Costa Rica

Partager

Aidez-nous à améliorer encore notre service en répondant à notre enquête.


Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Urgence Attentat – Vigilance renforcée pour les ressortissants français à l’étranger

Publié le 28/03/2024

Compte tenu du relèvement, sur l’ensemble du territoire national, de la posture du plan Vigipirate au niveau Urgence attentat, une vigilance renforcée est recommandée à l’ensemble de nos ressortissants résidant ou de passage à l’étranger.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Criminalité – Délinquance

Le Costa Rica connaît une augmentation importante de la criminalité avec un taux d’homicides élevé et une délinquance en développement sur l’ensemble du territoire.

Dans les zones touristiques, y compris les parcs nationaux, les vols sont les délits les plus courants visant les voyageurs étrangers. Toutefois, si la petite délinquance constitue la principale menace pour les touristes au Costa Rica, la criminalité violente, notamment les vols à main armée, les homicides et les agressions sexuelles, est également présente dans le pays. Les agresseurs armés s’en prennent généralement aux victimes pour leurs effets personnels. Si vous êtes confronté à une personne armée, il est recommandé de n’opposer aucune résistance.

Les vols d’effets personnels et de sacs se produisent le plus souvent :

  • sur les plages,
  • dans les bus et aux arrêts de bus,
  • dans les véhicules de location,
  • dans les restaurants.

Il est recommandé d’éviter les sorties nocturnes dans les quartiers isolés et de se déplacer seul.

En cas de danger imminent, il convient de solliciter l’intervention des forces de police par téléphone au 911.

Les vols à l’intérieur des véhicules, ciblant particulièrement les voitures de location, sont également fréquents tant sur la côte pacifique que caraïbe. A bord des bus, il est conseillé de conserver son sac avec soi et de ne pas l’installer dans le compartiment situé au-dessus de son siège.

En cas de perte ou de vol d’un passeport français au Costa Rica, il convient de :

  • se rendre au bureau d’enquête judiciaire (Organismo de Investigacion Judicial - O.I.J.) le plus proche, pour faire établir une déclaration de perte ou de vol. Au Costa Rica, seul l’O.I.J. est habilité à établir ces déclarations ;
  • consulter le site internet de l’ambassade de France à San José, rubrique « Services aux Français » pour obtenir les renseignements nécessaires en vue de l’établissement d’un laissez-passer ou un passeport d’urgence, selon le cas ;
    Attention : en cas de vol d’un passeport biométrique, et en cas de voyage/transit par les Etats-Unis, il est nécessaire d’obtenir un visa auprès de l’ambassade américaine, en plus du passeport d’urgence délivré par l’ambassade de France.

Des agressions à caractère sexuel sur des personnes voyageant seules sont occasionnellement rapportées. Il est recommandé de conserver en toute circonstance la plus grande vigilance (particulièrement en présence d’inconnus et dans les bars de nuit) et de privilégier les déplacements en groupe. En cas d’agression, il convient de contacter immédiatement le 911. En effet, les autorités costariciennes disposent d’un protocole médical qui doit être mis en place sous 72 heures. En outre, il existe des organismes et mécanismes locaux d’aide aux victimes. Pour plus d’informations sur les numéros utiles à contacter, consulter le document ci-dessous.

Risques naturels

Inondations et glissements de terrain

Pendant la saison des pluies, de mai à fin novembre, les orages sont fréquents, subits et parfois violents. Les risques d’inondation et de glissements de terrain sont alors importants et les axes routiers peuvent être coupés. Les crues des rivières peuvent être spectaculaires et l’évacuation de la population peut être ordonnée par les autorités locales.

Il est recommandé aux voyageurs de s’informer sur place des conditions météorologiques des régions visitées, ainsi que de l’état du réseau routier.

Pour plus d’informations (en espagnol) :

Risque volcanique

Les volcans du pays font l’objet d’une surveillance étroite et constante de la part des autorités locales.

Les flux de visiteurs autour des sites volcaniques sont contrôlés et des informations mises à jour régulièrement sont publiées sur le site de l’organisme de protection des aires protégées Sistema nacional de areas de conservacion - SINAC (site en anglais et en espagnol). Il est indispensable de réserver à l’avance l’entrée dans ces parcs.

