Présentation du Pakistan

Présentation

Données générales

Nom officiel : République islamique du Pakistan
Nature du régime : République fédérale
Chef de l’Etat : Mamnoon HUSSAIN (depuis le 9 septembre 2013)

Données géographiques

Superficie : 796 095 km²
Capitale : Islamabad
Villes principales : Karachi, Lahore, Rawalpindi, Faisalabad, Peshawar
Langue (s) officielle (s) : ourdou, anglais
Langue (s) courante (s) : ourdou (langue nationale), pendjabi (48 %), pachtou (13 %), sindhi (12 %), cachemiri, baloutche
Monnaie : roupie pakistanaise
Fête nationale : 23 mars (jour de la République)

Données démographiques

Population (2017, estimations ONU) : 195 000 000 habitants
Densité : 255 habitants au km²
Croissance démographique (2017) : 2,03 %
Espérance de vie : 62 ans (hommes), 64 ans (femmes)
Taux d’alphabétisation (2015, UNESCO) : 69,6 % (hommes), 42,7 % (femmes)
Religion (s) : Islam (religion d’Etat, 97 %), hindouisme (1,5 %), christianisme (1,5 %)
Indice de développement humain (2015) : 0,550 (147e sur 188)

Données économiques

PIB (2016) : 284,2 Mds USD
PIB par habitant (2016) : 1.406 USD
Taux de croissance (année budgétaire 2016) : 4,7%
Taux de chômage (au sens du BIT) (2016) : 5,9%
Taux d’inflation (2016) : 2.9 % du PIB
Solde de la balance commerciale (2016) : -18,6 Mds USD
Principaux clients : UE (24 %), Etats-Unis (16,9 %), Chine (8,6 %), Royaume Uni (7,4 %)
Principaux fournisseurs : Chine (20,1 %), Emirats Arabes Unis (14,7 %), UE (11,1 %)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2016) :

Consulat Général de France : Karachi
Communauté française au Pakistan (2016) : 550 (dont plus de 340 double-nationaux)
Communauté pakistanaise en France (2016) : env. 40 000

Politique intérieure

La République fédérale islamique du Pakistan est constituée de 4 provinces (le Pendjab, le Sind, le Balouchistan et Khyber-Pakhtunkhwa), et 4 territoires (territoire fédéral d’Islamabad, régions tribales fédéralement administrées, Azad-Jammu-Cachemire et Gilgit-Baltistan). A la suite de la réforme constitutionnelle de 2010, le Premier ministre est redevenu le principal détenteur du pouvoir exécutif. Il dispose notamment du droit de dissoudre l’Assemblée nationale, d’organiser un référendum et de nommer les gouverneurs des provinces, les officiers généraux et les hauts fonctionnaires.

Depuis son indépendance en 1947, le Pakistan a connu trois coups d’Etat militaires (1958, 1977 et 1999) entraînant sur plusieurs alternances de régimes militaires et civils. Le premier ministre Nawaz SHARIF a été élu en juin 2013, marquant ainsi la première transition pacifique et démocratique entre deux gouvernements civils élus. Dès son entrée en fonction, M. SHARIF a affiché ses priorités en matière de politique interne et externe : lutte contre le terrorisme au Pakistan et mise en place d’une politique d’ouverture avec l’Inde. L’institution militaire conserve cependant une influence notable sur la conduite de la politique étrangère, en particulier sur les questions relatives à la sécurité nationale.

Situation économique

Le premier ministre Nawaz SHARIF a fait de la relance de l’économie la priorité de son gouvernement. Des premières mesures ont permis une amélioration de la situation macroéconomique : réduction du déficit budgétaire (le déficit public est désormais établi à 4,3%, le solde budgétaire primaire est désormais positif et la dette publique a augmenté de 2,7 points en 2015-16 pour s’établir à 64,7% du PIB) et de l’inflation, dérive des prix contrôlée, reconstitution des réserves de changes tombées au plus bas en 2013. Cet assainissement économique a été favorisé par le soutien du FMI, engagé au Pakistan dans le cadre d’un prêt de 6,6 Mds USD accordé en 2013 en échange de la mise en œuvre de réformes structurelles. Les premiers effets de ces mesures sont toutefois atténués par la lenteur des réformes structurelles (difficultés à résoudre la crise énergétique liée au manque d’investissements et au déficit d’approvisionnement, faiblesse de la réforme fiscale et de la privatisation des entreprises publiques). La croissance économique a connu une amélioration depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement SHARIF en mai 2013 (+4,7% de croissance sur l’exercice budgétaire 2015/2016 (juillet 2015-juin 2016) soit la meilleure performance depuis huit ans. Cette amélioration de la situation économique est toutefois encore insuffisante au regard de la croissance démographique (manque d’infrastructures, croissance de la consommation électrique mais persistance de la crise énergétique). Le Pakistan accuse donc toujours un important retard en termes de développement (60 % de la population vit avec moins de 2 USD par jour).

Politique étrangère

L’histoire du Pakistan est émaillée de plusieurs conflits avec l’Inde : en 1947 ; en 1965 ; en 1971 ; et en 1999 près de la ville de Kargil. Le Pakistan a noué, depuis son indépendance, une relation étroite avec la Chine, marquée notamment par une coopération soutenue dans les secteurs de l’économie et de la défense. La Turquie, l’Arabie saoudite, l’Iran et les pays du Golfe constituent les autres grands partenaires régionaux. Les relations avec les Etats-Unis, bien qu’anciennes, ont été marquées par des tensions régulières qui ont fait place, depuis l’élection de Nawaz SHARIF, à un rapprochement progressif, le Pakistan constituant un acteur important de la stabilisation de l’Afghanistan, notamment dans le contexte du retrait des troupes internationales fin 2014.

L’Union européenne et le Pakistan

L’Union européenne entretient un dialogue régulier avec le Pakistan. Le 2e sommet ad hoc UE-Pakistan s’est tenu en juin 2010 à Bruxelles. L’entrée en vigueur, en 2012, d’un plan d’engagement à 5 ans entre l’Union européenne et le Pakistan, a pour objectif de renforcer les relations politiques et économiques. Le plan d’action à 5 ans prévoit des dialogues réguliers : un dialogue stratégique (la 3e session a eu lieu en octobre 2016), un dialogue politique, une commission mixte de mise en œuvre du plan (dernière session en septembre 2015). Ce plan d’engagement à 5 ans sera remplacé par un Plan d’engagement stratégique UE-Pakistan à la mi-2017. L’UE est le premier partenaire commercial du Pakistan, qui est l’un des principaux bénéficiaires de l’aide communautaire en Asie. Le Pakistan bénéficie par ailleurs du Système de préférences généralisées (SPG+), octroyé par l’UE.

Les Nations Unies et le Pakistan

Membre non-permanent du Conseil de sécurité pour le biennum 2012-2013, le Pakistan est un important contributeur aux OMP. Il figure depuis 10 ans parmi les trois principaux contributeurs mondiaux, avec l’Inde et le Bangladesh. La première participation pakistanaise à une OMP remonte à 1962 (MONUC au Congo). En février 2017, il occupe le second rang mondial avec 7128 Casques bleus (dont 278 policiers), majoritairement en République démocratique du Congo (RDC), au Darfour et en République Centrafricaine (RCA).
Le Pakistan a présenté la candidature du Dr Sania NISHTAR au poste de Directeur général de l’OMS en 2017.

Mise à jour : 11.04.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE