Présentation

Données générales

Nom officiel : République du Vanuatu
Nature du régime : République parlementaire
Chef de l’État et/ou du gouvernement : le Président est Baldwin Jacobson Lonsdale, élu le 22 septembre 2014.

Données géographiques

Superficie : 12 189 km² (ZEE : 641 456 km2)
Capitale : Port-Vila
Villes principales : Port-Vila, Luganville
Langue(s) officielle(s) : bichelamar, anglais, français
Langue(s) courante(s) : le bichelamar est la langue véhiculaire commune aux anglophones et aux francophones. De nombreuses autres langues vernaculaires existent également
Monnaie : vatu (1 vatu = 0,00887 taux de chancellerie au 01/03/2017)
Fête nationale : 30 juillet (anniversaire de l’indépendance)

Données démographiques

Population (2015 - Banque Mondiale) : 265.000 habitants
Densité : 21,9 habitants par km2
Croissance démographique (2011) : 2,3%
Espérance de vie : 71,9 (2014 – Banque Mondiale)
Taux d’alphabétisation : 74%
Religion(s) : environ 83% de la population est chrétienne, dont 32% presbytérienne, 13% catholique, 13% anglicane, et 11% adventistes du septième jour. D’autres groupes se réclamant du christianisme représentent 14% de la population. Par ailleurs, le « mouvement John Frum », groupe politico-religieux autochtone, s’est développé sur l’île de Tanna et comprend environ 5% de la population. Les autres confessions présentes sont le Bahaïsme, l’Islam et le Bouddhisme

Indice de développement humain (2014) : 0,594 (134ème rang mondial)

Données économiques (prévisions du FMI)

PIB (2015) : 742,4 millions d’USD (Banque Mondiale)
PIB par habitant (Banque Mondiale 2015) : 2.805 USD
Taux de croissance (2015) : - 1% (Banque asiatique de développement)
Taux d’inflation (2015) : 2,5% (Banque Mondiale)
Taux de chômage : 5,5% en moyenne sur 2004-2013 (source PNUD)
Balance des paiements courants (ITC - 2015) : -226,6 millions USD

Principales exportations (ITC - 2015) : Japon (42,4%), Turquie (12,7%), Thaïlande (10,5%), Chine (9,9%), Nouvelle-Calédonie (4,1%)
Principales importations (ITC - 2015) : Chine (19,7%), Japon (16,2%), Australie (14,4%), Singapour (11,8%), Nouvelle-Zélande (10,1%), Fidji (8,1%)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • services : 70,4%
  • agriculture : 19,7%
  • industrie : 9,9%

Exportations de la France vers le Vanuatu (octobre 2013 – octobre 2014) : 6,648 M€ Importations françaises depuis le Vanuatu (octobre 2013 – octobre 2014) : 0,167 M€

https://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/vanuatu

Consulat(s) de France : Port-Vila (section consulaire de l’ambassade)
Communauté française au Vanuatu : 1 996 français inscrits en 2013 (source DFAE)
Communauté vanuataise en France : non déterminée pour l’Hexagone, environ 7 000 Vanuatais en Nouvelle-Calédonie

Politique intérieure

Le Vanuatu est une République dont le président est élu au suffrage indirect par le Parlement pour un mandat de 5 ans. Le président en exercice est M. Baldwin Jacobson Lonsdale, élu le 22 septembre 2014. Le gouvernement est dirigé par un Premier ministre issu des rangs parlementaires.. Le Parlement est monocaméral et compte 52 députés élus pour 4 ans. Au cours des dernières années, la vie politique a été marquée par une grande instabilité gouvernementale, sept Premiers ministres se succédant ces six dernières années. Elu par le Parlement à la suite des élections de janvier 2016, le gouvernement de M. Charlot Salwai Tabimasmas est en place depuis le 11 février 2016.

Le 1er décembre, il parvient à faire repousser une motion de censure et il annonce en début d’année 2017 le lancement du plan « Vanuatu 2030 », un plan de développement durable pour les 15 prochaines années qui définit les priorités nationales.

Situation économique

Le Vanuatu a connu jusqu’en 2015 plusieurs années de croissance économique régulière. En 2015, le taux de croissance a brutalement chuté de 2,3 à –1 % en raison des dégâts considérables causés par le passage du cyclone tropical PAM en mars de la même année. Dans son analyse des besoins post-catastrophe, le gouvernement vanuatais a estimé que les dommages causés par le cyclone se chiffraient en une perte de 250 M€ de biens matériels (36,7% du PIB en 2014) et de 165 M€ de capacité de production (24,2% du PIB en 2014). La Banque asiatique de développement a estimé les pertes totales consécutives au cyclone à l’équivalent de deux tiers du PIB. Mais elle montrait également sa confiance dans les capacités de résilience du pays en prévoyant un redressement de la croissance en 2016 à 2,5% qu’elle a depuis révisé à 3,5% en raison des très bons résultats du secteur touristique.

