Brunei

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Infection pulmonaire – Nouveau coronavirus (Covid-19) (01/02/2021)

Une stricte limitation des déplacements s’impose pour ralentir la progression de l’épidémie dans le monde, du fait de la circulation très active du virus de COVID-19 et de ses variants (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies). Dès lors, tout déplacement international - depuis l’étranger vers la France et de France vers l’étranger - est strictement encadré jusqu’à nouvel ordre. Il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs.

Depuis le 24 mars, tous les ressortissants étrangers (à l’exception des résidents) sont interdits d’entrée et de transit au Brunei Darussalam.

A compter du 15 septembre 2020, de nouvelles règles s’appliqueront pour les visiteurs étrangers. Ils pourront entrer au Brunei Darussalam si leur voyage s’inscrit dans le cadre suivant :

  • voyages d’affaires essentiels (y compris les voyages officiels)
  • études au Brunei
  • suivi de traitements médicaux
  • liens familiaux étroits avec des résidents (conjoints, enfants, parents)

Avant tout départ, ces personnes doivent obtenir un Entry Travel Pass (ETP) de la part des services du Premier ministre.

La demande d’ETP doit être effectuée par la personne ou par une compagnie de parrainage (sponsor), au moins 8 jours avant la date du départ sur le site des services du Premier ministre.

A leur arrivée, les voyageurs doivent obligatoirement effectuer une quarantaine dans un hôtel choisi dans la liste publiée sur le même site, pour une période allant de 2 à 14 jours. Cette période sera décidée par le ministère de la santé selon le pays de provenance et sera notifiée aux voyageurs à leur arrivée à l’aéroport. La quarantaine est à la charge de la compagnie de parrainage ou du voyageur.

Les visiteurs devront également être munis d’un test PCR négatif, réalisé au maximum 72 heures avant l’embarquement et obtenu dans un centre médical agréé par les autorités du pays de départ. A l’arrivée, un autre test sera pratiqué par les autorités brunéiennes. Le sponsor devra s’acquitter des frais de ce test au préalable.

Les voyageurs doivent télécharger l’application de traçage de la population « BruHealth » avant le départ. Le sponsor veillera à acheter les cartes SIM adéquates pour les faire parvenir aux intéressés à leur arrivée.

Les ressortissants étrangers résidant au Brunei et qui se trouvent à l’étranger doivent impérativement suivre la même procédure.

Conformément au « Reciprocal Green Lane (RGL) » entre Brunei Darussalam et Singapour, entré en vigueur au 1er septembre 2020, les visiteurs en court séjour de toutes nationalités résidant légalement à Singapour et devant effectuer des déplacements essentiels à des fins professionnelles et officielles, sont autorisés à entrer au Brunei s’ils sont munis d’un « Entry Travel Pass (ETP) » obtenu par la personne ou la compagnie sponsor.

Ils doivent également être en possession d’un test PCR négatif de moins de 72 heures. A leur arrivée, un second test de dépistage est réalisé durant un séjour de deux jours à l’hôtel. S’il est confirmé négatif, les voyageurs seront libres de leur mouvement.

Les visiteurs doivent également télécharger l’application « BruHealth » avant leur départ de Singapour.

Sécurité

AVERTISSEMENT

L’ambassade de France au Brunei Darussalam dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise. Il est rappelé que les Français en voyage sont responsables de leur propre sécurité. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, s’assurer de disposer des moyens financiers nécessaires pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

L’ambassade ne délivre pas de titres d’identité et de voyage. En cas de perte ou de vol de passeport, elle pourra néanmoins émettre un laissez-passer (voir justificatifs demandés et tarifs sur le site internet de l’ambassade, rubrique Passeport). Ce titre d’urgence permet uniquement de se rendre en France, où vous pourrez faire renouveler votre titre perdu ou volé. La section consulaire de l’ambassade de France à Singapour est compétente pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidents ou de passage au Brunei Darussalam. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site de l’Ambassade de France à Singapour.

