessés pour les premiers soins.

Recommandations pour la santé

Sous réserve des indications données ci-après, l’état sanitaire du pays est satisfaisant. Le corps médical est de bonne qualité. Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.
L’attention des voyageurs est toutefois appelée sur les pénuries de médicaments, liées aux difficultés d’approvisionnement des hôpitaux et des pharmacies en produits importés. Par ailleurs, des cas de contrefaçon de médicaments ont été signalés (notamment de contraceptifs).
Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos pratiques.

Vaccinations

  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées. S’assurer d’être à jour dans ses vaccinations habituelles ainsi que celles liées à toutes les zones géographiques visitées.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, ainsi que la vaccination rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant. La vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

La transmission saisonnière du paludisme est possible en Iran, de mars à novembre, localisée dans les zones rurales des provinces de l’Hormozgan et du Kerman (zone tropicale) ainsi que dans la partie méridionale du Sistan-Baluchistan.
Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Les mesures classiques de protection contre les moustiques sont fortement recommandées (cf. ci-après). S’agissant du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.).

Autres maladies

Coronavirus MERS-CoV

Les coronavirus sont une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l’homme, qui vont du rhume banal jusqu’à une atteinte respiratoire sévère. La présentation la plus fréquente associe de la fièvre et une infection pulmonaire.

Concernant le Mers CoV, il n’existe pas de vaccin. Les mesures classiques d’hygiène sont recommandées pour limiter les risques de transmission, en particulier le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique. Il convient également, dans la mesure du possible, d’éviter les contacts avec les animaux, les foules et grands rassemblements, ainsi qu’un contact rapproché avec des personnes malades. Éviter tout contact avec les animaux, en particulier avec les chameaux et les dromadaires. Il est très fortement déconseillé de consommer de la viande de chameau ou du lait de chamelle.

Sur place, en cas de forte fièvre, de toux et/ou de difficultés respiratoires, consulter un médecin sans délai. En cas de fièvre ou de symptômes respiratoires dans les jours qui suivent le retour en France, appeler le Centre 15 (téléphone : 15) en signalant son voyage.

Pour toute information complémentaire, consulter la page Coronavirus MERS-CoV ainsi que les sites internet du ministère français en charge de la santé et de l’Organisation mondiale de la Santé.

Grippe aviaire

Les oiseaux migrateurs dans les régions bordant la mer Caspienne sont la principale source de transmission du virus de la grippe aviaire en Iran. Les mesures suivantes sont recommandées :

  • Éviter tout contact avec les oiseaux et les volailles, vivantes ou mortes, non cuites, et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage.
  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse, ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier pour la viande et les œufs.

En cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, consulter rapidement un médecin. En cas de symptômes compatibles, notamment fièvre, toux ou courbatures, consulter également un médecin.

Leishmaniose

L’Iran connaît encore, à l’état endémique dans le sud du pays, des cas de leishmaniose. Cette parasitose est transmise par une mouche de sable ou un moucheron qui pique surtout le soir et la nuit. Le traitement curatif est long et difficile, et il convient de consulter un médecin rapidement après l’apparition d’une ou plusieurs plaies cutanées laissant supposer une infection. La prévention consiste notamment à porter des vêtements couvrants et à appliquer sur la peau des répulsifs anti-moustiques.

Choléra

Le choléra donne lieu à des poussées estivales. Elles touchent plus particulièrement les régions de Téhéran, Qom, Ispahan et du Sistan-Balouchistan. Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (fruits de mer, par exemple) ou souillés (fruits et légumes) et d’eau contaminée. Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage en matière d’hygiène alimentaire sont recommandées (cf. ci-après).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Pollution atmosphérique

Téhéran et plusieurs grandes villes d’Iran sont confrontées à des niveaux de pollution très élevés, dangereux pour la santé. Dans ce contexte, il est conseillé de réduire toutes les activités à l’extérieur et de s’hydrater autant que possible. Les personnes souffrant de maladies respiratoires/asthme et/ou de problèmes cardiaques, les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées sont invitées à maintenir fermées les portes et fenêtres de leur domicile et à ne pas sortir, sauf en cas de nécessité.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) et ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège auto pour les enfants) ;
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits. Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées, ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Infos utiles

Transport

Transport routier

Le réseau autoroutier est assez développé à partir de Téhéran. Il est important de respecter la vitesse autorisée car de nombreux contrôles de vitesse sont opérés sur les autoroutes.

La location de véhicule avec chauffeur étant bon marché, il est recommandé de recourir à cette formule (en vérifiant au préalable l’état du véhicule, notamment, de ses pneumatiques).

L’approvisionnement en carburant, très bon marché, est régulier. Le diesel, réservé aux camions, n’est pas en vente pour les voitures particulières en ville.

En cas d’accident, attendre l’arrivée de la police pour dresser un constat. A Téhéran, il est préférable d’appeler l’ambassade de France. Une assurance au tiers est indispensable.