Ce secteur clé de l’économie vanuataise contribue à hauteur de 40% au PIB et emploie près de 15% de la population active. Les touristes proviennent essentiellement d’Australie, de Nouvelle-Zélande et de Nouvelle Calédonie.
Le Vanuatu figure parmi les quatre Pays les moins avancés (PMA) d’Océanie et près de 80% de sa main-d’œuvre est employée dans l’agriculture, à l’origine de près de 80% des exportations (huile de coco, coprah, viande de bœuf, kava). Pays structurellement fragile, marqué par son relatif isolement géographique, la faiblesse de ses infrastructures et l’étroitesse de son marché intérieur, il présente aussi une forte vulnérabilité aux risques naturels comme aux besoins économiques (les importations représentent le tiers du PIB). Il bénéficie d’une importante assistance des bailleurs de fonds internationaux qui est prioritairement orientée vers le développement du secteur productif et des infrastructures de santé et d’éducation.

Politique étrangère

Le Vanuatu accorde sa priorité aux questions régionales et au maintien de la sécurité dans sa zone. Il manifeste une forte solidarité avec ses voisins mélanésiens du Pacifique qui s’est, notamment, traduite par l’envoi de contingents de police en Papouasie-Nouvelle-Guinée (conflit sur l’île de Bougainville) et la participation à la Mission régionale d’assistance aux Iles Salomon - RAMSI

Le Vanuatu est un membre actif du groupe du Fer de Lance mélanésien (GFLM), dont le siège est à Port-Vila.. Il en a assuré la présidence tournante en 2009-2010.

Le Vanuatu est l’unique Etat indépendant océanien membre de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Il est également membre du forum des Iles du Pacifique (FIP), la principale organisation politique régionale, dont il a assuré la présidence tournante en 2010-2011, ainsi que de l’Alliance des petits Etats insulaires (AOSIS), sous-groupe de négociation du G77 au sein des Nations Unies, actif sur les questions de changement climatiques.
Au niveau de ses relations bilatérales, le Vanuatu entretient des liens étroits avec les grands partenaires de la région.. Il a ouvert une Haute Commission (ambassade) à Canberra en mars 2012 et Mme Julie Bishop, ministre des Affaires étrangères de l’Australie, a effectué son premier déplacement à Port-Vila en décembre 2013, suivi d’une 2ème visite en mars 2015, à la suite du passage du cyclone PAM. Avec la Russie, il a signé en marge de la 71e session de l’Assemblée générale des Nations unies, un accord inter-gouvernemental sur l’exemption réciproque des visas. Et fin octobre 2016, il a conclu un accord de coopération avec les Etats-Unis dans la lutte contre les activités illicites.

Les relations avec la Chine s’intensifient également. Le Premier ministre vanuatais, qui a rappelé l’attachement de son pays au principe d’unicité de la Chine, s’est rendu à Pékin en octobre 2016, suivi d’une visite de 14 ministres et députés une semaine après. De nombreux projets sont en cours, concernant les équipements publics, (stade à Korman, agrandissement du collège Malapoa, des bureaux du Premier ministre, route de Malekula), le tourisme, la pêche ou encore la desserte aérienne.

En plus de ses relations avec ses partenaires traditionnels, l’archipel développe de nouveaux partenariats et notamment avec les Emirats arabes unis desquels il avait reçu une aide de 0,7 MUSD suite au cyclone PAM et dont il a accrédité le premier ambassadeur en septembre 2016. Ce rapprochement intervient dans le prolongement de la rencontre organisée en 2010 à Abu Dhabi des ministres des Affaires étrangères des États membres de la Ligue arabe et des États insulaires du Pacifique, intitulée « Prospects for Cooperation between the Arab World and the Pacific Islands ».

Quatre pays possèdent une représentation diplomatique à Port-Vila : l’Australie, la Chine, la France et la Nouvelle-Zélande. Le Japon dispose d’une antenne de la Japan International Cooperation Agency (JICA) et les Etats-Unis sont présents au travers d’un bureau de liaison du Peace Corps où sont affectés 80 volontaires. Le Vanuatu dispose de trois ambassades à Canberra, Pékin et Bruxelles, plus une représentation auprès des Nations unies à New York et huit consulats à Sydney, Auckland, Nouméa, Saipan, Manille, Pékin, New Dehli, Rome. Il vient d’en ouvrir un neuvième à Hong-Kong le 27 février 2017

Les Nations Unies et le Vanuatu

Le Vanuatu est membre des Nations Unies depuis septembre 1981 et est devenu officiellement le 157ème membre de l’Organisation Mondiale du Commerce le 24 août 2012.

L’Union européenne et le Vanuatu

Le 10ème Fonds européen de développement (FED) de l’Union européenne (2008-2013) consacre 21,6 millions d’euros au Vanuatu pour des projets relatifs à la création d’emplois et au développement des ressources humaines. Le Vanuatu bénéficie également de l’instrument communautaire de régulation STABEX (Stabilisation des exportations) et de fonds prêtés par la Banque européenne d’investissement (pour l’installation d’un champ d’éoliennes sur l’île d’Éfaté). Le 11e FED (2014 – 2020) à 31,3 millions d’euros est en augmentation de près de 35 % par rapport au 10ème FED. C’est la plus forte augmentation de crédits alloués derrière les Iles Marshall, les Etats Fédérés de Micronésie et le royaume des Tonga.

Mise à jour : 22.03.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE