Présentation de l’Afghanistan

Données générales

Présentation du pays

Carte de l'Afghanistan

Nom officiel : République islamique d’Afghanistan
Nature du régime : présidentiel
Chef de l’Etat : Ashraf GHANI (investi le 29 septembre 2014)
Chef de l’Exécutif : Abdullah ABDULLAH

Données géographiques

Superficie : 652 090 km²
Capitale : Kaboul (2,4 millions d’habitants)
Villes principales : Hérat (400.000 habitants) ; Kandahar (350.000 habitants) ; Mazar-e Charif (300.000 habitants)
Langues officielles : pachto et dari (autres langues courantes : tadjik, ouzbek, turkmène)
Monnaie : afghani
Fête nationale : 19 août (fête de l’Indépendance de 1919)

Données démographiques

Population : 34,6 millions (2016, Banque mondiale), auxquels s’ajoutent plus de trois millions de réfugiés afghans encore présents en Iran et au Pakistan.
Croissance démographique : 2,8 % par an (2016, Unesco)
Espérance de vie à la naissance : 60,7 ans (2016, Banque mondiale)
Taux d’alphabétisation : 38,17 % (2015, Unesco)
Religions : 84% de musulmans sunnites (rite hanéfite), 15% de musulmans chiites (duodécimains et ismaéliens), autres (sikhs, hindous…).
IDH : 0,479 (2016, PNUD – 169e rang, catégorie des pays les moins avancés (PMA)).

Données économiques

PIB : 19,4 milliards USD (2016, Banque Mondiale ; 104e rang mondial)
RNB/hab. : 580 USD (Banque mondiale, 2016 ; NB : 750 USD en 2004)
Taux de croissance : 0,8% (2016, Banque mondiale)
Inflation : -1,55% (2016, Banque mondiale)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2016) : Agriculture : 24,6% ; Industrie : 21 % ; Services : 55%.
Exportations françaises vers l’Afghanistan : 21,8 millions d’euros (2015)
Importations françaises depuis l’Afghanistan : 6 millions d’euros (2015)
Pour plus d’informations, voir le site du ministère de l’économie et des finances.
Consulat de France : Kaboul (section consulaire de l’ambassade)
Communauté française en Afghanistan (2017) : environ 250 inscrits
Communauté afghane en France (2015) : environ 3 500 personnes

Composition du gouvernement
(annoncé le 12 janvier 2015)

Président de la République, M. Ashraf GHANI AHMADZAI
Premier vice-président, Général Rashid DOSTOM
Second vice-président, M. Sarwar DANISH
Chef de l’exécutif : Dr. Adbullah ABDULLAH
Ministre de la défense : M. Général Tariq SHAH BAHRAMI
Ministre de l’intérieur, M. Taj Mohammad JAHID
Ministre des affaires étrangères, M. Salahuddin RABBANI
Ministre des finances, M. Ahmad Eklil HAKIMI

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Le second tour de l’élection présidentielle du 14 juin 2014 a conduit à l’investiture d’Ashraf GHANI le 29 septembre. Il a succédé à Hamid KARZAI après les deux mandats successifs de ce dernier à la tête du pays. Cette investiture a consacré la première passation pacifique du pouvoir d’un chef d’Etat élu à un autre dans l’histoire du pays. Son adversaire du second tour, le Dr. ABDULLAH, a été nommé à un poste équivalent de celui de Premier ministre, en vue de former un gouvernement d’unité nationale composé de ministres représentant les deux camps. L’Afghanistan a ainsi franchi une étape essentielle de sa transition politique, treize ans après la chute des Talibans en 2001. Cependant, l’Afghanistan connait depuis novembre 2016 une crise politique entre l’assemblée nationale et le gouvernement – en effet, sept ministres, dont le ministre des affaires étrangères, ont fait l’objet d’une motion de défiance par l’assemblée nationale. Le gouvernement a néanmoins maintenu les ministres dans leurs fonctions. Arrivé à terme, le mandat de l’actuelle législature a par ailleurs été prorogé par décret présidentiel le 22 juin 2015 du fait du report des élections parlementaires (initialement prévues en octobre 2015). Les élections parlementaires et les élections des conseils de district devraient avoir lieu en juillet 2018.

La situation sécuritaire en Afghanistan s’est fortement dégradée avec des combats contre les Talibans très actifs dans le nord et le sud du pays, l’implantation de Daech dans l’est et des attentats fréquents sur l’ensemble du territoire. L’Afghanistan a ainsi connu en 2017 le mois du Ramadan le plus meurtrier depuis 2001, à l’exemple de l’attaque spectaculaire du 31 mai 2017 dans l’enclave diplomatique de Kaboul qui a fait près de 150 morts et 500 blessés et d’importants dégâts matériels.

Situation économique

L’économie afghane a connu une croissance économique forte au cours de la dernière décennie (taux de croissance moyen de 9,4 % entre 2003 et 2012). Cette croissance a été essentiellement tirée jusqu’en 2014 par la présence internationale et l’aide au développement. L’économie afghane reste cependant très peu développée (en grande partie encore agricole) et a pâti du ralentissement lié à la diminution de la présence internationale (croissance de 0,8% en 2016). Le taux de chômage est estimé à 40%. Le trafic de drogue empêche par ailleurs le développement de l’économie légale (l’opium afghan représente 90% de la production mondiale). La production d’opium était en forte progression en 2016 (4.800 tonnes contre 3.300 tonnes en 2015). Le nouveau gouvernement est par ailleurs confronté à une grave crise budgétaire, la situation des finances publiques n’ayant cessé de se dégrader depuis 2011.

Politique étrangère

La politique extérieure afghane est marquée par le renforcement de la coopération régionale et le maintien d’un engagement des partenaires internationaux. Plusieurs processus multilatéraux ont été mis en place pour renforcer la coopération régionale autour de l’Afghanistan : Regional Economic Cooperation Conference on Afghanistan lancée en 2005, axée sur les questions économiques, et le « Processus d’Istanbul / Cœur de l’Asie », lancé en novembre 2011.

Mise à jour : 03.08.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE