Passeport, visa, permis de travail

Partager

De manière générale, et quel que soit le motif de votre séjour, il convient de contacter les Consulats du Maroc en France qui vous informeront sur la règlementation en matière d’entrée et de séjour au Maroc, règlementation que vous devrez impérativement respecter.

Les Consulats de France au Maroc ne sont pas les organismes compétents pour répondre à vos demandes d’information concernant votre séjour/ installation au Maroc.

Pour un séjour égal ou inférieur à trois mois, le passeport en cours de validité (trois mois minimum) est obligatoire. Si aucun visa n’est exigé pour les ressortissants français, la carte nationale d’identité n’est pas reconnue pour pénétrer sur le territoire marocain (sauf dans le cas d’un voyage organisé en groupe).

Tout Français désirant séjourner au Maroc au-delà de 90 jours doit se faire immatriculer dans les 15 jours qui suivent la date de son entrée et obtenir une carte d’immatriculation. Cette carte, qui autorise le séjour pour une durée variable, est nécessaire pour l’accomplissement de certains actes de la vie quotidienne : ouverture d’un compte bancaire, établissement de carte grise automobile, etc. La liste des pièces justificatives est à solliciter auprès des autorités consulaires marocaines avant votre départ.

Les mineurs doivent également être titulaires, au-delà de 90 jours, d’une carte d’immatriculation ou d’un document de circulation qui peut être exigée à l’occasion de la sortie du territoire marocain.

Attention, le PACS et le concubinage ne sont pas reconnu au Maroc, le conjoint non-marié rencontrera des difficultés pour l’obtention d’une carte de séjour.

Pour exercer une activité professionnelle au Maroc, un étranger doit y être autorisé par les administrations compétentes. En aucun cas, vous n’êtes autorisé à travailler au Maroc sans permis adéquat.

Les salariés devront avoir un contrat de travail visé par le ministère de l’Emploi ; les professions libérales devront obtenir une autorisation d’exercer délivrée par le secrétariat général du gouvernement ; les créateurs de sociétés devront se faire enregistrer au registre du commerce et de la patente.

En cas de situation illégale au regard de l’autorisation de séjour, une amende, ainsi qu’une mesure d’expulsion assortie d’une interdiction de séjour sont appliquées.

Il est important de vérifier que le passeport a été visé par les autorités de police des frontières (mention d’un numéro lors d’une première visite et cachet d’entrée) sous peine de se trouver, à son insu, en séjour illégal. En effet, la date d’entrée est enregistrée dans les systèmes informatiques de la police aux frontières et pourra vous être opposée en cas de dépassement de séjour.

Pour en savoir plus :

Mise à jour : septembre 2021