Gabon

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (01/09/2021)

Du fait de la circulation du virus de COVID-19 et de ses variants qui demeure active (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), toute entrée en France et toute sortie de notre territoire est encadrée. Dès lors, il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs pour d’une part, vérifier si le déplacement à destination ou en provenance du pays envisagé est soumis au régime des motifs impérieux, d’autre part, respecter les mesures sanitaires mises en place à l’entrée sur le territoire français.

Au Gabon, les vols internationaux sont limités à deux rotations par semaine et par compagnie.

Les voyageurs à destination du Gabon sont tenus :

  • de présenter la preuve d’un résultat négatif à un test RT-PCR de la Covid-19 effectué trois jours au plus avant la date de l’embarquement dans le pays d’origine auprès d’un centre agréé par les autorités sanitaires de ce pays, et ce pour tout passager à partir de l’âge de six ans ;
  • de présenter un « formulaire covid-19 » renseigné et imprimé, disponible sur le site internet de l’aéroport de Libreville ;
  • de se soumettre à un test RT-PCR de la Covid-19 dès leur arrivée au Gabon. Ce test est payant, 20 000 FCFA (soit environ 30 euros) ;
  • d’effectuer une quarantaine de vingt-quatre heures dans un établissement hôtelier dans l’attente du résultat de leur test. Les personnes vaccinées sont exemptées de la quarantaine.

Les enfants de moins de 16 ans peuvent entrer au Gabon sans visa, à condition d’être accompagnés d’un parent ou tuteur détenteur d’un visa.

Les autorités gabonaises ne délivrant plus de visas aux ressortissants européens de passage, il est recommandé de reporter les voyages au Gabon jusqu’à nouvel ordre.

Pendant le séjour au Gabon, sont applicables :
  • un couvre-feu dans l’ensemble du pays, de 21 heures à 5 heures du matin ;
  • pour les déplacements entre le grand Libreville et l’intérieur du pays, les voyageurs devront être en possession d’un laissez-passer délivré par le ministère de l’Intérieur et d’un test RT-PCR négatif datant de cinq jours au plus ;
  • les personnes vaccinées ne sont pas soumises au couvre-feu et aux dispositions ci-dessus pour les déplacements entre le Grand Libreville et l’intérieur du pays. Lors des contrôles, elles doivent présenter une preuve de leur vaccination et une pièce d’identité ;
  • l’obligation du port du masque dans les transports et les lieux publics sous peine de paiement d’une amende entre 25 000 FCFA et 200 000 FCFA ;
  • le seuil de rassemblement est fixé à 30 personnes sous peine de paiement d’une amende entre 100 000 FCFA et 5 000 000 FCFA ;
  • les bars et restaurants sont ouverts jusqu’à 20 heures 30. Ils sont accessibles aux personnes vaccinées et aux personnes présentant un test RT-PCR négatif datant de 14 jours au plus.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Recrudescence des actes de piraterie (10/05/2021)

Depuis décembre 2019, plusieurs attaques de piraterie ont eu lieu dans les eaux territoriales gabonaises, aux environs de Libreville. En janvier et février 2021, une recrudescence des actes de piraterie avec enlèvement d’otages depuis le Nigeria a été enregistrée dans le sud du Golfe de Guinée jusqu’au large de Port-Gentil. La navigation de plaisance y est par conséquent fortement déconseillée.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Délinquance et criminalité

Le niveau de délinquance et de criminalité est faible jusqu’à présent au Gabon. Il convient toutefois d’être vigilant en toutes circonstances, en particulier dans certaines zones (cf. rubrique zones de vigilance) et d’éviter d’avoir sur soi d’importantes sommes d’argent.

Des cambriolages sont perpétrés dans le courant de la nuit par des bandes armées, qui déjouent ou neutralisent les dispositifs de surveillance et peuvent recourir à la violence. Il est conseillé de ne pas opposer de résistance aux cambrioleurs.

À l’hôtel, il est recommandé de s’enfermer à clef dans sa chambre et de n’ouvrir qu’au personnel de l’établissement, après vérification de son identité auprès de la réception, et aux personnes connues.

Toute agression doit être signalée à la police et au consulat de France le plus proche : Libreville, Port-Gentil et Franceville (consul honoraire).

