Visite de Jean-Yves Le Drian au siège de "Coordination SUD" (Paris, 6 novembre 2017)

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, s’est rendu le 6 novembre au siège de "Coordination SUD (Solidarité, Urgence, Développement)".


C’est la première fois qu’un ministre des affaires étrangères rendait visite à ce partenaire important. Ce déplacement s’inscrivait dans le cadre du dialogue de qualité que nous avons avec les acteurs de la société civile de la coopération et de la solidarité internationale, notamment dans le cadre du Conseil national du développement et de la solidarité internationale - dont Jean-Yves Le Drian avait présidé la dernière session le 14 septembre - et du "groupe de concertation humanitaire" qui associe le ministère et les principales ONG françaises.
Pendant plus d’une heure, Jean-Yves Le Drian a échangé avec les responsables de "Coordination SUD", qui compte 162 ONG ou groupements d’ONG, dont elle est le porte-parole auprès des pouvoirs publics français et dans les enceintes de concertation européennes et internationales. Les échanges ont notamment porté sur la contribution des ONG à la mise en œuvre des projets de développement et humanitaires en situation de post-crise, ainsi que sur l’objectif, fixé par le président de la République, de porter notre aide publique au développement à 0,55% du RNB en 2022.

Dans ce contexte, Jean-Yves Le Drian a rappelé son souhait de voir s’accroître la part de l’aide transitant par les organisations de la société civile ainsi que celle destinée à l’action humanitaire et d’urgence, en complément de l’aide directe des autorités françaises et des dons-projets menés par l’Agence française de développement. En 2018, les crédits de gestion et de sortie de crise du ministère de l’Europe et des affaires étrangères seront portés à 86,3 millions d’euros (soit une augmentation de 20%), dont 30 millions d’euros pour le fonds d’urgence humanitaire et 35 millions d’euros pour l’aide alimentaire.

Jean-Yves Le Drian a fait des questions humanitaires une priorité de la présidence française du Conseil de sécurité des Nations unies en octobre, avec notamment une initiative sur la protection des personnels humanitaires et médicaux dans les zones de conflit.

PLAN DU SITE