Le volcan Turrialba, situé à 35 kilomètres à l’est de San José, connaît un regain d’activité depuis 2017, qui se traduit par des éruptions fréquentes. En janvier 2018, son éruption a perturbé le fonctionnement de l’aéroport international Juan Santamaria de San José à plusieurs reprises, entraînant sa fermeture temporaire à l’occasion d’émissions importantes de cendres et de retombées sur San José. Cette fermeture est susceptible de se reproduire.

Le volcan Poas, situé à 30 kilomètres au nord de San José, est très actif depuis mars 2017 (émissions de gaz et de cendres volcaniques toxiques).

Le volcan Irazu, à 30 kilomètres à l’est de San José, ne présente pas d’éruption.

Le volcan Rincon de la Vieja connaît depuis plusieurs années plusieurs éruptions par mois. Ces dernières provoquent, sur son flanc nord, des coulées de boue dangereuses qui ont conduit à la fermeture partielle du parc national par les autorités.

Les consignes de sécurité mises en place par les autorités aux alentours des volcans doivent impérativement être respectées.

Pour toute information complémentaire, consulter la Commission nationale des urgences (CNE : +506 2220 2020 voir supra) ou le site (en espagnol) de l’Observatoire volcanologique et sismologique du Costa Rica (OVSICORI - +506 2261 0781).

Risque sismique

Le Costa Rica est situé dans une région de forte activité sismique où les tremblements de terre, généralement d’amplitude limitée, sont courants. Les péninsules de Nicoya au nord, et d’Osa au sud, sont particulièrement exposées à ce risque.

Consulter la fiche Risques naturels.

Dans tous les cas, conserver son calme, suivre les instructions données par les autorités locales et attendre les secours, si nécessaire.

Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires.

Si un tremblement de terre se produisait lors d’un séjour, il est recommandé de prendre immédiatement contact avec sa famille ou ses proches afin de les rassurer ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’étranger, avec l’ambassade de France au Costa Rica.

Risque routier

Le Costa Rica a un taux d’accidents de la route très élevé. Il est conseillé de conduire avec prudence en raison de l’état des routes, de l’absence de signalisation, de la configuration sinueuse des routes marquées par de fréquents rétrécissements, de l’irrespect possible du code de la route et du comportement imprévisible de certains conducteurs.

Il convient également de circuler prudemment à moto et à vélo.
Le trafic peut être dense, en raison notamment de la présence de très nombreux poids lourds et autobus.

Il convient de faire preuve d’une vigilance renforcée la nuit car l’éclairage public peut être défaillant et de nombreux automobilistes ou cyclistes circulent sans phares.

Il est recommandé d’être attentif en cas de crevaison. Si une personne propose son aide pour changer une roue, il convient de rester vigilant car un complice peut en profiter pour voler les sacs et effets personnels se trouvant dans le véhicule.

En cas d’accident, il convient de contacter la police routière (policia de transito : 911) et l’assureur (le plus souvent au Costa Rica : Instituto Nacional de Seguros - I.N.S. : 800 800 8000).

La législation locale exige que les véhicules ne soient pas déplacés sur le bord de la route, jusqu’à l’arrivée de la police routière et de l’assureur qui feront le rapport de l’accident.

Zones de vigilance

Le Costa Rica figure en vigilance renforcée sur la carte sécuritaire (en jaune).

Illust:266.4 ko, 680x690
Dernière actualisation le 3/06/2013, toujours en vigueur le 18/04/2024

Recommandations générales

Afin de profiter en toute sécurité de son séjour, certaines règles de bon sens doivent être respectées :

  • en cas d’agression, dans la mesure du possible, il est conseillé de n’opposer aucune résistance ;
  • ne pas se promener la nuit seul, dans la rue, dans les parcs publics, les endroits isolés ou sur les plages ;
  • en toute circonstance, ne laisser aucun document, ni effets personnels sans surveillance : à la plage, dans un bus, dans un restaurant ou un bar, dans un véhicule, à un arrêt de bus ;
  • ne pas ranger les passeports, les cartes bancaires ou de l’argent liquide dans des sacs à dos ou des sacs à main, mais de préférence les dissimuler sous les vêtements ;
  • ne pas porter d’objets de valeur sur soi (montre, bijoux, etc.), ni des sommes d’argent importantes ;
  • ne pas ranger tous ses objets de valeur/documents au même endroit (les répartir entre les bagages et/ou les différents voyageurs) ;
  • les vols de passeports étant fréquents, déposer les documents au coffre de l’hôtel et ne garder sur soi qu’une copie du passeport (ou une photo prise avec un téléphone portable), y compris la page sur laquelle se trouve le tampon d’entrée au Costa Rica ;
  • utiliser de préférence les transports en commun réguliers, les taxis officiels (de couleur rouge, comportant un grand triangle jaune sur les portières avant et une enseigne lumineuse sur le toit indiquant le nom et le numéro de la compagnie de taxis), ou les chauffeurs privés travaillant pour des plateformes de réservation connues.

La souscription d’une assurance de voyage couvrant toute la durée du séjour est fortement recommandée.

Activités sportives à risque

Baignade

Peu de plages du pays sont surveillées, alors que des courants dangereux sont signalés tout au long des côtes.

Les noyades sont fréquentes au Costa Rica. Il convient donc d’être extrêmement vigilant et d’éviter de se baigner seul.

Excursions

En cas d’excursions dans les forêts tropicales ou autour des volcans, il est recommandé d’être accompagné par un guide connaissant bien les lieux et de prévoir un bon équipement. Il est conseillé de rester sur les sentiers et de respecter les mises en garde ainsi que les signalisations.

Le site internet de l’Institut Costaricien du Tourisme (ICT) publie la liste des guides touristiques agréés.

Pour les pratiques d’activités de loisirs à risque (descente en eau vive, plongée, saut à l’élastique, tyrolienne, parapente etc.), il est particulièrement recommandé de sélectionner des organismes enregistrés auprès de l’Institut Costaricien du Tourisme (ICT).

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Passeport - visa

Les ressortissants français n’ont pas besoin de visa pour un séjour inférieur à 180 jours. Ils doivent cependant présenter un passeport en bon état, avec une validité minimale d’un jour au-delà de la date prévue de sortie du Costa Rica. Toutefois, certains pays, par lesquels les voyageurs pourraient transiter, exigent une validité du passeport d’au moins 6 mois après la date de retour prévue.

A leur entrée sur le territoire costaricien, les voyageurs de nationalité française doivent disposer :

  • d’un billet retour ou d’un billet vers une autre destination,
  • de la preuve d’un hébergement sur place pour la durée du séjour,
  • et des ressources financières suffisantes pour la durée de leur séjour

Les voyageurs souhaitant séjourner plus de 180 jours au Costa Rica doivent solliciter une autorisation de séjour auprès de l’ambassade du Costa Rica à Paris ou auprès des services d’immigration du Costa Rica. Pour plus d’informations, consulter le site de la « Direccion general de migracion y extranjeria » (en espagnol et en anglais).

Le titulaire d’une carte de séjour française, relevant d’une nationalité soumise à visa de court séjour pour entrer au Costa Rica, est dispensé de visa sur présentation de la carte de séjour en cours de validité et de sa traduction en espagnol.

Mesures liées à la Covid-19

Il n’y a plus actuellement de mesures sanitaires obligatoires au Costa Rica liées à l’épidémie de Covid-19. Néanmoins, des mesures pourraient être reprises en fonction de l’évolution de l’épidémie.

Pour toute précision complémentaire actualisée, il convient de consulter le site en espagnol du ministère costaricien de la santé.

En cas de manifestation de symptômes d’infection respiratoire aigus pendant le séjour au Costa Rica, il convient d’appeler de toute urgence le 911.

Permis de sortie du territoire costaricien pour mineurs

Les enfants nés au Costa Rica ou ayant une résidence officielle dans le pays, au moment de quitter le territoire costaricien, même s’ils voyagent avec un passeport français et avec leurs parents, doivent disposer d’une autorisation de sortie du territoire délivrée à San José par la « Dirección General de Migración y Extranjeria ». Le consentement de chaque parent est nécessaire.

Entrée par voie terrestre

Les voyageurs qui arrivent par voie terrestre doivent impérativement veiller à l’apposition sur leur passeport de deux cachets : le cachet de sortie du pays de provenance et le cachet d’entrée au Costa Rica. En l’absence de ces cachets, le voyageur est réputé être entré illégalement sur le territoire et devra retourner au poste frontière d’entrée afin de régulariser sa situation. Il risque même une incarcération avant expulsion du pays.

