Journée internationale du multilatéralisme (24 avril 2019)

Les Nations Unies célèbrent aujourd’hui la première journée internationale pour le multilatéralisme et de la diplomatie au service de la paix. Cette journée est l’occasion de nous rappeler que l’édifice multilatéral construit à la fin de la Seconde Guerre mondiale, fondé sur le respect du droit international et la coopération entre les États, ne devrait jamais être considéré comme un acquis.

En conséquence de la montée des populismes et des nationalismes, le principe même de coopération entre les États, le respect du principe d’égalité juridique et la volonté de négocier de bonne foi pour obtenir des solutions collectivement agréées et respectées sont aujourd’hui remis en question. Or, les défis qui se posent à nous, et qu’aucun État ne peut prétendre régler seul, n’ont jamais été aussi nombreux : durée et complexité des conflits, aggravation des inégalités mondiales, urgence climatique et environnementale, émergence de nouvelles menaces asymétriques, développement des nouvelles technologies.

Pour répondre à ces défis urgents, les organisations internationales doivent être soutenues et modernisées ; elles doivent pouvoir travailler « en réseau », en renforçant leur connectivité avec la société civile au sens large - secteur privé, jeunesse, parlements, milieux universitaires, pour travailler au plus près et répondre aux préoccupations des populations. C’est le message qui a été passé en ce jour par le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. La France lui renouvelle son soutien dans les réformes engagées pour la modernisation de cette organisation, qui demeure la clé de voûte de la coopération internationale et de notre sécurité collective.

PLAN DU SITE