Cap-Vert

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire – Coronavirus Covid-19 (09/06/2021)

Du fait de la circulation du virus de COVID-19 et de ses variants qui demeure active (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), toute entrée en France et toute sortie de notre territoire est encadrée. Dès lors, il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs pour d’une part, vérifier si le déplacement à destination ou en provenance du pays envisagé est soumis au régime des motifs impérieux, d’autre part, respecter les mesures sanitaires mises en place à l’entrée sur le territoire français.

Conditions d’entrée sur le territoire :

Tous les voyageurs (âgés de sept ans et plus) se rendant au Cap-Vert par voie aérienne doivent présenter, avant l’embarquement et à l’arrivée dans le pays, un test virologique (PCR) négatif de moins de 72 heures.

Pour les voyageurs se rendant au Cap-Vert par voie maritime, ce test virologique (PCR) négatif doit avoir été effectué moins de 72 heures avant l’embarquement (indépendamment de la durée de la traversée).

Par ailleurs, les formalités d’entrée détaillées dans l’onglet « Entrée / Séjour » demeurent en vigueur.

Conditions de sortie du territoire :

Tous les voyageurs (âgés de sept ans et plus) quittant le Cap-Vert par voie aérienne, quelle que soit leur destination, doivent présenter, à l’entrée de l’aéroport puis à l’embarquement, un test virologique (PCR) négatif de moins de 72 heures.

Les tests PCR coûtent 6 500 escudos (58,95 euros) et doivent faire l’objet d’une prise de rendez-vous en ligne sur la plate-forme https://agendamento.covid19.cv/. Ils peuvent être réalisés :

  • à Praia (île de Santiago) : dans les centres de santé (centros de saúde) de Tira Chapéu, Achada de Santo António, Fazenda (PMI), Achada Grande Trás et Ponta d’Água ;
  • à Cidade Velha et à Picos (île de Santiago) : au centre de santé (centro de saúde) de la localité ;
  • à Tarrafal, à Assomada, à Pedra Badejo, à São Domingos, à João Teves et à Calheta de São Miguel (île de Santiago) : à la délégation de santé (delegacia de saúde) de la commune ;
  • à Mindelo (île de São Vicente) : au centre de stage de la Fédération capverdienne de football (à côté du stade Aderito Sena) ;
  • à Paúl, à Porto Novo et à Ribeira Grande (île de Santo Antão) : à la délégation de santé (delegacia de saúde).
  • à Espargos (île de Sal) : à la délégation de santé (delegacia de saúde).

Sur l’île de Santiago, ces centres de dépistage ne sont ouverts que du lundi au vendredi, à l’exception de ceux de Fazenda (PMI) à Praia et de Calheta de São Miguel, également ouverts le week-end.

Par ailleurs, les autorités capverdiennes publient également une liste de laboratoires privés habilités à effectuer les tests PCR (PDF, 164 ko, en portugais) (prix libre).

Les autorités capverdiennes, constatant que des voyageurs internationaux présentaient des tests PCR falsifiés à l’entrée ou à la sortie du territoire, ont considérablement renforcé leur vigilance à ce sujet. Il est rappelé que la confection et l’usage de faux documents constituent des délits au regard de la loi (locale comme française) et sont sévèrement punis.

Restrictions liées à l’application de l’état de calamité sanitaire au Cap-Vert :

Le 30 avril 2021, le gouvernement capverdien a déclaré l’état de calamité sanitaire sur l’ensemble du territoire de l’archipel, à l’exception de l’île de Brava.

Dans ce contexte, et jusqu’à nouvel ordre :

  • le port du masque est obligatoire dans tous les lieux publics, y compris sur la voie publique ; les contrevenants s’exposent à une amende de 15 000 escudos (environ 136 euros) ;
  • toutes les activités collectives de sport et de loisirs sont interdites, et les lieux qui les accueillent fermés ;
  • toutes les activités culturelles, récréatives, sportives et de loisirs non compatibles avec les règles de distanciation sociale, ou accueillant plus de 150 personnes, y compris dans un cadre privé, sont interdites ;
  • la fréquentation des plages à Praia est autorisée uniquement de 6 heures à 8 heures ;
  • les horaires d’ouverture des commerces, restaurants et bars sont restreints.

Par ailleurs, à l’exception des voyages entre les îles de São Vicente et Santo Antão et à l’exclusion des enfants de moins de sept ans, tous les voyages inter-îles sont conditionnés à la présentation d’un test antigénique ou sérologique de moins de 72 heures, avec résultat négatif, qui peut être réalisé dans les délégations de santé (delegacias de saúde), pour un coût de 1 000 escudos, ou dans les laboratoires privés agréés par les autorités sanitaires capverdiennes (PDF, 164 ko, en portugais) (prix libre).

Les personnes souhaitant des renseignements ou nécessitant un soutien médical peuvent également consulter les sites officiels https://covid19.cv et www.caboverdesafe.com ou contacter le numéro vert gratuit d’information et de prévention : 800 11 12.

Il est fortement recommandé aux Français se trouvant au Cap-Vert de suivre les recommandations des autorités locales et de continuer à s’informer régulièrement sur l’évolution de la situation et des mesures locales via le site Internet de l’ambassade de France et sa page Facebook, ainsi que le site Internet et les réseaux sociaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Sécurité

Avertissement

L’ambassade de France au Cap-Vert dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise.

Les Français qui se rendent dans le pays sont responsables de leur propre sécurité. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, s’assurer de disposer des moyens financiers nécessaires pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

L’ambassade de France au Cap-Vert ne délivre pas de titres d’identité et de voyage. En cas de perte ou de vol de passeport, l’ambassade pourra néanmoins émettre un laissez-passer, qui est un titre d’urgence permettant uniquement de se rendre en France (où le passeport perdu ou volé pourra être renouvelé). Cette opération est susceptible de requérir un certain délai, notamment aux fins de vérification d’identité.

Le consulat général de France à Dakar est compétent pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidents ou de passage au Cap-Vert. Toutes les informations nécessaires sont disponibles sur le site de l’ambassade de France au Cap-Vert.

En cas d’urgence requérant une protection consulaire (accident grave ou agression violente notamment), l’ambassade de France au Cap-Vert pourra être jointe au +238 260 45 35 du lundi au jeudi de 9 h à 18 h et le vendredi de 9 h à 13 h. En dehors de ces horaires, et en cas d’absolue et impérieuse nécessité, le numéro d’urgence suivant pourra être composé : +238 991 21 29.

En cas d’accident grave dans le pays pendant votre séjour, pensez à rassurer vos proches.

Risques encourus et recommandations associées

Risques naturels

Le Cap-Vert est situé dans une zone exposée aux risques naturels tels que les éruptions volcaniques, séismes, ouragans et tsunamis.

De novembre 2014 à février 2015, le volcan Pico Grande, sur l’île de Fogo, a connu une nouvelle éruption (après celle de 1995 ayant enseveli un village de 1 500 habitants). Celle-ci a provoqué d’importants dégâts matériels dans la caldeira du volcan (plusieurs villages détruits). Il convient de garder les risques volcaniques à l’esprit en préparant son voyage.

L’activité sous-marine, liée à la faille qui mène jusqu’aux îles Canaries, est incessante, même si elle reste de faible ampleur. Des tremblements de terre quotidiens de faible amplitude sont mesurés sur l’île de Brava qui jouxte l’île de Fogo.

La saison des pluies s’étend de juillet à octobre.
Le Cap-Vert est rarement touché par les ouragans mais les fortes pluies peuvent entraîner des glissements de terrain sur les routes et des inondations, comme cela s’est produit en septembre 2020 sur plusieurs îles de l’archipel.

Délinquance et criminalité

Le Cap-Vert rencontre des difficultés pour assurer des conditions de sécurité satisfaisantes.

Compte tenu de la récente progression constatée d’agressions violentes à main armée, de nuit comme de jour, dans les centres urbains de l’archipel (Praia notamment) - mais aussi sur les lieux de randonnée en moyenne montagne dans l’île de Santiago et hors des centres urbains dans l’île de Boa Vista - les voyageurs au Cap-Vert sont invités à être particulièrement vigilants lors de leurs déplacements.
Les lieux à fréquentation touristique sont propices aux vols à l’arraché, parfois accompagnés d’agressions. La délinquance de droit commun (vols, braquages, cambriolages), souvent accompagnée de menaces armées (poignard, hache, arme à feu) ou d’actes de violence, est de plus en plus fréquente, y compris en pleine journée. Il convient de ne montrer aucun objet de valeur, tels que les bijoux : les attaques de personnes portant de l’or (chaîne, alliance) deviennent régulières avec la hausse de son prix de vente. Les voleurs cherchent tout ce qui peut se revendre facilement : bijoux, téléphones portables, appareils photographiques, etc. Les agresseurs ciblent particulièrement les personnes se déplaçant à pied, de jour comme de nuit.

Une recrudescence des agressions à caractère sexuel est constatée. Les femmes, en particulier celles voyageant seules, en sont les principales victimes.

Transport aérien

Depuis le 17 mai 2021, les vols inter-îles au Cap-Vert sont assurés par la compagnie angolaise BestFly. Cette compagnie figure sur la liste des transporteurs aériens faisant l’objet d’une interdiction d’exploitation au sein de l’Union européenne en raison de manquements aux normes internationales de sécurité. Il est donc vivement recommandé de ne pas recourir à cette compagnie et de privilégier les transports inter-îles par voie maritime.

Zones de vigilance

L’intégralité du territoire capverdien se situe en zone de vigilance renforcée (en jaune sur la carte ci-dessous).

Plusieurs cambriolages avec violence à bord de voiliers ont été rapportés. Il convient de faire preuve de prudence et de fermer tous les accès à l’embarcation, en particulier la nuit et sur les îles :

  • Santiago : Praia et Tarrafal
  • São Vicente : Mindelo
  • Fogo : São Filipe
  • São Nicolau : Tarrafal

Il est fortement recommandé aux plaisanciers d’être systématiquement couverts par des compagnies d’assurance pouvant organiser des rapatriements sanitaires aériens.

Recommandations générales

Il est recommandé de :

  • ne pas se promener, à pied, de nuit (privilégier le taxi) ;
  • ne pas se promener seul, à pied, hors des zones fréquentées de centre-ville ;
  • ne pas porter sur soi de grosses sommes d’argent, des bijoux, des objets de valeur (se rappeler que les téléphones portables, les appareils photo et vidéo sont des cibles privilégiées pour les voleurs) ;
  • être accompagné lors des excursions dans les montagnes ou les dunes (même le jour), de préférence d’un guide capverdien connaissant bien le pays ;
  • remplacer la ceinture "banane", très facile à arracher, par une bourse moins voyante ;
  • conserver dans un endroit sûr les documents d’identité et les billets d’avion ;
  • rester si possible en groupe, plus particulièrement la nuit tombée ;
  • ne pas opposer de résistance en cas de tentative de vol à l’arraché ;
  • signaler immédiatement tout vol et/ou toute agression au commissariat de police le plus proche.

Activités sportives à risque

Randonnée

Fogo : volcan Pico Grande

Dans l’île de Fogo, l’ascension au sommet du volcan Pico Grande (2 829 m) attire les voyageurs. Elle ne convient toutefois pas aux enfants. Il faut être en très bonne condition physique. Il n’existe aucun hélicoptère au Cap-Vert : en cas de chute et de fracture (des accidents graves ont été rapportés), l’attente pour une évacuation sur São Filipe, Praia et éventuellement Dakar ou l’Europe en vue de recevoir des soins hospitaliers adaptés ne peut qu’être très longue. Il convient donc d’être prudent et attentif et de ne pas surestimer ses forces.

Activités nautiques

L’attention des usagers de la mer (voile, planche à voile, surf, kitesurf, paddle, scooter des mers, etc.) est appelée sur la vigueur des éléments naturels au Cap-Vert (vents soutenus, vagues puissantes, courants forts) et sur l’absence de dispositif de secours en mer dans l’archipel.

Baignade en mer et plongée

Il n’existe pas de dispositif de secours en mer au Cap-Vert. Sur les plages, l’attention des voyageurs est appelée sur le danger potentiel que représentent les courants et les vagues souvent fortes. De manière générale, la baignade n’est pas surveillée. Pour les amateurs de plongée, il convient de noter qu’il n’y a pas de caisson de décompression dans l’archipel. Il convient également d’éviter les sorties en mer sur des embarcations non adaptées et lorsque les conditions météorologiques sont défavorables.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Passeport

Les autorités capverdiennes exigent que le passeport ait une durée de validité au moins égale à six mois après la fin prévue du séjour dans le pays.

L’entrée et la sortie du territoire capverdien doivent s’effectuer à partir des postes-frontières suivants :

Postes-frontières aériens :
  • île de Santiago : aéroport Nelson Mandela à Praia ;
  • île de Sal : aéroport Amílcar Cabral ;
  • île de São Vicente : aéroport Cesária Evora à Mindelo ;
  • île de Boa Vista : aéroport Aristides Pereira.
Postes-frontières maritimes (les trois ports indiqués ci-dessous, à l’exclusion de tous les autres dans lesquels il n’est pas délivré de visas d’entrée ni de sortie) :
  • île de Santiago : port de Praia ;
  • île de São Vicente : port de Mindelo ;
  • île de Sal : port de Palmeira, .

Visas

Les ressortissants français voyageant au Cap-Vert pour un motif touristique sont exemptés de visa si la durée de leur séjour n’excède pas 30 jours. Pour un séjour touristique d’une durée supérieure à 30 jours, et ne dépassant pas 90 jours (éventuellement prorogeables pour la même durée au maximum), un visa de tourisme doit être sollicité, soit auprès de la représentation consulaire capverdienne compétente, soit directement à l’arrivée sur le territoire capverdien.

Les voyageurs se rendant au Cap-Vert pour un autre motif doivent solliciter un visa correspondant à leur situation auprès de la représentation consulaire capverdienne compétente.

Quels que soient la durée et le motif de son séjour, tout voyageur doit se soumettre, de préférence au moins cinq jours avant son arrivée sur le territoire capverdien, à une formalité préalable de pré-enregistrement sur la plate-forme gouvernementale dédiée www.ease.gov.cv. Cette démarche peut également être accomplie par son tour opérateur ou son agence de voyage. Lors de l’accomplissement de cette démarche, le voyageur saisit les données de son passeport, ses dates prévisibles d’entrée et de sortie du territoire capverdien, son numéro de vol et son lieu de villégiature, et s’acquitte d’une taxe de sécurité aéroportuaire de 3 400 escudos (30,83 euros). La présentation du justificatif du paiement de cette taxe sera exigée à son arrivée sur le territoire capverdien.

Toute information complémentaire sur la mise en œuvre de ces mesures devra être recherchée auprès des représentations consulaires capverdiennes.

La demande de carte de résidence, dans le cadre d’un long séjour, fait l’objet d’une procédure spécifique dans laquelle l’ambassade de France à Praia n’a pas compétence pour intervenir.

Réglementation douanière

Il n’existe aucune restriction particulière à l’importation non commerciale de biens.

Pour toute information complémentaire, prendre l’attache de l’ambassade ou des représentations consulaires du Cap-Vert en France.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Elles ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Il est également nécessaire de contracter en France une assurance couvrant les frais médicaux et ceux de rapatriement sanitaire.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Les capacités médicales locales sont faibles et l’accès aux médicaments peut être réduit. Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade et son réseau.

Recommandations sanitaires

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

  • Aucun vaccin n’est obligatoire. Cependant, tout voyageur passant par le Sénégal ou le Brésil doit être vacciné contre la fièvre jaune et disposer d’un carnet de vaccinations internationales à jour.
  • S’assurer d’être à jour dans ses vaccinations habituelles ainsi que celles liées à toutes les zones géographiques visitées.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, ainsi que la vaccination rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant. La vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • Il est préférable d’être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

Le pays connaît de rares cas sporadiques de transmission de paludisme. Le risque de transmission est limité à l’île de Santiago (où se trouve la capitale, Praia). Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (voir ci-après). Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, pour une durée variable selon le produit utilisé. En cas de fièvre durant le séjour ou les deux mois qui suivent le retour, un avis médical devra être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Dengue

La transmission de la dengue est possible, quoique rare et limitée aux îles Sous-le-Vent (Bravo, Fogo, Santiago et Maio). La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (voir ci-après). En cas de fièvre, un avis médical devra être pris rapidement.

Zika

Le Cap-Vert est sporadiquement touché par le virus Zika, pour la très grande majorité des cas dans les îles Sous-le-Vent (Brava, Fogo, Santiago et Maio), notamment lors de la saison des pluies (juillet à octobre). Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés.

Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées) et sont analogues à ceux observés au cours d’autres infections virales telles que la dengue. Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques tels que des syndromes de Guillain-Barré est attestée.

Il est notamment recommandé à tous :

  • de respecter les mesures habituelles de prévention des piqûres de moustiques (voir ci-dessous), tant la nuit que le jour ;
  • de consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur voyage et, à défaut, de respecter les mesures de prévention des piqûres de moustiques, d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage, et d’éviter tout rapport sexuel non protégé avec une personne ayant pu être infectée par le virus Zika.

En savoir plus :

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 62.8 ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 808 ko) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Autres maladies

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs. Ils imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (voir ci-dessous).

Infection par le virus HIV – MST

Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) et ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège auto pour les enfants) ;
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  • Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés ;
  • Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli ;
  • Éviter les contacts avec des personnes malades ;
  • Respecter les règles d’hygiène de base et nettoyer avec attention les cuisines, salles de bain et WC.

Infos utiles

Transport

Transport routier

Les routes principales sont asphaltées ou pavées, et dans un bon état relatif. Les pistes de terre, les plus nombreuses en zones rurales, sont peu praticables pendant la saison des pluies (juillet à octobre), et il vaut mieux les emprunter en véhicule tout-terrain.

La conduite se fait à droite. Le permis de conduire français est reconnu pour les touristes.

Lors d’une location de voiture, il est préférable de contracter une assurance au tiers ou une assurance tous risques. L’attention des conducteurs occasionnels au Cap-Vert est appelée sur les risques qui peuvent résulter du respect parfois intermittent du code de la route chez certains conducteurs, des contraintes du relief, ainsi que de la présence occasionnelle et soudaine sur la voirie d’animaux domestiques ou agricoles divagants. Il n’existe pas de secours routiers d’urgence.

En cas d’accident de la route impliquant des dommages matériels et/ou corporels, il convient d’appeler immédiatement la police et d’attendre que celle-ci se déplace sur les lieux pour établir le constat avant de déplacer le(s) véhicule(s) endommagé(s). Si des blessures sont constatées, faire établir un certificat médical.

Il n’existe pas au Cap-Vert de réseau public de transports en commun interurbain par voie terrestre : les taxis collectifs privés (modèle Toyota HiAce) en tiennent lieu. Ces véhicules sont généralement en bon état, mais roulent parfois de manière dangereuse.

Transport maritime

Les liaisons inter-îles sont assurées par la compagnie CV Interilhas (https://www.cvinterilhas.cv/home). Toutes les îles sont desservies, mais les temps de parcours sont souvent longs et les retards fréquents, notamment en raison des conditions de navigation parfois difficiles.

Navigation de plaisance

Il est vivement recommandé aux plaisanciers de :

  • prévenir la capitainerie des ports d’escale de leur arrivée et de leur départ ;
  • d’indiquer avec précision aux autorités locales le nombre et l’identité des passagers ainsi que le prochain port ou pays de destination ;
  • informer les proches restés en France de l’itinéraire et des escales envisagées ;
  • veiller à la sécurité de l’embarcation lors des mouillages, aucune surveillance n’étant assurée (cas fréquents de cambriolage des bateaux, même à quai) ;
  • s’équiper d’un matériel de communication et de secours performant, s’assurer de son bon fonctionnement avant le départ et disposer de fusées de détresse et/ou de balises Argos, irremplaçables lors d’une avarie majeure en mer ou d’un naufrage (il n’y a pas de secours en mer).

Transports aériens

Les vols internationaux réguliers au départ et à destination de Praia sont actuellement assurés par les compagnies TAP Air Portugal, Royal Air Maroc, Air Sénégal et SATA Azores Airlines. Toutes ces compagnies permettent des correspondances pour la France.

TAP Air Portugal dessert également les îles de São Vicente, Sal et Boa Vista au départ de Lisbonne.

Des compagnies charter en provenance de certains aéroports européens desservent les îles de Sal et de Boa Vista en saison (en général de novembre à avril).

Depuis le 17 mai 2021, les vols intérieurs sont assurés par la compagnie angolaise BestFly. Cette compagnie figure sur la liste des transporteurs aériens faisant l’objet d’une interdiction d’exploitation au sein de l’Union européenne en raison de manquements aux normes internationales de sécurité. Il est donc vivement recommandé de ne pas recourir à cette compagnie et de privilégier les transports inter-îles par voie maritime.

L’harmattan, vent chaud chargé de poussières et de sable saharien, souffle sur les îles de mi-décembre à fin mars. Pendant cette période, du fait de la mauvaise visibilité, le trafic aérien peut être très perturbé. Chaque année, de nombreux retards sont enregistrés à l’arrivée et au départ. Certains vols inter-îles et internationaux peuvent être annulés, bloquant ainsi les voyageurs pendant plusieurs jours.

Législation locale

La vente et la consommation d’alcool sont interdites aux moins de dix-huit ans.

La conduite en état d’ivresse est un délit.

La consommation et le trafic de stupéfiants sont interdits. Les peines encourues vont jusqu’à huit ans d’emprisonnement.

Divers

Les cartes de crédit internationales sont de plus en plus acceptées. Il faut cependant noter que la carte Mastercard n’est pas acceptée dans tous les distributeurs automatiques ni dans tous les terminaux de paiement électroniques. La carte Visa est plus largement acceptée. Certains établissements touristiques acceptent le paiement en euros.

L’escudo capverdien bénéficie d’une parité fixe avec l’euro : 1 euro vaut 110,265 escudos.

Voyages d’affaires

Visas d’affaires

Les voyageurs se rendant au Cap-Vert pour affaires doivent solliciter un visa d’entrée. Il autorise un séjour de 90 jours et peut être obtenu soit auprès des représentations diplomatiques et consulaires capverdiennes en France, soit à l’arrivée sur le sol capverdien (formalité simple et rapide à l’aéroport).

La délivrance de visas au bénéfice d’entrepreneurs est couverte par l’accord de partenariat spécial conclu entre l’Union européenne et le Cap-Vert en 2008. Ces visas peuvent être à entrées multiples, renouvelables tous les cinq ans.

L’instruction et la délivrance de ce type de visa relèvent de la seule ambassade du Cap-Vert à Paris.
Leur prorogation relève, quant à elle, de la compétence de la Direction des étrangers et des frontières à Praia.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Cap-Vert.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Le Cap-Vert relève du bureau de Dakar :

Adresse : 1, rue Amadou Assane Ndoye - BP 4048 DAKAR - SÉNÉGAL
Tél. : +221 33 839 53 80
Courriel
Site Internet

Agence française de développement

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Le Cap-Vert relève de l’agence de Dakar :

Adresse : 15, avenue Nelson Mandela - BP 475 DAKAR - SÉNÉGAL
Tél. : +221 33 849 19 99
Courriel
Site Internet

Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest

Le Cap-Vert est membre de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le Cap-Vert et la CEDEAO

Banque africaine de développement

Le Cap-Vert est membre de la Banque africaine de développement (BAD).

Le Cap-Vert et la BAD

Fonds monétaire international

Le Cap-Vert et le FMI