Accès rapide :

La France et le Pérou

Brève

Pérou - Accident (19 janvier 2016)

Nous avons appris avec émotion l’accident d’autobus qui s’est produit dans la région de Junin, au centre du Pérou, qui a coûté la vie à de nombreuses personnes et fait plusieurs blessés.

» Lire la suite ...

Présentation

Relations politiques

Les relations franco-péruviennes se sont particulièrement intensifiées pendant le mandat du président Humala, francophone et francophile. Sa visite officielle en France, du 14 au 16 novembre 2012, a permis de relancer la coopération bilatérale dans de nombreux domaines : universitaire, institutionnel, judiciaire, économiques et commerciaux. M. Humala a de nouveau été reçu par le président de la République à Paris le 9 octobre 2013, puis le 1er juillet 2014.

Les présidences péruvienne de la COP 20 (décembre 2014-novembre 2015) et française de la COP 21 (décembre 2015-novembre 2016) ont permis de développer une étroite concertation bilatérale en matière de protection de l’environnement et de lutte contre le dérèglement climatique. Une délégation française de haut niveau (Ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Secrétaire d’Etat chargée du Développement et de la Francophonie) a participé à Lima en décembre 2014 à la vingtième édition de la Conférence des Parties (COP 20). La participation française aux assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale (Lima, octobre 2015) a également été forte, avec la présence des ministres en charge des Affaires étrangères, des Finances, du Développement et à la Francophonie. Le Président Humala a participé, le 30 novembre 2015 à Paris, aux côtés du Président Hollande, à la cérémonie d’ouverture de la COP 21, au cours de laquelle le Ministre péruvien de l’environnement, Manuel Pulgar Vidal, a joué un rôle de facilitateur.

Relations économiques

Avec environ 554 M€ d’échanges commerciaux directs en 2014 (510 M€ en 2013), la France est le 23ème client et le 21ème fournisseur du Pérou. Le Pérou figure pour sa part au 80ème rang des clients de la France et au 65ème rang de ses fournisseurs.

Si le volume du commerce bilatéral a légèrement augmenté entre 2013 et 2014 (+8,5%), notre déficit structurel s’est accentué sur la même période, de 100M€ à plus de 120M€.

Après une nette progression en 2012 (+ 34 % ; 235 M€), la tendance des exportations françaises vers le Pérou s’inverse depuis 2013 (- 12,8 % ; 205,3 M€ en 2013 et -1,6 % ; 202 M € en 2014). Les principales catégories de produits exportés sont les machines industrielles et agricoles qui représentent 21 % du total (- 30,8 % par rapport à 2013), les produits chimiques parfums et cosmétiques (16,4% du total ; +26,5 %) et les équipements électriques et ménagers (13,6 % ; - 2,7 %). Selon les statistiques péruviennes, en 2014, neuf sociétés péruviennes ont représenté plus du quart des achats de produits français, dont deux implantations françaises : Schneider Electric (14,1 MUSD) et Sanofi-Aventis (12 MUSD).

De leur côté, les importations françaises en provenance du Pérou (issues principalement de l’industrie agro-alimentaire, de l’agriculture et de la pêche) repartent à la hausse en 2014 après deux années de baisse (+ 15 % ; 352 M€).

Les 84 filiales françaises recensées localement, principalement situées à Lima, emploient plus de 15 000 personnes et génèrent un chiffre d’affaires d’environ 2 Mds$. Ce sont principalement des filiales de grands groupes : la moitié des entreprises du CAC 40 y est présente et plusieurs s’y intéressent (EDF, Cap Gemini et Air Liquide) tandis que d’autres ont des distributeurs (Renault) ou des représentants (Société Générale).

Une forte impulsion a été donnée en 2014 dans le domaine spatial, avec la signature en avril d’un accord intergouvernemental d’acquisition d’un satellite d’observation de la terre (Airbus Defense & Space).

Selon l’Agence de promotion des investissements privés, ProInversión, les IDE français au Pérou s’élèvent à 220,5 MUSD, soit environ 1% du stock total, et situent la France au 15ème rang des investisseurs étrangers et au 5ème rang des pays de l’UE, loin derrière l’Espagne et le Royaume-Uni (1er et 2ème investisseurs au Pérou selon les chiffres officiels). Toutefois, les statistiques sont trompeuses car elles ne comptabilisent que les investissements déclarés par les entreprises et ne retiennent que l’origine directe des flux. Ainsi, malgré les importants investissements de Perenco (optiquement Royaume-Uni) et GDF Suez (Belgique), la France n’enregistre officiellement aucun flux dans le secteur énergétique au Pérou. De plus, une fois encore, l’absence de convention de non double-imposition dissuade les entreprises d’investir directement depuis la France.

L’Agence française de Développement (AFD) intervient au Pérou depuis mars 2013 ; ses engagements se traduisent pour l’instant par un prêt de 150M$ au ministère des Finances pour le financement de la ligne 2 du métro de Lima et à un prêt non souverain de 120M€ à la banque du logement social « Mi Vivienda ».

