Afghanistan

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Situation sécuritaire – contexte électoral

Plusieurs explosions ont eu lieu dans des bureaux de vote à travers le pays, dans le contexte des élections législatives des 20 et 21 octobre 2018.
Le risque terroriste étant particulièrement élevé pendant la période des élections, il convient d’éviter tout déplacement à Kaboul et dans le reste du pays, et en particulier de se tenir à l’écart des lieux les plus exposés (aéroports, bureaux de vote, administrations, bâtiments gouvernementaux, rassemblements publics, meetings politiques, etc.) qui pourraient être la cible d’attaques terroristes.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

La situation sécuritaire est très dégradée, fragile et instable.

Risque terroriste

L’Afghanistan est l’un des pays les plus touchés au monde par le terrorisme. Les combats entre les groupes insurrectionnels armés et les forces gouvernementales, assistées par une coalition internationale, touchent la majorité du territoire et font de nombreuses victimes collatérales civiles. Environ 2 000 incidents de sécurité sont comptabilisés chaque mois dans le pays.

Les menaces terroristes visent aussi bien les institutions afghanes, les forces de sécurité, la population, que les missions diplomatiques, notamment occidentales, les organisations et ONG internationales.

Le terrorisme frappe régulièrement Kaboul, touché par une quarantaine d’attaques de grande envergure en 2017. Le 31 mai 2017, un attentat visant explicitement la communauté internationale (quartier des ambassades) a fait 150 morts et près de 400 blessés afghans. Les attaques terroristes du 20 janvier 2018 contre l’Hôtel Intercontinental et du 27 janvier dans le quartier du ministère de l’intérieur ont provoqué d’importantes pertes en vies humaines. La première visait également les ressortissants étrangers (14 morts sur 24 au total). Celui du 30 avril ciblait les médias. Celui du 30 mai contre le nouveau site du ministère de l’intérieur a montré une nouvelle fois un grand degré de préparation (véhicules, uniformes et faux documents d’identité militaire américains).

Les grandes villes du sud et de l’est (Kandahar, Ghazni, Khost et Jalalabad), et, les grandes villes des provinces du nord et du centre sont également touchées. Le 24 janvier, à Jalalabad, l’ONG Save the Children a subi une attaque terroriste qui a fait 5 victimes.

Risque d’enlèvements

Le risque d’enlèvement, crapuleux ou politique, est très élevé et fait l’objet d’alertes précises et répétées. Les enlèvements peuvent être facilités par des comportements inappropriés (forte visibilité, habitudes répétitives), et par des complicités internes. Les enlèvements touchent dans leur grande majorité des Afghans, mais les Occidentaux, aujourd’hui très peu nombreux dans le pays, sont comparativement encore plus exposés et sont des cibles privilégiées du fait de leur solvabilité et de la possibilité de les utiliser dans des buts politiques (pressions sur les pays d’origine, tentatives d’échange contre des détenus avec le gouvernement afghan).

Criminalité

La criminalité de droit commun est en forte croissance et peut viser de façon privilégiée les étrangers, réputés plus solvables. Les travailleurs humanitaires locaux et étrangers sont régulièrement visés.

Afin de limiter les risques d’enlèvement, il est recommandé de s’abstenir de circuler seul, même en voiture, y compris dans les quartiers tenus pour les plus sécurisés de Kaboul, de jour comme de nuit. Les mesures consistant à indiquer à un tiers son itinéraire, à recourir à un taxi soi-disant « sécurisé » et à s’équiper de moyens de communication adaptés ne suffisent pas à garantir la sécurité lors des déplacements.

Risques liés aux transports

Transport routier

Les routes sont dangereuses et les déplacements par la route sont absolument proscrits, que ce soit en voiture particulière, blindée ou non, ou en transports collectifs. Les attaques par engins explosifs improvisés implantés dans la chaussée ou au bord de la route restent très nombreuses dans tout le pays. Les accidents de la circulation font chaque année davantage de victimes que le conflit.

Transport aérien

L’ensemble des compagnies aériennes afghanes (Ariana, Safi, Pamir, KamAir) sont inscrites sur la liste des compagnies faisant l’objet d’une mesure d’interdiction d’atterrir dans l’Union européenne (liste sur le site de la Commission européenne, en anglais). Ces compagnies continuent à assurer des liaisons depuis les pays de la région (Turquie, Inde, Iran, Emirats arabes unis notamment) et des vols intérieurs.

Risques naturels

L’Afghanistan présente un risque sismique sur la quasi-totalité de son territoire, l’épicentre des séismes se situant dans la partie montagneuse du nord-est (Hindu Kush). En cas de tremblement de terre, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’extérieur, avec l’ambassade de France. Aucun bâtiment à Kaboul n’est construit selon les normes parasismiques modernes. Pour plus d’information sur la conduite à tenir, consultez la fiche "Séismes".

D’autres risques (avalanches, inondations, glissements de terrain) existent et peuvent s’aggraver avec les changements climatiques.

Zones de vigilance

La totalité du territoire est formellement déconseillée.

Recommandations générales

Les voyages individuels ou collectifs (tourisme, même « organisé » par des entreprises de voyages se présentant comme « spécialisées ») sont formellement déconseillés dans tous les cas.

Les déplacements et séjours en Afghanistan ne sont envisageables et réalisables que dans le cadre d’un emploi ou d’une activité organisée par un employeur ou une entité disposant d’un dispositif de sécurité propre très conséquent pour ses personnels, ses locaux, ses déplacements : système des Nations unies, Union européenne, OTAN, ambassades, un nombre limité d’ONG internationales, médias et entreprises. Le risque reste toutefois très élevé compte tenu à la fois du risque général résultant de la situation sécuritaire et des menaces spécifiques visant les Occidentaux, les implantations occidentales, les lieux fréquentés par les étrangers. Les séjours sont conditionnés et des avis de retrait du personnel sont susceptibles d’intervention en cas de menace ciblée.

Les administrations et entreprises ne peuvent envisager de déplacement professionnel dans le cadre des actions appuyées par la France et les organismes multilatéraux présents sur place qu’en liaison avec l’ambassade, après information des services français compétents, et dans le respect le plus strict des règles de sécurité communiquées par l’ambassade et précisément spécifiées pour chaque mission. Ces règles couvrent la sécurisation des déplacements, qui doit commencer dès l’arrivée à l’aéroport, la détermination des itinéraires et des dates des missions, les formats des équipes et le choix de modalités d’hébergement présentant la plus haute sécurité possible. Les missionnaires opérant pour le compte de l’Etat ou de programmes multilatéraux en Afghanistan doivent suivre le même type de règles. Si leur respect le plus strict ne peut garantir que soit écarté tout risque sécuritaire, il ne fait en revanche aucun doute que leur non-respect ne peut que conduire à s’exposer inutilement et dangereusement.

Les organisations non gouvernementales qui choisissent d’être présentes en Afghanistan doivent limiter autant que possible la présence du personnel expatrié basé en permanence sur site, et avoir recours en priorité à des collaborateurs afghans pour toutes leurs missions sur le terrain. Les principales organisations présentes ont une sécurité stricte et utilisent le système d’alertes automatisé INSO (International NGO Safety Office, en anglais) pour alerter leurs collaborateurs des menaces. Leurs collaborateurs ne doivent faire aucune exception à ces règles et mesurer que, même en les respectant, leur séjour en Afghanistan comporte toujours des risques, et que le caractère humanitaire de leur action ne les protège aucunement des risques de terrorisme, de violence criminelle ou d’enlèvement.

Les ressortissants français civils employés par les organismes multilatéraux présents sur place (Nations unies et leurs agences, Union européenne, OTAN, IFI) sont soumis aux protocoles de sécurité de ces organismes et doivent s’y conformer strictement.

Il convient, avant son départ, de s’inscrire sur Ariane et, en tout état de cause, de signaler son arrivée à l’ambassade de France (section consulaire) dès les premiers jours du séjour, aux fins d’inscription au registre des Français établis hors de France et pour être destinataire des consignes de sécurité de l’ambassade par SMS ou courriel. Les personnes qui quittent le pays au terme de leur séjour doivent signaler leur départ à l’ambassade afin que les services consulaires puissent les radier de leurs listes. Ce geste est nécessaire à la sécurité de tous : il évite l’engorgement des messageries et permet de concentrer l’action sécuritaire de l’ambassade sur les seuls ressortissants effectivement présents.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Les ressortissants français doivent obtenir un visa pour se rendre en Afghanistan.

Visas de courte durée

L’ambassade d’Afghanistan en France délivre des visas à entrée simple pour une durée de 30 jours. Les tarifs des visas varient selon le type de visa demandé.

Visas de longue durée

Les visas de long séjour (trois mois) peuvent être délivrés aux fonctionnaires, officiers et employés des institutions gouvernementales et internationales, sur présentation d’une lettre d’accréditation ou d’un ordre de mission.

Les personnes souhaitant rester plus longtemps en Afghanistan peuvent prolonger leur visa auprès des autorités concernées en Afghanistan.

Réglementation douanière

Il est interdit d’importer dans le pays des produits stupéfiants, de l’alcool et du porc.

Il est illégal d’acheter ou d’exporter des antiquités sans un reçu d’un fournisseur autorisé. Lorsque vous quittez l’Afghanistan, il peut vous être demandé une preuve d’achat. Si vous n’avez pas de reçu, vous vous exposez à une amende ou à une peine de prison.
Pour toute information complémentaire, prendre l’attache de l’ambassade d’Afghanistan à Paris.

La direction générale des douanes et droits indirects propose une carte interactive regroupant l’ensemble des mesures restrictives applicables.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (dont chirurgie et hospitalisation) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Il convient de souscrire une assurance rapatriement dont la compétence pour l’Afghanistan est confirmée. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place.

Recommandations pour votre santé

L’hygiène est préoccupante compte tenu de la destruction d’une partie des réseaux d’assainissement. Les conditions sanitaires sont précaires, le système hospitalier étant sinistré.
Il est recommandé de consulter votre médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de votre état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consulter votre dentiste avant votre départ.

Constituer votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche "Infos pratiques".

Vaccinations

  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées ; assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais également dans celles spécifiques aux zones géographiques visitées.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde, le méningocoque et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

Le paludisme, maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques, est endémique dans les régions cultivées de moyenne altitude de tout l’Afghanistan, en particulier dans le sud. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. « Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques » ci-après).

Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, pour une durée variable selon le produit utilisé.

Durant votre séjour, et pendant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Dengue

La transmission de la dengue est possible. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. « Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques » ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. Plus d’informations sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

Rage

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par un chien, renard ou chauve-souris atteints du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. La vaccination préventive (en pré-exposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable.

Pour plus d’informations, consultez le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente afin d’éviter des complications graves. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. la rubrique « Quelques règles simples » infra).

Choléra

Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (dont fruits de mer) ou souillés (fruits et légumes) et ingestion d’eau contaminée. Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence. Il est recommandé de prendre les précautions d’usage (cf. la rubrique « Quelques règles simples » infra). .

Grippe aviaire

Les mesures suivantes sont recommandées :

  • Eviter tout contact avec les oiseaux et les volailles vivantes ou mortes non cuites, et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage.
  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques.
  • Eviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier pour la viande et les œufs.

En cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, consulter rapidement un médecin. En cas de symptômes compatibles, notamment fièvre, toux ou courbatures, consulter également un médecin.

Poliomyélite

Plusieurs cas de poliomyélite ont été recensés en Afghanistan. Il est fortement recommandé d’être à jour de sa vaccination et de consulter son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales avant le départ.

Lèpre

La lèpre peut être présente à Kaboul, dans les camps de réfugiés. La lèpre est une maladie chronique causée par une bactérie et touche notamment la peau, les nerfs, les voies respiratoires supérieures et les yeux. Plus d’informations sur
le site de l’Organisation mondiale de la Santé.

Fièvre Q

La fièvre Q est une maladie animale bactérienne transmissible à l’homme, par voie respiratoire ou par contact direct avec les animaux infectés. Plus d’information sur le site de Santé publique France.