En cas d’urgence pendant les heures de bureau, l’ambassade de France au Brunei Darussalam peut être jointe au +673 222 09 60 / +673 222 09 61. En cas d’urgence en dehors de ces horaires : +673 871 25 40 ou au +673 881 58 94.

En cas d’incident grave survenant dans le pays pendant votre séjour, pensez à rassurer vos proches.

Risques encourus et recommandations associées

Risque terroriste régional

Il est rappelé aux voyageurs qui souhaitent se rendre au Brunei que le risque d’acte terroriste ne peut être exclu, même s’il n’y a pas de précédent dans ce pays.

Zones de vigilance

L’ensemble du pays est placé en vigilance normale.

Recommandations générales

Il est recommandé d’informer les services consulaires de votre présence au Brunei et de signaler tout incident de sécurité.

Il est important de respecter les us et coutumes locales et de conserver en toutes circonstances un comportement discret (voir rubrique Infos utiles de cette fiche).

Activités sportives à risque

Il est recommandé de ne se rendre en forêt ou dans la jungle de Bornéo qu’accompagné d’un guide officiel.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Visas

Les Français sont dispensés de visa d’entrée pour un séjour limité à 90 jours. Au-delà, un visa est exigé.

Pour de plus amples informations, contacter l’ambassade du Brunei Darussalam à Paris.

Réglementation douanière

L’importation d’alcool est strictement réglementée. Consultez le site du ministère des Finances du Brunei Darussalam (en anglais).

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Elles ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (dont chirurgie et hospitalisation) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place.

Les conditions d’hygiène sont acceptables dans le pays. En cas de problème de santé grave nécessitant une hospitalisation en milieu spécialisé, une évacuation sanitaire pourrait être requise sous le contrôle de l’équipe médicale locale et de la société d’assurance.

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations.
Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons).

Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

S’assurer d’être à jour dans ses vaccinations habituelles ainsi que celles liées à toutes les zones géographiques visitées.

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée (obligatoire pour les voyageurs venant de zones d’endémie, d’épidémie ou à risque de poliomyélite), de même que mise à jour de la vaccination rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant.
La vaccination antituberculeuse est également souhaitable.

En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde, la méningite et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.

Pour un séjour en zone rurale, une vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire. Outre la vaccination, cette maladie virale étant transmise par les piqûres de moustiques, il est nécessaire de recourir à des mesures de protection (voir "Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques" ci-dessous).

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Chikungunya

La transmission du chikungunya est possible. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (voir "Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques" ci-dessous). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.
Plus d’informations : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/chikungunya

Dengue

La transmission de la dengue est possible. Elle s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (voir "Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques" ci-dessous). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. Éviter impérativement la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire.
Plus d’informations : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/la-dengue-information-et-prevention

Encéphalite japonaise

Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Dans le cadre d’un voyage touristique, la vaccination contre l’encéphalite japonaise n’est pas recommandée systématiquement pour tous les voyageurs qui se rendent en Asie ou en Océanie. Il semble que les mesures physiques contre les moustiques (vêtements longs, répulsifs, moustiquaires) soient une arme efficace.
Plus d’informations sur https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/japanese-encephalitis

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 62.8 ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 808 ko) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Autres maladies

Grippe aviaire

Les mesures suivantes sont recommandées :

  • Éviter tout contact avec les oiseaux et les volailles vivantes ou mortes non cuites, et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage.
  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier pour la viande et les œufs.

En cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, consulter rapidement un médecin. En cas de symptômes compatibles, notamment fièvre, toux ou courbatures, consulter également un médecin.

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs. Ils imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles.
Les précautions d’usage sont recommandées (voir "Quelques règles simples" ci-dessous).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque. Les autorités du Brunei exigent un test de dépistage du VIH-Sida pour toute personne désireuse de résider dans le pays. Les touristes ne sont pas soumis à cette formalité.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) et ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège auto pour les enfants).