Site du Service Economique de Lima

Coopération culturelle, scientifique et technique

Partenariat universitaire et mobilité étudiante.
La coopération en matière d’échanges universitaires et de recherche est importante. Un millier de Péruviens étudient en France, ce qui en fait le 3ème contingent sud-américain dans notre pays, derrière ceux du Brésil et de la Colombie. Plus largement, la France se place au 5ème rang des pays d’accueil (3e destination européenne), avec plus de 900 étudiants d’origine péruvienne inscrits dans les établissements français, derrière l’Espagne (3.500), les États-Unis (2.400), l’Italie (1.900) et Cuba (1.100). La moitié de la mobilité vers la France concerne le niveau licence ==48%== contre 40 % pour le niveau master et 2% pour le niveau doctorat (les bourses FLE constituant les 10% restants).

La France est l’un des pays européens retenu par le Président Humala pour accueillir des boursiers bénéficiaires du programme « Beca Presidente de la Republica », créé en faveur d’étudiants excellents issus des classes moyennes (7 étudiants en niveau Master et Doctorat en 2015). Sur une base élargie, le programme « Becas 18 excelencia internacional Francia » a permis d’accueillir dans les IUT et universités françaises 109 boursiers péruviens de classe défavorisée depuis 2013 pour une formation de licence en trois ans (13 étudiants en 2013, 13 en 2014 et 83 en 2015), grâce à un financement du Programme National péruvien des Bourses et des Crédits Educatifs (Pronabec). La sélection 2016 est en cours et devrait atteindre 100 nouveaux boursiers pour la rentrée 2016. Par ailleurs, des négociations sont en cours entre Campus France et le PRONABEC pour prolonger de deux ans le séjour d’étude de ces boursiers en France et leur faire atteindre le niveau Master (financement à 100% du PRONABEC).

Environ 150 accords interuniversitaires sont actuellement en vigueur entre la France et le Pérou, dont une trentaine de partenariats particulièrement actifs et une quinzaine de double-diplômes dans le domaine du management, des sciences de l’ingénieur et du français langue étrangère. Dans le domaine de l’hôtellerie-restauration, le savoir-faire français est mis en valeur avec la présence d’écoles telles que celles de Paul Bocuse, Lenôtre ou l’Institut « Cordon bleu ». Dans le domaine de l’environnement, de nouvelles coopérations ont été lancées en 2015 pour mettre en place des formations universitaires (master d’abord, puis doctorales à partir de 2016), notamment dans les énergies renouvelables et la biologie marine.
Au plan régional, notre coopération s’appuie sur le programme France-Amérique latine et Caraïbes (PREFALC) qui vise à favoriser les filières de niveau master, à travers l’association d’une université française et d’au minimum deux universités latino-américaines. Depuis sa création en 2002, PREFALC a permis de cofinancer 26 projets associant des établissements français, péruviens et d’autres universités de la région (dont 7 projets directement coordonnés par une université péruvienne).

Le développement des partenariats au niveau doctoral est une priorité. En 2012, un premier pas a été franchi avec la création de l’École doctorale franco-péruvienne en sciences de la vie, qui associe trois universités péruviennes, le Conseil National de la Science et de la Technologie (CONCYTEC), l’Institut de Recherche et de Développement (IRD), le MENESR et le Poste. Entre 2012 et 2015, 10 bourses doctorales en cotutelle ont ainsi été cofinancées.

- AFD-Proparco. En 2013, un prêt de 25 $M a été octroyé par PROPARCO, filiale de l’AFD, à l’Université Catholique Pontificale du Pérou (PUCP) pour l’accompagnement de sa politique d’inclusion sociale et d’internationalisation, ainsi que pour la modernisation de son campus.

- Instituts de recherche. En partenariat avec le CNRS et le ministère français des Affaires étrangères et du Développement international, l’Institut Français d’Etudes Andines, seul centre pluridisciplinaire français (sciences sociales, humaines, archéologie) à vocation régionale, est présent dans quatre pays latino-américains (Pérou, Colombie, Equateur, Bolivie). L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) au Pérou compte 32 chercheurs expatriés en 2013, répartis entre universités, institutions publiques et organismes privés. L’IRD a mis en place trois Laboratoires Mixtes Internationaux (LMI) : DISCOH (Dynamiques du système du courant de Humboldt) avec IMARPE (Institut de la Mer du Pérou) ; EDIA (Evolution et domestication de l’Ichtyofaune Amazonienne) avec IIAP (Institut de Recherche de l’Amazonie Péruvienne) et LAVI (Laboratoire Andino-Amazonien de Chimie du Vivant) avec l’Université Péruvienne Cayetano Heredria (UPCH). Cinq autres laboratoires ont été créés récemment avec des groupes de recherches péruviens.

L’Institut des Amériques a ouvert en juin 2011 une antenne à Lima.

- L’action d’ONG françaises de grande qualité (dont AVSF) contribuent au développement des zones rurales les plus défavorisées.

Mise à jour : 05.01.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016