Accès rapide :

Composition du gouvernement de la République de Hongrie

Les institutions

Le nouveau gouvernement de M. Orban, investi après la victoire du Fidesz aux élections législatives du 6 avril 2014, est entré en fonction le 6 juin 2014.

Huit ministres sur dix du premier gouvernement de M. Orban ont été reconduits et sept conservent leurs portefeuilles. Janos Lazar, directeur de cabinet de M. Orban, est élevé au rang de ministre et voit le périmètre de ses compétences augmentés avec la tutelle sur l’ensemble de l’administration hongroise, sur la gestion des fonds européens et sur les Affaires européennes.

Deux personnalités font leur entrée au gouvernement : M. Laszlo Troczanyi, ambassadeur en France jusqu’en mai 2014, comme ministre de la Justice et M. Miklos Sesztak, avocat, comme ministre deu développement national.


Gouvernement du 6 juin 2014

Premier ministre, M. Viktor Orbán
Vice premier ministre sans portefeuille, M. Zsolt Semjén

Les ministres

  • Ministre du cabinet du premier ministre, M. János Lázár
  • Ministre de l’Intérieur, M. Sándor Pintér
  • Ministre des Ressources humaines, M. Zoltán Balog (santé, éducation, culture, jeunesse)
  • Ministre de l’Agriculture, M. Sándor Fazekas
  • Ministre de la Défense, M. Csaba Hende
  • Ministre de la Justice, M. Laszlo Trócsányi
  • Ministre des Affaires étrangères et du Commerce, M. Tibor Navracsics
  • Ministre de l’Economie nationale, M. Mihály Varga
  • Ministre du Développement national, M. Miklós Seszták


Parlement

Le parlement hongrois est monocaméral. La Diète hongroise (Magyar Országgyűlés), aussi appelée Assemblée nationale de Hongrie, comprend 199 élus et est renouvelée tous les quatre ans.

Le régime parlementaire hongrois est caractérisé par la prépondérance du premier ministre (il ne peut être renversé par le Parlement qu’à la condition que son successeur soit simultanément désigné), face à un président, élu par le parlement, jouant un rôle d’arbitre, et face à un parlement monocaméral.

La nouvelle loi électorale, adoptée le 23 décembre 2011, prévoit l’élection des députés à un seul tour, au scrutin de circonscription et au scrutin proportionnel de liste. Le nombre de députés est réduit de 386 à 199 (106 mandats individuels et 93 provenant d’une liste). Le droit de vote, uniquement pour le scrutin de liste, est accordé aux Hongrois de souche, citoyens d’autres Etats.

La composition de la Diète hongroise issue des élections législatives du 6 avril 2014 est la suivante :

Coalition au pouvoir (133 sièges)

Alliance FIDESz/KDNP

  • Fidesz, parti conservateur, libéral, eurosceptique, créé en 1988, dirigé par le premier ministre Viktor Orban ;
  • KDNP (parti populaire démocrate-chrétien) : libéral, centre-droit, inféodé au Fidesz, dirigé par Zsolt Semjén, vice-premier ministre.

Opposition

  • MSZP-EGYUTT-DK-PM-MLP (liste commune présentée par les cinq principales formations de centre/centre-gauche) - 38 sièges
  • Jobbik (mouvement pour une meilleure Hongrie) : parti d’extrême droite, créé en 2003 et entré au parlement en 2010. Dirigé par Gabor Vona - 23 sièges
  • LMP-HP (« La politique peut être différente ») : parti vert, fondé en 2009 et entré au parlement en 2010. Direction collégiale - 5 sièges

Quelques partis non représentés au parlement

  • JESz (Communauté démocrate du bien-être et de la liberté) : parti centriste fondé en 2011 sur la base du MDF, parti de la transition, dissout après les législatives de 2010. Dirigé par Zsolt Makai
  • MCF (Union des Roms) : parti communautaire de la minorité Rom
  • MKM : parti communiste ouvrier hongrois, fondé en 1989 par la minorité orthodoxe du MSzMP, dirigé par Gyula Thürmer
  • MMRÖP (Parti de l’unité renouvelée des Roms de Hongrie) : parti communautaire de la minorité Rom dirigé par Marienka Tajnay
  • MIEP (Parti de la justice hongroise et de la vie) : parti d’extrême droite fondé en 1993 par Istvan Csurka.


Echéances électorales
(sous réserve des modifications de la loi sur la procédure électorale par le parlement)

  • Elections législatives : dernières élections le 6 avril 2014 ; prochaine échéance : 2018.
  • Elections municipales et régionales : octobre 2014
  • Election présidentielle (par le parlement) : mai 2017


Mise à jour : 16.06.14


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014