Transport aérien

Les transports aériens fonctionnent bien et desservent toutes les villes significatives de province. La flotte d’aéronefs est vieillissante mais sa maintenance est satisfaisante. Il est prudent de réserver ses billets à l’avance, étant donné la forte affluence sur les vols intérieurs.
La compagnie Iran Aseman Airlines figure sur la liste des compagnies interdites dans l’espace européen.
La compagnie Iran Air fait l’objet de restrictions pour certaines catégories d’aéronefs seulement.
Pour plus d’informations, consulter le site de la Commission européenne.

Transport ferroviaire

Réseau incomplet. Les trains sont lents, mais bon marché, et d’un confort acceptable sur certaines destinations : Téhéran-Machhad, Téhéran-Bandar-Abbas, Téhéran-Tabriz, notamment. Des trains-couchettes desservent les plus grandes villes d’Iran.

Législation locale

Consommation d’alcool et de stupéfiants

L’alcool et les stupéfiants sont totalement prohibés. La détention de drogues peut amener à des peines de prison, voire à la peine capitale dans les cas les plus graves. L’état de dépendance est également considéré comme un crime.
En tout état de cause, il convient de refuser les produits interdits qui peuvent être proposés.

Appareils photographiques et drones

Il est formellement déconseillé de se rendre en Iran avec un drone et, a fortiori, d’y réaliser des captures d’images avec celui-ci. Le possesseur d’un drone peut, en effet, être suspecté par les autorités iraniennes de se livrer à des activités d’espionnage.
D’une façon générale, il est recommandé de s’abstenir de prendre des photographies dans l’espace public.

Us et coutumes

Les femmes, y compris les étrangères, doivent se couvrir la tête d’une pièce de tissu (foulard, tchador, etc.) et porter des vêtements longs et amples, de couleurs et aux dessins discrets, dans tous les espaces publics. Les jambes ne peuvent être nues.

Les hommes doivent porter des pantalons longs.

Les hôtels vérifient que les couples sont mariés. Il n’est pas d’usage de se livrer en public à des démonstrations d’affection appuyées. Éviter de tendre la main à une personne de sexe opposé.

Il n’est pas possible, pour les femmes, de pénétrer dans les lieux de culte islamiques sans être recouvertes du « voile islamique », de couleur noire, couvrant cheveux et corps jusqu’aux chevilles.
Pour les hommes, un pantalon long et une chemise à manches longues sont exigés. Mieux vaut éviter de porter la cravate, des couleurs trop vives, des imprimés voyants. Certains lieux de culte sont interdits aux non-musulmans, parfois de façon permanente (le cas est rare), parfois aux heures de prière.

Les femmes ne peuvent, en principe, pénétrer dans les écoles coraniques.

Internet et réseaux sociaux

Hormis Instagram, la plupart des réseaux sociaux (twitter, Facebook, YouTube…) sont interdits ; l’utilisation de VPN (réseaux privés virtuels) est également interdite.

Il est fortement déconseillé de poster sur les réseaux sociaux des messages à contenu politique susceptibles d’être interprété par les autorités comme une critique contre le régime iranien.

Divers

Important : les cartes bancaires et les chèques de voyage ne sont pas acceptés ni utilisables en Iran. Il est impératif de se munir de liquidités en devises pour la durée du séjour, en dollars (coupures récentes) ou en euros (commission de change légèrement plus élevée), aisément changées dans les banques.

Le change « informel », dans la rue ou ailleurs, n’est guère plus intéressant, et peut donner lieu à des escroqueries.

Voyages d’affaires

Visas d’affaires

Le visa peut, en principe, être délivré à l’aéroport à l’arrivée, sur présentation de l’invitation d’une entreprise iranienne.

Toutefois, compte tenu des informations contradictoires et du délai d’attente à l’aéroport, il est vivement recommandé de demander son visa dans une ambassade ou un consulat d’Iran en amont du départ. Les visas à entrées multiples sont rares.

Réseaux de communication

Les communications téléphoniques internationales sont réduites. Dans certains cas il est devenu impossible, depuis mars 2013, de téléphoner à l’étranger. Il est en général possible d’être appelé depuis l’étranger, là aussi avec des restrictions occasionnelles.

L’accès à Internet, en dehors des sites iraniens, est souvent difficile. L’utilisation de VPN (réseaux privés virtuels) est interdite.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Iran.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique de Téhéran
64, avenue Neauphle-le-Château
11348 Téhéran - Iran
Tél. : +98 21 64 09 40 43
Courriel : teheran chez dgtresor.gouv.fr

CCEF

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Thierry Joulin - +98 21 2263 9025 (société Hyperstar Iran)

Site internet : Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France

CCI

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) françaises à l’international sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32 000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre franco-iranienne de commerce et d’industrie (CFICI)
Appartement 11, 4ème étage, No. 27, Ave. Azarshahr, Ave. Iranshahr, Ave. Karim Khan
158477 Téhéran
IRAN
Tél. : +98 21 88 79 34 80
Courriel : info chez cfici.org
Site Internet

OPEP

L’Iran est membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dont la page Iran est consultable en ligne.

FMI

L’Iran et le FMI