Cybercriminalité

Le nombre d’escroqueries bancaires est en hausse. L’identité des titulaires du compte est usurpée et un ordre de virement falsifié est envoyé à leur banque en utilisant des informations inscrites sur le relevé de compte bancaire. Il est conseillé de prendre contact avec les banques, afin de vérifier les dispositifs de sécurité concernant les ordres de virement envoyés depuis l’étranger.

Rites initiatiques / consommation d’iboga

La participation à des stages "d’initiation" à des rites locaux, comportant notamment la consommation d’iboga, est vivement déconseillée. Des incidents, parfois mortels, ont été signalés suite à la consommation de cette substance. Au titre de la réglementation française, cette plante ainsi que ses dérivés sont classés dans la catégorie des stupéfiants.

Risques routiers

Sur les routes et les pistes, le comportement imprévisible de nombreux conducteurs est un facteur de risques permanent qui nécessite une attention de tous les instants. La circulation de nuit est particulièrement dangereuse et donc déconseillée (véhicules mal éclairés, animaux sur la route…). Certaines compagnies de transports collectifs ont une mauvaise réputation en raison des nombreux accidents routiers dans lesquels elles ont été impliquées. Il est recommandé de se renseigner sur la compagnie avant d’effectuer un trajet.

Manifestations

Il convient de se tenir éloigné de toute manifestation ou rassemblement publics qui peuvent parfois s’accompagner de violences.

Piraterie maritime

Les risques liés à la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée sont élevés. La navigation de plaisance y est fortement déconseillée. Pour en savoir plus, consulter la fiche Piraterie maritime.

Zones de vigilance

L’intégralité du pays est en vigilance renforcée.

Il convient d’exercer une vigilance accrue sur les plages et zones touristiques, en particulier :

  • À Libreville, le long des plages (en dehors des sites les plus fréquentés que sont Tahiti, plages des Hôtels, Cap Esterias, Pointe Denis) et dans certains quartiers de la capitale (Petit Louis, Mont Bouet, gare routière, plaine de Rio, London, Lalala, Oloumi, Nkembo, Awendje, quartier « derrière la prison ») ;
  • Dans la Province de l’Ogooué-maritime, sur les plages entre la Pointe Chapuy et le Cap Lopez, et en bordure des trois rivières.

Recommandations générales

De manière générale, il est recommandé de :

  • Ne pas montrer de signe ostentatoire de richesse, éviter de transporter des sommes d’argent importantes, laisser les objets de valeurs en lieu sûr (ex : les coffres des hôtels).
  • Laisser les documents d’identité et de voyage dans des lieux sécurisés et se munir de photocopies.
  • Éviter de circuler de nuit.
  • Ne pas prendre de photographies sans autorisation préalable.
  • Ne pas laisser d’objets de valeur dans son véhicule et verrouiller les portières en conduisant.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Comme indiqué dans la rubrique dernière minute, dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, les autorités gabonaises ont suspendu la délivrance de visas aux ressortissants européens de passage. Il est par conséquent recommandé de reporter les voyages au Gabon jusqu’à nouvel ordre.

Visas

L’entrée sur le territoire gabonais est soumise à une obligation de visa.

Il est indispensable de se munir de son carnet de vaccinations portant mention du vaccin contre la fièvre jaune. Les autorités sont susceptibles d’effectuer des contrôles à l’entrée dans le pays.

Plusieurs options sont possibles :

  • l’obtention d‘un visa au titre du régime spécial dérogatoire accordé aux ressortissants des pays du G20, dont la France ;
  • l’obtention d’un visa en France (prendre l’attache du consulat général du Gabon en France) ;
  • l’obtention d’un visa électronique avant le séjour au Gabon (entrée par voie aérienne à l’aéroport International Léon Mba de Libreville) ;
  • la délivrance sur place d’un visa après obtention d’une autorisation d’entrée.

Pour le cas particulier des voyageurs d’affaires, voir l’onglet « Voyages d’affaires ».

1) Obtention d’un visa au titre du régime spécial dérogatoire selon les modalités suivantes :
  • Se munir d’un passeport en cours de validité d’au moins six (6) mois ;
  • Avoir un carnet de vaccination internationales à jour sur les vaccins exigés ;
  • Remplir un formulaire de la police de l’air et des frontières (PAF) de « demande d’admission sur le territoire national », à l’arrivée à l’aéroport international Léon Mba.
  • Régler quarante-cinq mille (45 000) Francs CFA soit soixante-dix (70) euros de frais administratifs de visa d’entrée.
2) Délivrance d’un e-visa avant le séjour au Gabon (à privilégier pour les demandes de visas à entrées multiples) :

Les autorités gabonaises ont mis en place une procédure de visa électronique (e-visa). Ce dispositif s’adresse aux voyageurs désirant se rendre au Gabon par voie aérienne, à partir de l’entrée unique de l’aéroport international Léon Mba de Libreville.

Le formulaire de demande de visa est à compléter en ligne : https://evisa.dgdi.ga/. Deux éléments doivent être transmis simultanément par voie dématérialisée via cette plateforme :

  • la copie de la page de données du passeport dont la validité est d’au moins six mois ;
  • une photographie couleur datant de moins de 6 mois, de taille 35x45 millimètres et qui ne présente ni surexposition, ni sous-exposition. Elle doit être correctement contrastée, sans ombre portée sur le visage ou en arrière-plan.

Ce e-visa est accordé pour les durées de séjour suivantes :

  • d’1 à 3 mois, à entrée unique ; son coût est de 45 000 Francs CFA ou 70 euros + frais de traitement de dossier de 10 000 Francs CFA ou 15 euros.
  • de six (6) mois, à entrées multiples ; son coût est de 120 000 Francs CFA soit 185 euros + frais de traitement de dossier de 10 000 Francs CFA ou 15 euros.

Les paiements sont effectués en espèces uniquement à l’arrivée à l’aéroport international Léon Mba de Libreville lors de la remise de la vignette e-visa.

Le délai moyen de traitement de la demande est de 72 heures à partir de la réception de la demande. Une demande ne pourra pas être traitée dans un délai inférieur. Avant d’entreprendre tout déplacement, il convient de s’assurer de l’achèvement complet de la procédure d’e-visa, pour éviter tout risque de refoulement à l’arrivée à l’aéroport.

3) Obtention d’un visa délivré en France :

Il doit être sollicité auprès des représentations diplomatiques et consulaires gabonaises.

Le consulat général du Gabon à Paris exige la comparution personnelle des demandeurs de visa. La liste des pièces à fournir est communiquée par le consulat. Seuls les documents originaux sont acceptés. Ceux-ci peuvent être exigés à l’arrivée au Gabon par les agents de la police de l’air et des frontières. Les personnes qui se présentent à l’aéroport de Libreville sans ces documents (originaux ou copies) peuvent être refoulées vers la France.

Il est à noter qu’un visa délivré en France ne donne pas droit d’entrée automatique dans la mesure où la police aux frontières gabonaise peut effectuer un contrôle et décider de refouler une personne pour absence de documentation appropriée.

Pour de plus amples informations, il convient de prendre l’attache du consulat général du Gabon à Paris.

4) Délivrance d’un visa à l’arrivée après obtention préalable d’une autorisation d’entrée :

Pour obtenir une autorisation d’entrée, y compris dans le cadre d’une visite familiale, la demande doit être effectuée par l’hôte au Gabon auprès de la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI) à Libreville. Le visiteur doit présenter une copie de l’autorisation d’entrée à l’embarquement, au départ d’un aéroport français. Elle est ensuite échangée, à l’arrivée au Gabon, contre un visa. Il est recommandé, pour les autorisations d’entrée, que les répondants locaux (familles ou entreprises) soient présents à l’aéroport, lors de l’arrivée des personnes attendues, munis des documents originaux du dossier.

Lors du passage à la frontière par air, mer, ou voie terrestre, il convient de présenter, en plus de la copie de la demande d’autorisation d’entrée :

  • un passeport en cours de validité ;
  • un titre de transport aller-retour ou circulaire nominatif ;
  • un carnet de vaccination (fièvre jaune obligatoire) ;
  • de se munir de 45 000 Francs CFA (également payable en euros : 70 €), correspondant aux frais d’établissement de l’autorisation d’entrée et de délivrance du visa. Cette procédure s’applique aux ressortissants français, qu’ils soient touristes, voyageurs d’affaires ou simples visiteurs.
Voyages d’affaires au Gabon

Pour tout séjour inférieur à trois mois, les voyageurs d’affaires sont dispensés d’autorisation dans le cas où une agence de voyage agréée au Gabon a organisé le séjour. Cependant, ils doivent justifier leur qualité et/ou énumérer par tout autre moyen écrit les contacts pendant leur séjour.

Pour tout séjour supérieur à trois mois, une autorisation d’entrée à durée indéterminée sera demandée. Un visa obtenu sur place, contrairement à un visa délivré en France, facilite l’obtention d’une carte de séjour et peut être prolongé.

En cas de difficulté, il est recommandé de contacter au plus vite le consulat général de France à Libreville (+241 (0)11 79 20 40).

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation…) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’Ambassade ou les consulats généraux de France sur place.
Les coordonnées de médecins et des hôpitaux sont disponibles sur le site du consulat. En cas d’urgence : Hôpital d’instruction des armées de Libreville, Omar Bongo Ondimba : +241 (0)11 72 02 37 / +241 1 72 02 38 / +241 (0)1 79 36 88 (BP 20404 Libreville PK9). Police Secours : 177.

Recommandations pour la santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Se constituer une pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos pratiques.

Vaccinations

  • La fièvre jaune est endémique et la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire (à pratiquer avant le départ dans un centre agréé).
  • S’assurer d’être à jour dans les vaccinations habituelles mais aussi liées à toutes les zones géographiques visitées.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant rubéole oreillons et rougeole chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • En fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • Il est préférable d’être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Chaque année pendant les saisons des pluies (septembre à décembre – février à juin), les moustiques prolifèrent et le nombre de cas de paludisme (parfois mortels) et de Chikungunya augmente de manière significative. Il est fortement recommandé de prendre les précautions appropriées (voir ci-après).

Paludisme

Cette maladie parasitaire est la première cause de mortalité en Afrique subsaharienne. On relève régulièrement des décès de ressortissants français au Gabon en raison du paludisme. À ce jour, il n’existe pas de vaccin contre le paludisme. Une attention particulière doit être portée à la prévention et au traitement précoce de cette maladie en cas de manifestations cliniques.

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Une des formes sévères de la maladie est le neuropaludisme (atteinte cérébrale et du système nerveux central) qui se manifeste généralement par une forte fièvre, des troubles de la conscience, des convulsions ou un coma et peut mener au décès si le traitement adapté n’est pas instauré en urgence.

Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. ci-après).

Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Durant son séjour, et durant les deux mois qui suivent le retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Dengue

Ce virus circule de façon sporadique dans le pays et est susceptible de provoquer des flambées épidémiques, notamment lors des saisons des pluies pendant lesquelles les moustiques, vecteurs de cette maladie, prolifèrent. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre l’infection de la dengue, mais un vaccin est en cours de développement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après).

Chikungunya

Une augmentation des cas de contamination a été observée au Gabon, en particulier dans les provinces de l’Ogooué-lolo, la Ngounié et le Haut Ogooué. La transmission du chikungunya s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Cette maladie se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). Le traitement est alors symptomatique. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif ni vaccin. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après).

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés (PDF - 62,8 Ko) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Autres maladies

Fièvre Typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. La prévention repose sur la vaccination qui est recommandée et sur les précautions liées à l’hygiène alimentaire.

Infection par le virus HIV – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Mesures d’hygiène alimentaire

Se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas et le passage aux toilettes ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  • Peler les fruits ou légumes ou bien les laver (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Quelques règles simples

  • Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire).
  • Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux roues).
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Infos utiles

Transport

Infrastructure routière

La conduite sur piste, avec ou sans chauffeur, est parfois difficile. L’utilisation d’un véhicule 4X4 est fortement conseillée. Avant tout départ, il convient de se renseigner sur l’état des routes. Durant la saison des pluies, il n’est pas rare que certains axes routiers soient impraticables (ponts effondrés, bourbiers, arbres déracinés, etc.).

En cas d’accident de la route, il est recommandé de se rendre au poste de police (ou de gendarmerie) le plus proche afin d’éviter tout incident sur le lieu même.

Permis de conduire

Le permis de conduire français doit être enregistré dans les trois mois suivant l’arrivée au Gabon auprès de la Direction générale des transports terrestres.

Transport ferroviaire

Le Transgabonais, unique réseau ferré au Gabon, relie Libreville à Franceville (648 km). Les trains express, plus rapides, ne s’arrêtent que dans les 7 gares principales. Les trains OMNIBUS desservent les 24 gares sur le trajet.

Transport aérien

Les vols intérieurs ou régionaux sont assurés par des compagnies nationales ou privées de qualité variable.

Certaines compagnies aériennes locales enregistrées au Congo font l’objet d’une interdiction d’exploitation dans l’Union européenne. Pour plus d’informations, consulter cette notice (PDF - 292 Ko) (en anglais).

Il convient de se renseigner sur place avant tout déplacement.

Législation locale

Stupéfiants

L’usage et la détention de produits stupéfiants, y compris les drogues dites « douces », sont passibles de peines de 1 à 6 ans de prison ferme, le trafic intérieur de stupéfiants, de 2 à 10 ans d’emprisonnement, et le trafic international de telles substances, à la réclusion criminelle à perpétuité.

Us et coutumes

Il est conseillé d’éviter de photographier un site ou une personne sans son autorisation. Il peut être utile de demander la permission du chef de village en province. Éviter, de même, de photographier un marché, une foule ou des bâtiments officiels.

Divers

Argent

Il est conseillé de se munir d’euros et d’effectuer le change sur place dans les hôtels ou les banques.

Il est possible d’effectuer des retraits bancaires dans la capitale (grands hôtels – siège des grandes banques). Certains hôtels et grands magasins de la capitale acceptent les paiements par carte bancaire (Visa – Mastercard – American Express).

Voyages d’affaires

Visas d’affaires

Le visa d’affaires peut être délivré par le consulat du Gabon à Paris, ou bien à l’arrivée à l’aéroport de Libreville, sous réserve que la société à l’initiative de la visite ait sollicité, au préalable, l’autorisation d’entrée auprès de la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI).

Le demandeur de visa peut solliciter l’obtention d’une autorisation d’entrée à partir de la plate-forme électronique « e-visa », dont le fonctionnement est assuré par la DGDI. Le délai de traitement est d’environ 72 heures à partir de la réception de la demande. Cette procédure permet d’éviter des démarches souvent compliquées auprès du consulat général du Gabon à Paris.

Il importe, toutefois, qu’à l’arrivée à Libreville, le voyageur d’affaires soit en mesure de présenter l’autorisation d’entrée délivrée par la DGDI à la Police aux frontières (et pas seulement la demande d’autorisation), sous peine de se voir refouler vers son dernier port d’embarquement.

La première demande de visa d’affaires donne lieu à la délivrance d’un visa pour une entrée, limité à la durée réelle du séjour. Par la suite, le voyageur d’affaires qui se rend régulièrement au Gabon pourra bénéficier d’un visa « circulaire », à entrées multiples pour une durée totale de 30 jours sur 6 mois.

Réseaux de communication

La connexion 3G ou 4G est disponible au Gabon (hôtels, aéroports), dès lors que le voyageur est muni d’une clé 3G/4G locale, ou d’un smartphone avec une carte SIM locale. Certaines zones rurales restent non reliées. Avec un mobile français en itinérance (roaming), le taux de couverture (3G ou H+) est très bon dans les grandes villes mais ce type d’utilisation demeure très onéreux. Concernant l’internet haut débit, outre la couverture 4G évoquée ci-dessus, le déploiement important et rapide de la fibre optique dans la capitale principalement permet d’atteindre des débits similaires à ceux proposés en France actuellement.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Gabon.

Contacts utiles

Service économique

Les services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Bureau de Libreville – Gabon
Adresse : 1 rue du Pont Pirah
BP 936 Libreville
Tél. : (00 241) 011.79.70.81 ou 011.79.70.82
Courriel
Site internet

CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Didier Lespinas - +241 (0)11 74 11 84 (société DBLA)

Site internet

AFD

L’Agence française de développement (AFD), est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Agence de Libreville
Boulevard de l’Indépendance - BP 64 Libreville
Tél : +241 (0)11 74 33 74 - +241 (0)11 74 54 45
Fax : +241 (0)11 74 51 25
Courriel
Site internet

CEMAC

Le Gabon est membre de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

BAD

Le Gabon est membre de la Banque africaine de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : https://www.afdb.org/fr.

La page du Gabon est consultable ici.

FMI