Relations bilatérales

Présentation

Relations politiques

Ambassadeur de France en Jamaïque : M. Jean-Michel Despax (juillet 2014)
Ambassadeur de la Jamaïque (en résidence à Bruxelles) : Mme Vilma Mc Nish ( juillet 2012)

La coopération technique et culturelle est régie par des accords signés en 1972 et 1987 respectivement. La réouverture de l’ambassade de France à Kingston, en avril 1999, a permis de relancer les relations bilatérales.

Visites

  • Président de la République

10 mars 2000 (Pointe à Pitre) : Entretien entre le Président Chirac et le Premier ministre, M. Patterson (Sommet France-Pays du Cariforum)

  • Ministre des Affaires étrangères

2014 : M. Arnold Nicholson, ministre des Affaires étrangères et du Commerce extérieur, reçu par le ministre des Affaires étrangères et du Développement international

  • Autres personnalités

Déplacement de M. Jean-Pierre Bel, envoyé personnel du Président de la République du 6 au 9 avril 2015 et du 23 au 26 novembre 2016

Relations économiques

Il existe deux accords principaux entre la France et la Jamaïque, l’un d’encouragement et de protection des investissements, signé en janvier 1993, et l’autre de non-double imposition, signé en août 1995. Le dernier protocole financier remonte à 1997.

Les entreprises françaises sont présentes dans le secteur des infrastructures (Bouygues jusqu’en 2012, traitement de l’eau pour Vinci). Total intervient dans la distribution de carburants. Lafarge a pris une participation majoritaire dans une cimenterie locale ; CMA-CGM a choisi le port de Kingston comme hub régional et signé en avril 2015 un contrat avec l’Autorité Portuaire de la Jamaïque, lui accordant la concession pour une durée de 30 ans du terminal à conteneurs du port de Kingston. D’un montant total de 600 M€, cette opération va faire de Kingston l’un des cinq principaux ports des Caraïbes. CMA CGM s’engage à effectuer des travaux de draguage permettant l’accostage de navires porte-conteneurs aux normes New Panamax. SOGET, PME originaire du Hâvre, a remporté en 2015, le marché pour la gestion du guichet unique du port de Kingston et de Montego Bay avec une offre de 25 MUSD. SAGEM est présent dans les fichiers automatisés d’empreintes digitales et Vergnet dans la fourniture d’éoliennes pour la société nationale d’électricité.

PROPARCO, la filiale pour le secteur privé du groupe AFD, intervient désormais en Jamaïque avec deux projets significatifs ; l’un de 30,8 M€ avec la TransJamaican Highway Limited, joint-venture créée entre Bouygues et Vinci pour l’exploitation des autoroutes, et l’autre de 33,2 M€ avec l’entreprise Jamaican Public Services, détenue à 80 % par le groupe japonais Marubeni et à 20 % par l’Etat. Le premier de ces projets implique également la BID, la SFI et la BEI.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre réseau est constitué d’une Alliance française (332 étudiants).

Les relations entre la France et la Jamaïque dans le domaine de l’enseignement supérieur sont embryonnaires : à peine une dizaine d’étudiants jamaïcains suivent un cursus en France. La coopération universitaire entre la France et la Jamaïque s’appuie notamment sur l’université des Indes occidentales (UWI), la plus importante université du pays, à la fois en termes d’étudiants et d’enseignants. Elle s’organise autour de trois antennes régionales basées en Jamaïque (campus de Mona) à La Barbade (campus de Cave Hill) et à Trinité-et-Tobago (campus de St-Augustine). Le partenariat le plus emblématique avec l’université des Indes occidentales repose sur une coopération triangulaire avec l’Institut d’études politiques de Bordeaux et l’université des Antilles.
Un autre programme d’échanges universitaires s’est développé autour de la formation des enseignants du second degré entre l’Ecole supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) de Montpellier et le Shortwood Teachers College. Cette coopération, lancée en 2009, permet l’envoi d’étudiants de Shortwood Teachers College pendant six semaines en formation à Montpellier. En échange, les étudiants de Montpellier se rendent en stage dans les écoles jamaïcaines afin d’y enseigner le français.
Plus d’une vingtaine de jeunes jamaïcains partent en outre chaque année en France comme assistants d’enseignement d’anglais, dont certains dans les collectivité françaises des Amériques.

Des ONG environnementalistes jamaïcaines bénéficient de financements de l’Agence française de développement à travers une bourse régionale de projets, le programme CANARI.

Mise à jour : 04.05.17

Dans cette rubrique

Informations complémentaires

PLAN DU SITE