Bénin

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (02/09/2021)

Du fait de la circulation du virus de COVID-19 et de ses variants qui demeure active (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), toute entrée en France et toute sortie de notre territoire est encadrée. Dès lors, il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs pour d’une part, vérifier si le déplacement à destination ou en provenance du pays envisagé est soumis au régime des motifs impérieux, d’autre part, respecter les mesures sanitaires mises en place à l’entrée sur le territoire français.

Tous les voyageurs à l’arrivée et au départ de Cotonou sont soumis obligatoirement à des tests Covid-19 : ils doivent s’acquitter d’une redevance forfaitaire Covid-19 de 50 000 FCFA tant au départ qu’à l’arrivée à l’aéroport de Cotonou (ou 75 000 FCFA pour un service premium). Cette redevance donne également droit à un certificat à l’arrivée et au départ de Cotonou. Le gouvernement béninois prend en charge le coût des tests pour les enfants de moins de 5 ans.

L’enregistrement et le paiement en ligne des tests (par carte bancaire ou mobile money) sont obligatoires pour tous les passagers avant leur arrivée ou leur départ à l’aéroport de Cotonou sur le site : https://www.surveillancesanitaire.bj.

Les voyageurs débarquant (à l’arrivée) à l’aéroport de Cotonou doivent :

  • S’enregistrer et payer en ligne leurs tests avant leur vol sur le site : https://centresurveillancesanitaire.bj
  • Se soumettre systématiquement au test de dépistage organisé à l’arrivée à l’aéroport. Le forfait permet à chaque voyageur qui arrive par voie aérienne à Cotonou de bénéficier sur place d’un prélèvement oropharyngé / nasopharyngé (PCR) ; il rejoint ensuite son lieu d’hébergement et y attend le résultat qui est disponible en ligne dans les 24 à 48 heures :
    • en cas de résultat positif au test PCR, le voyageur est immédiatement pris en charge gratuitement conformément au protocole en vigueur au Bénin (sur son lieu d’hébergement si possible, sinon sur site dédié) ;
    • en cas de résultat négatif au test PCR, le voyageur pourra mener ses activités dans le strict respect des mesures barrières.

Les voyageurs en transit au Bénin doivent faire le test PCR et rester sur le territoire jusqu’à l’obtention du résultat. Ceux qui font escale à Cotonou sans sortir de l’avion ou de l’aéroport ne sont pas soumis au test.

Les voyageurs embarquant à (au départ de) l’aéroport de Cotonou sont soumis à un dépistage obligatoire. Le prélèvement doit être réalisé moins de 72 heures avant le départ. Si le test est positif au départ de Cotonou, il sera demandé au voyageur de différer son voyage et de suivre les recommandations des équipes de santé.

En raison de la forte augmentation des contagions dans le pays, les autorités béninoises ont annoncé de nouvelles mesures de restriction lors du conseil des ministres du 1er septembre 2021, notamment en interdisant les rassemblements de plus de 50 personnes et en suspendant les événements et manifestations à caractère culturel, festif, sportif et religieux. Pour plus de détails : https://bj.ambafrance.org/Coronavirus-les-mesures-prises-par-les-autorites-beninoises.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Risque sécuritaire aux frontières nord

En raison de possibles incursions de groupes armés et du risque d’enlèvement, il est formellement déconseillé de se rendre dans les zones frontalières du Burkina Faso, d’une grande partie du Niger et d’une partie du Nigéria, y compris les parcs nationaux de la Pendjari et du W, et les zones mitoyennes à ces parcs. Ce niveau de vigilance (« formellement déconseillé », en rouge sur la carte) est incompatible avec les activités touristiques.

Avant tout déplacement au Bénin, il est vivement recommandé de consulter l’onglet Sécurité de cette fiche, d’observer strictement les consignes de sécurité et de se conformer au zonage sécuritaire tel qu’indiqué sur la carte.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Risques liés aux transports

Les accidents de la route constituent une cause importante de mortalité, souvent liés à la vétusté des véhicules en circulation (notamment des poids lourds), au mauvais état de certaines routes, ainsi qu’au non-respect des limitations de vitesse. Il est déconseillé de circuler de nuit, la signalisation étant souvent absente, les routes peu éclairées et les véhicules circulant régulièrement tous feux éteints.

Des « coupeurs de route » peuvent sévir sur les axes secondaires, dans les zones isolées. Il convient d’éviter de circuler sur ces routes, notamment la nuit.

Délinquance

La criminalité est peu élevée au Bénin. Toutefois, des cambriolages et des agressions, parfois avec violence, ont été signalés. Il convient de rester vigilant, de surveiller ses objets personnels et d’éviter les déplacements de nuit, particulièrement seul et à pied.

Cybercriminalité

La cybercriminalité est en augmentation au Bénin. Il convient de se montrer vigilant, notamment lorsqu’une aide financière ou un achat est sollicité.

D’une manière générale, il est recommandé de ne pas effectuer de versements dès lors qu’il existe le moindre doute. Avant tout achat, il convient de se renseigner sur l’existence au Bénin du fournisseur, de la société commerciale ou de la personne privée, soit auprès du ministère de l’industrie et du commerce extérieur, soit sur des annuaires internationaux en ligne.

Risques naturels

Dans la partie sud du pays, la saison des pluies s’étend d’avril à mi-juillet et de mi-septembre à octobre. Dans le nord, elle a cours de juin à septembre. Durant ces périodes, les pluies torrentielles peuvent causer des crues et des inondations, particulièrement en zone rurale. Les routes deviennent régulièrement impraticables et les services essentiels peuvent être perturbés.

De décembre à février, un vent chargé de poussière (l’harmattan) peut réduire les conditions de visibilité. Il est recommandé de s’informer sur les prévisions météorologiques.

Terrorisme

Compte tenu du contexte régional, le risque terroriste ne peut être totalement écarté au Bénin. En mai 2019, deux touristes français ont été enlevés dans le parc national de la Pendjari et leur guide tué. Les attentats de Grand Bassam en 2016 en Côte d’Ivoire et les évènements de 2018 au Burkina Faso ont également montré que les groupes terroristes de la région ciblent les lieux de divertissement et hôtels où séjournent les étrangers. Il est recommandé d’observer la plus grande vigilance et de s’assurer que les accès à ces lieux sont sécurisés.

Zones de vigilance

Zones formellement déconseillées

En raison d’activités possibles de groupes armés et du risque d’enlèvement, il est formellement déconseillé de se rendre dans :

  • les zones frontalières du Burkina Faso et en grande partie du Niger ;
  • la totalité des parcs nationaux de la Pendjari et du W, les zones mitoyennes à ces parcs, ainsi que les zones au nord-ouest de Tanguiéta et au nord de Banikoara ;
  • la frontière nord-est avec le Nigéria, des abords de Malanville jusqu’à proximité de la ville de Nikki.

Zones déconseillées sauf raison impérative

Les zones et les axes routiers entourant Banikoara, Kandi, jusqu’à Malanville et Segbana, ainsi qu’au sud de Matéri jusqu’à Boukoumbé sont limitrophes de zones formellement déconseillées en raison de menaces pesant sur les ressortissants occidentaux.

Les zones frontalières du Nigéria sont affectées par des trafics. Les voyageurs dans la région peuvent être exposés à des risques d’agressions violentes. Il est déconseillé sauf raison impérative de se rendre dans la zone à l’est de la Route nationale inter-Etats (RNIE) n°2 depuis Tchaourou jusqu’à Malanville.

Zones de vigilance renforcée

Le reste du pays est placé en zone de vigilance renforcée.

Une vigilance particulière est conseillée dans les zones frontalières ainsi que dans les zones isolées ou à faible densité de population.

A Cotonou, il convient d’éviter la nuit les quartiers du port et ceux qui longent des voies ferrées du centre-ville. Les plages de la capitale ne sont pas sûres, de jour comme de nuit. Il est recommandé d’être vigilant dans les lieux très fréquentés, notamment le marché de Dantokpa où les vols sont fréquents.

