Lancement de la première session internationale Indopacifique (SIP)

Partager

La Direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD), en collaboration avec l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), organise pour la première fois cette année une session internationale consacrée aux enjeux de la zone « Indopacifique », une des nouvelles priorités stratégiques de la diplomatie française définie par le Président de la République.

Cette session « Indopacifique » se déroulera du 4 au 11 mars à l’école Militaire (Paris) et sera centrée sur l’environnement géographique et stratégique des territoires français dans l’Océan indien et le Pacifique. Elle aura pour thème général la définition de la stratégie et des ambitions de la France dans la région et la façon dont les pays environnants les perçoivent. L’ensemble du séminaire se déroule sous la règle de Chatham House, qui permet des débats et des réflexions libres, approfondis et constructifs.

Treize pays seront représentés à cette session : Australie, Bangladesh, Birmanie, Cambodge, Indonésie, Japon, Malaisie, Pakistan, Papouasie-Nouvelle Guinée, Philippines, Singapour, Sri Lanka, Thaïlande.

« La place de la Chine et des Etats-Unis dans la vision française de l’Indopacifique » « Les enjeux de sécurité environnementale » ou encore « La coopération de sécurité et de défense » dans la zone sont des illustrations des thématiques qui seront abordées par les auditeurs.

Ces sessions internationales relèvent de la diplomatie d’influence. Elles ont pour vocation de sensibiliser les différents acteurs et partenaires aux problématiques de sécurité et de défense dans le monde et proposent un espace privilégié, facilitant les échanges entre les interlocuteurs et la confrontation de leurs points de vue.

Elles réunissent des personnalités civiles et militaires, issues d’horizons professionnels variés dans leurs pays d’origine : officiers supérieurs, hauts fonctionnaires, responsables de la police ou des structures de sécurité. Elles peuvent également inclure des universitaires ou des représentants de la société civile. L’organisation des différentes journées repose sur un équilibre qui s’articule entre des conférences et des travaux en comités ouverts aux seuls auditeurs, ainsi que quelques visites de terrain.

Parallèlement aux conférences, les auditeurs seront répartis en trois comités de réflexion dans lesquels ils seront invités à traiter de sujets en lien avec la thématique générale du séminaire.