Accès rapide :

Présentation du Togo

Présentation

Données générales

Nom en forme longue : République togolaise.
Chef de l’État : Faure Essozimna Gnassingbé.
Premier ministre : Selom Komi Klassou.

Fête nationale : 27 avril, fête de l’indépendance.
Monnaie : franc CFA, 1 EUR = 655,957 XOF.
Langue officielle : français.

Données géographiques

Superficie : 56 785 kilomètres carrés.
Capitale : Lomé.
Villes principales : Lomé, Dapaong, Kara, Atakpamé, Sokodé.

Données démographiques

Population : 7,1 millions d’habitants (Banque mondiale, 2015) dont 1,5 à Lomé et son agglomération (recensement 2010), dont :
Population rurale : 61 % (2014)
Population urbaine : 39 % ( 2014)
Densité : 131 habitants au kilomètre carré (Banque mondiale, 2014).
Taux de croissance démographique : 2,7% (Banque mondiale, 2014).

Espérance de vie à la naissance : 59 ans (PNUD, 2014).
Taux d’alphabétisation : 60 % (PNUD, 2014).
Indice de développement humain : 0,484, 162e sur 188 (PNUD, 2015).

Données économiques

Produit intérieur brut : 4,2 Mds$ (FMI, 2015).
Produit intérieur brut par habitant : 569 $ (FMI, 2015), 1 483 $ PPA.
Taux de croissance du produit intérieur brut : 5,4 % (FMI, 2015).
Taux de chômage : 7 % (Banque mondiale, 2014).
Taux d’inflation : maitrisée, 1,8% en 2015, 2,1 % en 2016 (prévisions, FMI).

Balance commerciale : - 956 M€ (DGT, 2015).
Principaux clients : Burkina Faso, Bénin, Inde (DGT, 2015).
Principaux fournisseurs : Chine, France, Afrique du Sud (DGT, 2015).
Part des secteurs d’activité dans le produit intérieur brut : agriculture 42 %, industrie 17 %, services 41 % (Banque mondiale, 2014).
Exportations de la France vers le Togo : 570,7 M€ (DGT, 2015).
Hors produits pétroliers (courtage international) : 216,0 M€ (DGT, 2015).
Importations françaises depuis le Togo : 9,3 M€ (DGDDI, 2015).

Aide publique au développement française décaissée : 32,6 M$ (OCDE, 2014).

Données consulaires

Consulat de France au Togo : Lomé.
Communauté française au Togo : 2 764 Français inscrits au registre en novembre 2015.
Consulat du Togo en France : Paris.
Communauté togolaise en France : 10 069 Togolais disposant d’un titre ou d’une autorisation de séjour valide en décembre 2014.

Situation économique et financière

Portée par les gains de productivité dans le secteur agricole et par l’investissement public dans les infrastructures de transport, la croissance économique au Togo est restée à des niveaux élevés ces dernières années, au-dessus de la croissance démographique. En 2015, elle s’établissait à 5,4 %, et devrait se maintenir à un niveau similaire pour les prochaines années.

Le dynamisme de l’investissement public a conduit à une accélération de la croissance, mais a également contribué à une augmentation importante de la dette publique et du déficit des transactions extérieures courantes. La dette publique est passée de 46 % du PIB en 2012 à 61 % en 2014. Le déficit des transactions extérieures courantes a augmenté de 7,5 % du PIB en 2012 à 13 % du PIB en 2013–2014, principalement à cause d’une hausse des importations liées au développement du réseau de transport.

Sur le plan budgétaire, le Togo a connu en 2014 un déficit de 4,9 % du produit intérieur brut. La mise en place d’un Office togolais des recettes, qui rassemble les services des impôts et des douanes, a pour objet d’améliorer le recouvrement des recettes. Le pays n’a plus d’accord avec le Fonds monétaire international depuis novembre 2011, mais est entré officiellement en négociations pour un nouvel accord fin 2015.

Les principaux produits d’exportation sont le ciment, les phosphates et le coton. Le déficit de la balance commercial s’établit à 956 millions d’euros en 2015. Mais le Togo s’affirme surtout comme une économie de transit, fondée notamment sur le port autonome de Lomé, seul port en eaux profondes du golfe de Guinée, la nouvelle aérogare, le « hub » bancaire et des projets d’interconnexion ferroviaire avec le Ghana et le Bénin.

Néanmoins, 51 % de la population vit en situation de pauvreté multidimensionnelle au sens du Programme des Nations unies pour le développement et le Togo arrive en 162e position au classement par l’indice de développement humain.

Le Togo est en 150e place du classement de la Banque Mondiale sur la facilité de faire des affaires pour 2015, en progression de onze places en cinq ans.

Politique extérieure

Le Togo cultive de bonnes relations avec ses voisins, notamment avec le Ghana où Faure Gnassingbé a effectué une visite d’État en novembre 2014 et qui pourrait fournir le Togo en eau potable depuis la région de la Volta, et le Bénin, avec lequel il a constitué de longue date une entreprise commune pour la production et le transport de l’électricité. Les trois pays coopèrent également dans les domaines de l’aviation civile et de la lutte contre la piraterie maritime. Lomé accueillera le Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine sur la Sécurité et la Sûreté Maritimes et le Développement en Afrique le 15 octobre 2016. Cette session s’inscrit dans le droit fil des sommets de Yaoundé (juin 2013) et des Seychelles (février 2015), afin de mettre en place une stratégie africaine de protection des mers et des océans, pour garantir paix, sécurité et stabilité, et faire de l’espace maritime africain le levier principal d’un développement économique pérenne (« économie bleue »).

Le pays s’investit également dans les enceintes multilatérales. Il est membre de l’Union africaine et de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest. En décembre 2014, il contribue à sept opérations de maintien de la paix, principalement la mission des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, avec 1 079 soldats et policiers, l’opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire, avec 501 personnes, et l’opération hybride de l’Union africaine et des Nations Unies au Darfour, avec 147 personnes. Le Togo a été élu membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies à deux reprises, en 1982-1983 et en 2012-2013. Ce mandat a permis à la diplomatie togolaise de se familiariser avec les grandes questions internationales et de rehausser quelque peu son image.

Récemment, le Togo cherche à diversifier ses partenaires. Le ministre des Affaires étrangères de la coopération et de l’intégration africaine, Robert Dussey, multiplie les efforts pour dynamiser les relations avec la Chine et les pays du Golfe persique en particulier mais aussi avec le Maroc, l’Egypte et l’Inde. Le Togo est membre depuis 1997 de l’Organisation de la coopération islamique et a rejoint, en décembre 2015, la Coalition islamique antiterroriste emmenée par l’Arabie Saoudite.

L’Allemagne développe un intérêt croissant pour son ancienne colonie. Des officiels s’y succèdent : le représentant spécial de la Chancelière pour l’Afrique en 2015 puis le vice-ministre de la défense en 2015, le ministre de la coopération en janvier 2016. La banque de développement KfW a ouvert un bureau à Lomé en 2015 afin de démultiplier l’aide publique allemande.

Le Togo se montre de plus en plus attentif à son importante diaspora, décrite comme une richesse. Les Togolais vivant à l’étranger sont estimés à deux millions, dont 30% en Europe et en Amérique du Nord, et leurs transferts de fonds représentent environ 10% du PIB. Une « semaine de la diaspora », destinée à récompenser les talents togolais à l’étranger, s’est déroulée en janvier 2016, avec pour objectif affiché de favoriser le retour au pays de compatriotes susceptibles d’en stimuler la croissance et le développement.

Mise à jour : 29.06.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016