Le sommet de Biarritz, porteur de résultats concrets

Le sommet des chefs d’État et de gouvernement, moment culminant de la présidence française, s’est tenu à Biarritz du 24 au 26 août 2019. Depuis la création du groupe, la France a accueilli six sommets du G7 : Rambouillet en 1975, Versailles en 1982, Paris (Arche de la Défense) en 1989, Lyon en 1996, Évian en 2003, et enfin Deauville en 2011.

Le sommet s’est déroulé en plusieurs séquences rassemblant les pays du G7 et leurs partenaires, consacrées aux priorités de la présidence française et aboutissant à des résultats concrets :

La lutte contre les inégalités

Pour lutter contre les inégalités sociales, plusieurs organisations internationales (l’Organisation internationale du travail, le groupe de la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, l’Organisation mondiale du commerce, et l’Organisation de coopération et de développement économiques) se sont engagés auprès du président de la République à renforcer leur coordination pour lutter plus efficacement contre les inégalités.

Pour lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes, les pays du G7 et leurs partenaires ont adopté le Partenariat de Biarritz qui engage ses membres à adopter et mettre en œuvre des lois et politiques publiques progressistes en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. Le Partenariat s’inspire des recommandations du Conseil consultatif pour l’égalité entre les femmes et les hommes, créé par la présidence canadienne du G7 en 2018 et reconduit par la présidence française. Il est constitué de personnalités engagées pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans le monde, dont les travaux ont alimenté la présidence française du G7.

Le Partenariat du G7 avec l’Afrique

Le Partenariat du G7 avec l’Afrique, co-élaboré avec les pays africains invités, se matérialise autour de trois enjeux clés pour le développement du continent : la promotion de l’entrepreneuriat féminin (initiative AFAWA), la transformation numérique et la transparence des marchés publics et la lutte conjointe contre la corruption. Ce Partenariat s’accompagne d’un Plan d’action pour le Sahel, destiné à répondre aux fragilités de la région.

La protection du climat, de la biodiversité et des océans

Les chefs d’État et de gouvernement ont endossé la Charte pour la biodiversité de Metz, qui constitue une réponse collective face à l’urgence que représente la sixième extinction de masse des espèces sur Terre. Il s’agit d’un engagement important en vue de la réussite de la la COP15 de la Convention cadre des Nations unies pour la diversité biologique qui définira le cadre d’action pour la protection de la biodiversité dans la décennie à venir. Lors de cette séquence, des membres du One Planet Lab ont également présenté des coalitions multi-acteurs en faveur de la biodiversité, du climat et des océans, qui rassemblent les États et le secteur privé.

La transformation numérique et l’intelligence artificielle

Les dirigeants ont adopté la Stratégie de Biarritz pour une transformation ouverte, libre et sûre pour faire de l’Internet et de l’intelligence artificielle des sources de progrès collectif.

Les initiatives soutenues à Biarritz

Les engagements financiers des pays du G7

Le Sommet de Biarritz a permis de soutenir des initiatives multilatérales dans la lutte contre les inégalités. Les chefs d’État et de Gouvernement se sont ainsi engagés à apporter des contributions financières à des initiatives clés pour la lutte contre les inégalités :

  • le Fonds vert pour le climat afin de lutter contre les inégalités entre les pays face à la menace du changement climatique ;
  • le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, lui-même créé par le G8 en 2002, afin de lutter contre ces épidémies ;
  • le lancement du Fonds mondial de réparation pour les victimes des violences sexuelles en temps de conflit, porté par les colauréats du Prix Nobel de la Paix Denis Mukwege et Nadia Murad, qui a pour but d’accompagner les femmes survivantes et survivants de violences sexuelles en temps de conflit.

Des coalitions multi-acteurs pour une action plus efficace

Le Sommet a été l’occasion de présenter des initiatives au format ad hoc, menées par des coalitions d’acteurs. Cette méthode d’association souple entre les États et la société civile permet de porter des projets innovants, en associant tous les acteurs pertinents, pour agir face à des problèmes mondiaux :

Un G7 écoresponsable et attaché à l’égalité femmes-hommes

En cohérence avec ses priorités, la présidence française du G7 a souhaité que le sommet de Biarritz, mais aussi les réunions des ministres qui l’ont précédé, reflètent la double exigence de lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes et de préservation de l’environnement.

Cette volonté se traduit par :

  • la certification ISO 20121 (événementiel pour un développement durable) du sommet de Biarritz et de plusieurs réunions des ministres du G7 ;
    Lors du sommet, la présidence française a mis en place une politique de calcul précis, de limitation et de compensation des émissions de gaz à effet de serre, ainsi qu’un cycle de traitement des déchets sur toute la durée de l’évènement.
  • la création d’un label « événement égalité femmes-hommes » applicable à l’ensemble des réunions des ministres du G7 et au sommet de Biarritz.
    Créé conjointement avec l’Association française de normalisation (AFNOR), ce label veille à établir une politique d’égalité dans la construction de l’évènement labellisé.

Liens utiles :

Mise à jour : décembre 2019