Accès rapide :

Géographie et Histoire

Géographie

Le pays s’étend sur 3 000 kilomètres de côtes le long de l’océan Indien.

Bien que l’humidité soit partout sensible, le Mozambique connaît deux grandes aires climatiques limitées par la vallée du Zambèze. Le nord connaît deux saisons des pluies par an et des températures assez homogènes toute l’année ; au sud, le climat tropical marque deux saisons nettes : l’une froide et sèche (avril-sept.) et l’autre chaude et humide (oct.-mars).

À Maputo, les températures sont légèrement inférieures à 20 0C en juillet, alors qu’elles sont comprises entre 26 et 29 0C durant l’été austral. Au-delà de cette alternance annuelle, l’extrême irrégularité des pluies dans la partie méridionale du pays, porteuse de sécheresse ou d’inondations comme en janvier 2013, rend très aléatoire et difficile la gestion agricole et pastorale.

Le pays est divisé administrativement en dix provinces et possède quatre villes principales : la capitale Maputo (1 766 814 habitants en 2007), Matola, Beira et Nampula.


Histoire

Le Mozambique est le deuxième pays lusophone au monde avec une population d’environ 24 millions d’habitants. Au croisement de diverses influences (africaines, arabes, asiatiques, portugaises, boer et anglaises), l’intérieur du Mozambique n’a été véritablement colonisé par le Portugal qu’à la fin du xixe siècle. Lisbonne y développa une administration basée sur les plantations coloniales, les industries légères, les services, puis au début du XX ème, le tourisme.

Après une guerre de libération de dix ans, le Mozambique accède à l’indépendance politique le 25 juin 1975. Le pouvoir revient alors au Front de libération du Mozambique (Frelimo), créé en juin 1952 à Dar es Salam, qui engage le pays sur une voie socialiste en 1977 avec des effets désastreux pour l’économie, notamment la production agricole.

Le soutien de Maputo au ZANU PF et à l’ANC en exil conduit la Rhodésie et l’Afrique du Sud, encore sous domination blanche, à déstabiliser le pays à travers le mouvement de guérilla « résistance nationale du Mozambique » (RENAMO), bien implanté dans certaines zones rurales.

Asphyxié par les représailles militaires et économiques, le Mozambique est contraint de conclure en 1984 l’accord de Nkomati avec le régime d’apartheid, et d’expulser les militants de l’ANC. Ce conflit aura ruiné le Mozambique, qui est depuis le début des années 90, l’un des pays les plus pauvres au monde.

Après plus de quinze ans de guerre, l’abandon du socialisme, l’adoption d’une constitution permettant le multipartisme en 1990 et le succès des négociations, le pays retrouve la paix en 1992 et la croissance économique peu après. Le Frelimo a gagné toutes les élections depuis 1994. L’économie affiche des taux de croissance très positifs, mais la redistribution des bénéfices de la croissance reste un défi.


Mise à jour : 02.01.14


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014