Les voyageurs souhaitant entrer sur le territoire costaricien à bord un véhicule personnel ou de location doivent, au préalable, accomplir les formalités relatives à l’importation temporaire d’un véhicule.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Ces indications ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Avant le départ

Assurance / frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Le Costa Rica dispose d’un bon réseau d’établissements hospitaliers qu’ils relèvent du secteur public ou du secteur privé.

Au sein des établissements privés, le coût des soins peut être très élevé et le versement d’un dépôt de garantie au moment de l’admission est obligatoire. Par ailleurs, hors les traitements d’urgence, les soins sont payants même dans le réseau des établissements de la sécurité sociale costaricienne.

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place.

Il est vivement recommandé aux personnes souffrant d’un problème de santé ou prenant un traitement médical de voyager munies d’une ordonnance et de sa traduction en espagnol (en cas d’hospitalisation ou de perte des médicaments, par exemple). La quantité de médicaments transportée doit correspondre à la durée du séjour envisagée.

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations.

Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons).

Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, ainsi que la vaccination rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse (BCG) est également souhaitable.
  • Les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • Un certificat de vaccination antiamarile n’est exigé que pour les voyageurs ayant séjourné (et non transité) dans un pays où sévit un risque de transmission de la fièvre jaune : voir la liste des pays sur le site de l’Organisation Mondiale de la Santé (en anglais). Cette vaccination devra être effectuée au moins 10 jours avant l’entrée au Costa Rica. Plus d’informations sur le site du ministère costaricien de la Santé.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 78.3 ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 1.21 Mo) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, ventilateurs, etc.).

Avant le départ, il convient de s’adresser à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages.
En cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France, un avis médical doit être pris rapidement. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire.

Paludisme

Les autorités locales considèrent que le paludisme est en voie d’éradication complète au Costa Rica. Le risque de paludisme reste donc faible. A ce stade, aucun traitement médicamenteux n’est nécessaire. Une protection contre les piqûres de moustiques est néanmoins recommandée.

Dengue

La dengue est endémique au Costa Rica. Le phénomène croît pendant la saison des pluies (de mai à novembre) dans les provinces touristiques du Guanacaste, de Puntarenas et de Limon. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe.

Plus d’informations

Chikungunya

La transmission du Chikungunya est possible.

Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour cette maladie.

Plus d’informations

Zika

Il s’agit d’une maladie virale transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés. Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées). Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques tels que des syndromes de Guillain Barré est attestée.

Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur voyage, et à défaut de consulter un médecin avant le départ afin de recevoir une information sur les risques d’une infection à Zika. Il est primordial de respecter les mesures de prévention des piqûres de moustique, d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage avec une personne ayant pu être infectée par le virus Zika. Au retour de voyage, il est fortement conseillé de consulter un médecin spécialiste indépendamment de la présence de signes évocateurs.

Il est recommandé à tous les voyageurs de respecter les mesures de prévention des piqures de moustiques, de consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France et de consulter avant le départ les informations suivantes :

Autres maladies

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre à des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. ci-après).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Autres risques sanitaires

L’Ayahuasca, plante hallucinogène inscrite au registre des stupéfiants en France, est utilisée par certaines communautés indigènes lors de cérémonies chamaniques. L’Ayahuasca comporte différents produits ou substances issus de plantes, et sa composition varie donc grandement selon les groupes ethniques, pour en modifier les effets, selon le contexte dans lequel le breuvage est consommé. Les effets de l’Ayahuasca sont rapides, durables, et génèrent des effets à la fois psychiques (hallucinations, troubles de la conscience et de la mémoire, etc.) et des effets périphériques (troubles cardiovasculaires et digestifs notamment).

L’usage de l’Ayahuasca peut donc avoir des conséquences médicales graves, voire mortelles, notamment pour les personnes présentant des symptômes cardiaques ou sous antidépresseurs. Par ailleurs, les effets psychotropes liés à la consommation de cette plante peuvent être à l’origine de troubles importants du comportement.

Cette pratique est à proscrire même dans le cadre d’initiation proposée par des guides touristiques ou des centres d’éco-tourisme.

Quelques règles simples

  • Ne pas approcher les animaux sauvages ou domestiques et en partiuclier les chiens (risque de morsure et de rage) et ne pas les toucher..
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement surtout avant et après les repas ;
  • Avant de consommer de l’eau, s’assurer qu’elle est potable.
  • Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau potable ou filtrée).

Infos utiles

Transport

Le pays n’étant pas doté d’un système d’adresses et les panneaux de direction étant peu nombreux, il est conseillé d’avoir recours à une application de géolocalisation pour circuler au Costa Rica.

Permis de conduire

Le permis de conduire français est autorisé pour un séjour touristique d’une durée maximale de 90 jours. En cas de perte ou de vol du titre, un duplicata ne peut pas être délivré par l’ambassade.

Location de véhicule

L’état du véhicule (freins, pneus, feux, etc.) et le contrat d’assurance doivent être vérifiés attentivement. Il est recommandé de consulter le dernier contrôle technique.Le contrat d’assurance ne couvre généralement pas le bris de glaces ni le vol d’effets personnels se trouvant dans le véhicule. Les clauses du contrat d’assurance devront donc être lues attentivement et, le cas échéant, une assurance complémentaire souscrite.

Attention : les éventuelles amendes sont à payer lors de la restitution du véhicule.
En cas d’accident, il convient d’appeler la police routière (policia de transito : 911) et l’assureur (le plus souvent au Costa Rica : Instituto Nacional de Seguros - I.N.S. : 800 800 8000).

La législation locale exige que les véhicules ne soient pas déplacés, même sur le bord de la route, jusqu’à l’arrivée de la police routière et de l’assureur qui feront le rapport de l’accident.

Bus et taxi

Les bus des services réguliers circulent en général dans de bonnes conditions. Il est conseillé de privilégier les taxis officiels (de couleur rouge, comportant un grand triangle jaune positionné sur les portières avant, équipés d’un compteur). Les taxis officiels de l’aéroport de San José sont de couleur orange.

Transport aérien

Les vols intérieurs, effectués à bord de petits avions qui opèrent sur des lignes régulières, ne présentent pas de risques particuliers.

Les conditions météorologiques peuvent se dégrader de manière importante et très rapidement.

Législation locale

Stupéfiants et tourisme sexuel

Les infractions à la loi sur les stupéfiants, y compris la détention de quantités minimes de drogue, quelle qu’elle soit, sont sévèrement réprimées (peine de prison ferme).

De même, les délits ou crimes sexuels sont sévèrement réprimés.

Les conditions de détention au Costa Rica sont souvent précaires.

Argent

Toute entrée et sortie du pays avec plus de 10 000 dollars américains en liquide (ou un montant équivalent dans une autre monnaie) doit faire l’objet d’une déclaration auprès des douanes costariciennes.

Les cartes de crédit internationalement reconnues ainsi que les dollars sont acceptés dans la très grande majorité des commerces, hôtels et restaurants.

Les distributeurs automatiques fonctionnent dans tout le pays. Une commission s’applique généralement. Il est recommandé de faire usage des distributeurs attenant aux banques (et non aux distributeurs isolés) et de vérifier si le lieu de séjour envisagé comporte des distributeurs de billets ou des agences bancaires.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Les voyageurs d’affaires français ne sont pas soumis au visa court séjour (90 jours maximum) à l’entrée au Costa Rica. Voir la rubrique Entrée / Séjour.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Costa Rica.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Le Costa Rica relève du Service Économique du Panama :
Service économique de Panama
Adresse : Plaza de Francia, Las Bovedas, San Felipe
Panama city - Panamá
Téléphone : (+507) 211 6230
Télécopie : (+507) 211 6241
Site internet

CCEF

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Manuel SORIANO MONTERO - +506 2280 8895 (société Teleservi)

Site internet : Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France

CCI

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) françaises à l’international sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32 000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre franco-costaricienne de commerce et d’industrie (CFCCI)
Dentro de la Embajada de Francia, De la Mitsubishi 200 metros sur y 25 oeste, Curridabat
Tel : +506 4034 6394
Email : info chez ccifrance-costarica.org
Site internet

AEC

Le Costa Rica est membre de l’Association des États de la Caraïbe (AEC).

Page Costa Rica

FMI

Le Costa Rica et le FMI.