Accès rapide :

La France et la Jamaïque

Présentation

Relations politiques

Ambassadeur de France en Jamaïque : Mme Ginette De MATHA (18 mars 2012)

Ambassadeur de la Jamaïque (en résidence à Bruxelles) : Mme Vilma MC NISH (11 juillet 2012)

La coopération technique et culturelle est régie par des accords anciens, signés en 1972 et 1987 respectivement. La réouverture de l’Ambassade à Kingston en avril 1999 a permis de relancer les relations bilatérales.


Visites

Président de la République

10 mars 2000 (Pointe à Pitre) : Entretien de M. Chirac avec le Premier Ministre, M. Patterson (Sommet France-Pays du Cariforum)

Déplacements ministériels en France

2006 : Ministre de la Sécurité Publique, reçu par le Directeur de la Police Nationale
2012 : Ministre de l’Eau, de l’Environnement et du Changement climatique


Relations économiques

Il existe deux accords principaux entre les deux pays, l’un d’encouragement et de protection des investissements, signé en janvier 1993, et l’autre de non-double imposition, signé en août 1995. Le dernier protocole financier remonte à 1997.

Les entreprises françaises sont présentes dans le secteur des infrastructures (Bouygues achève la construction de tronçons d’autoroute ; traitement de l’eau pour Vinci). Total est présent dans la distribution de carburants. Lafarge Northamerica a pris une participation majoritaire dans une cimenterie locale ; la CMA-CGM a choisi le port de Kingston comme hub régional et signé en août 2011 un protocole d’entente avec l’Autorité Portuaire de la Jamaïque, qui lui délivre une concession d’une durée de 35 ans et s’engage à effectuer des travaux de dragage permettant l’accostage de navires porte-conteneurs aux normes New Panamax.

L’investissement prévu par la compagnie française est de 100 à 200 M US$ à partir de 2014. SAGEM est présent dans les fichiers automatisés d’empreintes digitales et Vergnet dans la fourniture d’éoliennes pour la société nationale d’électricité.

PROPARCO, la filiale secteur privé du groupe AFD, intervient désormais en Jamaïque avec deux projets significatifs ; l’un de 40,4 M US$ avec la TransJamaican Highway Limited, joint-venture créée entre Bouygues et Vinci pour l’exploitation des autoroutes construites par celle-là, et l’autre de 62 M US$ avec l’entreprise Jamaican Public Services, détenu à 80% par le groupe japonais Marubeni et à 20% par l’Etat. Le premier de ces projets implique également la BID, la SFI et la BEI.

Nature des exportations françaises : 17,1 M€ (2010) équipements mécaniques et matériel électrique (35,6%), produits agricoles et alimentaires (35,1%), autres produits industriels (23%).

Nature des importations françaises : 7,7 M€ autres produits industriels (82%, alumine et bauxite), produits agricoles et alimentaires (13%, sucre).


Coopération culturelle, scientifique et technique

Plusieurs centaines d’étudiants suivent chaque année les cours de l’Alliance française de Kingston. Les crédits d’intervention bilatéraux sont axés sur l’enseignement du français. Les projets de coopération visent en premier lieu à favoriser l’interaction des Départements français d’Amérique et avec les pays voisins, notamment à travers les Fonds de Coopération Régionale.

Depuis 2001, 34 projets entre les DFA (surtout la Guadeloupe) et la Jamaïque ont été financés pour un montant total de 3,4 M€, le FCR apportant 25% des financements. Avec la Guadeloupe il s’agit surtout d’actions dans le domaine culturel, artistique et sportif, ainsi que de formation professionnelle et linguistique. Le grand champion d’athlétisme Usain Bolt s’est rendu en Martinique le 24 septembre 2011, où il s’est vu remettre la médaille de la ville de Fort-de-France.

Divers facteurs, tels l’éloignement, les liaisons aériennes onéreuses et la barrière linguistique, freinent toutefois l’essor de cette coopération régionale. Des groupes jamaïcains de musique reggae participent chaque été dans de nombreux festivals en France.

Une dizaine d’étudiants jamaïcains sont inscrits dans des universités françaises ; plus d’une vingtaine de jeunes jamaïcains partent chaque année en France comme assistants d’enseignement d’anglais, dont certains dans les DFA ; au total, depuis le démarrage du programme, plus de 200 Jamaïcains ont bénéficié de celui-ci.

Des ONG environnementalistes jamaïcaines bénéficient de financements de l’Agence française de Développement à travers une bourse régionale de projets, le programme CANARI.


Principaux Sites Web


Mise à jour : 19.08.13

Dans cette rubrique

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014