Guatémala

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Activité volcanique

Le volcan Fuego situé à 40km à l’ouest de la capitale est entré une nouvelle fois en éruption le dimanche 18 novembre 2018. Des évacuations ciblées sont en cours pour les villages installés en contrebas du volcan. L’éruption a provoqué une colonne de cendres et une pluie de particules, selon l’Institut de vulcanologie.
Une nouvelle éruption explosive accompagnée de projections et de retombées de matière volcanique peut se produire à tout moment.
L’ascension du volcan Fuego et du volcan Acatenango sont à proscrire. Il est recommandé de ne pas s’approcher du Fuego et de respecter les consignes des autorités locales.
Le volcan Pacaya, lieu de randonnée réputé situé à 30 km au sud de la capitale, se trouve également dans une phase éruptive. Les autorités guatémaltèques interdisent aux guides d’emprunter le sentier principal, qui mène au cratère Mackenney.
Le volcan Santiaguito, à l’ouest du pays (département de Quetzaltenango), connaît également une activité notable et des éboulements sont signalés.
Des conseils sur la conduite à tenir en cas d’éruption figurent sur le site de la CONRED ou Protection civile guatémaltèque (site en espagnol : https://conred.gob.gt/site/index.php).
Consulter la rubrique Santé pour prendre connaissance des recommandations médicales après une éruption volcanique.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Délinquance

Les conditions de sécurité au Guatemala sont préoccupantes. Le trafic de stupéfiants et les extorsions de fonds sont courants et touchent principalement les Guatémaltèques. Les touristes (voyageant hors agences de voyages, en particulier) sont confrontés à la délinquance de droit commun : vols et agressions à main armée, de jour comme de nuit. Un modus operandi fréquent est une agression commise par des motards qui agressent les piétons ou qui profitent de la circulation à l’arrêt pour dépouiller les occupants des véhicules (Asaltos). Il convient d’être particulièrement vigilant dans la ville de Guatemala.

En cas de difficultés sur place, il est conseillé de demander l’assistance de la police touristique (PROATUR, Programa de Asistencia al Turista, site en anglais et en espagnol), liée à l’Institut national du tourisme (INGUAT, site en espagnol). Sous certaines conditions, PROATUR peut mettre à votre disposition une escorte policière pour vous permettre de visiter des sites touristiques isolés.

Risques liés aux transports

La route fait chaque année environ trois fois plus de victimes que la criminalité. La qualité peu satisfaisante des hôpitaux publics augmente le taux de mortalité consécutive à un accident. D’excellentes cliniques privées localisées dans la capitale exigent des garanties de paiement avant d’admettre un patient. En province, les infrastructures hospitalières sont déficientes. Il est indispensable de disposer d’une assurance pour l’assistance médicale et le rapatriement.

Le mauvais état de nombreuses routes (surtout en dehors de la capitale), les risques d’éboulements et la conduite dangereuse de nombreux conducteurs guatémaltèques exigent une prudence particulière. Le mauvais entretien des véhicules poids lourds et des transports collectifs implique une prudence accrue.

Il est conseillé d’éviter les trajets de nuit et d’être vigilant sur les routes secondaires en raison du risque d’agression.

En cas d’intempéries, certaines portions de route qui ne sont pas bitumées deviennent rapidement impraticables notamment les approches de certains sites touristiques (Uaxactun et Tikal). Il est recommandé d’utiliser un 4x4 avec un chauffeur local.

Les transports collectifs anciens (bus scolaires américains réaménagés) sont à éviter, car ils concentrent une forte part de la délinquance quotidienne.

Des cas d’extorsions (opérées à proximité des frontières) sont signalés occasionnellement sur les lignes régulières d’autocar desservant le Belize, le Salvador et le Mexique. Il convient de privilégier les liaisons en car de haut standing ou organisées par les agences de voyages – ou bien encore les vols internationaux.

Pour des excursions touristiques journalières, les agences de voyage ayant pignon sur rue proposent des places dans des minibus peu coûteux.

Risques naturels

Chaque année, la saison des pluies, de mai à octobre, entraîne des inondations près des cours d’eau, des glissements de terrains et des dégradations sur l’ensemble des voies de circulation du pays.

Risques sismiques

Le Guatemala présente, sur la presque totalité de son territoire (à l’exception du Petén), un risque tellurique élevé. De nombreuses secousses sismiques (la plupart imperceptibles) se produisent chaque année.

Risques volcaniques

Certains volcans sont encore en activité : le volcan Fuego, proche de la ville d’Antigua Guatemala, dans le département de Sacatepéquez ; le volcan Pacaya, dans le département d’Escuintla aux abords de la capitale, et le volcan Santiaguito, dans le département de Quetzaltenango. Ces volcans entrent régulièrement en éruption. Il est recommandé d’interroger l’Institut national du Tourisme (INGUAT, en espagnol) avant d’entreprendre leur ascension.

L’organisme de coordination des secours d’urgence (CONRED, en espagnol) déclenche régulièrement des alertes relatives à l’activité volcanique. Une vigilance renforcée est conseillée en cas de séjour à proximité immédiate de ces volcans, il est recommandé de s’informer auprès de ces deux organismes (INGUAT, CONRED) avant de se déplacer dans les environs.

Il convient de prendre connaissance des recommandations d’usage.

Zones de vigilance

L’ensemble du pays est en vigilance renforcée (en jaune).

Il convient de rester particulièrement vigilant lors des déplacements en autocar, sur les marchés fréquentés par les touristes (notamment ceux de Chichicastenango et d’Antigua) ou dans les stations-service, notamment dans la capitale.

Dans la capitale

Il est déconseillé de se déplacer en transport public dans la ville de Guatemala. Les bus vert Transmetro peuvent toutefois être utilisés. Il convient de privilégier les radiotaxis ou taxis jaunes (taxis Amarillo). Il n’est pas recommandé de héler un taxi de couleur blanche. Le service de chauffeurs VTC fonctionne bien. Il existe également une plateforme de covoiturage (Traeguate).

En raison du niveau élevé d’insécurité qui y règne, les déplacements sont déconseillés dans certaines zones de la capitale, à savoir les zones 3, 6, 18, 19, 21, 24 et certaines parties des villes périphériques de Mixco, à l’ouest, et de Villa Nueva, au sud. Les zones dans lesquelles il est recommandé de se déplacer uniquement de jour sont les zones 1 (centre historique), 2, 4 (partie à l’Ouest de la 7ème avenue), 5, 7, 8, 9 et 17.
Il est possible de se rendre de jour et en soirée, en prenant toutes les précautions utiles, dans la partie la plus fréquentée des zones 4 (partie est, proche du centre culturel américain), 10, 13, 14, 15 et 16. La zone 10 regroupe un nombre important de cafés, restaurants, boîtes de nuits et hôtels.

Il est impératif d’adopter un comportement particulièrement prudent durant les sorties nocturnes.

Visite des sites archéologiques

De manière générale, il est préférable de recourir à une agence de voyage reconnue pour se rendre sur les sites archéologiques. Il est conseillé de s’y déplacer (Nakum et El Naranjo, notamment) en véhicule 4x4 conduit par un chauffeur local. En effet, l’état des pistes rend difficiles les déplacements avec une berline même en pleine saison sèche. Lors de la saison des pluies (de juin à février au minimum), de profondes ornières se forment et les véhicules peuvent s’embourber facilement.

Pour les voyageurs individuels, le moyen à privilégier pour se rendre sur les sites archéologiques du Río de la Pasión et du lac Petexbatún (El Ceibal, Aguateca), est par voie fluviale depuis la petite ville de Sayaxché. Il est recommandé de s’assurer les services d’une agence spécialisée.

Des incidents (vols avec arme blanche) ont été signalés sur le site de Semuc Champey (à proximité de Cobán, département de l’Alta Verapaz, dans le centre du pays).

Recommandations générales

Il est recommandé de :
• Ne pas transporter tous ses papiers et son argent dans un seul sac et sortir avec le strict minimum ; conserver en lieu sûr (dans le coffre de votre chambre d’hôtel par exemple) de l’argent voire votre passeport (ne circuler qu’avec une photocopie si vous restez dans le périmètre de l’hôtel).
• Éviter de sortir des axes routiers importants et de conduire de nuit.
• Limiter les déplacements à pied, seul dans les endroits isolés (ville ou campagne).
• Signaler les déplacements et les itinéraires à des proches.
• Confier l’organisation de son séjour touristique à une agence de voyages professionnelle reconnue.
• Privilégier les visites de sites touristiques en groupe.
• Ne pas pratiquer le camping sauvage.

En cas d’agression, il est recommandé :
• D’avoir toujours des espèces sur soi, dans une poche facile d’accès, afin de pouvoir le donner rapidement.
• De n’opposer aucune résistance et de ne pas négocier.
• De quitter les lieux de l’agression le plus rapidement possible et se mettre en sécurité (hôtel, commerce).
• D’appeler systématiquement PROATUR et signaler l’agression à l’ambassade.
• De porter plainte auprès des autorités locales.

Activités sportives à risque

Baignade

Sur la côte Pacifique (Monterrico), les risques de noyade sont importants en raison de la force des rouleaux et des courants entraînant les nageurs vers le large.

Navigation

Des accidents mortels survenus à bord d’embarcations naviguant sur les voies navigables (lac Atitlán ; fleuves Pasión et Río Dulce) ont été recensés. Il est recommandé d’exiger de la compagnie de navigation d’être équipé d’un gilet de sauvetage.

Ascension de volcans

En dehors des périodes d’activité volcanique, il est conseillé de procéder à l’ascension des volcans en matinée et de s’informer au préalable des conditions météorologiques. Il est également conseillé de privilégier des excursions en groupe avec un guide local. L’ascension des volcans exige d’être en bonne forme physique et de s’équiper de vêtements chauds (récents décès par hypothermie). Une escorte de la police touristique est conseillée dans les lieux isolés.

Site (en espagnol et en anglais) utile pour la visite du Guatemala : http://visitguatemala.com/.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Les ressortissants français doivent être en possession d’un passeport (ordinaire, de service ou diplomatique) en cours de validité.

Aucun visa d’entrée n’est requis pour des séjours inférieurs à trois mois.

Pour un séjour supérieur à trois mois, un visa de long séjour doit être demandé à l’ambassade du Guatemala à Paris ou dans votre pays de résidence. Une autorisation de résider doit ensuite être sollicitée auprès des autorités guatémaltèques d’immigration (direction générale des migrations). Ces formalités peuvent être longues (plusieurs mois).

Pour de plus amples informations sur les conditions d’entrée et de séjour au Guatemala, contacter l’ambassade du Guatemala en France ou la direction du ministère de l’Intérieur du Guatemala en charge des autorisations de séjour (tél. : +502 2411 2411).

Règlementation douanière

Il est obligatoire de déclarer à l’entrée au Guatemala toute somme supérieure à 10 000 USD.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre les rappels de vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Il est indispensable de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (dont chirurgie et hospitalisation) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Les hôpitaux publics sont défaillants. Il existe dans la capitale de bonnes cliniques privées qui ne prendront toutefois un patient en charge, même en cas d’urgence vitale, que si elles ont la garantie préalable d’être payées. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place. Il est recommandé de garder sur soi en permanence un justificatif d’assurance.

• Recommandations pour votre santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos Pratiques.

Médecins, hôpitaux et autres instances sanitaires :

Médecin référent : Docteur Manuel CACERES- tel : 5203 0525
Service d’urgence privé 24h/24h : Asistencia médica : 5203-0525 ou 2385-3584
Hospital Herrera Llerandi- 6a Avenida 8-71 -zona 10-Guatemala -Tél : 2334-5955/2334 59 59/2331 5192
Hospital Nuestra Señora del Pilar- 3a Calle 10-71 zona 15- Guatemala- Tél : 2420-0000/2279-5000

Vaccinations

  • La vaccination contre la fièvre jaune est exigée à l’entrée du pays pour les voyageurs en provenance de pays où elle est endémique.
  • Aucune autre vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées ; assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais aussi liées à toutes les zones géographiques visitées.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant rubéole, oreillons et rougeole chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • En fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde, la méningite et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
Risques sanitaires

• Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

Le paludisme peut être présent au Guatemala dans les zones d’altitude inférieure à 1.500 mètres Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. ci-après).

Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France pour une durée variable selon le produit utilisé.

Durant votre séjour, et pendant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Dengue

La dengue est présente presque toute l’année. Les départements les plus touchés sont ceux d’Escuintla, Jutiapa, Zacapa et Chiquimula. Des alertes sont émises par le ministère de la Santé guatémaltèque en cas de fortes épidémies.

La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre l’infection de la dengue, mais un vaccin est en cours de développement. En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique : prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. En cas de symptômes, et une fois la consultation d’urgence effectuée, il est fortement conseillé de se diriger vers les structures médicales de la capitale, afin de recevoir le suivi approprié.

La prévention individuelle repose sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après).

Chikungunya

La transmission du chikungunya est possible. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Plus d’informations : http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/maladies-moustiques/chikungunya/index.asp.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

Zika

Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes Aegypti. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés.

Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées) et sont analogues à ceux observés au cours d’autres infections virales telles que la dengue. Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques tels que des syndromes de Guillain Barré est attestée.

Il est recommandé à tous de :
• Respecter les mesures habituelles de prévention des piqûres de moustique (cf. ci-dessus), ceci tant la nuit que le jour.
• Consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur voyage, et à défaut de consulter un médecin avant le départ et de respecter les mesures de prévention des piqûres de moustique, d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage, et d’éviter tout rapport sexuel non protégé avec une personne ayant pu être infectée par le virus Zika. Il convient -au retour de voyage- de consulter un médecin spécialiste en cas de signes cliniques évocateurs.

En savoir plus :
1/ Dossier d’informations sur la maladie à virus Zika (site du ministère en charge de la Santé)
2/ Dossier d’informations sur la maladie à virus Zika (site de l’institut Pasteur)
3/ Recommandations pour la prévention des piqures de moustiques

Rage

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par la salive ou une morsure d’un animal atteint du virus (chien, renard, chauve-souris, …). La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable.
Pour plus d’informations : http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/rage

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Recommandations médicales après une éruption volcanique

Les cendres volcaniques, composées de très petits fragments de roche, de minéraux et de verre, se forment lorsqu’il y a éruption volcanique. Des particules microscopiques de cendres peuvent pénétrer profondément dans les poumons et provoquer des problèmes respiratoires, notamment quand la quantité de cendres inhalées est importante.

L’exposition à des cendres volcaniques peut causer des irritations des yeux, du nez et de la gorge.

Les personnes les plus à risque sont les enfants, les personnes âgées et les personnes ayant des antécédents de problèmes cardiaques et respiratoires. Elles peuvent présenter notamment des problèmes respiratoires mineurs, des décompensations de maladies cardiaques ou pulmonaires préexistantes et des décès prématurés.

Il est recommandé de :

  • Eviter de respirer ces cendres, dans la mesure du possible et porter un masque filtrant en cas d’exposition
  • Protéger particulièrement les enfants, les personnes âgées et les personnes ayant des antécédents de maladies cardiaques et respiratoires
  • Garder les fenêtres et les portes fermées, et rester à l’intérieur, autant que possible
  • Eviter les activités extérieures intensives comme le jogging, le cyclisme ou les gros travaux
  • Se tenir informé des conditions météorologiques et de la qualité de l’air à la radio, à la télévision et sur les journaux
  • Consulter votre médecin si vous éprouvez tout symptôme qui pourrait être lié à une exposition à des cendres volcaniques.
Quelques règles simples
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux roues, siège auto pour les enfants).

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits.
  • Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine).
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
  • Éviter absolument les cantines ambulantes servant jus de fruits et repas préparés.
  • Éviter de consommer crustacés, coquillages, mollusques et poissons dans des lieux ne présentant pas toutes les conditions d’hygiène.
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant).
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Pour de plus amples renseignements, consulter les sites Internet suivants :

Infos utiles

Transport

Le permis de conduire français, traduit en espagnol, ou le permis international sont reconnus par les autorités locales.