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples
  • Eviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège auto pour les enfants).

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson.
  • Eviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ; peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine).
  • Eviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
  • L’eau n’est potable pratiquement nulle part ; ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant).
  • Eviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.
  • Eviter les contacts avec des personnes malades.
  • Respecter les règles d’hygiène de base et nettoyer avec attention les cuisines, salles de bain et WC.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Institut Pasteur
Santé publique France
Organisation mondiale de la Santé

Infos utiles

Transport

Il est formellement déconseillé de conduire soi-même, et en général de se déplacer par la route en dehors des villes. L’avion doit être systématiquement préféré. Les aéroports de Kaboul, Mazar-e Charif, Herat et Kandahar sont desservis par des vols internationaux.

Permis de conduire : il n’y a pas d’accord bilatéral d’échanges réciproques des permis de conduire entre la France et l’Afghanistan. Les ressortissants français peuvent circuler en Afghanistan avec leur permis français, assorti d’un permis de conduire international, durant les trois premiers mois de leur séjour. Passé ce délai, ils sont soumis à l’obligation d’obtenir par examen le permis local.

Législation locale

Alcool et stupéfiants : la détention, le transport (importation et exportation), la vente et l’usage sont strictement interdits sur tout le territoire afghan.
Des peines de prison assorties d’amende sont prononcées à l’encontre des contrevenants selon le code pénal afghan.

Us et coutumes

L’Afghanistan est un pays musulman traditionnellement très conservateur et, de surcroît, travaillé par le radicalisme religieux depuis des décennies. De ce fait, il est important de ne pas inscrire son comportement dans une apparente contradiction avec les mœurs et les traditions islamiques en général et afghanes en particulier. Cette préconisation vaut d’abord et avant tout sur le plan vestimentaire et l’apparence extérieure : il est recommandé de privilégier les tenues courantes et les femmes sont invitées à se couvrir les cheveux (un châle ou un foulard) et à porter des tenues amples.

Les contacts physiques entre personnes de sexe opposé, y compris serrer ou tendre la main pour saluer un interlocuteur, sont à prohiber en public.

Le respect doit être marqué à l’égard des personnes plus âgées, notamment les hommes. Il convient de se saluer en toutes circonstances et d’éviter de hausser le ton dans les rapports interpersonnels.

Voyages d’affaires

Compte-tenu du contexte sécuritaire local, les déplacements en Afghanistan restent formellement déconseillés. Néanmoins, les voyageurs d’affaires qui souhaiteraient, pour des motifs indispensables, se rendre en Afghanistan doivent impérativement prendre contact avec l’ambassade de France à Kaboul pour conduire ce projet.

Ces déplacements doivent faire l’objet d’une préparation minutieuse et se conformer aux consignes et stipulations formulées par les organisateurs, tout en restant conscient de ce qu’elles peuvent limiter, mais non pas éliminer les risques encourus.

Visa d’affaires

Ces visas sont délivrés de manière exceptionnelle et souvent requièrent obligatoirement une autorisation du ministère des Affaires étrangères afghan.

Données économiques

La Direction des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques Afghanistan.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Bureau de Kaboul – Afghanistan
Adresse : Ambassade de France, Sherpur Avenue, Sharenaw, BP 1596, Kabul, Afghanistan.
Tél. : +93 700 28 40 32
Courriel : kaboul chez dgtresor.gouv.fr
Site Internet : http://www.tresor.economie.gouv.fr/

  • AFD

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Agence de Kaboul
Ambassade de France
Avenue Cherpour
Kaboul
Afghanistan
Tél. : +93 797 56 22 11
Courriel : afdkaboul chez afd.fr
Site : http://afghanistan.afd.fr

  • BAD

L’Afghanistan est membre de la Banque asiatique de développement (BAD), dont le site Internet est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/.

La page de l’Afghanistan est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/countries/afghanistan/main.

  • FMI

Sites Internet :

Bureau du représentant résident du FMI en Afghanistan.

L’Afghanistan et le FMI.

PLAN DU SITE