Combattants terroristes - Q&R - Extrait du point de presse (23.08.19)

Q  : Les États-Unis demandent expressément aux Européens de rapatrier leurs ressortissants jihadistes détenus par les Kurdes en Syrie, menaçant dans le cas contraire de les renvoyer eux-mêmes vers leur pays d’origine. La France va-t-elle répondre à cette demande ou exclut-elle toujours tout retour de ses ressortissants adultes ?

R : La France a une position constante s’agissant des ressortissants français adultes, hommes et femmes, ayant rejoint Daech pour combattre au Levant : ils doivent être jugés au plus près des lieux où ils ont commis leurs crimes. C’est une question de justice et de sécurité à la fois. Nous respectons la souveraineté de l’État irakien, y compris de ses institutions judiciaires qui se sont déclarées compétentes pour juger des combattants français membres de Daech, et cela sans qu’aucune compensation financière ne soit jamais intervenue. Les autorités irakiennes savent que la France est opposée, en tous lieux et en toutes circonstances, à la peine de mort, et qu’elle demande à ce que ces sentences ne soient pas appliquées.

La France rappelle enfin son combat permanent contre le terrorisme et sa détermination à ce que justice soit faite partout où Daech a commis ses crimes barbares.

PLAN DU SITE