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  • Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés ;
  • Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Infos utiles

Transport

Infrastructures routières

Les routes sont en bon état et la circulation assez fluide. Il n’existe aucun problème d’approvisionnement en carburant.
En cas d’accident, il est recommandé d’appeler la police au 993.

Législation locale

Charia

La constitution du Brunei Darussalam dispose que l’islam est la religion d’État et que la charia est une source juridique, pleinement mise en œuvre au sultanat depuis le 3 avril 2019.

Un moratoire sur la peine de mort a été adopté par le Brunei en mai 2019.

Certains aspects de la vie privée sont considérés comme des délits de mœurs (adultère, homosexualité, sodomie, blasphème, apostasie, etc.) pouvant entraîner des peines corporelles en cas d’implication d’une personne de religion musulmane.

La consommation d’alcool en public, le trafic d’alcool ou de drogue exposent aussi, dans le cadre de l’application de la charia, à des sanctions sévères, dont la peine de mort même si son application est suspendue dans le cadre du moratoire décidé par le sultan.

La majorité de la population du Brunei est musulmane. Il est donc recommandé d’adopter une attitude respectueuse des usages locaux et de garder à l’esprit que les différences culturelles peuvent susciter une interprétation erronée de certains comportements. Peuvent être considérés comme un crime des propos jugés insultants pour l’Islam mais aussi pour le sultan du Brunei et la famille royale.

Pendant le mois de Ramadan, il est interdit de boire, manger et fumer en public ou en présence de personnes musulmanes respectant le jeûne.

La détention de matériel pornographique est strictement interdite.

Stupéfiants

Toute importation ou consommation de stupéfiants est sévèrement réprimée.

Alcool

Il convient de ne pas consommer d’alcool, même en privé, en compagnie de Brunéiens, à qui il ne faut en aucun cas fournir d’alcool. L’ivresse publique ainsi que la consommation d’alcool en public sont passibles de lourdes peines.

Cigarettes

Il est interdit de fumer dans les bâtiments publics, les hôpitaux, les lieux publics et les transports publics au Brunei. L’importation de cigarettes est interdite.

Us et coutumes

La majorité de la population du Brunei est musulmane. Il est donc recommandé d’adopter une attitude respectueuse des usages locaux et de garder à l’esprit que les différences culturelles peuvent susciter une interprétation erronée de certains comportements. La constitution dispose que l’islam est la religion d’Etat et que la charia est une source juridique. Pour plus d’information sur la législation locale, consulter la rubrique précédente.

Tenue vestimentaire

Le public étant rappelé à l’impératif de « décence », sans que ce concept soit explicité de façon précise dans la législation, il est recommandé de privilégier des vêtements amples et couvrants.

Mœurs

Une grande discrétion est de mise concernant les gestes d’affection en public, en particulier avec les Brunéiens et les Brunéiennes. Il convient de ne pas s’embrasser, même sur la joue, pour saluer une personne du sexe opposé. Il est conseillé d’observer la plus grande retenue, nombre d’attitudes et de comportements pouvant être considérés comme inappropriés et passibles de sanctions pénales sévères.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Le passeport français donne droit à un séjour de trois mois sur place, sans visa.

Au-delà de cette durée, la demande d’un visa d’affaires est nécessaire. Les délais d’obtention auprès du ministère de l’Intérieur sont en moyenne de deux semaines . Compte tenu de la volonté politique du Sultanat d’attirer les investissements étrangers au Brunei, il est aisé de se voir délivrer un visa d’affaires pour les cadres, notamment avec l’appui de l’ambassade de France.

Cette facilité est cependant limitée par la règle des quotas, appliquée de façon assez stricte par les autorités dans le cadre de leur lutte contre le chômage. Une entreprise étrangère ne peut compter plus de 50 % d’expatriés ou de travailleurs étrangers dans son équipe et doit à cet effet recourir, s’agissant de métiers techniques, à la main d’œuvre locale.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Brunei.

Contacts utiles

FMI

Brunei et le FMI