En cas de location d’un véhicule, il est conseillé de privilégier les agences de location reconnues (qui disposent d’une franchise internationale) et de vérifier soigneusement les conditions d’assurance. La location d’un véhicule avec chauffeur est conseillée.

L’assurance des véhicules au tiers n’est pas obligatoire et de nombreux conducteurs ne sont pas assurés. Il est recommandé de prendre une assurance.

Législation locale

Stupéfiants

Au Guatemala, la consommation ponctuelle de drogue, sans détention y compris pour le cannabis, est puni pénalement.

Antiquités

Il est interdit de sortir du Guatemala tout objet antérieur à 1820, qu’il s’agisse d’antiquités précolombiennes ou coloniales.

Photographies

Il convient de solliciter systématiquement l’autorisation de photographier ou de filmer, notamment s’agissant de prise de vue d’enfants vivant dans les régions isolées. Il y a en effet un risque de suspicion de tentative de rapt ou de trafic d’organes.

Voyages d’affaires

Visas d’affaires

Pour un séjour de moins de 90 jours (3 mois), aucun visa n’est requis par les autorités guatémaltèques.

Le visa d’affaires pour une période de 180 jours (6 mois) est émis par le consulat du Guatemala à Paris.

Ce type de visa peut être renouvelé une seule fois pour la même durée.

Pour obtenir un visa d’affaires, l’intéressé doit présenter les documents suivants :
• Formulaire de demande de visa fourni par le consulat du Guatemala à Paris
• Photo récente
• Passeport original
• Photocopie certifiée du passeport
• Lettre originale de l’entreprise qui envoie le demandeur en mission, décrivant l’objet de la mission à réaliser et les modalités de prise en charge des frais de déplacement et de séjour
• Lettre originale de l’entreprise basée au Guatemala indiquant l’objet de la mission (conseil, formation, etc.)
• Photocopie certifiée de l’attestation du responsable juridique de l’entreprise au Guatemala
• Photocopie certifiée de l’attestation du responsable juridique de l’entreprise française
• Photocopie certifiée de la pièce d’identité du responsable juridique s’il est guatémaltèque ou photocopie certifiée du passeport s’il est étranger
• Photocopie certifiée du/des brevets déposé(s) par l’entreprise
• Photocopie certifiée de l’enregistrement de l’entreprise auprès du Registre du commerce et des sociétés.

Il est hautement recommandé aux voyageurs d’affaires de privilégier les séjours dans les hôtels de la ville situés principalement en zone 10 : Hyatt Centric, Intercontinental, Camino Real, Barceló (zone 9), Marriott, Radisson, Holiday Inn, etc..).

Pour les déplacements, il est recommandé d’utiliser les taxis de l’hôtel, les taxis (tel : 1766) et le réseau VTC.

Les déplacements d’affaires en dehors de la capitale se font généralement en taxis, mini bus, bus (exclusivement ceux recommandés par des agences) ou avion (pour se rendre dans les villes éloignées). Consulter au préalable les sites internet et les conciergeries des hôtels, une fois sur place.

Données économiques

La Direction des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques Guatémala.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique de Guatémala - GUATEMALA
11 Calle 0-69 - Zona 14 - 01014 - Guatémala, C.A.
Tél. : +502 23 37 48 51 / +502 23 37 48 53
Télécopie : +502 23 68 16 16
Courriel : guatemala chez dgtresor.gouv.fr

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section CCEF Amérique Centrale : Patrice BLOIS – (+504) 9990-0912 (société Conrep).

Annuaire pour le Guatémala.

  • AEC

Le Guatémala est membre de l’Association des États de la Caraïbe (AEC), dont le site Internet est consultable à l’adresse : http://www.acs-aec.org/.

La page du Guatémala est consultable à l’adresse : http://www.acs-aec.org/index.php?q=fr/membres/guatemala.

  • FMI

Bureau du représentant régional du FMI en Amérique centrale, au Panama et en République dominicaine.

Le Guatémala et le FMI.

PLAN DU SITE