Accès rapide :

Présentation de la Chine

Présentation

Données générales

Nom officiel : République Populaire de Chine
Nature du régime : République
Chef de l’Etat : Président XI Jinping
Chef du Gouvernement : Premier ministre LI Keqiang

Données géographiques

Superficie : 9.561.000 km²
Capitale : Pékin (Beijing)
Villes principales : Shanghai, Canton, Tianjin, Chongqing, Wuhan, Chengdu, Shenyang
Langue officielle : chinois (mandarin ou putonghua)
Langues courantes : chinois, cantonais, nombreux dialectes locaux
Monnaie : Renminbi (1 Euro = 7,1 RMB - taux de change début octobre 2015)
Fête nationale : 1er octobre (proclamation de la fondation de la République Populaire de Chine)

Données démographiques (banque mondiale)

Population : 1,368 (2014) milliard d’habitants
Densité : 143 hab/km² (2014)
Croissance démographique : 0,5% (2014) (banque mondiale)
Espérance de vie : 75 ans
Taux d’alphabétisation : 95%
Religions : bouddhisme, taoïsme, islam, catholicisme, protestantisme
Indice de développement humain : 0,719 (91ème rang mondial) (2013) (PNUD )

Données économiques

Données économiques (FMI) :
PIB (2014) en milliards de dollars : 9469
PIB par habitant (2014) en dollars : 7572

Taux de croissance (2014) : 7,4%
Taux de chômage (2014) : 4,1%
Taux d’inflation (2014) : 2%

Solde budgétaire (2014) : -2% du PIB
Balance courante (2014) : 209,8 milliards de dollars

Principaux clients : Etats-Unis, Union Européenne, Hong Kong, Japon.
Principaux fournisseurs : Union Européenne, Corée du Sud, Taiwan, Japon.

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (Banque mondiale) :

  • agriculture : 10 %
  • industrie : 44 %
  • services : 46 %

Exportations de la France vers la Chine (2014) : 16,2 milliards d’euros (+4% par rapport à 2013)
Importations françaises depuis la Chine (2014) : 42,5 milliards d’euros (+9,7% par rapport à 2013) (DGTrésor)

Site de la Direction générale du Trésor : http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/chine

Consulats : Hong-Kong, Shanghai, Shenyang, Canton, Wuhan, Chengdu et Pékin
Communauté française en Chine en décembre 2014 (Hong-Kong inclus) : 31 334 (inscrits sur les registres consulaires)

Politique intérieure

L’équipe dirigeante actuelle a pris ses fonctions en mars 2013. XI Jinping, nommé Secrétaire général du Parti en novembre 2012, est devenu Président de la République à la suite de HU Jintao, et LI Keqiang a succédé à WEN Jiabao comme Premier ministre. XI Jinping, qui préside la Commission militaire centrale (CMC), est également chef de l’armée. Outre le Premier ministre, le gouvernement comprend quatre Vice-premier ministres, cinq conseillers d’Etat et vingt-cinq ministres et présidents de commissions d’Etat. Au niveau du Parti communiste chinois, le Comité permanent du Bureau politique compte les sept membres suivants, par ordre protocolaire : XIi Jinping (Secrétaire général du Comité central Parti) ; LI Keqiang (Premier ministre) ; ZHANG Dejiang (Président du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire) ; YU Zhengsheng (Président de la Conférence consultative politique du peuple) ; LIU Yunshan (Président de l’Ecole centrale du Parti) ; WANG Qishan (Secrétaire du Comité central pour l’inspection disciplinaire du Parti) ; ZHANG Gaoli (1er vice-premier ministre).

Les grandes lignes de l’action des autorités ont été fixées lors du 18ème Congrès du Parti communiste chinois de 2012, de son troisième Plenum de 2013 et de son quatrième Plénum de 2014. L’accent a été mis sur la poursuite des réformes afin de promouvoir l’évolution du développement économique vers un modèle plus durable. Autres objectifs : renforcement du système de gouvernement par la loi et amélioration du système de gestion administratif, lutte contre la corruption, promotion de la protection de l’environnement (notamment par la réduction de l’intensité énergétique de l’économie chinoise). En matière de sécurité, un Conseil de la sécurité de l’Etat (semblable au Conseil de sécurité nationale américain) a été mis en place et doit jouer un rôle de coordination entre acteurs civils et militaires. Il s’est réuni pour la première fois en avril 2014.

Situation des droits de l’Homme

La situation des droits de l’Homme se dégrade depuis 2011. Les arrestations et les pressions exercées à l’encontre des défenseurs des droits de l’Homme se sont multipliées et la surveillance de l’internet s’est renforcée. La vague d’immolation qui a débuté en 2011 dans les zones de peuplement tibétain ainsi que les épisodes de violences interethniques survenant régulièrement au Xinjiang conduisent les autorités à maintenir un contrôle très strict de ces régions, y compris par le recours à des moyens militaires. L’attentat du 1er mars 2014 à la gare de Kunming (Yunnan) confirme l’existence du risque terroriste en Chine.

La société civile a acquis une certaine autonomie depuis les années 1980 (développement des ONG, accès à l’internet, ouverture aux voyages et aux études à l’étranger) et certaines évolutions positives ont pu être observées (réduction du champ d’application de la peine de mort et diminution de moitié du nombre d’exécutions depuis 2007) mais la situation des droits de l’Homme reste une source de préoccupation majeure.

Les détentions arbitraires, notamment de défenseurs des droits de l’Homme, les conditions de vie des travailleurs migrants, la question des minorités (Xinjiang, Tibet), la liberté d’expression et de conviction, l’organisation syndicale indépendante, les conditions d’exercice de la profession d’avocat, la liberté de la presse restent des problématiques abordées régulièrement avec la Chine par la France et l’Union européenne, en particulier à l’occasion du dialogue euro-chinois sur les droits de l’Homme dont la dernière session s’est tenue à Bruxelles en décembre 2014.

La France mène une coopération active en Chine dans le domaine de la gouvernance démocratique, en particulier en soutien à la société civile et en faveur du développement de l’Etat de droit. Celle-ci se traduit par des programmes dans les domaines juridiques et administratifs ainsi que par de nombreux échanges humains.

Situation économique

La Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale devant le Japon (en PIB) en 2010 et le premier exportateur mondial devant l’Allemagne, en 2011. L’économie chinoise est cependant confrontée à d’importants défis, dont la chute de la demande mondiale. Le 12ème plan quinquennal, qui définit les orientations des politiques économiques chinoises entre 2011 et 2015, vise à introduire un modèle de croissance plus équilibré, davantage assis sur la demande domestique. Le prochain plan quinquennal (2016-2020) est actuellement en préparation et devrait être adopté lors de la session annuelle parlementaire de mars 2016.

Depuis 2010, le rythme de la croissance chinoise ralentit : il est passé de 10,3% en 2010 à 7,4% du PIB en 2014. Le FMI envisage sur une croissance annuelle du PIB de moins de 7% en 2015.

L’aggravation de la pollution généralisée des milieux marins, terrestres et atmosphériques (pollutions des sols et des écosystèmes côtiers aux métaux lourds, rejets chimiques et industriels dans les cours d’eau, désertification des plaines du nord, dégradations liées à l’activité minière, pluies acides, etc.) est source d’inquiétude pour les autorités, autant par les tensions sociales qu’elle génère, en particulier en zone rurale, que par son impact économique.

Politique extérieure

La priorité de la politique étrangère chinoise demeure la stabilité régionale et le soutien à la croissance économique du pays. Néanmoins, son action revêt de plus en plus une dimension globale. Nation la plus peuplée du monde, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, puissance nucléaire et, depuis 2010, deuxième économie mondiale (première en parité de pouvoir d’achat), elle s’affirme comme un partenaire incontournable pour relever les grands défis globaux dans un cadre multilatéral.

Mettant en avant le concept d’ « émergence pacifique », la Chine veille à apparaître comme une puissance responsable et s’implique de plus en plus dans les mécanismes multilatéraux de règlement des crises internationales (Corée du Nord, Iran, Mali, Syrie) ou ayant trait aux défis globaux (climat, gouvernance économique mondiale, piraterie, etc.).

Deuxième économie du monde depuis 2010, après les Etats-Unis, la Chine est aussi le premier pays exportateur du monde et le premier détenteur de réserves de change (3840 Mds USD au quatrième semestre 2014). La crise économique et financière, qui l’a moins affectée que ses principaux partenaires, a encore renforcé son rôle dans l’économie mondiale. L’un des premiers objectifs de la politique extérieure chinoise consiste à accompagner et soutenir la croissance économique du pays (création de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures - AIIB, projet des « nouvelles routes de la soie », etc.).

Mise à jour : 07.10.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016