Accès rapide :

Présentation de la Zambie

Géographie et histoire

Géographie

Pays enclavé d’un peu plus de 750 000 km2, la Zambie est située au carrefour de l’Afrique australe, de l’Afrique centrale et de l’Afrique orientale. Le climat tropical est tempéré par l’altitude (1300 m pour la capitale, Lusaka), même si le point culminant du pays dépasse à peine les 2000 m (Mafinga Hills, à la frontière avec le Malawi). Les paysages sont constitués essentiellement par la savane. Le sous-sol est riche (notamment cuivre, cobalt, charbon, émeraudes). La Zambie regroupe à elle seule 40% des ressources hydrauliques d’Afrique australe.

Avec deux millions et demi d’habitants environ, Lusaka est de loin la plus grande agglomération du pays. Plusieurs des principales villes zambiennes, notamment Kitwe et Ndola, se trouvent dans la province de Copperbelt, où se situent la plupart des mines de cuivre du pays. A l’extrême Sud, Livingstone (du nom de l’explorateur britannique, qui y est passé lors d’un voyage) est à proximité des célèbres chutes Victoria. De nouvelles agglomérations se développent rapidement telles que Solwezi dans le nord du pays à proximité du Katanga (RDC).

Histoire

Initialement peuplée par les Bochimans, le territoire zambien est investi par les Bantous au IVe siècle. A partir du XVIème siècle, il se divise en royaumes, jusqu’à la colonisation britannique. Pendant l’ère coloniale, la Rhodésie du Nord (actuelle Zambie) est souvent perçue comme un prolongement de la Rhodésie du Sud (actuel Zimbabwe). Après l’échec de la Fédération de Rhodésie et du Nyassaland mise en place par le Royaume Uni de 1953 à 1963 et qui regroupait les territoires actuels de Zambie (Northern Rhodesia), Zimbabwe (Southern Rhodesia) et Malawi (Nyassaland), la Zambie devient indépendante le 24 octobre 1964.

Père de l’indépendance, Kenneth Kaunda reste au pouvoir pendant près de trente ans. Il suit s’abord une politique « non-alignée » progressiste, impose le parti unique en 1973, mais doit, face à la crise économique suscitée par une dette incontrôlée, concéder des réformes à la fin des années 80. Le rétablissement du multipartisme porte au pouvoir l’opposant Frederick Chiluba et son parti (MMD – Movement for a Multiparty Democracy), lors des élections de 1991 (première alternance démocratique). Le MMD reste au pouvoir avec Levy Mwanawasa (2001) puis Rupiah Banda (2008), avant d’être défait par le Patriotic Front de Michael Sata en 2011. La Zambie est donc l’un des rares pays d’Afrique australe à avoir connu deux alternances démocratiques et pacifiques en deux décennies.

Mise à jour : 07.07.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE