Accès rapide :

Présentation du Royaume des Tonga

Présentation

Image pop - TONGA.gif

Données générales

Nom officiel : Royaume des Tonga
Nature du régime : Monarchie constitutionnelle
Chef de l’Etat et/ou du Gouvernement : le chef de l’Etat est le Roi Tupou VI et le Premier ministre est Lord Tu’Ivakano

Données géographiques

Superficie : 749 km² répartis sur plus de 170 îles (ZEE 666 591 km2)
Capitale : Nuku’Alofa (environ 25 000 habitants) sur l’île Tongatapu
Langue(s) officielle(s) : tongien, anglais
Langue(s) courante(s) : tongien, anglais
Monnaie : pa’anga (1 pa’anga = 0,44 euro)
Fête nationale : 4 novembre

Données démographiques

Population : 104 900 (2012) (source : Banque mondiale)
Densité : 138 h / km²
Croissance démographique : 0,37% (source : Banque mondiale)
Espérance de vie : Hommes : 69 ans ; Femmes : 75 ans (source : Banque mondiale)
Taux d’alphabétisation : 98,9%
Religion(s) : Méthodistes (53 %), Catholiques (16%), Mormons (14%), autres groupes (17 %).
Indice de développement humain (2012) : 0,710 (95ème rang mondial)

Données économiques

PIB (2012) : 471 M USD (source : Banque mondiale)
PIB par habitant (2012) : 4 493 USD (source : Banque mondiale)

Taux de croissance (2012) : 0,8% (source : Banque mondiale)
Taux de chômage (2010) : 13% (source FMI)
Taux d’inflation (2012) : 3% (source FMI)
Solde budgétaire (2012) : -20 M USD (source FMI)
Principaux clients : Corée du Sud (18%), Etats-Unis (17%), Nouvelle-Zélande (16%), Fidji (10%), Japon (9%) (Ssource : Commission européenne)
Principaux fournisseurs : Fidji (35%), Nouvelle-Zélande (24%), Etats-Unis (10,5%), Chine (10%), Singapour (4%) (source : Commission Européenne)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2011) (source Banque Mondiale) :

  • services : 58,1%
  • industrie : 22,4%
  • agriculture : 19,5%

Consulat(s) de France : l’ambassade de France à Suva (Iles Fidji) est compétente pour le Royaume des Tonga.

Politique intérieure

Le Roi Tupou V a succédé à son père, le Roi Tupou IV, le 11 septembre 2006. Le faste des cérémonies de son couronnement le 1er août 2008, illustre le poids que continue d’exercer l’aristocratie coutumière dans la société océanienne, en dépit de l’expression de plusieurs mouvements pro-démocratie au moment des élections législatives de mars 2005. Tupou V, alors dauphin, a joué un rôle déterminant dans l’apaisement des mouvements de grève qui ont surgi, en promettant, notamment, l’adoption rapide d’une réforme du mode de désignation des députés.

La lenteur des réformes a cependant provoqué la réaction de la jeunesse tongienne touchée par la crise économique. Malgré la nomination d’un roturier, M. Feleti Sevele, au poste de Premier ministre en février 2006, d’importantes émeutes ont lieu dans la capitale en novembre de la même année. L’arrivée de forces australiennes et néo-zélandaises (150 hommes) permit de mettre un terme aux émeutes qui firent huit morts dans l’incendie d’un bâtiment du centre ville. L’état d’urgence instauré au centre ville de la capitale Nuku’Alofa, détruit à 80% lors de ces événements, n’a été levé qu’en janvier 2011. La zone reconstruite (travaux financés par la Chine) a été inaugurée en août 2012.

Les dernières élections législatives de novembre 2010 ont été marquées par le changement du mode de désignation des députés : 17 des 26 députés du Parlement sont désormais élus directement par le peuple, les nobles élisant les 9 autres. Le parti démocratique “Friendly Islands”, de M. Akilisi Pohiva, a remporté 12 des 17 sièges de députés du peuple. Ce succès ne s’est cependant pas concrétisé puisque c’est un noble, Lord Tu’Ivakano, qui a été élu Premier ministre par le Parlement (alliance nobles-élus sans étiquette) et qu’un autre membre de la noblesse, Noble Lasike, a obtenu le poste de Speaker. Les démocrates ne se sont vus proposer que deux postes ministériels. Toutefois, M. Akilisi Pohiva, nommé ministre de la Santé, a démissionné de son poste au bout de quinze jours.

Le roi Tupou V est décédé à Hong-Kong le 18 mars 2012. Son frère cadet, le Prince Tupouto’a Lavaka Ata, qui a pris le nom de Tupou VI, lui a succédé mais n’est pas encore officiellement couronné.

Fin juin 2012, trois ministres ont démissionné de leur poste : M. Sileli Pulu (travail), M. Sunia Fili (police) et M. Uliti Uata (santé). Ils appartiennent tous les trois au parti pro-démocratie (Democratic Party), parti qui est aussi à l’origine d’une motion déposée contre Lord Tu’ivakano, finalement rejetée en octobre 2012 après plusieurs reports du vote. Le Premier ministre tongien a procédé début février 2013 à un nouveau remaniement gouvernemental, motivé entre autres par une situation économique difficile dont une des causes principales est la baisse constante des remises en provenance de la communauté tongienne expatriée.

Le Président du Parlement, Noble Lasike, a été limogé en juillet 2012 à la suite de sa condamnation pour détention illégale de munitions. Lord Fakafanua a été élu pour lui succéder.

Situation économique

L’économie du royaume des Tonga repose sur l’agriculture (principalement la production de courges exportées au Japon) et la pêche au thon.

Affectées par un tsunami en 2009, les Tonga ont également été durement touchées par la crise financière internationale qui a entraîné une forte augmentation du prix des carburants et des produits alimentaires, la baisse du tourisme mais surtout la chute des transferts financiers des Tongiens de l’étranger, principalement installés aux Etats-Unis. Le PIB s’est contracté de -0,3% en 2009 et a crû modestement en 2010 (0,3%). Néanmoins, l’archipel connaît actuellement une reprise de son économie avec une croissance du PIB de 1,2 % en 2011 et 0,8% en 2012.

En réponse à la crise économique, le gouvernement a adopté des mesures d’incitation fiscale et monétaire. Le National Strategic Planning Framework, qui définit les grands axes de la politique tongienne à moyen et long terme, prévoit, notamment, des réformes structurelles pour améliorer l’efficacité du gouvernement et la qualité des services fournis et accroître la participation du secteur privé à l’économie. Un plan visant à réduire la dépendance énergétique du pays est également en cours.

Le pays (marqué par son isolement géographique et sa vulnérabilité face aux prix des biens de première nécessité) doit faire face à de nombreux problèmes. L’archipel connaît également un taux de chômage très élevé. Un cinquième de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Le royaume dépend largement de l’aide internationale qui lui permet de couvrir son déficit structurel. Selon la Banque Mondiale, l’APD représentait 19,5% du PIB national en 2010 (dernières données disponibles). L’Australie lui apporte une aide publique au développement substantielle (de 33,8 millions de dollars australiens, soit 26,5 millions d’euros pour 2012-13), notamment en matière d’amélioration du service public, de santé, de formation et d’infrastructures (accord bilatéral signé en 2009). La Nouvelle-Zélande concentre son aide dans les secteurs de la gouvernance, du développement durable et de l’éducation (9,8 M euros pour 2011-2012). Les Tonga bénéficient également d’un programme d’aide de l’Union européenne (cf. infra) et d’un soutien financier important de la Chine : le centre de recherche australien Lowy Institute estimait en 2011 que les prêts accordés par la Chine aux Tonga représentaient 32% de son PIB. Le Premier ministre tongien a signé en juin 2012 une convention de financement avec le gouvernement de la République populaire de Chine, de deux avions destinés au transport inter-îles. Le coût total de l’opération est estimé à une vingtaine de millions de dollars dont au moins un tiers sera financé par un prêt chinois à taux préférentiel.

En matière d’énergies renouvelables, une étude a été menée, sur financement du Fonds Pacifique, par la société française Vergnet déjà présente en Nouvelle-Calédonie, au Vanuatu et à Fidji, pour évaluer le potentiel éolien de Tonga. Elle a conclu à des potentialités importantes de production électrique d’origine éolienne. Le gouvernement tongien pourrait solliciter le Fonds Européen de Développement pour financer les investissements nécessaires.

Politique étrangère

Le royaume des Tonga entretient des relations privilégiées avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, principaux partenaires pour l’aide au développement. Le Secrétaire d’Etat australien pour le Pacifique s’est rendu aux Tonga en mars 2011. Le ministre des Affaires étrangères néo-zélandais, M. Murray McCully, s’est rendu aux Tonga en mai 2011 et le roi George Tupou V a effectué une visite d’Etat en Nouvelle Zélande en juillet 2011. Le Gouverneur Général d’Australie, Lady Quentin Bryce, a assisté aux funérailles du roi George Tupou V en mars 2012. Le roi Tupou VI s’est rendu en visite d’Etat à Wellington fin février 2013.

La Chine et les Tonga entretiennent des relations diplomatiques depuis 1998. Le roi Tupou IV s’est rendu en visite officielle en Chine en 2004 et, en 2005 et l’ambassade de Tonga à Pékin a été inaugurée par le Prince héritier, le futur roi George Tupou V. Le Premier ministre s’est rendu à Pékin en 2006. La Chine a été représentée par le Vice-ministre du Commerce aux obsèques du roi Tupou IV en septembre 2006.

Outre l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Chine, les Tonga ont une ambassade au Royaume-Uni et une représentation permanente auprès des Nations unies à New-York.

Le Japon entretient des relations avec les Tonga depuis 1970. La famille impériale du Japon a développé une relation cordiale et personnelle avec la famille royale des Tonga au fil des ans. Le roi Tupou VI a inauguré début mai 2012 l’hôpital de Vaiola, rénové sur financements majoritairement japonais.

Début 2009, le Japon est devenu le quatrième pays à établir une ambassade à Nuku’Alofa (avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la République populaire de Chine).
Dans le cadre du réengagement des Etats-Unis dans le Pacifique, le Secrétaire d’État adjoint chargé du Pacifique et de l’Asie du Sud-est, a effectué une tournée en Océanie avec une étape aux Tonga. Il a rencontré le roi Tupou VI, le Premier ministre Lord Tu’ivakano et plusieurs membres de son gouvernement.

Sur le plan multilatéral, le royaume des Tonga est membre de l’Organisation des Nations unies (depuis 1999). Un contingent tongien de 50 hommes est engagé en Afghanistan aux côtés des forces Britanniques. A ce titre, le Premier ministre Tongien a participé au sommet de l’Otan à Chicago en mai 2012.

Tonga est également membre du Fonds Monétaire International, de la Banque Mondiale et de la Banque Asiatique de Développement. En 2007, les Tonga sont devenues membre de l’Organisation Mondiale du Commerce.

Le royaume des Tonga est également membre des principales organisations régionales comme le Forum des Iles du Pacifique (FIP), de la Communauté du Pacifique Secrétariat (CPS) et du Programme Régional Océanien de l’Environnement (PROE). Il est également membre d’organisations régionales de pêche telles que l’Agence des Pêches du Forum (FFA) et la Commission des Pêches du Pacifique central et occidental.

Les Tonga, comme tous les autres Etats insulaires du Pacifique Sud, sont membres du groupe AOSIS (Alliance of Small Island States) qui regroupe les Etats côtiers ou insulaires de plusieurs régions du monde.

L’UE et Fidji

Dans le cadre du Fonds européen de Développement (10ème FED 2008-2013), l’Union européenne a alloué un budget de 6,8 M euros aux Tonga dont 5 M euros pour développer l’accès et l’utilisation de sources d’énergies renouvelables et doter le pays d’une meilleure politique énergétique.



Mise à jour : 19.12.13

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014