Recommandations générales

De manière générale, il est recommandé de :

  • ne pas montrer de signe ostentatoire de richesse, éviter de transporter des sommes d’argent importantes, laisser les objets de valeur en lieu sûr (ex : les coffres des hôtels) ;
  • laisser les documents d’identité et de voyage dans des lieux sécurisés et se munir de photocopies ;
  • privilégier l’usage de distributeurs intérieurs et éviter de manipuler des sommes d’argent importantes en public ;
  • éviter de circuler de nuit ;
  • être vigilant dans la préparation de ses déplacements et informer des personnes de confiance de ses trajets ;
  • ne pas emprunter de taxis-motos, les accidents étant fréquents ;
  • ne pas prendre de photographies sans autorisation préalable.

Activités sportives à risque

Baignades

Les baignades sont déconseillées toute l’année sur les plages du littoral, en raison de la barre et des courants violents qui font plusieurs victimes chaque année.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée et de séjour

Les ressortissants français souhaitant se rendre au Bénin sont soumis à une obligation de visa. Ils doivent disposer d’un passeport en cours de validité, d’un billet retour et d’un carnet de vaccination attestant du vaccin contre la fièvre jaune.

e-Visa

Le gouvernement béninois a mis en place le 23 avril 2018 un « visa électronique » (« e-Visa »). Les demandes de visas peuvent désormais être effectuées en ligne. Après validation du dossier, le voyageur reçoit son visa électronique par courriel, sous forme de code barre.

Moyennant le paiement de frais supplémentaires, les voyageurs conservent la possibilité d’effectuer leurs démarches auprès de la représentation consulaire du Bénin de leur pays de résidence.

Demandes de "visa touristique"

Le Bénin délivre également un visa appelé « visa touristique » qui peut être obtenu à l’arrivée à l’aéroport de Cotonou ou aux postes frontières terrestres. Ce visa est valable pour une durée maximale de 8 jours.

Le « visa touristique » est délivré sur présentation d’un passeport en cours de validité, d’un carnet de vaccination attestant du vaccin contre la fièvre jaune et d’un billet de retour dans les 8 jours. La délivrance de ce type de visa est strictement réservée au tourisme.

Ce visa ne peut être utilisé pour un autre motif que le tourisme, les visites familiales et les missions étant exclues. Il faut de ce fait opter pour le e-visa si l’objet du voyage est autre que touristique.

Règlementation douanière

Réglementation générale en matière d’importation de biens

La règlementation douanière oblige toute personne qui importe un objet par voie terrestre, aérienne ou maritime à le déclarer et à payer les taxes douanières correspondantes. Le recours à une société de transit est obligatoire pour procéder au dédouanement : seul un commissionnaire agréé par les services douaniers est habilité à le faire.

Importation de médicaments

Lorsque le médicament importé est exclusivement à usage personnel (traitement curatif ou préventif), donc en quantité raisonnable ne laissant pas soupçonner un commerce illicite, il n’est soumis à aucune réglementation. L’importation en grande quantité et à titre commercial est soumise aux autorisations préalables des responsables du secteur de la santé.

Importation d’animaux de compagnie

La vaccination antirabique est obligatoire pour introduire un chien ou un chat au Bénin. Le carnet de vaccination de l’animal doit attester qu’elle a été pratiquée depuis plus d’un mois et moins d’un an.

Exportation d’animaux protégés

L’exportation d’espèces animales ou de morceaux d’animaux protégés au sens de la convention de Washington sur le commerce des espèces en danger (ivoire, écailles de pangolins, peaux, etc.) est strictement contrôlée et sanctionnée.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Ces indications ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (ceci suffisamment longtemps avant le départ pour permettre le rappel des vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois élevés à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France à Cotonou. Il est recommandé d’emporter avec soi le contact de son assureur et son numéro de sociétaire.

En cas d’incident de santé sérieux, il est vivement recommandé de rentrer en France pour les soins. Il est conseillé de consulter la liste de notoriété médicale publiée sur le site internet de l’ambassade de France à Cotonou, afin d’identifier un médecin ou un établissement local.

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé, analyser les risques sanitaires et bénéficier de recommandations.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et emporter dans ses bagages uniquement les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçon). Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos pratiques.

Vaccinations

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour entrer au Bénin. Le vaccin est désormais valide à vie. Il est impératif de se faire vacciner avant le départ dans un centre agréé.

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, de même que la rubéole, les oreillons et la rougeole chez l’enfant. La vaccination antituberculeuse est souhaitable.

Veiller à avoir avec soi son carnet de vaccination et à garder une copie à distance facilement récupérable par voie électronique, en cas de perte ou détérioration. Le carnet de vaccination peut être demandé pour vérification à l’arrivée dans le pays.

Le nord du Bénin est affecté chaque année, notamment au cours de la saison sèche (décembre à mars), par des épidémies de méningite bactérienne qui touchent la zone sahélienne du continent. Il est fortement recommandé d’être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135, particulièrement en cas de déplacement dans les départements de l’Atacora et du Borgou.

Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.

La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques. Le Bénin se situe dans une zone classée de haute résistante, qui confère à la maladie un caractère potentiellement mortel et impose un avis médical pour le choix de la prophylaxie. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux.

Il est recommandé d’appliquer les mesures de protection contre les piqûres de moustiques, particulièrement la nuit et en soirée (cf. ci-après). Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France pendant une durée variable selon le produit utilisé.

Durant le séjour, et durant les deux mois qui suivent le retour, et même en appliquant une prophylaxie (médicamenteuse ou mécanique), en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Chikungunya

Le Bénin est dans une zone de transmission par les moustiques du chikungunya. Les symptômes de cette maladie s’apparentent à ceux de la grippe. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. Plus d’informations sur la page "maladies transmises par les moustiques".

Dengue

Une recrudescence des cas de dengue est observée au Bénin. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique : prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. Plus d’informations sur la page "dengue" du ministère de la santé.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 62.8 ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 808 ko) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Autres maladies

Fièvre de Lassa

Plusieurs cas de fièvre de Lassa, dont certains mortels, ont été signalés dans l’est (région frontalière avec le Nigéria) et le nord du pays.

Les symptômes de la maladie associent notamment de la fièvre à une faiblesse généralisée et une altération de l’état général. Le virus se transmet à l’Homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs. En cas de suspicion, il convient de consulter en urgence un médecin afin d’établir le diagnostic et d’administrer rapidement un traitement adapté.

La prévention repose sur les mesures suivantes : assurer une bonne hygiène des mains, protéger les restes et les réserves de nourriture dans les maisons, ne pas manipuler ou consommer de viandes de brousse (rats et autres), éviter tout contact avec une personne suspecte ou malade de fièvre de Lassa ainsi qu’avec ses liquides biologiques.

Méningite

La plus grande prudence est conseillée en cas de déplacement dans le nord en saison sèche et il convient d’éviter de s’y rendre avec de jeunes enfants. Il est vivement recommandé de consulter un médecin préalablement à un voyage, pour faire une évaluation sur la nécessité de vaccination contre le méningocoque (A,C,Y,W135). Pour plus d’informations, consulter la page dédiée du Ministère de la Santé.

Choléra

Des cas de choléra sont régulièrement signalés durant la saison des pluies, notamment dans les zones marécageuses du Bénin. Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (fruits de mer, par exemple) ou souillés (fruits et légumes) et ingestion d’eau contaminée. Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. mesures d’hygiène alimentaire).

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre à des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente. Il est recommandé de prendre les précautions d’usage en matière d’hygiène alimentaire (cf. ci-après) et de se faire vacciner avant le départ.

Rage

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’Homme par morsure ou léchage d’une muqueuse par un mammifère (chiens, renards, chauves-souris, …) atteint du virus. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. La vaccination peut être recommandée avant un séjour en zone exposée et nécessite une consultation médicale préalable. Pour plus d’informations, consulter la page dédiée du ministère de la Santé.

