Réunion du premier Comité stratégique du tourisme de montagne (Paris, 12 février 2019)

Création du Comité stratégique du Conseil national de la montagne

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et Joël Giraud, député des Hautes-Alpes, ont présidé le 12 février 2019 le premier Comité stratégique du tourisme de montagne qui a réuni une quarantaine d’élus de collectivités territoriales, des professionnels du tourisme, des associations professionnelles et des représentants des ministères.
Les travaux de ce comité stratégique, dont Jean-Baptiste Lemoyne avait annoncé la création lors de l’assemblée générale des Domaines skiables de France, s’inscrivent dans le cadre du Conseil national de la montagne (CNM) présidé par le Premier ministre.

La France est aujourd’hui la deuxième destination de ski au monde, après l’Autriche, comptant pour la saison touristique hivernale de 2017-2018 près de 54 millions de journées de ski, un chiffre en hausse qui permet à la France de rattraper quatre exercices de baisse d’activité due à un faible enneigement hivernal. L’investissement des stations est également en forte hausse depuis 3 ans avec près de 2 milliards d’euros annuels.

Le tourisme de montagne doit cependant poursuivre ses efforts pour relever de nombreux défis, notamment les enjeux climatiques, la nécessaire diversification des offres de loisirs et le recul de la fréquentation domestique au profit des clientèles internationales. Ces mutations obligent à repenser le modèle de certaines stations, que ce soit au niveau de leur hébergement de loisirs, de leur offre de services, de leur positionnement dans la compétition mondiale et des stratégies de promotion qui en découlent.

Ce premier Comité stratégique du tourisme de montagne a permis d’établir les grands axes de travail d’une feuille de route opérationnelle pour le développement du tourisme dans les massifs français :
• Amélioration de la qualité des offres et de leur commercialisation s’agissant notamment de l’immobilier de loisir ;
• Diversification des offres pour rendre les destinations de montagnes plus attractives en toutes saisons et auprès de clientèles variées ;
• Enfin renforcement de la promotion des stations pour que les publics se réapproprient ces destinations et pour renouveler les clientèles notamment par l’ouverture à de nouveaux marchés.

La question de la durabilité sera traitée de manière transversale sur l’ensemble de ces axes.

Le prochain Comité stratégique de montagne se tiendra au mois de mai. La feuille de route finalisée sera présentée au Premier ministre à l’automne 2019 lors de la prochaine réunion du Conseil national de la montagne.

Lors de ce premier comité stratégique le secrétaire d’État, Jean-Baptiste Lemoyne a déclaré : « De nouveaux défis nous obligent à repenser le tourisme de montagne, le réchauffement climatique, qui impose de travailler à un tourisme des « 4 saisons », complémentaire de l’offre de ski. Nous devons également chercher à renouveler les clientèles de nos montagnes. Les jeunes n’ont plus forcément le réflexe neige pour leurs vacances d’hiver. Je souhaite donc que nous renforcions une dynamique pour les classes vertes et de neige, pour faire découvrir la montagne à nos enfants.

Le grand international est une des réponses et un relais de croissance, mais cela nécessite des moyens et des actions de long terme. Des actions sont déployées dans les marchés limitrophes (Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Allemagne), mais la promotion doit aller au-delà et se porter vers des marchés en croissance, en particulier en Asie et valoriser l’attractivité de nos massifs en été, saison jusqu’ici réservée au public français et aux clientèles proches.

L’objet de ce premier conseil était d’étudier collectivement les moyens de renforcer l’offre touristique de nos montagnes, de penser un tourisme plus durable, de l’adapter aux attentes des nouvelles clientèles, et d’élargir notre champ de promotion en s’ouvrant de plus en plus à l’international. »