Transports

Partager

Importation de véhicule

L’importation d’un véhicule nécessite des procédures d’admission complexes, si le véhicule en question est destiné à être utilisé sur le réseau routier néo-zélandais. Le véhicule doit répondre aux normes techniques locales (nécessité de passer une "entry certification inspection"). La personne important le véhicule doit fournir des preuves, traduites en anglais, que le véhicule lui appartient.

Si le véhicule est équipé d’un volant à gauche, l’accord du Land Transport Safety Authority Office à Wellington doit être obtenu avant importation : un permis spécifique est alors délivré et le véhicule ne peut être vendu ou cédé à une autre personne, à moins qu’il ait plus de 20 ans. Si le véhicule est en Nouvelle-Zélande de manière temporaire seulement, une caution peut être demandée par les autorités néo-zélandaises.

Le coût total de l’inspection d’un véhicule à son arrivée en Nouvelle-Zélande et de son immatriculation sur place est estimé entre 800 et 1000 dollars néo-zélandais (entre 470€ et 600€). La procédure prend en général moins d’une semaine.

Des droits de douane (15% de la valeur du véhicule) sont aussi prélevés à l’entrée si la personne important le véhicule ne compte pas s’établir de manière permanente en Nouvelle-Zélande, si elle est en possession du véhicule depuis moins d’un an, ou si elle ne compte pas le conduire pendant plus de deux ans après son arrivée sur le territoire néo-zélandais.

Permis de conduire

Le permis de conduire français accompagné d’une traduction certifiée conforme ou du permis international est valable un an. A l’expiration de ce délai, il est nécessaire d’obtenir le permis local.

Pour plus de renseignements concernant l’obtention du permis de conduire néo-zélandais et les principales indications du code de la route, consulter le site du ministère des Transports.

Code de la route

La conduite s’effectue à gauche ; la priorité est à droite. La vitesse maximale autorisée en ville est de 50 km/h, 100 km/h sur routes et autoroutes. Les infractions routières sont sévèrement réprimées et les contrôles d’alcoolémie fréquents.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le code de la route néo-zélandais en ligne.

Assurances et taxes

L’assurance automobile n’est pas obligatoire. Toutefois, il est vivement conseillé de s’assurer tous risques. Plusieurs compagnies sont présentes sur le marché. L’assurance est plus élevée pour les moins de 25 ans. Il est conseillé de demander à son précédent assureur un certificat attestant le pourcentage de bonus acquis.

Un contrat annuel d’assurance tous risques (sans bonus) d’une Clio de 10 ans pour un conducteur de plus de 25 ans revient environ à 430 €. Il s’élève à 700€ environ pour un 4x4 dans les mêmes conditions.

Achat et location

Toutes les marques sont représentées dans le pays.

L’achat d’un véhicule sur place est plutôt recommandé. Le marché local est très bien fourni et dans le domaine de l’occasion, très compétitif. Les prix des véhicules neufs sont plus élevés qu’en France (+ 15%) car tous les véhicules sont importés (pas de production locale).

Un contrôle technique régulier " Warrant of Fitness ", doit être pratiqué tous les 12 mois pour les véhicules qui datent d’avant le 2 janvier 2004 et tous les 6 mois pour ceux qui datent d’après le 1er janvier 2004. Il doit aussi être effectué avant la revente du véhicule.

Les agences de location de voitures sont très répandues. La location d’un véhicule pour une journée peut coûter entre 40 NZD et 120 NZD (entre 26€ et 70€), assurance comprise et kilométrage illimité (tarif évolutif en fonction du type de véhicule et de la durée de la location). Le conducteur doit être âgé de 21 ans au moins. Les tarifs sont souvent plus élevés pour les conducteurs de moins de 25 ans. Le permis de conduire européen est accepté.

Pour en savoir plus :

Immatriculation

Une plaque d’immatriculation néo-zélandaise peut coûter, selon le type du véhicule, son âge et le carburant utilisé, entre 300 NZD et 600 NZD (entre 175€ et 350€). Chaque véhicule garde sa plaque d’immatriculation à vie, même après changement de propriétaire.

Cependant, il est aussi possible de demander une plaque d’immatriculation personnalisée (avec, par exemple, un prénom), qui peut être transférée d’un véhicule à un autre. Toute plaque d’immatriculation, personnalisée ou non, doit contenir six caractères.

Entretien

Toutes les réparations peuvent être effectuées sur place. Des délais de 2 à 3 semaines sont parfois requis pour certaines pièces détachées spécifiques (approvisionnement en Australie et Nouvelle Calédonie).

Réseau routier

L’infrastructure routière est satisfaisante, mais les autoroutes sont peu nombreuses, sauf aux abords immédiats des grandes villes. Elles peuvent devenir très étroites en campagne.

Le relief escarpé de la Nouvelle-Zélande crée aussi beaucoup de ravins et de virages qui peuvent rendre la conduite difficile. En 2013, le taux néo-zélandais de victimes de la route s’élevait à 9,1 pour 100 000 habitants – à comparer avec un taux français de 6,4.

Transports en commun

Les liaisons intérieures sont assurées par chemin de fer (surtout utilisé pour le fret), la route (voitures de location et services d’autocars), l’avion et le bateau.

La route reste avec l’avion le moyen de transport le plus pratique pour se déplacer dans le pays. Plusieurs services d’autocars parcourent le pays, notamment Intercity Coach.

Le réseau ferré est peu développé et peu rapide. Les liaisons passagers desservent essentiellement Auckland à Wellington (trajet de plus de 11h00 par l’Overlander) et Christchurch à Greymouth. La seule compagnie de chemin de fer pour le transport de passagers est KiwiRail, principalement consacrée au tourisme.

Des lignes aériennes intérieures relient les grands centres actifs. L’avion représente le moyen de transport le plus rapide et le plus pratique pour les déplacements à l’intérieur du pays, compte tenu des distances importantes entre le nord et le sud (2200 km).

Les compagnies aériennes principales sont Air New Zealand (27 destinations intérieures), JetStar (compagnie low-cost qui dépend de Qantas et qui dessert Dunedin, Queenstown, Christchurch, Wellington et Auckland) et Qantas (compagnie australienne qui dessert les mêmes aéroports que JetStar).

Des ferries effectuent les liaisons inter-îles dans le détroit de Cook. Voir les sites internet BlueBridge et InterIslander.

L’aéroport de Wellington est relié au centre ville (10 minutes de trajet environ) par bus express. La tarification minimum (une zone) revient à 6 NZD, augmentée de 1 NZD par zone supplémentaire selon la destination finale. Comptez 9 NZD par personne pour vous rendre dans le centre-ville (il existe des tarifs réduits pour les enfants).

L’aéroport d’Auckland est aussi lié au centre-ville par un bus express qui circule 24h/24. Le trajet prend environ 45 minutes et coûte soit 16 NZD l’aller simple, soit 28 NZD l’aller-retour. Il existe aussi des tarifs spéciaux pour les enfants, les familles, les groupes et les voyageurs fréquents.

Les services de taxis, bus ou trains sont détaillés sur les sites internet des villes, rubrique "getting here and around". Pour Wellington, le site Metlink permet de se renseigner sur les lignes de bus et de train (horaires, tarifications, plans). A Auckland, c’est le site Maxx qui fournit les mêmes informations.

Mise à jour : janvier 2014