Sida, tuberculose, paludisme : état des lieux en chiffres

Des progrès importants ont été accomplis contre les grandes épidémies mais ceux-ci sont fragiles. État des lieux en chiffres.

Sida

Si près de 60 % des 37 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde ont désormais accès à un traitement antirétroviral et que la mortalité liée au sida a été divisée par deux depuis 2005, le sida continue de tuer plus d’un million de personnes par an.

Le sida est la première cause de mortalité des femmes de 15 à 44 ans dans le monde et des adolescents (10-19 ans) en Afrique subsaharienne, et le nombre de personnes vivant avec le VIH continue d’augmenter chaque année.

Tuberculose

Selon l’OMS, la tuberculose multi-résistante (MDR-TB) est l’une des principales menaces pour la sécurité sanitaire mondiale. Si le nombre de décès imputables à la tuberculose a été réduit de 37 pour cent depuis 2000, la tuberculose est aujourd’hui la première cause de mortalité par voie infectieuse avec 1.6 millions de morts en 2016. En 2017, 25% des cas de tuberculose et 75% de MDR-TB n’ont pas été diagnostiqués.

Paludisme

La moitié de la population mondiale, soit environ 3,2 milliards de personnes, vit dans des régions à risque de transmission du paludisme. Les femmes enceintes et les enfants représentent toujours la sous-population la plus touchée. L’Afrique subsaharienne continue de payer le plus lourd tribut avec 91% des décès dus au paludisme en 2017 (OMS, 2017). En 2016, l’OMS alertait sur les risques de résurgence de la pandémie : on comptait alors 5 millions de cas supplémentaires par rapport à 2015.

Mise à jour : 30.11.18

PLAN DU SITE