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

  • Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire) ;
  • Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides ;
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) et ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Secouer les habits, draps et sac de couchage pour éviter les piqures de scorpions ou les morsures de serpents ;
  • Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège auto pour les enfants) ;
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue ;
  • Éviter les contacts avec les personnes malades.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  • Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés ;
  • Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli ;
  • Ne pas consommer de viande de brousse.

Infos utiles

Transport

Transport routier

Réglementation

Il est obligatoire de disposer d’un permis de conduire international et d’un contrat d’assurance local pour circuler au Bénin. Une demande de permis international peut être effectuée avant le départ auprès du Centre d’expertise et de ressources titres (CERT) - permis internationaux ou de la préfecture de police de Paris pour les résidents à Paris (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F11534).

Infrastructure routière

Les grands axes reliant Cotonou au Nigéria, au Togo, au Niger et au Burkina Faso sont dans un état satisfaisant. L’approvisionnement en carburant ne pose généralement pas de problème. Il convient toutefois de prévoir un stock de réserve lors de voyages vers le nord, les stations-services connaissant régulièrement des ruptures de stock.

En cas d’accident

En cas d’accident, il convient de conduire immédiatement la victime à l’hôpital ou chez le médecin le plus proche. En cas de réaction violente des témoins, quitter les lieux et s’arrêter au premier poste de police pour déclarer l’accident (à Cotonou, au commissariat central).

Réseau de transports en commun

Il est recommandé de privilégier les déplacements en véhicule personnel. Toutefois, pour les déplacements à l’intérieur du pays, il existe des compagnies d’autocar satisfaisantes ou, pour les villes non desservies, les taxis-brousse.

A Cotonou, il est recommandé d’emprunter les taxis-autos et d’éviter les taxis-motos (zemidjans). A défaut, il est indispensable de porter un casque de bonne qualité, les accidents de la route étant fréquents.

Le taux d’alcoolémie toléré au volant est 0,8 g/l.

Législation locale

Substances illicites

La consommation et le trafic de stupéfiants sont interdits et sévèrement réprimés au Bénin. Le cannabis, l’héroïne et la cocaïne sont classés comme des drogues « à haut risque ». Toute exportation de drogues, quelle que soit la quantité, est considérée sur le plan pénal comme du trafic international. Les peines encourues vont de dix à vingt ans de prison, assorties d’amendes.

Infractions liées aux mœurs

Les délits de mœurs sont sévèrement réprimés (viols, attentats à la pudeur, actes de débauche et de dépravation). Une loi béninoise punit « les actes impudiques entre des personnes de même sexe ou avec un mineur de moins de 21 ans », âge légal de la majorité sexuelle au Bénin.

Photographies

Photographier ou filmer les infrastructures publiques (aéroport, gares, bâtiments de l’administration) nécessite une autorisation préalable.

Us et coutumes

Le Bénin est un pays où les traditions anciennes sont très présentes. Il est impératif de faire preuve de discrétion et de réserve en matière de religion, de respecter les différentes cultures et de ne pas photographier sans autorisation préalable les manifestations ou marchés traditionnels.

Voyages d’affaires

Visas d’affaires

Le Bénin a mis en place un e-visa dématérialisé le 24 avril 2018, valable pour les voyages d’affaires. Son tarif varie en fonction de sa durée (30 ou 90 jours).

Les voyageurs doivent disposer d’un passeport en cours de validité, d’un billet retour et d’un carnet de vaccination attestant du vaccin contre la fièvre jaune.

Pour plus d’informations, consulter la rubrique Entrée/Séjour de la présente fiche ou prendre l’attache du consulat général du Bénin à Paris.

Réseaux de communication

L’utilisation des téléphones portables est possible sur tout le territoire béninois moyennant de faibles coûts. Deux grands opérateurs sont présents dans les grandes villes : Moov et MTN. Quelques zones restent non reliées dans les régions les plus reculées (notamment dans les parcs nationaux).

L’utilisation de l’itinérance ("roaming") avec un numéro français est possible mais reste très onéreuse.

La connexion internet 3G/4G est disponible dans les villes, même de petite taille. Elle est beaucoup plus aléatoire en zone rurale.

La plupart des cafés, restaurants et hôtels fournissent à leurs clients un accès wifi gratuit et il existe plusieurs cybercafés à Cotonou.

Pour les entreprises, il existe des offres internet illimitées avec une bonne qualité de service.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Bénin.

Contacts utiles

Service économique

Les services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence et le soutien public au développement international des entreprises.

Le Bénin relève du service économique de Lomé :
Pascal FOURCAUT, conseiller économique
Service économique de Lomé – TOGO
Adresse : Ambassade de France – bâtiment Coopération
Avenue de la Présidence – BP 91 – Lomé – TOGO
Tél. : +228 22 23 46 80 – +228 22 23 46 73
Télécopie : +228 22 23 46 75
Courriel
Site Internet

Conseillère Agricole Régionale

Mme Sonia DARRACQ
Zone de compétence : Nigéria, Ghana, Bénin, Togo, Niger, Sierra Leone, Libéria
Ambassade de France au Nigéria / Embassy of France in Nigeria
1, Oyinkan Abayomi Drive, Ikoyi
LAGOS - NIGERIA
Tel : +234 14 62 84 53
Courriel
Site Internet

Business France

Business France est l’agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française.
Le bureau régional, basé à Abidjan, propose des services d’appui à la prospection et à l’implantation aux entreprises françaises.
En 2019, près de 500 entreprises françaises ont été accompagnées par le bureau Business France d’Abidjan, en missions collectives et individuelles, sur les marchés de Côte d’Ivoire et des pays suivis (Bénin, Burkina Faso, Ghana, Guinée, Mali, Sénégal).
Téléphone : +225 20 20 75 34
Courriel

Partenaires référencés Team France Export Bénin :

Arconseil

Contact : Anne-Sophie Besancenot, Directrice Générale
Téléphone : +229 97 99 63 27 / +229 97 97 54 31
Courriel
Adresse : Immeuble BENELEC (Premier étage) - Ilot 69B Avenue Steinmetz, 08 BP 1047, Cotonou, Benin
Site Internet

AMEXX Consulting

Contact : Valère DATO, Directeur
Téléphone : +229 67 06 30 56
Courriel
Adresse : Ilot 108 Gbediga 1 Cotonou Bénin

CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience à disposition pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Sébastien YVES-MENAGER - (+229) 21 99 10 61 00 (société SOBEBRA)
Courriel
Site internet : Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France.

AFD

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Agence de Cotonou
1506, boulevard de France
01 BP 38 – Cotonou – BENIN
Tél. : +229 21 31 35 80 - +229 21 31 45 81 - +229 21 31 34 53
Télécopie : +229 21 31 20 18
Courriel
Site Internet
Jérôme BERTRAND-HARDY Directeur

Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin

Avenue du Général de GAULLE
01 BP 31 – Cotonou – BENIN
Tél. : +229 21 31 43 86 / +229 21 31 20 81 / +229 21 31 12 38
Courriel
Site Internet
Jean-Baptiste SATCHIVI, Président – (+229) 21 32 61 92
Hyppolyte D. KOUKOU, Secrétaire général

APIEX

L’agence de promotion des investissements et des exportations est l’organisme chargé notamment d’assister les investisseurs étrangers dans leur implantation au Bénin et de gérer les démarches de création d’entreprise qui peuvent désormais se faire en ligne au travers du site : https://monentreprise.bj/ .
Siège de l’APIEX
Lot 368, face hall des arts
Cotonou - BENIN
Tél : +229 21 31 86 50

UEMOA

Le Bénin est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Cette organisation propose un guide des affaires au Bénin.

CEDEAO

Le Bénin est membre de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO).

La page du Bénin est consultable ici : https://www.ecowas.int/etats-membres/benin/?lang=fr].

BAD

Le Bénin est membre de la Banque africaine de développement (BAD).

La page du Bénin est consultable ici : https://www.afdb.org/fr/countries/west-africa/benin].

FMI

Banque mondiale

Le Bénin et la Banque mondiale.